Manchester United-AZ Alkmaar (4-0) : La Raide et Vile Academy livre ses notes.

Salut à tous !

United a besoin de points en championnat mais dispose de quelques matchs d’entraînement contre de sympathiques faire-valoirs sélectionnés en Europe afin d’aguerrir sa génération montante. Aujourd’hui ce sont les Néerlandais d’Alkmaar qui viennent jouer les sparring partners à Old Trafford dans un match amical qui n’a pour seul enjeu que de déterminer laquelle des deux équipes, déjà qualifiées pour la phase à élimination directe, finira première de ce groupe et évitera les quelques gros poissons tombés du filet de la Ligue des Champions.


Le match

La première période est tellement honteuse que l’on peine à la décrire en ces lignes. Aucun mouvement, des diablesses incapables de porter ne serait-ce que le ballon dans le camp adverse (le danger, n’en parlons pas), des sorties de balles dignes du rugby…en face, le pressing est bien coordonné et les récupérations se font dans notre camp. Alkmaar dicte sa loi à Old Trafford, bien décidé à nous planter une pelletée de buts que seule la maladresse des attaquants et le toujours vigilant Romero évitent. Peut-être aurait-il fallu expliquer à ces jeunes gens qu’AZ n’était pas le seul club en Eredevisie à parvenir à suivre le rythme de l’Ajax pour rien ?

On ne sait pas si c’est réellement ce que dit Ole à ses ouailles lors de la pause, mais nos gagneuses reviennent sur le terrain avec de bien meilleures intentions. C’est même le jour et la nuit : pressing haut, transitions rapides et justesse technique sont désormais de mise, ce qui ne tarde pas à porter ses fruits : peu après l’occasion la plus dangereuse pour Alkmaar et un gros raté de Martial, Pereira tricote au poteau de corner et trouve joliment Mata. Décalage pour Pereira qui trouve Matic en soutien, la porte est ouverte pour Mata à nouveau, dont le centre un peu profond n’empêche pas Young de jaillir et de ravager le filet d’une frappe puissante sous la barre en angle fermé. 1-0, 53e.

4 gugusses pas tout à fait en odeur de sainteté viennent de s’offrir le statut de cadres dans cette équipe, mais les jeunes ne veulent pas se laisser cacher par ces vieux briscards : sur une nouvelle offensive rouge, Garner enlève le ballon à un Néerlandais devant la surface. Greenwood qui traînait là se décale et allume petit filet : c’est chirurgical. 2-0, 58e.

Et le revoilà parti à l’assaut. Martial vient juste de céder sa place à Chong, c’est donc dans l’axe que le jeune anglais évolue. Pas de problème pour lui, si ce n’est qu’on n’a pas l’air trop d’accord pour le laisser partir au but de l’autre côté. Stoppé irrégulièrement, notre futur crack offre donc un penalty à Mata que ce dernier transforme très proprement. 3-0, 60e.

Enfin pour être bien certain qu’on n’oubliera pas de sitôt de s’enflammer sur son statut de « british Mbappé » et autres fariboles pour consultants peu scrupuleux, Greenwood s’offre le but du 4-0 d’une nouvelle frappe limpide au premier poteau (64e). Pour certains le talent n’attend pas le nombre des années, ça tombe bien : quelqu’un a l’air pressé.


Les notes

Romero 5/5
Pour son 50e match dans nos cages, il réalise un 84e clean sheet, nous offre son sourire ravageur suite à une mauvaise relance et s’apprête à reprendre place sur le banc pour les 6 prochaines semaines sans rechigner. Définitivement l’un des nôtres.

Young 3/5
Cataclysmique en première période (comme le reste de l’équipe, mais c’est lui qui endosse le premier la critique, pas de bol), il a relevé la tête en seconde et s’est même offert le premier but, une finition superbe à la conclusion d’un mouvement qui ne l’était pas moins. Pour les gros matchs, on lui préférera tout de même Wan-Bissaka. Remplacé par Laird (68e).

Tuanzebe 3/5
De bonnes choses, notamment dans la relance, mais il a semblé fébrile dans quelques situations. On attendra un peu avant de le voir s’imposer.

Maguire 3/5
Il a fait le taf comme il fallait et a pris les choses en main dans quelques moments critiques. Remplacé par Jones (68e).

Williams 3/5
Pas mal de travail défensif, ce qui a limité ses possibilités de monter, du moins en début de match. Il a ensuite haussé son niveau et a rendu une copie somme toute très honorable.

Matic 3/5
Un retour un peu pépère sans grande inspiration ni mise en danger. Surtout il a énormément ralenti le jeu en première période avant de se montrer un peu plus entreprenant par la suite.

Garner 3/5
S’il manque encore un peu d’assurance dans certaines prises de décision, il a su profiter de la seconde période pour se mettre au niveau avec ses copains et jouer un peu plus haut. Il apprendra bientôt à moins se cacher entre les lignes et à se projeter, du moins on l’espère.

Mata 4/5
On l’a jugé un peu vite totalement inutile en début de match, mais le saligaud termine avec un but et deux passes. A partir de là, bien obligé de s’incliner.

Pereira 4/5
Sur une aile, il a semblé totalement à son niveau en première période, c’est-à-dire nul à braire, puis il s’est réveillé et a réellement ressemblé à un joueur de foot loin d’être dégueulasse ensuite. Etrange. Serait-il en voie de progression ?

Greenwood 5/5
Fieffé coquin que ce petit -là qui joue à cache-cache depuis le début de saison. À droite le plus souvent, il doit attendre que l’occasion se présente pour trouver l’axe, du moins tant qu’Ole ne jouera qu’avec une pointe. Tout ce qu’il a montré pour l’instant indique en tout cas que ce moment pourrait arriver rapidement et que l’on pourrait ne pas le regretter.

Martial 1/5
Toto choisit ses matchs, il n’avait pas choisi celui-ci.

SUBS

Jones NN
Une fin de partie sans histoire mais importante pour qu’il reprenne confiance.

Chong NN
Le jeune chevelu reste un mystère. Excellent avec les jeunes, il semble emprunté et dépassé dès qu’il joue avec les pros, en dépit d’une réelle envie de bien faire. En résumé, il n’est pas prêt. On lui conseillerait presque de s’inspirer de Pereira en acceptant un prêt cet hiver (d’autant qu’on va très probablement recruter à son poste), d’en revenir aguerri, d’apprendre la patience.

Laird NN
Entre et prend un carton très fighting spirit en 7 secondes puis disparaît. Le genre qui peut faire mal en Angleterre.

Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.