Manchester United-Copenhague (1-0 ap) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Salut à tous !

La coupe d’Europe a repris ses droits après tout le monde pour nos gagneuses qui ont rempli un des objectifs de leur saison en se qualifiant pour la Ligue des Champions. Ceci ne laisse pas beaucoup d’enjeu à cette Europa League que l’on doit terminer à une date à laquelle, en temps normal, on devrait déjà jouer les premiers matchs de PL de la nouvelle saison. A vrai dire, il nous semble même que ces maigres enjeux sont très contre-intuitifs : si on perd (contre qui que ce soit), ce ne sera là que l’exposition du manque d’expérience de notre coach et de nos joueurs ; si on gagne, ce sera la confirmation qu’Ole est un faiseur de miracles et que pour les invraisemblables kleptocrates qui dirigent le club, il n’a pas tant besoin de renforts que ça. Ceci dit, au-delà de ces réflexions toutes personnelles, un trophée de standing européen ne serait pas de refus. Voyons donc ce que Copenhague a à nous opposer en la matière.


Le match

Ils l’ont dit en conférence de presse d’avant match, ce n’est pas pour nous rassurer mais c’est rigolo : outre le joueur passé par chez nous (Varela), leur capitaine danois est supporter mancunien depuis la nuit des temps. Passé le plaisir du tirage, c’est donc avec entrain que lui et son équipe s’échinent à nous pousser dans nos retranchements afin de voir si, par hasard, un vestige de politique de recrutement chaotique des années passées ne pourrait pas précipiter leur transfert vers chez nous.

Heureusement, de très onéreux joueurs sont parvenus jusqu’à nous dans le but précis de mettre fin à cet errements passés en terme d’achat de chèvres à roulettes et c’est bien ce que l’on attend d’eux. Quand la défense est surpassée, c’est Pogba qui vient à la rescousse en dégageant des ballons brûlants. Au milieu, Fred se déchaîne pour ratisser les ballons. Le trafic aérien est régulé par Maguire.

Ceci dit, défendre c’est bien gentil mais cela ne nous place pas devant au score. De timides tentatives pour construire du jeu ne nous procurent d’agréables sensations slipales que trop rarement et c’est bien avec un sentiment de frustration que l’on entend Clément Turpin siffler un penal…la mi-temps.

La seconde période est bien différente et complètement à l’avantage de nos gagneuses. Les occasions se multiplient au détriment de Danois dépassés qui n’ont plus le rond central que comme horizon lointain. S’ils tentent bien de nous prendre en contre deux ou trois fois, c’est à leur défense et à la maladresse de nos attaquants qu’ils doivent de ne pas céder avant le coup de sifflet final. Ajoutez à cela la forme exceptionnelle de leur gardien et une propension absurde à ne pas vouloir tirer de la part de Martial et Rashford notamment, et les conditions sont réunies pour une prolongation des familles.

Histoire d’enfoncer le clou et de nous montrer que tout ça n’était fait que pour nous épuiser un peu plus, Turpin nous offre le penalty tant attendu dans les premières minutes de ladite prolongation (en réalité un Martial déchaîné le gagne tout à fait légalement). Bruno se présente, vous connaissez la suite. 1-0, 94e.

On en reste là avec ce score minimal tandis que les xG, statistiques de tirs cadrés, de domination territoriale et autres données « objectives » nous indiquent que l’on aurait pu gagner ce match 6-0. Espérons qu’il en restera un peu pour affronter les Wolves ou Seville qui se rencontrent ce soir, et que cela nous sera une nouvelle fois favorable.


Les notes

Romero 4/5
Si peu de choses à faire qu’il a une nouvelle fois bien fait. Et encore un clean sheet dans la musette.

Wan-Bissaka 3/5
Encore un apport offensif non négligeable, quoi que légèrement à contretemps de ses partenaires. Ses tacles et plus généralement son talent en un contre un ont bien servi pour tout cloisonner de manière très efficace sur son côté.

Bailly 3/5
Match sérieux autant qu’Eric peut l’être, ce qui n’explique pas pourquoi il n’est pas resté sur le terrain jusqu’au bout (remplacé par Lindelöf). Sa tendance à disjoncter sous la pression a peut-être inquiété Solskjaer…dans tous les cas, ce n’est pas vraiment bon signe pour la suite.

Maguire 4/5
Capitaine sous pression d’une défense régulièrement aux abois, moqué pour on ne sait pas trop quelles raisons à part évidemment sa tête bizarrement carrée, systématiquement ramené au prix astronomique de son transfert, il a une nouvelle fois mené la barque avec courage, barque qui a concédé environ 30 buts de moins que la saison dernière et détient le record de clean sheets en Europe. Plus qu’un trophée et vous allez gentiment tourner casaque sur son compte.

Williams 3/5
Selon toute vraisemblance visé par le plan de jeu adverse, le bagarreur a répondu comme on l’attendait, même si cela n’a pas été facile. Au final, sa prise de risque (à la limite de l’inconscience parfois) et sa débauche d’énergie ont payé, en dépit de son absence totale de pied gauche particulièrement handicapante lorsqu’il propose du soutien sur son côté en phase offensive.

Fred 4/5
Enfin on l’a vu associé à Pogba au milieu et le résultat a été à la hauteur des attentes. Même s’il n’a pas la capacité à distribuer de Matic, ses efforts à la récupération et sa qualité de relance ont été utiles, surtout en première période lorsque nous n’avions pas encore le pied totalement sur le ballon. On le préférera à McTominay dans ce rôle.

Pogba 4/5
Excellent match joué dans un esprit défensif. De nombreuses voix commencent à s’élever pour affirmer que ce n’est plus le Pogba de la Juve, offensif et buteur, qui pourrait nous emmener vers les sommets, mais celui de l’équipe de France, plus défensif avec un rôle d’organisateur reculé. C’est ce rôle qu’il a joué dans ce match et il l’a parfaitement fait.

Fernandes 4/5
Quelques erreurs inhabituelles de sa part que l’on mettra sur le compte de ses nombreuses courses et de son activité de tous les instants. La lucidité était en revanche bien là au moment de transformer son 184e penalty (source OPTArsenal) de la saison et c’est bien tout ce qui compte.

Greenwood 3/5
Sa capacité à se mettre en position de frappe nous a encore sidéré en dépit d’un manque de réussite frustrant, la faute aux poteaux et à ce foutu gardien.

Rashford 3/5
Il a peiné à plusieurs moments du match, mais sa capacité à trouver des espaces là où il ne semble guère y en avoir et à éliminer son défenseur a régulièrement fait mal à l’adversaire. Un match frustrant dans l’ensemble, sans être catastrophique.

Martial 4/5
Le temps du match lui a été pesant, si bien qu’il a eu l’air décidé à foutre un bordel dont lui seul a le secret lors de la prolongation. Il a descendu une caisse de Candy up à la fin du temps réglementaire et a porté le danger en dribblant tout le monde plusieurs fois de suite. Malheureusement sa fonction « tir » semblait enrayée, si bien qu’il ne pouvait marquer qu’en entrant balle au pied dans le but. Stoppé irrégulièrement, cela s’est finalement réglé sur un penalty gagné par lui.

Bobby Carlton

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

3 commentaires

  1. Je te trouve clément dans tes notes sur certains joueurs.

    Un match frustrant qui montre qu’on commence vraiment à tirer sur les organismes… La saison prochaine sera compliquée si on parvient pas à doubler certains postes offensifs.

    L’autre truc sympa du match, c’était l’amitié entre Ole et Solbakken !

  2. j’ai vu ce match Bobby.
    Vous z’êtes formidables.
    .
    Ça va être chaud face à Lulu Ocampos et ses compères..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.