Metz FC – Toulouse FC (2-2): La Viola Académie en a marre de ces matchs improbables…

Vu la dynamique actuelle, on ne sait pas vraiment quoi attendre de ce match. Metz vient de s’imposer en milieu de semaine à Geoffroy Guichard avec un cinquième but de son buteur Habib Diallo. Du côté toulousain, après un début de saison prometteur, les Violet n’ont engrangé qu’un point sur le mois de septembre… À Saint-Etienne aussi. Sympa ces Stéphanois quand même. De plus, Metz semble être le dernier match “abordable” avant deux mois très difficiles… On va donc prendre “les matchs les uns après les autres”, essayer d’arrêter de semer des points en route et on verra en janvier où on en sera…


Onze hommes en violet

Pour la compo, Casa continue ses ajustements. Les mauvaises langues, dont nous ne faisons évidemment pas partie, diront “tâtonnements”.

Derrière, tous les défenseurs de l’effectif de plus de 18 ans non suspendus et non blessés sont mobilisés. C’est plus simple de faire comme ça en fait. Isimat-Mirin, déjà indiscutable. Amian dans l’axe, Moreira à droite: les blessures évitent les débats sensibles. 

Au milieu, retour de Makengo aux côtés de l’indiscutable traction Sangaré-Vainqueur. Espérons qu’il soit plus vivisible que Boisgard mercredi soir…

En attaque, l’alternance continue: Leya Iseka pour Koulouris et Dossevi pour Saïd. “Rotation” semble être le mot d’ordre. Après, savoir sur quoi se base exactement ce roulement… Forme ? Complémentarité ? Adaptation à l’adversaire ? Le mystère reste entier. Le coach toulousain espère sans doute un alignement parfait des planètes pour faire exploser la défense adverse: Alain CasaSupernova. 

Par contre, le capitaine Gradel retrouve sa place de titulaire, après son deuxième passage seulement sur le banc depuis son arrivée au club. L’électrochoc a-t-il fonctionné ?


Le mâche

Ce soir, afin de mieux comprendre le pourquoi du comment, nous avons décidé d’infiltrer, avec l’aide d’un complice, l’équipe du TFC. Après des mois de négociations et malgré ses réticences, nous avons réussi à le convaincre. Pour préserver son anonymat nous l’appellerons Issou. C’est une première mondiale que vous offre ce soir la Viola Académie, 45 minutes en immersion dans le foot pro et le résultat est édifiant:

“Aujourd’hui, on joue à l’extérieur. C’est plutôt bizarre comme idée, le coach m’assure qu’on jouera sur de l’herbe quand même mais dans le doute j’ai pris mes running. C’est des bonnes chaussures, je m’en sers souvent. J’aime bien aller courir à Pech David. Y à un peu de montée donc il faut grave pou… Oh putain j’ai rien écouté aux consignes de jeu. Bon, souris Issou et de toute façon tu gères. En plus, depuis que François est parti, je suis devenu impondérable !

Déjà quatre minutes de jeu et j’ai toujours pas touché un ballon. Bizarre, ils ne voient pas mes grands gestes ? Vivement que Baptiste relance sur moi. Ça va arriver, c’est son circuit préférentiel. C’est important de préserver les automaticités. 

Ah voila le ballon qui arrive, c’est le moment de sortir ma triple feinte de corps que j’avais travaillé avec Somalia. Oh Somalia, je l’aimais bien lui. Comme il était Brésilien, on se comprenait, on parlait le même foot. Il m’a beaucoup appris. J’ai pas compris pourquoi il était parti, c’était un choix assez… OH PUTAIN mais d’où il sort lui ?? MAIS ATTEND, j’étais en train de faire un truc. Foutu Metzin. Et Kevin qui est à la ramasse… Tu vas voir que ça va être encore de ma faute. Depuis quand on a le droit de marquer dans les dix premières minutes ? 

Les gens ont vu mon raté ? Je ne pense pas. Alain me fait des grands sourires, c’est bon j’ai été assez discret. 

Je vais devoir les sauver. Encore. Les Metzins me suivent de près. Ils essayent de priver de ballon le leader technique de l’équipe, pas con. Va falloir que je surprenne. Oh tiens un corner. 

NICO! Couvre moi, reste derrière. Je prend.

Pourquoi il me regarde comme ça lui ? Faut pas qu’il oublie qu’il vient d’arriver quand même. L’an dernier, il jouait en Turquie, avec Regattin et Kana-Biyik: les deux derniers à avoir contester mon leadership, alors doucement jeune. 

Allez, Issou c’est ton moment… BOUM ! Oh putain ce coup de casque ! 

ALAAAAIN, t’y as vu ce que j’ai fait ?

Bon, il l’a sorti mais je l’ai tellement assuré mon 8 dans l’Équipe de demain.

Y a pas de Vaterbreak aujourd’hui ? Ça ferait du bien aux copains de boire un coup et d’écouter les consignes du coach un peu. J’ai de bonnes sensations moi, les autres n’y sont pas mais pourtant seul Willy joue sur moi. Oh justement… 

WILLY !! Passe, passe passe, j’suis seul sur l’aile !

Allez c’est parti, toi t’as fait le malin sur la dernière attaque, je vais te fumer. Je gère, je gère, j’suis bien, crocheeeeeet… Le con, il a bloqué mon pied fort. Ils ont vraiment bien préparé leur match. ET SI…

OH CE TIR DE WILLY ! On s’en fait tout un monde du pied faible mais en fait c’est pas bien compliqué. Et ça tombe pile au bon endroit. Je dois être amphibien en fait. Quand je vais dire ça à Alain…

Il a quoi Maximilien ? Il ne me voit pas ou quoi ? Il l’a encore mauvaise d’avoir été remplaçant la semaine dernière, ça se sent… 

PAAAAAASSE ! Personnel va…

C’est pas bon un capitaine qui n’arrive pas à faire la part des anges. Et si je me proposais comme capitaine d’ailleurs, ça se joue pas à l’ancienneté ? 

Mi-temps, première période assez iatrogène, y a eu du bon et du moins bon. Faut qu’on joue plus sur nos forces. Le coach l’a bien vu, il me sourit toujours. Par contre je ne comprend pas un mot de ce qu’il dit, ça doit être pour ça qu’il a un nom italien. Bon moi ça va, c’est pour les autres que c’est plus embêtant. Je vais l’aider :

« RÉVEILLEZ-VOUS LES GARS !…« 


Comme à son habitude, le TFC commence la seconde période tambours battants: Makengo, en fier gaucher, refuse une frappe du droit à l’entrée de la surface, Dossevi récupère et trouve Gradel au second poteau: nouvelle parade d’Oukidja, très chaud ce soir. Puis c’est Leya Iseka, après l’heure de jeu (oui déjà), qui manque de s’extirper de la défense messine. Un match semblable à tellement d’autres: les Toulousains poussent (gentiment), Sylla tape en tribune et sur un contre, Amian sauve la baraque… Les Toulousains essayent de construire, Sangaré enchaîne dégagement raté et glissade, Isimat-Mirin veille… Sylla offre un superbe ballon à Leya Iseka à l’entrée de la surface, le Belge surpris, tergiverse et se rate… Metz se met au niveau et manque de tuer le match sur une frappe lobée improbable de Niane. 

Entre imprécisions techniques et manque de lucidité, on se dirige tranquillement mais sereinement vers le dernier quart d’heure de ce match. Alain tente alors un coup: il fait rentrer Sanogo, Saïd et Koulouris en l’espace de dix minutes, à la place de Vainqueur, Dossevi et Leya Iseka. Oui, Sanogo pour Vainqueur. Surement l’un des changements les plus improbables que l’on ait vu. Le meilleur joueur contre un joueur que l’on ne voulait plus et qui a très peu joué cette année. Bon, voyons avant de râler, Alain a peut-être eu sa Bodi-révélation lui aussi… 

Saïd est le premier à se montrer, frappe lourde très loin du cadre. Un début. Le TFC finit le match avec 4 attaquants mais c’est Sylla qui continue de tenter sa chance… S’il te plait Issiag, laisse jouer les autres… Et c’est justement sur une contre-attaque, dont le latéral gauche ne fera pas partie, que Gradel dépose le ballon sur la tête de Saïd au second poteau. 1-1. Inespéré. Aux forceps, à l’envie et sans plan de jeu, mais 1-1 quand même. S’agirait de pas déconner maintenant…

La suite? Il n’y a pas plus TFC que ça : même pas une minute après l’égalisation, centre anodin, coup de sifflet, main. Main de qui? C’est assez flou. Avec l’aide de la VAR, l’arbitre donne un pénalty aux Messins pour un effleurement de la main d’Amian sur le centre. Aucun impact sur la trajectoire ou l’action, juste une bêtise de plus : comment se retrouver avec le bras au dessus de la tête sur un saut ? Mystère… Niane ne se fait pas prier, 2-1.

À partir de là, on rentre dans le Casa-time. Un hourra football des dernières minutes parce qu’on a rien produit avant, mais on pense pouvoir s’y mettre maintenant. L’arbitre de touche à l’air d’apprécier en tout cas, il nous offre sept minutes de bonheur en plus. Reynet sauve la patrie devant Niane, Gradel prend un jaune de nervosité, c’est cuit là… Sauf que, dans le foot, il y a des règles. Des impératifs absolus. Et l’un d’eux a été oublié ce soir, mon compagnon de tribune me le rappelle assez souvent pourtant: Quand Yaya est dans la surface, il se passe TOUJOURS quelque chose. Alors pas forcément en bien hein, mais il se passe quelque chose. Et ce match ne déroge pas à la règle. Sur une action venue de nulle part, Sanogo talonne un ballon pour Koulouris arrivé lancé, 2-2. Improbable.


L’important, ce n’est pas que les 3 points

Encore un match improbable du TFC… On a l’impression qu’ils se ressemblent tous, d’avoir tout vu, mais ils arrivent encore à nous surprendre. 

Premier point important à relever: Sylla ça suffit. C’était drôle, on en a bien rigolé en tribune, il est sûrement très gentil et très bon en athlétisme, mais on aimerait tenter autre chose. Goncalves, Diarra, même Moreira à gauche au pire… Seul joueur avec Vainqueur et Reynet à avoir été titulaire à tous les matchs depuis le début de saison. Seul joueur de champ à avoir joué toutes les minutes depuis le début de saison. Les stats, ça ne fait pas tout mais parfois, c’est assez éloquent… Après le départ du Moub, on nous avait justifié l’absence de recrutement à ce poste par une volonté de lancer des jeunes. Ça ne serait pas le moment là? On lance des jeunes dans l’axe mais pas sur le côté? Ça va, c’est pas le poste le plus exposé. Puis on lui demande juste défendre pour commencer. La gestion du cas Goncalves frôle le ridicule: annoncé comme un espoir depuis quelques années, il était blessé l’an passé. Apte cette saison, il n’aura joué qu’un match, à Paris, dans l’axe, le temps de mettre un CSC, provoquer un pénalty et sortir dans la foulée. Moralement au mieux le pitchoun. L’arrière gauche, globalement tout le monde s’en fout mais Sylla a réussi à rendre le poste bien trop visible. Alain, il faut réagir là.

Le match de Sylla éclipse tout le reste: positif ou négatif. Reynet, Moreira et Isimat-Mirin continuent leurs bons début de saison, Amian semble sérieusement plafonner. Vainqueur est une très bonne pioche au milieu mais son activité ne sert à rien sans un plan de jeu offensif clair avec des titulaires indiscutables: Gradel, Saïd ou Dossevi ? Ou les trois ?

Enfin, Yaya, retour ou pige passagère? Ça va pas aider Alain à se décider en attaque ça…


On tranche, on juge, on condamne… Avec amour et neutralité

Baptiste Reynet 3/5:

Des parades mais deux pions sur lesquels il ne peut pas grand chose… Courage Baptiste.

Steven Moreira 3/5:

Il prouve qu’en lui faisant confiance sur la durée, et non pas sur des bribes de matchs perdus tous les six mois, il peut avoir une réelle influence sur le jeu toulousain depuis son couloir. Attention Kelvin…

Kelvin Amian 2/5:

Replacé dans l’axe pour quelques semaines après la nouvelle blessure de Shoji, il a vécu un match délicat… Pas aidé par Sylla sur le premier, il semble frappé du même mal que les centraux de l’équipe de France, sur le penalty amenant le second but: la fameuse main baladeuse au dessus de la tête, communément appelé syndrome Umtitipembe. Un bon présage pour l’avenir ? 

Nicolas Isimat-Mirin 4/5:

Solide à la relance et au duel, il tenu bon malgré les attaques de plus en plus pressantes de ses coéquipiers.

Issiaga Sylla Concurrence/5:

Souvent, on préfère en rire qu’en pleurer. Aujourd’hui on en pleure. 

Willy Vainqueur 4/5:

Dans la lancée de son match de mercredi: il était partout. De moins en moins de faute, de plus en plus de justesse à la relance. Il ne pourra pas changer à lui tout seul l’issu d’un match mais il doit déjà se demander ce qu’il fait là… Remplacé par Yaya Sanogo (75e minute), changement très bizarre qui s’avéra au final gagnant.

Ibrahim Sangaré 2/5:

Lui aussi, dans la lancée de son match de mercredi… Mais on ne doute pas que son réveil est proche.

Vivi Makengo 2/5:

On ne sait pas trop quoi dire ou penser du match de JVM. Comme Boisgard en milieu de semaine: peu de ballon, peu d’impact sur le jeu. Sa faute? On espère des jours meilleurs…

Matthieu Dossevi 2/5:

L’ancien Messin a été sur courant alternatif, il apporte tout de même sa combativité défensive. Remplacé par Wesley Saïd (67e minute) qui marque son premier but en violet d’une superbe tête piquée. Faut continuer comme ça, Wesley !

Maxalin Gradel 2/5:

Volontaire mais assez tendu, il n’a pas lâché et offert l’égalisation à Saïd. On attend quand même plus de sa part dans le jeu offensif.

Aaron Leya Iseka 2/5:

Compliqué… Peu de ballon intéressant… On se répète mais toute l’attaque était en dessous ce soir. Remplacé par Efthymios Koulouris (78e minute), qui a encore fait tout l’étalage de ses capacités de finisseur face au but. 

Alain l’illusionniste 2/5:

Putain deux ans… 


Allez on file, on se retrouve samedi prochain au Stadium!


LaGaronneEstViola

2 commentaires

  1. Bonjour à vous, je me sens ce jour obligé de commenter votre essai sur ce site mort depuis si longtemps, vu qu’aucun des ‘historiques’ ne semble avoir la politesse de le faire. Cela doit être sympa comme cadeau de bienvenue…
    Tout ça mis à part, je vous félicite de tenter une académie sur Toulouse. Sur les 7 derniers supporters restant, il y en a au moins ici, statistiquement surprenant.
    Voilà, après avoir déversé là plus de compliments que sur ces 23 dernières années, je vais donc m’appliquer à vous corriger.

    Il faut arrêter de croire que tous les footeux sont des teubés issus de lignées de teubés. Qui ? Oui, qui à part un couple de teubés (merci Idiocraty de nous avoir tout expliqué) nommerait son rejetons Kévin ? Je dis non et non, je l’affirme même : NON.
    Mr Amian était sûrement un scientifique de haut rang, et c’est tout aussi sûrement qu’il a pécho madame dans la bibliothèque d’une grande Fac (voir de l’ENA) pour concevoir son rejeton, c’est donc en hommage à ce moment chaud ! chaud ! chaud ! que le petit fut prénommé KeLvin et non Kévin. Merci donc de rectifier.

  2. Cher Mayoul,
    Nous te remercions de ton intérêt. Nous sommes un peu perplexes, nous pensions qu’une Académie sur le TFC ferait fureur assez rapidement et que nous te répondrions ce matin après une soirée pute et coke avec Stéphane Mbia.

    Dans la première partie de notre Académie, nous relayons les propos d’un homme d’influence du TFC. Un cadre, un apôtre du Casanovisme qui aurait fait lui aussi fureur dans le monde d’Idiocracy. Tu comprendras donc que nous n’avons pas osé le reprendre sur les quelques approximations de son phrasé. Tel des centres distribués en tribune, il les sème par douzaine. Tu en trouveras d’autres si tu cherches.

    Et on n’oublie pas, surtout auj, la Garonne est viola.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.