Nancy-Clermont (0-1) : La Chardon à Cran Académie ne se révolte même plus.

L’élégance a remplacé le bon sens paysan. Les connards n’étaient pas sur le terrain mais le cul au chaud dans les fauteuils thermo-renforcés de la tribune présidentielle. Au sosie de Tex se substitue un cousin éloigné de Rocco Siffredi, à puissance virile égale. On ne lui souhaite que de faire de nos petites chèvres pucelles de fieffés violeurs sans capote, même s’il avait juré ne pas y revenir. Notre quotidien n’est de toute façon fait que de parjure, de trahison et de sourde médiocrité. Adieu coach Tholot, bienvenue Solution Interne de mes deux. Pour quoi, au fond ? Perdre encore, encore et encore, mais cette fois contre une équipe où le football n’est même pas le sport premier. À ce stade ce n’est plus un destin narquois, c’est un holocauste.


Les notes.

Chernik 2/5
Ses habituelles sorties kamikazes et son abnégation à s’offrir une mort triomphale n’y changent plus rien : c’est toute l’équipe qui semble s’être approprié son masochisme primaire, faisant passer son héroïsme tragique d’antan pour un succédané de la même nullité.

Seka 3/5
Plus assuré, autoritaire et même parfois plus impliqué que la moyenne, il semble décidé à nous faire mentir quant à son réel niveau. Personne ne le verra tant qu’on continuera à perdre, de toute façon.

Diagne 2/5
Toujours bien élevé et prêt à ouvrir la porte aux invités, même quand ils ne sont pas bien intentionnés.

Marchetti 1/5
Violé de toutes parts mais surtout sur son côté et par derrière, le malheureux a bien tenté quelques résistances, quelques percées et même une ou deux transversales en souvenir du temps où il jouait au milieu, mais l’ensemble a surtout paru mettre en avant de dramatiques faiblesses plus que de réelles qualités.

Abergel 2/5
Découvrir qu’il est doté d’un pied gauche au bout de 75 minutes n’aura pas fait de mal à son football. Nous dirons donc qu’il est en progrès.

Da Cruz 1/5
Le courage d’un suricate, l’implication d’un tabouret de bar à la réunion annuelle des Alcooliques Anonymes, l’impact d’une sardine lancée à 100 à l’heure contre un filet aux mailles trop larges.

Clément 1/5
MAIS BORDEL DE MERDE JE NE VOUS AVAIS PAS DIT QUE C’ÉTAIT LUI LE FAUTIF DANS TOUT CE MERDIER ? QU’ON LE PENDE ! QU’ON L’EMASCULE ! QUE L’ON FASSE FRIRE SES MORTS DANS LA GRANDE MARMITE DE NOTRE DÉSESPOIR !

N’Guessan 3/5
Semaine après semaine, il continue à apprendre que tout être vivant meurt seul, vit seul, joue au football seul et rentre seul au vestiaire après une défaite.

Busin 1/5
Aussi nul que son match de retour fut bon, tout cela était somme toute largement prévisible.

Dembélé 1/5
Qui est cet étrange être de mousse ?

Maboulou 1/5
Nan mais sérieux c’est tout ce qu’on a en attaque ? Moustapha Hadji ferait mieux, bordel.


Note artistique que de l’équipe : 1/5

Encore une belle semaine sur la terre des morts. Le changement devait indiquer coup de pied dans la fourmilière et autres fariboles managériales et l’on a effectivement pu observer le temps d’un début de match presque correct. Cantonné à 10 minutes environ, ce début de match a pu mettre en exergue les quelques potentialités footballistiques recelées par cette équipe, sans pour autant qu’on s’enthousiasme le moins du monde.

Et puis l’on revient à ce sort, toujours le même : l’incapacité la plus immersive, de celle qui te fait passer le délicieux goût de la bière pour de la miction d’Anglais frelatée. Un problème identifié en chasse un autre sans jamais être résolu, puis s’additionne à la merde déjà présente, augmentant la taille du tas jusqu’à devenir un géant de mouise à peine doté d’une âme motrice pour le faire mouvoir son séant puant la mort jusqu’au siège de honte dont il a fait son trône.

Nous sommes la honte, le déchet et la misère tout à la fois, mais grâce à dieu, nous avons un nouvel entraîneur.

Marcel Picon.

Marcel Picon

Ras le cul de toutes ces conneries.

5 Comments

  1. t’es un peu dur avec Chernik.
    enfin je comprends hein, y’a pas de raisons d’être tout doux avec Nancy.
    Mais sergey, un peu comme serge quoi. ça surnage mollement, avec la bouche à la surface pour pas se noyer complet mais les autres qui leur tire les pieds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.