Nantes – Rennes (0-2) : la Canaris Académie livre ses notes

Salut les p’tits beurres

Ouille ouille ouille.

Deux matchs, deux « derbys », deux défaites, aucun but marqué, quatre encaissés, trois cartons rouges. Mon académie pourrait presque se terminer là, devant cette évocation de la lente décrépitude du début de saison canari.

La défaite à Bordeaux avait pourtant été vengée par le destin :

Ce club possède un karma merdique.

Oui, pire que Roazhon Park.

La défaite face à Rennes, celle-là, elle fait mal au cul. D’abord parce qu’elle est concédée à la Beaujoire. Ensuite parce qu’elle intervient contre une équipe de peintres, qui se sort du néant par la seule grâce de N’tep. Et enfin, parce qu’on a rien fait, mis à part mettre des coups. Et encore, quitte à finir à 9, autant rentrer aux vestiaires avec un bout de tibia de Zeffane, ou le micro-pénis de Romain Danzé. Même ça on l’a raté.

Je ne parlerai pas de la « performance » de l’arbitre de ce match, qui oublie un penalty sur N’tep, expulse Adryan pour rien tandis qu’une semelle sur Rongier aurait mérité, plus tôt, la même sanction. Seule l’expulsion de Sigthorsson est légitime.

Je ne parlerai pas non plus du coaching désespérant de Der Zakarian, qui a laissé son couloir droit grand ouvert pour N’tep, sans se dire que Sabaly aurait pu mieux tenir la baraque que le très léger Dubois. Et Sala-Sigthorsson, deux grands cons qui ne bougent pas d’un iota devant, t’as pas l’impression que ça fait un plot de trop sur le terrain, Michon ? Purée, tu roules sur tout le monde pendant la préparation avec Bammou-Audel devant, et tu ne les associes jamais en championnat…

Enfin, olive dans le cul de Waldemar, c’est Giovanni Sio qui clôture la marque. Formé et né à Nantes (à Saint-Séb’, plus précisément), priorité du recrutement en attaque du staff nantais cet été, le mec vient nous crucifier et fête son but sans la moindre classe. Dur. En parlant de classe, respect éternel à la Tribune Loire, qui a chanté de bout en bout. Et non, Sigthorsson n’a pas demandé une ovation à sa sortie prématurée, mais que le public continue à encourager ses partenaires. Ce qui reste gonflé de sa part, mais moins que la première hypothèse.

Cette année, le traditionnel départ canon de Nantes a duré 3 matchs. Je ne sais comment remercié Troyes et Ajaccio d’exister, et Montpellier de se sacrifier pour la dernière place dans la charrette. Merci les gars, vous êtes top.

Bonus Waldemar Kita :

Après la défaite face à Rennes, notre Président a donné ses impressions sur les difficultés de ses joueurs, avec comme toujours justesse, honnêteté et bienveillance. Analyse :

« Il serait dangereux de dire que qu’il (ncalr : l’entraîneur) est responsable de tout. S’il y a des mauvais résultats, je suis aussi fautif. On partage toutes les responsabilités. On est dans un sport collectif. »

Jusqu’ici, tout va bien. On ne comprend pas trop l’intérêt, mais ça semble sensé.

« Moi, j’ai recruté plus de joueurs que prévu. On en avait envisagé trois ou quatre. Aujourd’hui, on a finalement huit nouveaux. Nous avons beaucoup investi d’argent sur le recrutement. Maintenant, c’est la gestion humaine qui compte. On a des joueurs de qualité. Il faut du temps et il faut un chef d’orchestre. Il faut aussi qu’on s’adapte aux joueurs et pas l’inverse. »

Pour Waldy, privé de chéquier pendant deux ans, un mercato réussi, c’est un mercato fourni. Et peu importe si ton staff te demande seulement 3-4 joueurs, on en recrute huit, mais surtout pas ceux demandés au départ par l’entraineur (Thomsen, Sio, Bauthéac,…). Der Zak’ qui prend un petit taquet au passage sur « la gestion humaine » du groupe.

« Dur, dur, dur. Déjà, il ne faut pas s’affoler. Il ne faut pas oublier que Rennes se construit depuis plusieurs années. Et nous, c’est la première année depuis deux ou trois ans qu’on peut recruter vraiment sérieusement. Il y a beaucoup de nouveaux joueurs. Il faut laisser du temps. (…) Après cinq matchs, on dramatise beaucoup… Encore plus comme on vient de perdre contre nos voisins. Mais, Rennes est en avance par rapport à nous. Pendant que, nous, on était en Ligue 2, d’autres travaillaient très bien et investissaient. Je pense qu’il faut être vigilant et il faut se concentrer. C’est ce que j’ai dit aux joueurs lundi matin. »

Rappelle nous à cause de qui on était en L2 ? Et prendre exemple sur Rennes, qui empile les joueurs depuis 3 ans sans rien en faire, merci, hein. Pitre.

La compo :

Bon, on avait quelques blessés et suspendus quand même, et des nouveaux à intégrer, c’est vrai. Patience, ça peut s’améliorer, mais le mois de septembre pourrait aussi très bien être fatal à Der Zakarian…

 

Les gars de chez nous :

Dupé (3/5) : Ne peut pas tout faire.

Sabaly (4/5) : Il a marché sur le côté droit rennais tout le match, sans doute aurait-il pu être utile de l’autre côté, là où l’on prenait le bouillon…

Djidji (3/5) : A deux doigts d’un penalty, solide par ailleurs.

Cana (3/5) : Il va faire du bien, et souffler dans les bronches de tous ces petits cons.

Dubois (0/5) : Eric Cubilier.

Deaux (0/5) : Alioum Saïdou. Remplacé par Bammou (90e), sans raison valable.

Rongier (3/5) : Eric Carrière.

Thomasson (0/5) : Ismaël Keita. Remplacé par Bedoya (61e), pour à peine mieux.

Adryan (0/5) : Stefan Babovic.

Sigthorsson (0/5) : Ivan Klasnic.

Sala (0/5) : Alain Cavéglia. Remplacé par Audel (80e), pour beaucoup mieux.

Les mecs connards d’en face (non/5) : ils nous ont dominé. Du début à la fin. Mais une semaine plus tard, la déception est passée : c’est Rennes, ils vont certainement terminer neuvièmes et se faire éliminer par un quelconque club amateur en quarts de finale de Coupe de France. Comme des cons. En attendant, la Breizhou parade, et c’est insupportable.

Raynald ne sait plus à quel saint se vouer, démerdez-vous avec les images du match. Et au fait, Monterrubio va (un peu) mieux.

Câlins beurrés

Raynald Dunoeud

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

3 commentaires

  1. Hé là, un Eric Carrière, c’est 5, pas 3.

    Et après, on entendra Kita se plaindre que les joueurs recrutés restent sur le banc, que de plus les gros salaires devraient jouer et que le club lui coûte beaucoup d’argent personnel.

    Le taux de suicide des académiciens nantais doit être encore plus élevé que celui de France Télécom ou de l’Office National des Forêts.

  2. Lire l’acad’ de ce match après le match de Sainté ça me donne l’impression que la deuxième passe mieux… Rien de sexuel(quoi que).
    Dubois, ça me parait sévère (tactiquement autour de lui y’en avait pas un qui savait quoi foutre, vive le 442 losange).
    Cana, putain bande de naïfs optimistes.

  3. Dur, dur, dur.
    J’aurais plutôt vu Sala en Pieroni et Dubois en Ibrahim Tall…mais l’essentiel est ailleurs.
    C’est vrai. Et c’est dur.
    Et y en a sûrement une autre à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.