PSG girly – Saint-Etienne (4-1), la Porte de Saint-Cloud Académie livre ses notes

« Le dimanche à Charléty, c’est le jour du PSG-girly… » Quand ma mère m’a entendu chanter ça à tue-tête sur le même air que le morceau d’Amadou et Mariam, elle a commencé à s’inquiéter pour de bon. Au début elle trouvait ça marrant que j’aille voir jouer des meufs. Ça l’avait même impressionné de me voir me débrouiller pour aller en tribune de presse et être en contact avec l’attaché de presse du girly-PSG. Sauf que maintenant elle flippe de me voir filer en école de journalisme plutôt qu’en prépa éco! Elle trouve que c’est un métier de traîne-savates… Par contre, ça fait plutôt marrer mon darron. Pour lui, le girly-foot ça ressemble plutôt à ça :

 

Allez, direction Charléty. On reste sur 2 victoires consécutives, dont la dernière contre Juvisy acquise dans la douleur. Menées à la mi-temps, les filles avaient finalement réussi à retourner la tendance à quelques minutes du terme de la rencontre. De quoi donner de la confiance pour la suite du championnat. Retour à la maison cette après-midi avec la réception de Saint-Etienne. Pas de quoi nous faire trembler, normalement… En plus, ce sera l’occasion de venger les mecs ! Pas de blessées de notre côté, Benstiti alignera donc son équipe-type, sauf surprise de dernière minute.

De mon côté, retour en tribune presse où je commence à avoir mes habitudes, et à me créer mon petit réseau. L’objectif avoué étant évidemment d’aller dans ce type de tribune, mais au Parc !

 

Retour de Charléty :

Y’a pas à dire, à chaque fois le plaisir est le même de regarder de loin les gens qui font la queue aux guichets pour rentrer dans le stade, et de se pointer royalement quelques mètres plus loin à l’entrée réservée à la presse et aux VIP ! Bonheur simple. Emotion d’un instant. Bon, je reconnais que j’exagère un peu sur ce coup, parce que cette fois-ci, y’avait pas énormément de spectateurs (environ 200, à vue de nez).

A peine le temps de dire bonjour aux « collègues », et le match démarre. A noter la présence sur le banc d’Asllani, au profit de Hamraoui. Le premier quart d’heure est largement en notre faveur, les Stéphanoises ne touchent pas le ballon, et les filles sont vite récompensées grâce à Horan, servie judicieusement par Boulleau suite à bon débordement côté gauche, évidemment. On se dit qu’on va pouvoir dérouler tranquillement, vu la faible opposition. Sauf que pas du tout. On s’ennuie ferme le reste de la première période. La possession de balle est parisienne, certes, mais on n’en fait rien. Notre jeu est trop stéréotypé, ça manque de spontanéité, on a du mal à jouer dans la profondeur. Ça en devient malheureusement sans intérêt. J’en veux pour preuve mes notes prises pendant la partie. Il y a un blanc énorme entre la 23° minute (bonne frappe de Dali) et la 42° (frappe de Horan). La bonne nouvelle vient des tribunes où un groupe d’une quinzaine de mecs fout un boucan pas possible en reprenant des chants qu’on n’avait pas entendu depuis le plan sécurité de Leproux. Nostalgie. Le réveil sur la pelouse arrive enfin, juste avant la pause. Suite à un gros travail de Kaci, le cuir revient dans les pieds de Kenza Dali. La Parisienne ne se pose pas de question, et du dehors de la surface, balance une demi-volée, un cachou, une praline, un pétard, une patate, sous la barre stéphanoise ! Oh-my-God ! Ce but ! #coeursurKenza On revient donc aux vestiaires avec un avantage logique. Même si on pourrait mieux faire.

Après la pause, on sent plus d’envie chez les filles. On squatte la moitié de terrain adverse, les ailières Houara et Boulleau en profitent pleinement. Les joueuses tentent souvent leur chance de loin, mais sans succès. A noter une grosse activité de Bresonik. Paris creuse davantage l’écart à la 69° minute. Cruz part dans un slalom à travers la défense, conclut par un tir que la gardienne détourne sur Boulleau, qui n’a plus qu’à pousser… On est facile. Un peu trop d’ailleurs, puisque les fameuses 5 minutes de relâchement suivant un but nous sont remettent les idées en place. Centre stéphanois, et belle reprise de volée de Moreau dans le petit filet de Pons. Aucun marquage sur l’attaquante, complètement seule en pleine surface. WTF ?! On maîtrise la fin de la rencontre. Benstiti fait tourner l’effectif. On se procure encore quelques occasions, et dans les arrêts de jeu, les demoiselles en plantent un dernier pour la route. Il est l’œuvre d’Asllani, après un cafouillage dans les 6 mètres.

Au final, une prestation plutôt convaincante. Il y avait quand même largement la place de scorer beaucoup plus, mais on ne va pas faire la fine bouche. Les filles ont bien joué et consolident leur seconde place au classement. Elles partiront donc en vacances l’esprit serein (mais seulement à la fin de la semaine ; il me semble qu’elles ont encore entraînement ces jours-ci).

Allez, c’est Noël, des (très) bonnes notes pour tout le monde !

Prochaine académie a priori en janvier ; on recevra deux fois de suite. Pas encore sûr de pouvoir y assister, ce sera la surprise.

 

Pons (3/5) quasiment rien à faire de la partie, elle a dû avoir bien froid en regardant jouer ses copines. Elle ne peut pas grand-chose sur le but encaissé.

Houara (4/5) très bon match de Jessica. Peu mise en danger sur son côté, elle en a profité pour monter régulièrement, surtout en seconde période. Elle a pu évoluer très haut et s’en est donné à cœur-joie ! Vraiment un bon apport offensif côté droit. Bien ouèj’ !

Krahn & Delannoy (4/5) la charnière s’est montrée intraitable. Exception faite sur le but adverse… Mais leur match a été solide. Une bonne complémentarité entre les 2, une bonne vision du jeu, une meilleure qualité de relance, et l’expérience qui parle.

Boulleau (4/5) comme Jessica, elle a largement exploité la faiblesse de son vis-à-vis pour gambader dans son couloir gauche. Au final, des stats’ qui parlent d’elles-mêmes : une passe décisive et un but. Quand elle joue ainsi, Laure est inarrêtable !

Bresonik (4/5) elle aurait mérité de marquer, ne serait-ce que pour récompenser sa débauche d’énergie. Elle nous a fait admirer sa technique pendant 90 minutes, c’en était impressionnant. Moins en réussite sur ses frappes lointaines.

Cruz (5/5) de nouveau la meilleure joueuse de l’après-midi. Cette fille est stupéfiante. Quelle technique, quelle aisance, quelle facilité, quelle vista, quelle clairvoyance dans le jeu. On se régale à chaque match. Et que de ballons récupérés ! Vraiment précieuse !

Kaci (4/5) une très grosse activité au milieu de terrain. On n’a quasiment vu qu’elle en première période. Elle est à l’origine du second but. Plus « calme » après la pause, mais toujours aussi utile. Bravo Aurélie.

Dali (3/5) une rencontre en demi-teinte. Son but est une merveille du genre. Malgré tout, on l’a connue plus en verve que ça. En tout cas, elle fait partie de celles qui ont le plus de technique dans l’équipe, et elle a beaucoup remué sur son côté, de quoi gêner énormément les stéphanoises.

Horan (3/5) malgré son but, l’Américaine n’a forcément été à la fête. Du mieux en seconde période.

Hamraoui (3/5) une bonne partie de la part de la grande demoiselle. C’est dommage qu’elle ne profite pas plus de sa taille et de sa carrure pour s’imposer davantage. Quelques bonnes combinaisons avec ses collègues.

 

Les remplaçantes :

Debonne (non notée) un quart d’heure de jeu intéressant.

Asllani (non notée) elle rentre, elle score. Un coaching payant donc. Quand bien même c’est un but de raccroc.

Kaabachi (non notée)

 

Les adversaires : plutôt faiblardes. Mais une belle réaction d’orgueil sur la réduction du score.

 

Si vous voulez faire de moi une reu-sta au bahut, si vous voulez faire grimper ma cote de notoriété populaire, bah faîtes pas vos crevards : likez mon acad’, googleplussoyez mon article, et followez-oim ! Il en va de ma réput’! Et puis lâchez des commentaires aussi ! Bitch, please.

 

Petit-Louis Fernandel

 

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

8 commentaires

  1. Tu as oublié de préciser qu’on avait eu des sandwichs plutôt bons en tribune de presse. Parce que ça, c’est vraiment très important !

  2. @julius: zut! Je savais que j’avais oublié un truc… Le pire, c’est que je voulais en parler!

  3. Hey hey coco, un des 15 « fouteurs de boucan » t’engueule régulièrement à propos de Bodmer ;).

  4. Bonjours,je trouve tres bien que l on parlent de plus en plus des filles.j’etait entraineur des feminines de verneuil(60) et elles on ete championnes pour leur 2eme annee en commun c’etait mes meilleures annees d’entraineur et pourtant je suis rester dans le monde du foot de 6 a 46 ans.etant en plus supporter du psg depuis 1975 ,je me regale de voir une belle equipe pro mais aussi une super equipe de feminines,l’annee prochaine elles vont tout gagner.bravo.

  5. Donc en gros, quand il s’agit de pas défendre, les défenseurs latéraux filles sont fortes ?
    gébon ?

  6. Sinon PLF les notes du match des hommes contre Lyon c’est pour quand ? Je commence à croire que cette académie te sers plus à pécho qu’à parler de foot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.