PSG – Toulouse (1-0) : La Porte de Saint-Cloud au service minimum

Karma : Dogme central de l’hindouisme, du bouddhisme, selon lequel la destinée d’un être vivant et conscient est déterminée par la totalité de ses actions passées, de ses vies antérieures.
Je savais bien qu’un jour on paierait ce but de Diané, marqué au ralenti, le temps de sceller un contrat dans le sang avec ce salaud de Lucifer.
Il fallait payer les recrutements de Kezman, les sorties d’Apoula, les tacles de Tallal, et j’en passe, on risque de manquer de temps sinon.
La Karma a cette capacité, à te faire payer ça, mais on ne le pensait pas si rancunier et tenace. On pensait que les éliminations en février étaient notre fardeau, malheureusement cela ne suffit plus. En plus d’en chier dès le début de saison avec un tirage triple A en LDC, les accusations de matchs truqués (on n’est pas mouillé, alléluia), Médiapart et Elise Lucet qui décident de venir faire les poubelles, voilà que le virus Trêve Internationale frappe à la porte.
On pensait souffler, on penser se reposer avant d’attaquer cette fin d’année plein pot, mais Deschamps/Tite ont décidé de s’y mettre, en faisant jouer nos 400M dans des matchs bidons. Exit donc Kyky et NeyNey, place aux spéculations médicales pour savoir si les deux pourront plier les Reds dans un krunch improvisé.
Avant ça, faut se coltiner les affaires courantes, et c’est le TFC qui vient au Parc prendre sa gifle, ou pas.

DIE MANSHAFT:

Thomas respecte ses classiques, et ressort son 3-4-3 pour contrer le terrible TFC. Face à la pénurie signée « trève internationale », Rabiot ressort du frigo, et Draxler s’en va humer l’air plus haut.
paris


DAS SPIEL:

Toulouse débarque en bétonnant, un peu comme Macron l’a fait autour de l’Élysée ce samedi.

On bétonne, on patiente, en espérant un contre des familles pour niquer Tuchel, le plan est marqué sur le front des violets, mais Edi ne l’entend pas de cette oreille, et décide de régaler le Parc, contre, sombrero pied gauche, finition en volée pied droit. Dix minutes pour briser le mur, tandis que le trio Kimpembe/Silva/Marqui gère tranquillement, même si Dossevi s’amuse avec Presnel, d’où les deux flèches envoyées par Gradel/Moubandje qui ambiancent les tribunes.

Voilà, le match est terminé, entre technique aléatoire et faux rythme, le ballon tourne, mais n’est pas gilet jaune qui veut, difficile de dépaver la surface toulousaine, surtout quand on ne trouve par ce cher Edi le marteau piqueur.

Pas grand chose à tirer de ce match, maintenant on va tous sacrifier une vierge (ou une bière) pour faire plier la Reds Academy mercredi.


DIE NOTIZEN:

BUFFON (3/5): Impeccable sur le plan stylistique, heureusement qu’il est là pour rattraper le flow des sœurs lesbiennes Alves/Kurzawwa (limite, j’avoue).

MARQUNHOS (2+/5): Bof, c’est pas un mauvais match hein, mais comme je l’ai dit, quand Tiago est là, Tallal glisse au second plan volontairement, là où il serait temps de s’émanciper.

SILVA (3/5): Le patron, maintenant qu’il a fait sa connerie qui peut coûter chère, contre le punching ball préféré de Roberto, Tiago va passer en mode Beast, heureusement, parce que le mercredi s’annonce chaud au Parc.

KIMPEMBE (2/5): Presnel a perdu son mojo, Presnel s’est fait marcher dessus par Dossevi, Presnel va mal, aidons Presnel, parce que Thilo et Stanley attendent derrière. + 1 pour le sauvetage.

MEUNIER (2/5): Il est fatigué le Belge, à force de l’ouvrir comme un pélican, c’est forcément plus compliqué. Il marquera contre Liverpool, notez-le.

VERRATTI (3/5): Aimant à ballon, en forme depuis que Mancini lui donne vie en sélection.  Dans le dur quand il faut arrêter des contres sans faire faute, mais va falloir s’y mettre mercredi, par contre. PS : Cavani faut le lancer par dessus la défense, pas sur les côtés.

RABIOT (2/5): Exaspérant.

DIABY (3/5): Un peu surcoté, logique il n’a pas fini son dépucelage. Arrière gauche, ailier, guichetier. Très utile ce petit bonhomme, on comprend mieux Thomas. Du déchet offensivement, du cœur défensivement, c’est son activité qui a dû épuiser Rabiot.

DI MARIA (2/5): Tantôt Argentin, tantôt joueur de N3. Je vous ai prévenu, va falloir le garder sous surveillance après sa prolongation.

DRAXLER (1/5): C’est le Julian qu’on n’aime pas, celui qui ne se pointe pas sur le terrain.

CAVANI (5/5): Le nombre de ballons touchés, la note artistique pour le but.

cavani

NKUNKU (NN): Attendre 80 minutes pour remplacer le fantôme de Draxler ? Sérieusement ?

CHOUPO (NN): On doit vraiment dire quelque chose ?

ALVES (NN): On est vraiment content de voir revenir le meilleur ami de Patrice Evra.

 

Papus Camarade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.