Rennes-Lille (2-1) : La Breizhou Académie livre ses notes

Salut les asticots,

Deuxième match de ce mois de février complètement dingue et deuxième réception d’affilée : Lille, en coupe de France. Les Lillois restent sur six victoires toutes compétitions confondues, on reste sur un succès dégueulasse contre Amiens avant de recevoir Sainté puis le Betis… ‘Tention les yeux.

La composition :

Tant qu’à ne pas avoir de banc, autant jouer toutes les compétitions à fond, comme on dit. La Stéph’ aligne son équipe-type du moment et préfère Hunou à Niang ou Pefok.

Koubek – Zeffane, Mexer, Da Silva, Traoré – Grenier, André – Bourigeaud, Sarr – Ben Arfa, Hunou.

Le match :

Si la première occasion du match est l’oeuvre de Ben Arfa via un coup-franc direct dans le petit filet de Maignan, ce sont bien les Lillois qui démarrent pied au plancher, mais aussi pied dans nos gueules avec trois fautes en quatre minutes. Les Nordistes se procurent une grosse occasion à la 11e minute par Ikoné qui efface Da Silva avant de se présenter seul face à Koubek. Le gardien tchèque sort la frappe à bout portant d’une magnifique manchette.

Quelques minutes plus tard, le destin semble avoir clairement choisi son camp, puisque Soumaoro, capitaine et défenseur lillois, est expulsé pour un vilain tacle sur Mexer. Heureusement, le Mozambicain reprend sa place et le SRFC évoluera à 11 contre 10 pendant plus d’une heure.

Les Hauts-de-Français se réorganisent et ne semblent pas particulièrement gênés par cette infériorité numérique. Les Rouge et Noir sont empruntés et trouvent peu de combinaisons offensives. Koubek s’emploie même sur une tentative de lob d’Ikoné.

Jusqu’à la demi-heure de jeu, où Sarr sollicite le une-deux avec Hunou dans la surface adverse avant de trop croiser son tir. Les p’tits gars du Stade confirment leur mainmise sur le jeu, les Lillois se recroquevillant devant leur surface et cherchant les contres avec Bamba, Ikoné et Pépé. Maignan va à nouveau au charbon sur une frappe à bout portant de Hunou. Malgré une pression certaine, les Rennais rentrent au vestiaire sans un avantage qui, s’il n’aurait pas été totalement mérité, n’aurait pas non plus été absolument hors de propos. Cette phrase vous a été offerte par l’Association des Amis de Rolland Courbis.

La deuxième période débute avec un changement côté breton : André, manifestement blessé, cède sa place à Niang. Celui-ci prend l’aile gauche tandis que c’est Bourigeaud qui redescend dans l’axe près de Grenier. Sarr confirme son statut de joueur subissant le plus de fautes en Ligue 1 en se faisant descendre par Xeka. Alors lui, non seulement il défonce tout le monde, mais en plus il vient gueuler contre la décision arbitrale, et il est roux. Ca fait beaucoup pour un seul homme.

Dans la foulée, Ben Arfa est à deux phalanges de Maignan d’inscrire le plus beau but involontaire de la saison (48e). Sa tentative de centre de l’extérieur du gauche manque d’atterrir en lucarne opposée, mais le gardien lillois est vigilant. Trois minutes plus tard, Adrien ‘El Renardo’ Hunou trouve la barre en coupant de la tête au premier poteau un bon centre de Traoré. C’est évidemment au moment où les Rennais mettent le plus de pression que les Lillois se décident à marquer : sur un contre adverse à 2 contre 4, les Rennais trouvent le moyen de concéder un corner très con et de prendre un but encore plus con via la tête de Pépé, dont le marquage était assuré par… Traoré. Peut-être qu’avant la fin de la saison on bossera les CPA défensifs, sait-on jamais. Rennes 0-1 Lille.

Déjà que les Dogues étaient cimentés autour de leur surface, avec ce but d’avance ils sortent les barbelés et les miradors. De leur côté, les Rennais sont trop statiques et retombent dans leurs travers : recherche systématique de Sarr, empalements insupportables de Ben Arfa après mille dribbles sur la défense adverse… On se dit que ça va être long et qu’on va sortir sans gloire.

Deuxième changement : Zeffane est remplacé par Siebatcheu (72e), Stéphan tente le tout pour le tout. Et ça paie : sur son premier ballon, Pefok égalise de la tête suite à un centre de Ben Arfa, repris par Bourigeaud. Rennes 1-1 Lille.

Les joueurs de Galtier sont cuits physiquement et avec cette égalisation, ont laissé passer leur chance. Les Rouge et Noir font le siège du but de Maignan et finissent par prendre l’avantage dans le temps additionnel avec un copié-collé du premier but. Un corner de Bourigeaud passe devant tout le monde, est récupéré au 2e poteau par Niang qui trouve Siebatcheu de la tête. L’attaquant prend le dessus sur deux défenseurs lillois pour ajuster Maignan. Rennes 2-1 Lille.

Fin du match. Pfiou, on a eu chaud aux miches. Mais voyons les choses positivement : on enchaîne un deuxième succès d’affilée, contre le 2e de Ligue 1, on recevra Orléans en quarts donc on peut décemment espérer être en demies, et surtout on s’évite de justesse une prolongation avant de recevoir Sainté et le Betis. Et surtout, aborder ces deux échéances avec deux victoires, fussent-elles étriquées, est toujours bon pour la confiance.

Les joueurs :

Koubek : 3/5. Il a été solide, vigilant, il ne peut rien sur le but de Pépé. Du bon Koubek.

Zeffane : 2/5. Il a été correct, mais il aurait pu apporter plus offensivement, surtout en supériorité numérique. Remplacé par Siebatcheu (72e) : Not all heroes wear capes.

Mexer : 3/5. Victime d’un sale tacle de Soumaoro, il a pu continuer le match et a été plutôt bon.

Da Silva : 3-/5. Match correct, mais il se fait bien enrhumer par Ikoné en début de match. Et il doit mieux diriger sa défense sur les CPA bordel.

Traoré : 2/5. Beaucoup moins influent devant qu’à l’accoutumée. Et Pépé lui mange sur le crâne sur le but.

Grenier : 2/5. Il a joué plutôt bien, mais il devrait prendre plus le jeu à son compte et ne pas le laisser systématiquement à Ben Arfa, surtout quand Hatem fait sa tête de con comme ce soir.

André : 3/5. Match solide jusqu’à sa sortie sur blessure à la pause. On flippe, une absence prolongée serait tragique. Remplacé par Niang, 3/5 : Des dribbles patauds mais de l’activité et une passe décisive au bout du suspense. De mieux en mieux.

Bourigeaud : 3/5. Il joue juste, il court partout, il donne une passe décisive et une passe-clé. On ne va pas se plaindre, hein.

Ben Arfa : 2/5. C’est terrible, parce qu’au final il est à l’origine du 1er but et de quelques grosses occasions en première période, mais il est tellement casse-burnes pendant 98 % du temps, qu’on préférerait passer ses vacances avec Christophe Castaner plutôt que de lui laisser le ballon.

Sarr : 2/5. Il subit plus de fautes qu’une de mes copies de maths au lycée, mais ça ne fait pas oublier un match globalement en demi-teinte. S’il se réserve pour l’ASSE et Séville, on lui pardonne.

Hunou : 3/5. Pas en réussite à la finition, il s’est créé moult occasions dans un style aussi jouissif pour nous qu’agaçant pour les adversaires : le vrai renard, ni grand, ni costaud, ni rapide, mais toujours là où il faut. Il aurait mérité de marquer. Remplacé par Gélin (90+2), histoire de faire chier Galtier jusqu’au bout.

Une qualif’ qui fait du bien. Maintenant il faut confirmer, parce que la saison du club se joue ce mois-ci.

ALLEZ RENNES

Marco Grossi

Marco Grossi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.