Sochaux-AC Ajaccio (0-2) : c’est la belle vie pour I Sanguinari

Deux clubs rétrogradés à l’été par la DNCG, deux clubs sur lesquels personne ne comptait et pourtant deux clubs qui jouent les premiers rôles en Ligue 2.

Bon j’avoue, je suis pas mal en retard pour ce compte-rendu. Alors on va faire court. Le départ se fait tôt le vendredi matin, en 106. Une 106 qui est donc de retour sur ses terres d’origine, Peugeot ayant ses usines historiques à Sochaux. Avant d’aller au stade, un petit détour vers un restaurant de spécialités locales s’impose. Direction la Table Comtoise, à Étupes, pour y déguster une petite fondue locale pas piquée des hannetons. Du fromage fondu, de la charcuterie, une petite bière. Que demander de plus ? Nous sommes heureux. Pas comme la vieille aigrie à la table derrière nous, visiblement une habituée. Quand la serveuse lui demande si elle a bien mangé, elle répond : « Non, ils sont pas bons vos rösties (à prononcer ‘reuchti’), ils ont un goût de périmé, c’est pas bon. Vous êtes sûrs qu’ils sont pas pourris ? ». Ce à quoi la restauratrice répondra, avec un sang-froid exemplaire : « Non, madame, ils sont frais, on les a fait ce matin ».

Après ce bon repas, place à la digestion. Petite sieste dans la voiture sur le parking de l’aventure Peugeot, petite visite du musée Peugeot (grosse déception, il n’y avait même pas de 106 exposée à l’intérieur) et petite bière dans un troquet local. C’est là-bas qu’une jeune serveuse (majeure, ne vous inquiétez pas), nous a fixé (nous = les deux membres d’I Sanguinari qui avaient fait le déplacement) pendant de longues minutes. On ne sait pas si elle a flashé sur l’un de nous ou si c’est l’odeur des caisses lâchées par mon pote (RIP le bide après une fondue) qui lui chatouillait les narines. Si tu lis ce compte-rendu, toi la serveuse, merci de te manifester en DM.

Aux alentours de 18h30, il est l’heure de se retrouver au parking du parcage visiteurs du stade Bonal. Plusieurs autres personnes nous ont rejoint. Nous serons donc 9 supporters acéistes ce soir-là à Sochaux. Les stadiers nous accueillent gentiment mais pas très rapidement, comme d’habitude à Sochaux. Le stadier en chef me dit : « On m’a parlé qu’il y avait une star des réseaux sociaux qui venait en 106 aujourd’hui, c’est toi ? ». On commence à se faire reconnaître par les encadrants des matchs, ce qui pourrait nous aider dans des situations difficiles éventuelles dans les semaines et mois à venir. La fouille est assez tranquille et on peut entrer dans le stade. Il fait plutôt beau, le stade est rempli par 10 000 supporters sochaliens et l’affiche s’annonce belle entre deux clubs qui jouent le haut de tableau.

Avant le coup d’envoi, direction les chiottes. Les toilettes du parcage visiteurs du stade Auguste Bonal ne sont pas de première fraîcheur. Esthétiquement parlant, ce n’est pas ça du tout : il y a des tags rayés en noir, des stickers décollés et défraîchis un peu partout et une peinture vieillotte. Les chiottes des hommes ne sont pas très grandes, au contraire de celles des femmes, juste à côté.

Côté propreté, ça le fait. Ce n’est pas d’une extrême propreté mais ce n’est pas sale non plus. Et enfin, niveau confort, il y a de l’eau au robinet, du PQ et du savon, mais pas de torchon pour s’essuyer les mains propres. Et puis surtout, on a droit seulement à chiottes à la turque. Note : 1,75/5.

Dans la foulée, on nous indique que la buvette du côté visiteurs ne sera pas ouverte, ou du moins, pas tout le match. On en profite pour aller se chercher un casse-dalle de suite.

Les + :

  • Un sandwich thon-mayonnaise, ça change.
  • Le sandwich est long, bien garni et frais.
  • Salade, tomates, mayonnaise, thon, il y a tout ce qu’il faut.
  • On repart avec un verre collector du match.
  • Le mec de la buvette était sympa. Il a voulu aller nous chercher de la bière (mais elle était sans alcool donc on a refusé) et il a été arrangeant. Bon accueil.

Les – :

  • Le prix : même avec le gobelet, plus de 9 euros pour ça, c’est cher payé.
  • Le pain n’était pas du vrai pain.
  • Le fait que la buvette ne soit restée ouverte que de 19h45 à 19h55.
  • Dans les autres tribunes, les spectateurs ont eu droit à des frites et du chaud, pas nous.

Note sur le guide Michelin/Perfettu des buvettes de Ligue 2 : 3/5. L’accueil a été bon, même si on aurait aimé qu’il dure plus longtemps. Les produits servis étaient bons, frais et consistants, même si on aurait aimé du meilleur pain et des produits chauds, comme dans les autres tribunes. L’ensemble est plus qu’honorable, malgré un prix peu attractif.

Le match peut commencer, sous les encouragements nourris des supporters ajacciens. En plus des membres d’I Sanguinari, on retrouve deux familles de supporters qui n’habitent pas très loin de Sochaux. Et dès le début du match, nous sommes servis. Pénalty pour Sochaux et double arrêt dans la foulée de Benjamin Leroy, idole d’un soir et bien plus encore. La défense ajaccienne montre une solidité sans faille et l’équipe au complet un état d’esprit conquérant. Juste avant la pause, Matteo Tramoni ouvre le score, récompensant ses excellentes dernières prestations. En deuxième période, toujours les mêmes ingrédients : solidité, envie et efficacité. À la 68e minute, Cyrille Bayala inscrit un pénalty qu’il s’est légèrement disputé avec Gaëtan Courtet. Le Burkinabé vient d’inscrire son premier but avec l’ACA, contre son ancien club. L’équipe vient célébrer devant notre petit parcage rempli de joie.

C’est une fin de match stressante à laquelle nous assistons, mais au final, la victoire est à la clef. Les joueurs acéistes viennent tous nous saluer à la fin et Qazim Laci vient même donner son maillot à un jeune présent en parcage. C’est sur cette bonne note que ce déplacement se termine. La 106 a tenu le choc, à l’aller comme au retour. On est venu, on a mangé, on a vaincu, on est reparti. La belle vie, non ?

Perfettu

Perfettu Erignacci De l'Aiacciu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.