Autriche – Macédoine du Nord (3-1) : l’Alcoolo-Skopje Académie envahit l’Euro

Salutations, manant !

Et surtout n’oublie pas de t’incliner devant les héritiers d’Alexandros Ho Mégas et devant son successeur, Goran Pandev.

Car oui, quand la glorieuse Macédoine se rend en Europe, c’est ni plus ni moins pour annexer l’intégralité du bassin méditerranéen. Alexandre le Grand comme vous dites ici n’a-t-il pas conquis la majeure partie du monde antique sans jamais subir la moindre blessure ? (bon d’accord il est mort à 33 ans à cause d’un moustique, autant pour son invincibilité). 

Avant de commencer et de chanter les louanges de Goran Pandev, nous tenons à remercier l’UEFA et son bel homme de président Aleksander (tiens donc) Ceferin. Sans le camarade slovène, nous ne serions pas ici : nos troupes ont terminé à la troisième place de leur groupe qualificatif, derrière la Pologne et l’Autriche (ne pas faire de blague, ne pas faire de blague). Mais une victoire dans le groupe D de la Ligue des Nations suivie d’un barrage maîtrisé contre les descendants de Staline nous ont ouvert la voie vers notre première compétition internationale. Que nous allons évidemment écraser.


LE MATCHEV 


D’accord, je le reconnais, le plan de bataille n’était peut-être pas au point. Il faut dire que nous n’aurions jamais pu imaginer que les buveurs de Red Bull auraient décidé de jouer au football, et encore moins en appliquant les principes de Nagelsmann. Nous n’avons par conséquent rien de négatif à dire sur l’ouverture du score de Stefan Lainer, à la réception d’un excellent centre de Marcel Sabitzer (ne dirait-on pas un nom d’académicien autrichien ?).

C’est alors que les presque Allemands (pas les Alsaciens, les autres) semblent enfin se rappeler à qui ils ont affaire et offrent l’égalisation à Sa Majesté Goran Pandev. Le gardien autrichien sera épargné au moment du retour de l’Empereur, au contraire de David Alaba, dont la merveille de centre a réussi à faire marquer le petit Gregoritsch à un quart d’heure de la fin.

Nos joueurs, déjà copieusement carbonisés, tentent péniblement de repartir à l’assaut, mais se font avoir en contre et à deux minutes de la fin, le Serbe le plus énervé depuis Justinien, Marko Arnautovic, crucifie Dimitrievski pour le 3-1. Rien ne presse, les Pays-Bas et l’Ukraine plieront bientôt devant l’armée macédonienne.


LES GORAN PANDEV


Dimitrievski (3+/5) : Auteur de quelques raies de très grande classe, notamment une incroyable devant Gregoritsch, son hésitation sur le deuxième but ternit quelque peu sa copie.

Alioski (2/5) : Il n’a pas pu, les remonte-pentes étaient fermés.

Musliu (2/5) : Vu son manque d’énergie en fin de match, il aurait mieux fait de prendre des céréaliu au petit déjeuner. Remplacé par l’autre Ristovski, pour les quotas.

Velkovski (3/5) : Aurait eu encore plus de points s’il avait eu la présence d’esprit de découper Arnautovic.

Ristovski (3-/5) : Contrairement à son compère, il a décidé de demeurer au pied des pistes, au cas où.

Nikolov (2-/5) : A une demi-heure près, on aurait pu penser qu’il avait la condition physique adéquate. Remplacé par Bejtulai, dont la légende raconte que, trois jours après le match, David Alaba attend toujours qu’il monte sur lui.

Elmas (4-/5) : Je le préfère dans les Randonneurs, mais il s’en est plutôt bien sorti.

Ademi (2+/5) : Noté en conséquence

Bardhi (3/5) : Pris dans la densité du milieu de terrain autrichien, il s’en est malgré tout plutôt bien tiré. Remplacé par Trickovski et ses dribbles en point de croix.

Trajkovski (2/5) : Avec des ballons exploitables, c’eut été mieux. Remplacé par Kostadinov, car, sait-on jamais, dans les arrêts de jeu…

Goran Pandev (5/5) : Vingt ans d’errements capillaires n’ont pas nui à sa qualité footballistique.


Et pour les autres académiciens du groupe :

Sur ce, bise sur vous et gloire à l’Empereur !

Johny Kreuz

J'ai autant de clubs de cœur qu'Alex Oxlade-Chamberlain a de neurones. Seul supporter non-basque de Bilbao et Cazorliste convaincu.

6 commentaires

  1. Aah, M. Mac… Creuse, quel plaisir de vous lire ici !

    Au fait pour une bonne macédoine (je m’étonne que vous ne l’ayez pas posté), il faut :
    4 pommes de terre
    10 carottes
    200 g de haricots verts frais
    100 g de petits pois frais
    8 œufs
    3 c. à soupe de mayonnaise
    Sel, poivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.