La Gunners Academy souhaite un mistral gagnant à Abou Diaby et vous parle un peu de l’été d’Arsenal

4

Ça fait déjà quelques temps que je gardais ce papier au fond d’un tiroir. Peut-être parce que je refusais l’évidence. Peut-être aussi parce que ton départ paraissait inéluctable. Tonton t’avait une nouvelle fois proposé un contrat. Lui que l’on présente volontiers comme un manager moneyball, utilisant ses joueurs comme des marchandises pour enrichir le club, a une nouvelle fois prouvé qu’il est tout le contraire d’un grippe-sou.

Tu as donc préféré tenter de rebondir ailleurs. Ne crois pas que je t’en veuille, au contraire. Je pense que c’était la bonne chose à faire. A toi la découverte de la Provence, du soleil, des navettes, de ses municipalités à l’honnêteté enviée par l’édile de Levallois-Perret, et de la Commanderie. Pour t’épauler, le président du club a recruté un autre ancien cadre des Bleus au début des années 2010, Lassana Diarra. De quoi sur le papier se qualifier aisément pour la prochaine Ligue des champions et pourquoi pas effectuer un beau parcours européen cette saison. Bon dans ce paragraphe, initialement y avait aussi quelques lignes sur Bielsa mais l’univers n’a pas voulu.

Que retenir de ton passage chez les Canonniers du nord de Londres ? Histoire d’en parler une fois pour toutes, oui tu as connu une avalanche de blessures. A qui la faute ? Certains se déchaînaient contre le staff médical, d’autres contre la pelouse de l’Emirates et pour Tonton, tout est parti du tacle atroce que tu as subi contre Sunderland lors de la saison 2006-2007 (il l’a toujours maintenu d’ailleurs). Mais ce que la plupart des supporters (du moins tous ceux de ma connaissance) gardent en mémoire, c’est ton incroyable mental, qui t’a permis de revenir à chaque fois. Ton professionnalisme a d’ailleurs toujours été cité en exemple, tant d’autres auraient jeté l’éponge bien avant toi. Selon certaines sources exclusives (indice : la source a été interviewée ici-même par le patron il y a quelques temps ; en deux parties), tes problèmes seraient liés à un dysfonctionnement profond de tes chaînes musculaires. Pour schématiser, ton corps semble avoir été construit par les mêmes ingénieurs qui ont conçu ce pont.

Difficile donc de lutter, a fortiori dans un championnat aussi engagé que la Premier League. Pourtant, dès tes premières apparitions, tu as suscité chez nous l’espoir fou d’évoluer avec un milieu encore plus complet que Patrick Vieira. Je me souviens encore de ce match de Ligue des Champions contre Liverpool en avril 2008. Toi, Fabregas et Flamini, vous nous aviez régalé avec un jeu léché à une touche de balle si propre qu’un fan de Chelsea non averti n’aurait jamais pu reconnaître ce sport qu’il voyait à la télé. Cherry on the cake, tu t’étais même payé le luxe d’ouvrir le score. Mais de ce match fou, où Walcott a fait marquer Adebayor (true story), ce sont les Reds qui sont sortis vainqueurs. Peu importe, j’en garde encore un excellent souvenir.

Tu nous a régalés en tellement d’occasions que je ne vais pas toutes les énumérer (je soudoierai plutôt ce monsieur pour le faire). Je me contenterais d’un simple fait : en dépit de tous tes pépins, trois sélectionneurs consécutifs ont souhaité, à un moment ou à un autre, faire de toi l’homme de base du milieu de terrain des Bleus. Pas un mince exploit quand on ne compte que 16 sélections. Car au fond, tout le monde sait que tu as un Yaya Touré dans chaque jambe, que ta technique et ta justesse sont tellement indécentes que même Gwen Tagrenmer n’ose pas mettre de gif de tes actions dans ses Acad’. Surtout, tout le monde sait que si l’OM réalise une excellente saison avec toi, tu marcheras sur l’Euro 2016. Tu le mérites.

ZE PRE-SISONNE :

On vous avait quitté moroses, avec des Gunners qui venaient systématiquement s’empaler dans l’axe, tels de vulgaires anglais sur le pont de Stirling, mais rassurez-vous, l’ambiance est au beau fixe dans les locaux de l’Academy. Enfin les locaux… Je vous écris actuellement d’une cave de 8.8 m², infestée de blattes, cafards et autres parasites de la famille des johnterrinidés. Heureusement, l’agence immobilière nous a fait un prix d’ami.

Ouf, je viens d’apprendre que je bénéficiais d’une surface de 20 mètres cubes. Me voila rassuré.

Où en étais-je ? Ah oui, pourquoi ça va mieux ? Eh bien, tout simplement parce que depuis juin, on gagne. Tout. La finale de la Cup ? Une broutille, tant notre milieu a offert un récital face aux très limités Villans. Résultat : une victoire nette (4-0), sans bavure, et une jolie fête à la clé pour vos académiciens au Lion’s.

Arsenal remporte la Cup
Tout est dans le regard. Photo : Charles Chevillard

Les Gunners sont ensuite repartis sur des bases somme toute solide pour étriller Lyon lors de l’Emirates Cup (oui on sait, ce sont des matches amicaux, mais quand le score prend cette ampleur, on savoure) par six buts à zéro. Les images sont ici (attention, si vous êtes Lyonnais, passez la première minute et la blessure de Grenier ; si vous êtes Stéphanois, pensez à redescendre de votre hélicobite, vous pourriez rater la Divette). Continuant sur leur belle lancée, nos gars ont ensuite mis fin au signe indien en battant le Chelsea de Mourinho lors du Community Shield (mais si vous savez, le trophée qui ne compte que quand vous le gagnez, le Père Fidalbion en a déjà parlé par ici).

ZE TRANSFERTS : 

Ils nous quittent et bon débarras :

Wojcech Szczesny : Parti en prêt à l’AS Roma (donc oui, ce n’est que temporaire probablement). J’ai connu Rudi Garcia plus visionnaire. Parce que la saison dernière, entre son niveau toujours abyssal (pas le Abyss de James Cameron hein, non le fond de la fosse des Mariannes) dans les airs et ses problèmes extra-sportifs, il était devenu un vrai fardeau.

Lukas Podolski : A succombé à l’appel du Bosphore. Les dirigeants stambouliotes ont en revanche certainement été influencés par l’excellent match de l’Allemand contre eux en C1. Le seul de sa saison d’ailleurs.

Ils nous quittent (temporairement) pour se faire les dents :

Carl Jenkinson : En net progrès depuis son prêt à West Ham l’an dernier. Comme l’arrangement plaît à tout le monde, bis repetita placent (insérer ici vanne sur un ancien jouer des Girondins).

Isaac Hayden, Jon Toral et Ainsley Maitland-Niles : Encore trop tendres pour la Premier League (dixit Tonton), on leur propose du temps de jeu en Championship.

Yaya Sanogo : Je le trouvais de mieux en mieux avant son prêt à Palace mais on ne peut pas dire que l’expérience a été concluante. On lui propose donc le grand bain de l’Ajax (qui ne jouera malheureusement pas la C1, désolé Rhinit Michuls).

Ils nous quittent pour de bon (et ça fait chier pour certains) :

Ryo Miyaichi : Parti libre à Sankt Pauli. Un joueur pour hipsters (il devient rapidement monstrueux dans FIFA et Football Manager) dans un club de hipsters, ça devrait faire des étincelles.

Semi Ajayi  et Brandon Ormonde-Ottewill : Qui ça ?

Abou Diaby : Il me semble l’avoir brièvement évoqué plus haut.

Ils restent mais leur futur est aussi flou qu’un schéma tactique de Guy Lacombe : 

Joel Campbell : Vous avez bien lu. Une des stars de la dernière Coupe du monde, l’idole de Kimberly (enfin, loin derrière Navas tout de même), n’a jamais franchement percé à Londres. A voir donc ce qu’en fera Tonton cette année.

Mathieu Flamini : Il joue désormais aussi bien au foot que moi, avec la même propension à compensez par des tacles interdits par la Cour Pénale Internationale. On peut donc dire que ça pue pour lui.

David Ospina : Acceptera-t-il de jouer les doublures ? Oui. Parviendra-t-il toutefois à conserver son très bon niveau de la saison dernière ? Acceptera-t-il de rester numéro 2? Vais-je continuer à laisser des questions sans réponses comme un vulgaire scénariste de Lost ?

IL arrive :

Petr Cech : Une fois n’est pas coutume, je suis totalement d’accord avec l’Académicien de Chelsea. Je ne comprends pas la démarche de Chelsea de refiler à un club rival un aussi bon élément, à un poste où il a particulièrement besoin de se renforcer. Surtout qu’on ne l’a pas payé si cher que ça (15 millions d’euros, pour la Premier League, c’est honnête). J’espère donc qu’il n’y a pas un vice caché à l’intérieur mais sa prestation contre… Chelsea m’a grandement rassuré sur ce point. Et si l’on tenait (enfin) notre patron derrière ?

Voilà pour moi, mais le Père Fid’ devrait également profiter de la trêve pour te débriefer notre formidable mercato. Stay tuned donc.

Johny Kreuz (@Ros_Jo21)

4 thoughts on “La Gunners Academy souhaite un mistral gagnant à Abou Diaby et vous parle un peu de l’été d’Arsenal

  1. Y a que ça comme arrivée ?

    Et tu as oublié « ils nous quittent temporairement apparemment mais reviendront plus forts comme Diaby: Wilshere et Wellbeck.

    Wenger démission.

  2. Salut Bel Homme, il y a aussi quelques gamins qui viennent garnir le centre de formation, dont le Père Fid’ devrait causer dans son papier.

    Ah Wilshere et Welbeck… De quoi honorer notre grande tradition de club formateur… des équipes orthopédiques des hôpitaux de Londres.

  3. Particulièrement besoin de se renforcer? Alors qu’on avait Ospina? Mais mangez vos morts

  4. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, M. Auguste, Ospina a fait une excellente saison l’an dernier, en s’imposant d’emblée comme le patron. On manquait juste de concurrence à ce poste, ce que l’arrivée de Cech est censée apporter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.