Barnabé la plume parle à un grand journaliste

Le grand journaliste, c’est Morlino.

Barnabé a tenu à intervenir sur le blog de Bernard Morlino. Entre plumes, ça se fait.

Voici le commentaire de Barnabé. (ici si vous souhaitez le voir dans les « conditions du réel »…)

Cher Monsieur Morlino,

Etant donné que vous avez fermé l’option « commentaire », c’est ici que je me permets de vous écrire afin de vous exprimer toute ma gratitude et mon admiration pour le dernier article que vous avez écrit au sujet de Thierry Henry (accompagné d’une vidéo de lui paradant en voiture, qui illustre à merveille vos propos). Je tenais absolument à vous le dire et à partager avec vous quelques modestes remarques sur la qualité remarquable de ce que vous y avez exprimé et que nous sommes nombreux à penser.

1)    « Tout ce que je vous ai dit arrive. » C’est clair, net et précis et dès cette introduction, on ne peut qu’admirer cette capacité que vous avez à anticiper les événements tout en restant d’une grande modestie.

2)    « Nous ne voyons que des papiers de com. sur Henry qui pleuvent de manière continue. Il faut bien qu’il justifie son salaire. » Je trouve cela très finement observé  et c’est très courageux de votre part de justement prendre le contre-pied de la pensée dominante. D’ailleurs, je suis d’accord aussi avec vous quand vous dite que moins on parle de ces sinistres individus, moins on participe à tout ce « cirque médiatique », expression tellement appropriée qu’elle aurait pu être de vous. En plus, vous êtes l’un des rares à souligner les salaires astronomiques que touchent ces gens-là dans une société de consommation où l’argent est roi et où ce sont toujours les pauvres gens qui trinquent. Merci de l’avoir souligné, je trouve qu’on ne le dit pas assez.

3)    « Je vous laisse juge. L’ex footballeur fait désormais de la représentation, rien de plus. » Merci encore Monsieur Morlino – chez combien d’intellectuels de votre trempe nous laisse-t-on, à nous les petites gens, la liberté de penser et porter des jugements ? Vous êtes l’un des rares, je vous le dis. Et c’est clair qu’Henry, il pense qu’à sa pomme.

4)    Plus généralement, vous faites admirablement transparaître tout au long de votre texte une chose que tous les médias dominants passent sous silence parce que c’est « Henry  l’intouchable » : c’est clair qu’Henry est allé s’enterrer sportivement juste pour gagner du pognon, comme s’il en gagnait pas déjà bien assez ! C’est indécent et scandaleux ! C’est même pas au niveau de l’ASPTT de Jouy-en-Josas qu’il va jouer mais de l’amicale des retraités de Bourg la Reine, ouais !

5)    « Henry a réponse à tout mais je ne suis pas dupe de son football essentiellement basé sur la com. » Enfin quelqu’un qui voit plus loin que les statistiques et qui ose dire la vérité sur Henry : qu’est-ce qu’il a fait en Equipe de France ? Rien, c’est Zidane qui a tout fait. Et pour son passage à Arsenal…ben je pose juste une question : aurait-il marqué autant sans le génial Bergkamp ? Aurait-il marqué autant si Bergkamp n’avait pas cette phobie de l’avion qui l’empêcha de jouer bon nombre de matchs à l’extérieur ? Et la qualité des gardiens en Angleterre… ?

6)    « J’ai horreur des prétentieux. » Je trouve que cette phrase choc résume tout. C’est une magnifique conclusion et elle n’est pas sans faire écho à votre introduction d’ailleurs.

Par ailleurs, je voudrais vous faire part de quelques idées de projet, en toute modestie. J’aimerais bien, dans la même veine que votre article (toute proportion gardée, je n’ai ni votre verve, ni votre courage), écrire sur deux sujets dont personne ne parle (et encore moins en ayant le courage de critiquer !). J’avais pensé d’une part à dénoncer l’arbitrage français tout en militant pour l’introduction de la vidéo et, d’autre part, à mettre enfin en lumière la désastreuse gestion de Raymond Domenech de l’Equipe de France.

Je serais authentiquement ravi d’avoir votre opinion là-dessus, avec le secret espoir d’une future collaboration sur ces sujets…

Avec toute mon admiration,

Barnabé la plume
(vous pouvez me contacter via le site de horsjeu.net, rubrique partenaire particulier)

Bernard Morlino a répondu à Barnabé, par mail perso. La classe:

« Salut Barnabé ! Des intoxiqués des Gunners qui n’ont jamais vu un seul match d’Arsenal hormis à la télé laissent leur pipi de chat. Comme cela sent mauvais j’enlève.
Amicalement.
Toute la presse est à genoux devant Henry. Pas moi. Pas vous. »

3 thoughts on “Barnabé la plume parle à un grand journaliste

  1. Mais clair ! Il a rien compris le Mords-moi-l’noeud !

    Incroyable d’être suffisant à ce point, au point de ne pas déceler l’ironie du texte de Barnabé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.