La Lionceaux Académie note Bordeaux-Sochaux (1-0)

Ca cale, c’est pour ça qu’ils n’étaient pas là.

Jean-Claude et Bernard se sentent d’humeur révolutionnaire, et en hommage à leurs conquêtes d’un soir, ils lancent le bonnet frigide…

Les Montagnards face aux Girondins :

Le peuple des montagnes, ou plutôt des collines aux aspects aussi délicieusement arrondis que les courbes d’une jeune franc-comtoise flânant dans les rues de Montbéliard un après-midi d’été avec une jupe aussi courte et légère que mes pensées à l’écriture de ces mots. Le peuple des montagnes disais-je donc avant d’être grossièrement diverti par ma propre perversion à la vue de la beauté inaccessible à mon alcoolisme latent, ce peuple s’en est donc allé en guerre face aux Girondins, l’ennemi, le traitre, notre opposé depuis la Révolution.

Comment ne pas mépriser ces individus s’étant placés à droite de l’Assemblé Nationale après 1789, comment ont-ils pu choisir ce côté décomplexé à l’instar de ce que nous montre la pilosité faciale de Triaud sur sa mine déprimée de capitaliste au bord de la faillite.
L’Histoire est très claire, il faut se méfier des Girondins, leur fourberie n’est là que pour endormir la bête qui sommeil en Marc Planus quand il n’est pas blessé. Telle une vulgaire copie de l’UMP, ils se sont même compromis avec Ben Khalfallah pour faire croire que l’intégration d’un non-footballeur à une élite pourtant déjà en proie à Yoan Gouffran pouvait réussir, la preuve de cet échec se voit pourtant à chaque journée de championnat.

J’ai donc fait un rêve, I had a dream comme disait celui qui comme les Burger avait King dans son nom. Le rêve que le FC Sochaux-Montbéliard allait (comme la saison passée) pouvoir punir ces traitres qui n’ont pas hésité à nous déstabiliser en faisant coucher Gillot avec l’ennemi et nous voler par la même occasion la Maurice-Belaytte. Je rêvais de voir mon club juge et bourreau sur les rives de la Gironde d’une équipe ayant pourtant connu Pauleta, Jacquet, Giresse et l’emblème Danone himself, Zidane.

A Claude Pèze : Désolé Claude, je ne pèse ni le poids de mes mots et encore moins le poids idéal, mais que veux-tu, le pèze je ne l’ai pas, je n’ai que l’alcool et souvent mauvais…

 

La composition sochalienne :

Passons sur l’évidence d’un Richert au but pour s’intéresser à une nouvelle charnière centrale inédite pour le FCSM. Bréchet effectue son 2ème retour après s’être légèrement blessé contre Dijon, Peybernes quant à lui revient de suspension, ce fut assez rapide, il connait bien le chemin cette saison. Sur les côtés, aucune surprise avec le beau, le magnifique, le sublime Sébastien Corchia et Sauget, toujours aussi heureux d’être l’homophone d’une République folklorique en pleine Franche-Comté. Anin et Nogueira font la paire comme milieu défensif avec Boudebouz à droite, que du classique. Mais la présence de Roudet à gauche est plus inédite et permet enfin à Butin de retrouver son vrai poste, à savoir attaquant au côté de Nafissatou Maïga. Enfin deux attaquants, mais pas de quoi s’enthousiasmer puisqu’avec l’absence de Marvin Martin, il n’y a pas de milieu offensif dans le onze de départ ce qui nous fait craindre un manque de « liant » entre les milieux défensifs et l’attaque sochalienne. Néanmoins, c’est la première fois de la saison que nous sortons du fameux 4-5-1 de rigueur à l’extérieur.

 

La bouillie bordelaise :

Nous vous laissons le plaisir de lire le résumé du match sur la toujours très complète Scapulaire Académie.

 

Les Lionceaux et le promeneur du champs de Chaban-Delmas :

– Richert 5/5 : Plus sa note est bonne, plus les prestations de l’équipe sont inquiétantes. Comme face au PSG il a la note maximale et comme face au PSG il encaisse un but sur lequel il ne peut pas grand-chose sinon voir que la vieillesse est un naufrage pour Bréchet et que la jeunesse est trop frivole chez Peybernes, ces deux étant encore plus à la rue qu’une jeune roumaine entrouvrant l’autoroute à péage de l’amour.

– Corchia 5/5 : Ti canterò come se fossi una canzone. Ce bel homme (moins riche mais plus italien que l’Editeur) ne fait que 1m75 pour 68kg et pourtant s’est permis de bouger sans ménagement l’avant-garde bordelaise. Très présent, n’hésitant pas à aller au contact comme Jean-Claude quand il est aviné, Sébastien nous enthousiasme à chacune de ses prestations et c’est dire son talent au vu des prestations et des résultats actuels de l’équipe dans son ensemble, c’est notre rayon de soleil qui change des lunes de basses qualités en boîte de nuit à Giromagny.

– Bréchet 3/5 : Une note en forme d’encouragement pour celui qui, on l’espère, va retrouver son niveau d’avant sa blessure qui avait fait de lui le patron de la défense J&B. Quelques bons dégagements mais encore un peu juste, on espère que la trêve va lui permettre de perfectionner son niveau et d’arriver affuté dès la reprise en Coupe de France.

– Peybernes 3/5 : A fait son travail et pour la première fois de la saison à laissé entrevoir un potentiel chez celui qui offre plus de buts à l’adversaire qu’à son équipe (cf le nombre de pénalties qu’il a provoqué cette saison). On espère qu’il pourra confirmer contre Ajaccio et qu’il gagnera en maturité aux côtés de Brechet.

– Sauget 3/5 : Continue sur sa lancée, il enchaine les matches en ayant un apport offensif correct sans être inoubliable mais cela nous change des boulevards laissés dans son dos et qui ont contribué à un grand nombre de buts encaissés.

– Anin 3/5 : Tiens, il a été à l’entrainement cette semaine ? Il a fait son boulot sans plus (comme d’hab’) mais sans moins et ça c’est quasiment un miracle au vu de ces derniers matches. Plus présent, il a su gêner les Bordelais dans l’axe.

– Nogueira 4/5 : Enfin ! Il s’est approprié ce poste de milieu défensif, présent physiquement, il a su défendre en étant très souvent bien placé et a effectué quelques interceptions cruciales. De plus il a su faire quelques percées vraiment pas vilaines avec de bonnes décisions dans le jeu, ça change et ça fait du bien ! Remplacé par Mikari à la 84ème.

– Boude bouse -5/5 : Après avoir été élu joueur du mois du club de tricot de Pierrefontaine-les-Varans, voilà qu’il tente d’être le vendangeur du mois de la fruitière d’Arbois. Imprécis et trop personnel, il ose s’énerver devant la prestation des autres joueurs alors qu’il est la principale raison des pertes de balles sochaliennes. Toujours à tenter le dribble de trop, notre seul espoir quand on le voit avec le ballon c’est qu’il obtienne une touche. Car nul besoin d’attendre un coup-franc ou un corner qu’il va lui-même tirer et vendanger. Le plus étonnant est qu’il s’agace ensuite de la performance de ses co-équipiers, si pour Maïga, on ne peut que lui donner raison, sa bouderie n’a aucune lieu d’être alors qu’il est le pire au milieu de terrain. Remplacé par Camara à la 74ème.

– Roudet 3/5 : On lui avait reproché lors du match contre Paris de jouer « à l’envers » de prendre les mauvaises décisions et de jouer trop vers l’arrière. Il faut croire que le moins talentueux des deux Sébastien a travaillé, il fait son boulot, il a montré de l’envie et s’est porté vers l’avant à plusieurs reprises, malheureusement, son manque de précision vient ternir sa prestation.

– Butin 3/5 : Mecha nous as-tu lus ? Après plusieurs Académies à répéter qu’Edouard est un attaquant et qu’il est bien mieux à sa place qu’à celle de milieu gauche, le coach a enfin percuté et s’est décidé à le mettre à son vrai poste. Il se procure d’ailleurs la meilleure occasion du match (et la seule pour Sochaux). Il ne concrétise pas, c’est vrai, mais il a eu le mérite de tenter à l’inverse de son partenaire en attaque tenant plus de l’intermittent du football en freelance que d’un joueur de foot. Remplacé par Bakambu à la 63ème.

– Maïga Genou/-5 :
Modibo a dû vraiment prendre au sérieux le diagnostique des médecins de Newcastle car il a marché durant tout le match pour éviter de trop mettre à contribution son genou aussi fragile que sa loyauté, son professionnalisme, son sens de l’éthique à la vue d’une proposition de transfert. Tout l’environnement du club l’a pris en grippe, il ne lui manque plus qu’un staphylocoque doré et son genou fera des grappes…

 

Ceux qui n’ont rien changé au match :

– Bakambu NN : Pas vu, pas pris.

– Mikari NN : Pas vu, pas pris (combo x2).

– Camara NN : Quand il part en dribble, soit il perd le ballon, soit il perd le ballon.

 

Celui qui a toujours sa carte de séjour :

– Bazdarevic 3/5 : Son coaching est à l’image de ses moyens, limité. La défense sochalienne a dû lui rappeler sa jeunesse communiste au sein de la mère patrie du Maréchal Tito avec une certaine famine. En effet, avec les blessures, il est bien compliqué d’aligner une défense correcte. Mais surtout, c’est en attaque que le bas blesse avec Maïga, titulaire à défaut de mieux, mais on voit clairement que ça ne va plus, Mecha demande un renfort pour l’hiver, Lacombe lui répond qu’il veut monnayer un Maïga douillet du cartilage, bref une affaire bien foireuse.

 

Scapulaire, scapulaire, est-ce que j’ai une tête de scapulaire ? :

– A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous n’avons pas pu lire l’Académie de ce cher Claude, mais à nos yeux, il n’y a pas de quoi s’enthousiasmer outre mesure concernant la prestation Girondine. Il y a eu une baisse de régime en 2ème mi-temps mais qui n’a pas su être exploitée par le FCSM.

– Message en forme d’hommage à une certaine Une de l’Equipe de Bernard Lionsot à Judas Gillot : « Va te faire encul** ! », il est comme ça le Bernard, il n’a jamais pu accepter que l’ancien coach sochalien se vende ainsi après seulement une demi-saison réussie alors qu’il avait auparavant enchainé les saisons à flirter avec la relégation.

 

Jean-Claude Persil.

Les images, J&B ne sont pas des chacaux.

4 thoughts on “La Lionceaux Académie note Bordeaux-Sochaux (1-0)

  1. Très étonné de notes aussi hautes pour une défaite, et de plus, la seconde mi-temps n’a pas eu de hausse de rythme. Mais en effet, superbe académie.

  2. @Zimdine Zimdane : Je comprends parfaitement que l’on puisse être étonné de ces notes au vu de la défaite.
    Mais à titre personnel, j’ai trouvé qu’un match nul n’aurait pas été non plus un scandale. Je ne sais pas si Claude Pèze est d’accord avec moi, mais je n’ai pas trouvé Bordeaux très talentueux et si au lieu d’un attaquant qui marche et qui s’en fout de tout, on avait un mort de faim qui fait tout pour aider l’équipe, on aurait pu égaliser je pense.

  3. Je suis d’accord avec toi Jean-Claude, j’ai longtemps craint l’égalisation foireuse de fin de match, ça n’aurait pas été un scandale. Mais Maïga.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.