La Jup’ : Journée 7 et Europa League

Salut les filles !

On enchaîne avec l’Europa League. Après la défaite d’Anderlecht à Benfica ici narrée, trois clubs belges débutent leur saison européenne ce jeudi soir : le Standard, Zulte Waregem et Genk.

Mais on commence d’abord rapidement avec le championnat et la 7ème journée.

Anderlecht-Malines : 5-0.

Pas mal de changements avant d’affronter Benfica en Ligue des Champions :

–          Malade, Proto laisse sa place dans les buts au prometteur Kaminski.

–          L’ancien Troyen N’Sakala est aligné pour la première fois.

–          Nuytinck est pour la première fois sur le banc depuis son arrivée à Anderlecht en 2012.

–          Praet y est également, mais c’est plutôt logique au vu de ses dernières performances.

–          Van den Brom tente de nouveau un 4-4-2, avec une attaque Suarez-Mitrovic. Les deux ont déjà été alignés 45mn lors du dernier match à Zulte : Suarez avait marqué une fois, tandis que Mitrovic avait donné 2 passes décisives.

Malgré ce 11 largement remanié, Anderlecht va bouffer les hyper-naïfs Malinois. Mitrovic ouvre ainsi le score sur une passe de N’Sakala dès la 2ème minute. Un quart d’heure plus tard, Kljestan conclut à 2m des buts, après que le ballon ait touché le poteau sur une aile de pigeon de Suarez (2-0). Si Malines réagit (barre transversale de Rits, 18’), le Kavé va se faire avoir deux fois en contre en fin de mi-temps : à la 38’ et à la 40’, N’Sakala lance le trio Acheampong-Suarez-Mitrovic. Le Serbe inscrit son 2ème but du match (3-0) sur une passe de Suarez, tandis que ce dernier inscrit le 4-0 sur une passe du Ghanéen.

Malines touchera une nouvelle fois le poteau, grâce à une superbe tête plongeante de l’Anderlechtois Guillaume Gillet. Dans la foulée, Acheampong marque son petit but pour clore le pestacle. Les Mauves ont inscrit 26 buts en 7 matchs.

Bruges-Lierse : 4-1.

Sale semaine pour l’Histoire du FC Brugge, avec les décès de Fernand Boone et Marek Spilar.

Si les Lierrois ont tiré deux fois sur le poteau (par Julien Vercauteren et l’ex-strasbourgeois Abou Mosalem), Bruges a fait le boulot et s’impose (pas si facilement que ça) 4-1. Quelques jours après son exclusion de la sélection des Espoirs, Lestienne s’est rattrapé sur le terrain : 1 but (42’) et 2 passes décisives pour De Sutter (80’, 90’). Entre temps, Jorgensen (62’) avait doublé la mise, alors que Bourabia avait réduit l’écart (70’).

Toujours invaincu, Bruges grimpe à la 2ème place. Malgré ça, l’entraîneur Garrido est démis de ses fonctions : il lui est reproché de ne pas avoir su se qualifier en juillet dernier face à des Polonais. Michel Preud’homme le remplace et sera le cinquième entraîneur brugeois depuis l’été 2011. Fait intéressant, le dernier titre de champion du FC Brugge remonte à 2005. L’entraîneur était présent depuis 5 ans et avait eu le temps de construire son équipe.

Lokeren-Cercle : 3-0.

Lokeren continue de gagner dans un quasi-anonymat. Cette fois-ci, le Cercle est la victime (pléonasme). Les Lokerenois mènent déjà de deux buts après une demi-heure, grâce à Remacle (coup-franc détourné par le mur) et Harbaoui qui a « envoyé une patate de forain ». Le Tunisien signe un doublé en 2ème période avec une frappe du coup de pied qui trouve la lucarne de Joris Delle. Cinquième victoire en 7 matchs pour les vainqueurs de la Coupe 2012, tandis que le Cercle reste coincé avec 6 points.

OHL-Charleroi : 0-0.

Un 0-0 qui n’intéresse personne. C’était pas trop trop nul, mais c’est le genre de match où il manque 10cm aux joueurs à chaque action : une détente trop courte, un centre trop fuyant… On notera la première titularisation du macédonien Kostovski, ce qui me permet de faire un clin d’œil à l’excellent Tristan Trasca. Charleroi n’encaisse pas pour la 1ère fois de la saison, alors finalement, ils sont contents.

Mons-Beveren : 1-1.

Un déchet technique important qu’on peut cette semaine justifier par la pelouse : on a volé cette semaine la seule tondeuse du club.

Steve Beleck ouvre logiquement le score pour les Montois sur une passe décisive du gardien. Légèrement décalé, il se retourne et frappe de 30m dans le petit filet opposé.

Waasland-Beveren finit bien le match, avec une barre de Trickovski, ou Milos Maric qui est repris in extremis. On pense alors que Mons tient enfin sa victoire, il n’y a pas de grosse erreur défensive, la solidarité est présente. Mais évidemment, à la 80’, Henkens égalise sur une frappe pourrie déviée par Franquart. Les Dragons ont pris 2 points sur 21, Enzo Scifo se sent « très à l’aise avec cette situation ».

Courtrai-La Gantoise : 3-0.

Très belle prestation des Courtraisiens face aux Gantois.

Santini ouvre le score de la tête à la 26’ (coucou la défense qui met 3-4 secondes à comprendre qu’un coup-franc a été rapidement joué). Le jeune Benito Raman double l’écart à la 70’, tandis que De Smet profite d’une sortie kamikaze du gardien pour le lober de 45 mètres (3-0, 90’). Courtrai conforte sa place dans la première partie de tableau, avec 4 points d’avance sur le 9ème.

Ostende-Standard : 2-4.

Ils l’ont pris, ils l’ont pris ! Après 6 matchs et 15 minutes, le Standard a enfin pris un but ! Les Rouches en ont même pris 2 ! Le problème pour les Ostendais, c’est que le Standard en a foutu 4 entre les deux. Ezekiel (24’) et Batshuayi (32’, 39’ et 58’) permettent aux Standardmen de battre la nouvelle équipe de Franck Berrier, passeur décisif sur le but de Dessaer (60’).

Genk – Zulte Waregem : 5-2.

Ça commence très fort : en contre, Hazard remonte 60m tout seul et fait une louche dans le dos de la défense pour Habibou. Sans coontrôle, l’attaquant reprend et ouvre le score (3’, 0-1). La suite est entièrement à l’avantage des Genkois, et M’Boyo égalise logiquement de l’extérieur du pied (3’, 1-1).

La deuxième mi-temps est plus équilibrée. Camus (Genk) trouve la barre sur coup-franc. De l’autre côté, Naessens la trouve également, en reprenant de la tête un corner.

À l’heure de jeu, M’Boyo signe un doublé, en transformant un pénalty par Jelle Vossen, ce bel homme (62’, 2-1). Ce dernier, toujours bel homme, enfonce le clou avec une belle tête 5 minutes plus tard (3-1). Zulte n’y est plus, et Vossen, intenable en plus d’être bel homme, y va aussi de son petit doublé en profitant d’une entente anale entre le défenseur Duplus et le gardien Bossut.

Zulte réduit l’écart par Thorgan Hazard grâce à un pénalty superbe, une frappe croisée en lucarne. Enfin moi, j’adore. On pense alors que les hommes du génial génie Francky Dury vont être capables de revenir, mais juste après que Jelle Vossen ait touché le poteau, Gorius obtient et transforme un nouveau pénalty. Genk s’impose 5-2 et obtient sa première belle victoire de la saison. Zulte est défait pour la première fois.

Hormis celui d’Ostende-Standard, tous les résumés sont visibles ici.

Le classement :

Classement____________________________________

europa-league-parier

Zulte Waregem 0-0 Wigan

Les Flandriens font leur retour dans cette compétition. En effet, en 2006, ils avaient déjà accédé aux phases de poule : qualifiés grâce à leur victoire en Coupe de Belgique (un an après leur première promotion en D1), ils avaient éliminés le Lokomotiv Moscou en tour préliminaire. Après avoir terminé troisième d’un groupe également composé de l’Espanyol, de l’Ajax, du Sparta Prague et de l’Austria Vienne (6 points), Zulte fut honorablement sorti en 1/16 par Newcastle.

L’adversaire du soir est un club de deuxième division anglaise. Très intéressants dans le jeu malgré des moyens très faibles, Wigan s’est souvent sauvé in extremis ces dernières saisons. L’exploit 2012-2013 n’a pas eu lieu en championnat puisque les Latics ont été relégués, mais de la Cup, qu’ils ont brillamment remportée en battant Manchester City en finale.

Le stade de Zulte Waregem étant trop pourri même pour l’Europa League (même le Stadium Lille Métropole était aux normes !), le match se déroule à Bruges (les précédents tours cet été s’étaient joués à Anderlecht).

  Zulte00

Si la première mi-temps est plutôt équilibrée (poteau pour Wigan à la 3’, transversale pour Zulte à 35’), la deuxième mi-temps fut entièrement à l’avantage des Zultois. La fin du match fut même une véritable attaque-défense, mais les Anglais ont bien tenu, et les Zultois hésitaient ponctuellement à frapper.

Au final, malgré le 0-0, le match fut excellent : une équipe au jeu très séduisant face à une équipe qui a très bien défendu. Pour une équipe qui base son jeu sur la possession, Zulte termine même avec des stats proches des références, ce qui laisse évidemment quelques regrets : 60% de possession de balle, 523 passes réussies (Barcelone en a réussi 550 lors de sa victoire 4-0 face à l’Ajax la veille), une récupération très haute et une équipe de Wigan acculée dans son camp (67% de la possession de balle de Wigan s’est déroulée dans le camp anglais). Lors des rares contres, la défense se mettait en valeur : 88% de tacles réussies, un Malanda impérial pour sa première au poste de défenseur central.

L’homme du match : Thorgan Hazard. Aligné en 10, il a été présent partout offensivement et défensivement. Il commence même à être plus solide sur ses appuis, à résister aux duels, ce qui le rend encore plus dangereux.

Dans l’autre match de la journée, le Rubin Kazan s’est imposé à Maribor 2-5.

Le résumé du match, assez peu représentatif.

Standard 1-2 Esbjerg

Le Standard va bien. Très très bien. En 13 matchs officiels cette saison (7 en championnat, 6 en tours préliminaires d’Europa League), le Standard a gagné…13 fois ! Ils n’ont encaissé que 7 buts, dont 2 en championnat, dimanche dernier après 6 clean sheets en championnat consécutifs.

En face, Esbjerg a récemment marqué les esprits, même en Belgique, pour avoir éliminé Saint-Etienne.

Standard0Fidèle à son turn-over, Guy Luzon change 7 joueurs par rapport au dernier match.

 Les Standardmen vont beaucoup subir en première période, et va de plus perdre son attaquant De Camargo. Les Rouches s’en sortent bien et repartent au vestiaire sur un score vierge, grâce notamment à Jelle van Damme qui arrête sur sa ligne une frappe d’Emil Lyng, éphémère joueur lillois qui avait marqué contre Saint-Etienne en 2008/2009 lors de la première titularisation d’Eden Hazard en Ligue 1, avant d’être prêté en 2010 à Zulte Waregem : KOM PL1 2 SYMBOL !

Malheureusement pour les Wallons, la deuxième mi-temps repart sur les mêmes bases, et Esbjerg ouvre logiquement le score à l’heure de jeu : sur un centre de Lyng, le Néerlandais van Buren est à la conclusion et marque d’une belle tête plongeante.

Guy Luzon fait alors rentrer Bia à la 71’. Choix payant, puisque le joueur va égaliser trois minutes plus tard. Le Standard finit fort, on le pense même capable d’aller chercher une 14ème victoire consécutive. Malheureusement, sur la dernière action du match, William Vainqueur perd bêtement la balle et Esbjerg joue le coup à fond. Bakenga, joueur prêté par le Club Brugge, marque le but de la victoire pour les Danois.

Dans l’autre match du groupe, le RB Salzburg s’est imposé 4-0 face à Elfsborg.

Le résumé du match.

Dynamo 0-1 Genk

Genk0
Plutôt moyen en début de saison, Genk a semblé monter en puissance le week-end dernier, avec une victoire 5-2 face à Zulte Waregem, avec notamment un doublé des deux attaquants Jelle Vossen et Pelé Mboyo.

De plus, Genk reste sur une phase de poules 2012-2013 réussie : les Limbourgeois avaient terminé devant le FC Bâle, futur demi-finaliste et récent vainqueur de Chelsea à Stamford Bridge.

C’est donc plein de confiance qu’ils arrivent en Ukraine pour un gros test face au Dynamo Kiev. Si ces derniers ne sont pas au mieux en championnat (14 points en 9 matchs), Kiev dispose de moyens bien supérieurs aux Genkois. Ainsi, ils ont notamment recruté cet été l’international néerlandais Lens (PSV), les joueurs de L1 Trémoulinas et Belhanda, ainsi que l’ancien anderlechtois Dieumerci Mbokani, ce sous-estimé.

 genkKöteles-Kara-Mboyo-Kumordzi-Koulibaly-Vossen ce bel homme.

Tshimanga-Camus-Anele-Hyland-Buffel.


Le KRC Genk dans leur fort joli maillot flamand.Le THOR Watershei (club dont est issu Genk) avait choisi ces couleurs pour protester contre le patronat francophone et francophile, au sortir de la Première Guerre Mondiale.

Inférieurs dans le jeu, les Belges ont profité tout le match de nombreuses erreurs grossières des Ukrainiens pour les prendre en contre. Ainsi, si Genk a eu majoritairement le ballon dans sa moitié de terrain (78%, et autant de temps dans sa surface qu’entre les 30m et la ligne médiane) mais a globalement laissé le ballon à son adversaire (43% de posession), le Racing est venu s’imposer à Kiev ! Oui monsieur ! Grâce à une défense héroïque et propre (seulement 8 fautes contre Genk) et un but du Français Julien Gorius à l’heure de jeu (sur une passe de Fabien Camus et une belle inspiration de Jelle Vossen, ce bel homme), les hommes de Mario Been ramènent trois points au terme d’une très belle prestation. Performance d’autant plus intéressante que Mboyo s’est blessé à la demi-heure (remplacé par l’unique buteur), et qu’il était donc plus compliqué de trouver un joueur en profondeur.

L’homme du match : Laszlo Köteles. Exceptionnel durant tout le match, il a fait des arrêts de très grande classe jusqu’à la toute dernière seconde, quand l’arbitre siffle la fin du match alors qu’il ne s’est pas encore relevé d’un arrêt de classe mondiale.

Dans l’autre match du groupe, Thoune s’est imposé face au Rapid Vienne (1-0).

 

Chères lectrices, chers lecteurs, je vous aime bien. Si l’intérêt est réciproque, vous pouvez me retrouver sur Facebook et Twitter. Notre ami Bart Van den Van Krrr a aussi Facebook et Twitter.

Pour finir, si vous ne l’avez pas encore fait, likez la Jup’ Académie !

Jean-Marie Pfouff

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

3 commentaires

  1. « Pénalty superbe », ça donne envie d’aller voir. En effet, on a l’impression que sans les filets, le ballon repart vers le poteau de corner.

  2. Je comprends pas Brugge (le FC, bien sûr. Il n’y en a qu’un). Honnêtement. Pourtant, j’essaie, mais le limogeage de Garrido, comprends pas. Bon après, l’arrivée de Preud’homme est une bonne chose. Mais même. Comprends pas.

    Pour le reste, Luzon et son turn-over, je suis pour, mais quand tu vois un paire Reza-De Camargo pour l’Europa League, c’est à se demander si le Guy il prend pas la compétition par dessus la jambe.
    Sinon, Mons, on risque d’en parler souvent. Pourtant, Scifo a pas l’air inquiet, ni même inquiété (par le préz’ ou même par la presse). Jusqu’ici, tout va bien, comme un symbole de Sophia Aram

  3. Je comprends pas non plus pourquoi virer Garrido maintenant, une fois que le « choc » de l’élimination est passé.
    Il semblerait que Jovanovic ait envie de rejoindre Preud’homme.

    Pour le Standard, c’est franchement dommage. D’autant que la différence se fera aux play-offs, donc il pourrait mettre une équipe-type en EL sans grandes conséquences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.