La Gunners Academy note Arsenal-Aston Villla (3-2)

Le Père Fidalbion ne veut pas faire de tort à la légende.

Avant tout, désolé du retard. Il s’avère que j’étais un peu charrette et que le temps m’a manqué pour écrire l’académie. Je vous vois déjà maugréer derrière votre écran. Mais j’ai quand même trouvé quelques heures pour la poster, bande d’ingrats.

Arsenal – Aston Villa, c’est avant tout l’histoire d’un immense coup de pied au cul. Largués en Premier League après avoir enchaîné trois défaites consécutives, les Gunners se devaient dimanche de décrocher un résultat, et un bon de préférence. La Cup est une de nos deux dernières chances de trophée cette saison et elle bénéficie encore d’une aura conséquente outre-Manche. Donc les équipes de poussins, c’est fini, Tonton avait aligné l’équipe la plus solide à sa disposition. Coquelin, de retour de blessure, suppléait Djourou sur le flanc droit de la défense. Son naufrage face à Manchester semble avoir ouvert les yeux de Wenger. Malgré la présence d’Arteta, Rosicky occupait toujours le poste de milieu relayeur, entouré de Ramsey et Song. Enfin, Oxlade-Chamberlain était encore titulaire aux côtés de van Persie et Walcott. Mais LA bonne nouvelle de la journée, c’était le retour de Sagna, qui débutait le match sur la touche, accompagné d’Henry, qui revenait lui aussi de blessure. Côté Villans, on s’attendait à une équipe de contre-attaque, avec des types comme Bent, Petrov ou encore Ireland. Ouais, c’est un peu la seconde zone de la Premier League, avec un coach qui n’a rien à foutre là, mais bon, ça tient plus ou moins la route.

Les Gunners débutent la rencontre sur de bonnes bases. Rosicky tente plusieurs fois de trouver van Persie et Walcott dans le dos des défenseurs de Villa, et les corners se multiplient sans rien donner. C’est Vermaelen qui allume finalement la première mèche sur un coup-franc plein axe à 25 mètres. Shay Given est contraint de sortir une jolie claquette.

Pendant ce temps, nos amis Kader Boudaoud et Manu Petit, démarrent eux aussi sur les chapeaux de roue. Le premier maintient sa prononciation à deux balles, nous parle d’Arsène Vangueure et de Tomache Rosicky. Le second déroule sa classe et profite d’un bon repli de Chamberlain pour pilonner Arshavin. RVP ? « Son pied droit, c’est juste pour monter dans le bus ». Débordement de Walcott ? « Ah, c’est sûr qu’avec lui, ça vendange ». Le jeu d’Arsenal ? « Départ de Fabregas… blabla… absences de Wilshere et Diaby (?)… équipe banale ». Sur un coup-franc mal tiré par van Persie, le grand Manu se permet même de lui donner des conseils. Je tiens le coup jusqu’à la 25′ avant de couper le son sur cette tirade magnifiquement insupportable : « Où est passé le jeu d’Arsenal d’il y a quelques années, casse-tête insoluble pour la défense… ». Adieu Manu.

Sur le terrain, les Gunners se font pressants, mais Villa menace à la moindre cagade. Et cagades, il y aura. A la demi-heure de jeu, les Villans tirent un corner à deux. Tout le monde se regarde, personne ne vient au pressing, certains montent, d’autres descendent. Et le ballon finit sur la tête de Dunne qui domine un gros pack de maillots rouges pour ouvrir le score. Rebelote quelques secondes avant la mi-temps. Arsenal veut se refaire et prend d’assaut la surface adverse. Une offrande pour Keane et Bent qui n’attendaient que ça pour crucifier une défense très mal replacée. 2-0 à la pause, ça pue duc’.

Et pourtant, il a bien dû se passer quelques choses dans le vestiaire. Tonton a-t-il menacé de faire jouer Djourou blessé ? De faire revenir Julio Baptista ? Le mystère reste entier. Mais ses hommes reviennent pour la deuxième période avec les kiwis bien posés sur la table. Le jeu accélère de tous les côtés et Villa suffoque. Song trouve Ramsey esseulé dans la surface et Dunne se sent obligé de le couper. Pourtant le Gallois n’avait pas géré au mieux son contrôle… RVP transforme. Arsenal continue de pousser. Walcott pénètre dans la surface côté droit, réalise un petit festival, mais sa frappe à angle fermé est détournée par Given. Heureusement qu’Ireland trouve le moyen de lui dégager dans la poire. Coup de flipper, 2-2. L’Emirates, qui fermait bien sa gueule jusque-là, donne enfin de la voix. Et c’est Koscielny qui va chercher le dernier penalty, après une jolie chevauchée que n’aurait pas reniée William Gallas ; Bent, qui n’est définitivement pas un défenseur, le descend dans la surface, et RVP plante encore une fois.

C’était chaud, mais une victoire sortie de nulle part comme celle-là, c’est le genre de truc qui remet dans le sens de la marche. Avec les retours de blessures dans les prochaines semaines de Gibbs, Wilshere et Diaby (même si on y croit plus) Arsenal pourrait bien finir sa saison en trombe. En tous cas, on a le droit d’allumer un cierge.

 

Les notes :

Fabianski : 3/5 : Pas de responsabilité sur les deux buts, il remporte même son duel sur le deuxième mais se voit mal récompensé par le rebond. Une bonne sortie aux poings en début de match m’a fait douter, mais c’était avant de voir ses dégagements à la con et cette peur constante dans son regard.

Vermaelen : 4/5 : Un bon apport offensif avec deux grosses frappes qui n’étaient pas si loin de trouver le cadre. Nous aussi un jour, on aura un gros défenseur bourrin qui marquera des pralines sur coup-franc.

Mertesacker : 3/5 : J’aurais été tenté de lui mettre un point de plus, car la Merte fait d’énormes progrès. Seulement voilà : il est dans la surface adverse sur le deuxième but de Villa et il a parfois eu tendance à oublier son marquage un peu vite. Dommage, il aurait pu être buteur sur corner si Ireland n’avait pas dégagé sa puissante tête sur la ligne.

Koscielny : 4/5 : Dominé par Dunne sur le premier but de Villa, mais il y avait une telle concentration de joueurs au mètre carré qu’on peut difficilement lui jeter la pierre. En revanche, il est allé chercher un penalty tout seul comme un grand après un beau mouvement avec Ramsey.

Coquelin : 4/5 : Difficile de croire que le garçon revenait de blessure. Il a complètement masterisé Gabby Agbonlahor, qui a fini par aller bouder dans son coin. Il compensera sûrement l’absence de Gibbs à gauche maintenant que Sagna est revenu.

Song : 3/5 : Dans le brouillard en première période, beaucoup plus actif en seconde, comme souvent ces dernières semaines. Il oublie complètement de boucher le trou laissé par la montée de Mertesacker sur le but de Bent, mais compense avec une très jolie passe décisive qui permet à Ramsey d’obtenir le péno.

Ramsey : 4/5 : A dû bien dormir dimanche soir. Le Gallois s’est dépensé sans compter, à la récupération comme à la relance, et ça fait plaisir de le voir comme ça. Même s’il est toujours aussi inoffensif face au but…

Rosicky : 4/5 : Très disponible le Tchèque, et très en jambes aussi. Difficile de croire qu’il a dépassé la trentaine. Avec quelques ajustements, notamment au niveau de la précision de ses ouvertures, il pourrait très bien être candidat à une place de titulaire.

Oxlade-Chamberlain : 3/5 : Trublion notoire pour Aston Villa, il s’est un peu enfermé dans son rôle au fur et à mesure de la rencontre. La lucidité viendra avec l’expérience.

Walcott : 3/5 : Toujours sur courant alternatif. Percutant mais inutile en première période, avec des gros centres de merde, il s’est montré beaucoup plus incisif en deuxième. Il a du cul de marquer, mais ça nous a permis de découvrir un nouveau passe-temps à travers sa célébration : le ping-pong. Theo aime la violence.

Van Persie : 2/5 : Un point pour chaque penalty marqué. Pas plus.

 

Les substitutes for love :

Sagna : Poulpy’s back. C’est cool, mais j’espère qu’il aura pas peur du ballon.

Henry : Henry’s back. Comment ça on le savait déjà ?

Arteta : Bon, ok, je reconnais, j’avais pas capté qu’il était blessé…

 

Le Père Fidalbion.

Tu aimes la Gunners Académy au moins autant que tu détestes Morlino? Alors fais savoir à tout le monde que tu es un lecteur éclairé en partageant cet article sur Facebook et Twitter.

Et si tu n’as plus envie de voir des mioches avec le maillot d’Arsenal quand tu cherches « Gunners Academy » sur Google, aide au référencement en faisant remonter la page grâce au bouton +1.

Et sinon, comme d’hab’, quand on n’est pas là, allez lire et discuter avec les Gunners de Groover et Gunners.fr ,c’est bieng.

12 thoughts on “La Gunners Academy note Arsenal-Aston Villla (3-2)

  1. Surprenant en effet ce changement d’état d’esprit à la mi-temps, j’ai été supris de voir l’engagement dès la reprise. Les piots sont en train d’acquérir un mental on dirait, c’est bieng.

    Je te rejoins sur Coquelin le Père, et Tonton aussi on dirait, vu que même archi-cramé il est resté sur la pelouse quand Poulpi est rentré. Certes, c’était pour blinder le milieu et bloquer Villa, mais quand même.

    Et Van Persie devient de plus en plus énérvant. Etant donné que c’est un peu le seul à marquer très régulièrement, il commence à la jouer à la Henry, à pigner pour une passe mal dosée ou à vouloir prendre sa chance n’importe où et surtout n’importe comment. Mais je l’aime bien. Mais c’est pas une raison pour continuer.

  2. Ca fait combien de têtes du chibre allemand qui sont arrêtées miraculeusement ? Vous l’avez marabouté ?

    Sinon j’ai un peu de mal avec Coquelin, il est volontaire, il apporte en attaque mais défensivement il se fait quand même enfler plusieurs fois et il a tendance à se précipiter sur ses interventions, cus de jeune premier.

  3. Ah ah, alors comme ça, Mertesacker voit ses têtes offensives constamment détournées ? Johnny Evans likes this.

    Je penche pour une menace du style : « Ok ! Vous voulez continuer comme ça ? Allez, Robin, Laurent et Alex, dehors ! Senderos, Julio B. et Marouane, en avant ! »
    Ou bien, il a pu dire que ça allait être Avram Grant ou Felix Magath qui allaient prendre en main l’équipe.

    Tout ça pour dire, joli retournement mais désolé, Père, je crois que c’est vraiment trop léger cette année, mais bon, vous nous tiendrez compagnie en tant que clubs qui auront fait une saison blanche.

  4. Koscielny : dans le top 3 des meilleurs DC de PL cette saison, derrière Rami et Sahko en EDF, normal.

  5. @Charlie
    Depuis le début de la saison, ce n’est que sa 2ème occasion de but.
    Ce qu’on peux quand même noter, c’est qu’au début de la saison, il gagnait très peu de duels aériens et que maintenant, il est beaucoup plus agressif et tient son rôle solidement au moins défensivement. Les seuls joueurs décisifs sur corners étant seulement Kos et Vermaelen, on peux bien croire que ce secteur de jeu va s’améliorer. Si toutefois, une couverture décente est assurée derrière.

    Bref, retournement de situation plutôt agréable, parce que je donnais pas cher de notre peau à la mi-temps et au vu et des dernières performances. Mais cette fois, on a réussi a provoquer un peu la réussite avec un but de cocu et un arbitre qui tiens ses couilles pour nous siffler deux vrais pénos.

  6. 89% de possession pour Arsenal sur la 2ème mi-temps.
    En tout cas bonne acad’, comme d’hab.
    Mais j’avoues que j’ai flippé, et je me suis mis à la place des Villans sur le but de Walcott, un but gag de ce genre, on aurait pu se le prendre, et on se serait pendu…
    Sinon, rien à voir, vous savez ce que vaut le p’tit branleur de Dortmund qu’on a récupéré ?

  7. Thomas Eisfeld, mouais, j’aurai préferé mini-Mario Kefta mais bon, trop cher. En tout cas, Eisfeld n’a jamais eu sa chance avec Dortmund donc je me demande si Damien Le Tallec c’etait pas mieux. 6 buts en 12 matchs avec la – de 19 et un physique de moucheron pour le petit Thomas, avec en 2009 une grosse blessure aux ligaments qui aurait pu lui faire stopper sa carrière. Bref, on va voir mais c’est pas avec ce genre de transfert que RVP va vouloir rester…

    PS: Laurent Koscielny je t’aime. Bisous sur tes sphinctères.

  8. Mieux vaut tard que jamais ;)

    Le pire et le meilleur. Les cons vont pas nous faire ça à chaque tour de Cup, sinon on va avoir de l’infarctus à gogo.

    M’enfin si ça peut faire fermer leur gueule à Petit et Bielderman, ce sera déjà pas mal (tiens, au fait, pour la prochaine fois : France 4 permet de switcher vers les commentaires anglais pendant le match. Un bonheur)

    Je te rejoint dans l’ensemble sur tes notes. Le grosse Bertha fait des progrès depuis quelques matches. Et Koscielny est toujours monstrueux.
    Un petit bémol pour Coquelin, qui fait un bon match, mais qui a quand même eu du mal contre Agbonlahor. Et qui est aux fraises sur le premier but, en laissant Ramsey défendre contre 2 Villains.

    Un mot sur Van Persie : je partage entièrement ton analyse (et celle de Bob), et je dois reconnaître que je suis relativement inquiet. Il ne joue que pas séquences, passe parfois tout une mi temps en mode Casper, peine à trouver les espaces dans des défenses pas toujours au top. IL est capable de gestes de pur génie, et j’hypothèquerai un bourse de Gros Membre N°1 pour être certains qu’on le garde, mais en ce moment, il est à la peine, comme les autres.

    La bise anale

  9. Et Eisfeld : premier match avec la Réserve mercredi soir contre Swansea = Victoire et une passe déc. Mais aussi un pet sur le genoux. Pas de doute, il a le style de la maison

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.