La Katin Akadémie note République Tchèque-Pologne (1-0)

Salut c’est Manu. On est éliminé alors cela sera lapidaire. Suis-je excité ? Clairement, non. Suis-je colère ? Même pas. Je suis triste, comme une belle attaque (ce qu’il n’y aura presque pas eu au cours de ce match côté polonais) qui avorte.

Un match calamiteux. Vingt bonnes minutes légèrement offensives ? Le streaming était saoul pendant ce temps, alors je n’en garde même pas un bon souvenir. J’ai bien vu quelques coup-francs à droite de la surface tchèque et une défense tellement passive qu’il y avait la place d’en mettre un sans le vouloir. Ce ne fût pas le cas, et on a vite joué les trois-quarts du temps dans notre moitié.

Jamais les joueurs n’ont semblé prêt à faire le match ensemble. Jamais ils n’ont paru gagner en motivation par les « Polska » du public, par l’enjeu, par la simplicité du problème : gagner ou sortir. Au contraire. Figés. Bloqués. « Désinspiré ». À l’image de Lewandowski, qui n’aura pas employé ses qualités au bon moment. Pour avoir quelques images furtives, allez demander à Rutube.

La défaite n’est que mérite pour les Tchèques, qui ont su jouer le jeu quand ils étaient contraint de gagner. Avec leurs moyens. Mais ça ne reste qu’un « au revoir ». Je retrouve la compétition avec la Moldavie, en septembre. J’en frétille déjà.

 

Les notes :

Tyton (3/5) : Plus que bien. Il a mangé la place de Szczesny et se délecte maintenant des restes en faisant des prestations plus que bonnes. Aucune raison de rendre la place au gardien d’Arsenal, maintenant.

Boenisch (3/5) : Étonnamment, le seul qui aura fait son meilleur match de l’Euro (et de loin) contre la République Tchèque. Il a tenté de trente mètres, tenu son couloir sérieusement, apporter offensivement le peu de fois où Obraniak voulait bien combiner. La Boenisch à tout faire.

Piszczek (2/5) : Moins bon que le côté gauche ? Hé oui. Il a même réussi à ne pas trouver Kuba les yeux fermés sur quelques ballons, ce qui n’arrive jamais avec Dortmund.

Wasilewski (2/5) : Pour peu de provoquer un pénalty avec un tacle en catastrophe. Dans le rythme de Dudka, avec quelques moments un peu plus sereins que le milieu. Il se fait correctement effacer par Jiracek sur le but.

Perquis (3/5) : Un match loin du foufou d’il y a quatre jours. Au contraire, un match propre, sérieux, efficace, dans la discrétion. Damien trouve sa place dans l’équipe.

Dudka (1/5) : Trois coups au visage en dix minutes dont deux en deux. Encore sur le terrain après ça. D’une putasserie magnifique. Sauf que ce n’était ni le temps, ni le moment, ni l’intérêt de l’équipe qui a virevolté pendant un temps dans son rythme physique, perdant toute volonté de jouer avec le ballon, alors qu’il y avait déjà 1-0.

Polanski (1/5) : Encore une occasion manquée pour Eugen, en début de match. Smuda s’est décidé rapidement à le sortir, le voyant ne rien apporter vers l’avant.

Murawski (2/5) : Esseulé dans un milieu de terrain troué, il s’est lui-même perdu. Je ne sais pas combien de ballons il a touché, mais sans aucun doute un nombre insuffisant pour son poste.

Obraniak (1/5) : Maladroit et introuvable sur le terrain, Ludovic était en dedans tout en voulant faire la différence tout seul. Le meilleur résumé de la performance collective d’hier : rien.

Kuba (2/5) : Il aura tenté de porter la fierté polonaise à bout de bras, sans réussir son exploit de la Russie. Dommage qu’en capitaine exemplaire dans l’état d’esprit, il n’ait pas réussi à inspirer son équipe à le suivre.

Lewandowski (2/5) : Jamais dans le rythme. Cela sentait la longue soirée après dix minutes de jeu et de mauvaises inspirations sur les contrôles. Cela s’est confirmé pendant 90 minutes, sans que Robert puisse bénéficier de l’aide de son milieu.

 

Les remplaçants (non notés) :

Smuda a commencé par faire rentrer Grosicki. Ce qui n’aura pas modifié la donne côté gauche, ni améliorer le match d’Obraniak. Puis après le but tchèque, deux remplacements ne laissant pas même les gars du terrain se révolter : Brozek, dont je ne me rappelle de rien à part son maillot au moment de rentrer, et Mierzejewski à l’activité aléatoire. Trois changements anaux comme il faut.

 

Vodkament,

Manu Oliobsédé.

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

4 commentaires

  1. Murawski a surtout pas touche (ou garde) le ballon qui amene le but ensuite …

    Brozek, effeectivement on l’a vu de dos au moment du changement et c’est a peu pres tout … non rectification, c’etait tout !

    Smuda … Effectivement changements anaux … mais au moins il a essaye d’en faire … chose qu’il aurait du commencer des le match contre la Grece

  2. Exact Seb le polonais, j’avais sauté la deuxième ligne du programme du groupe H. Mes confuses. Ce cher Monténégro avant donc.

    Smuda, je lui en veut depuis la Grèce et son incapacité à réagir quand l’équipe en avait besoin. Je préfère sa tentative de faire des remplacements, oui. On est OK.

    @Didier : Peut-être. Pourquoi pas. Si le Che le veut bien, si le temps me le permet. J’aimerai continuer ma route avec ces Polaks.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.