La Lionceaux Académie note Saint Etienne-Sochaux (1-0)

Qui c’est qui vole les meilleures pièces ?

Les doigts dans la prise, on est des mecs branchés, on roule en Peugeot, on est déjanté…

 

La réconciliation sur tapis vert :

A l’époque où Desproges menait face à son cancer tel un Juif courant plus vite qu’un Allemand dans les faubourgs de Buchenwald, il se plaisait à moquer une certaine rivalité qui existait entre les clubs de Sochaux et de Saint-Etienne. Lui préférait justement disserter de la manière la plus belle et raffinée sur les Juifs et leur hostilité envers les Allemands.

Une certaine rivalité qui avait ses raisons entre deux clubs historiques du championnat de France avant leurs déclins respectifs et des épisodes en D2 que tout le monde sur les rives du Doubs et du Furan souhaite oublier. Mais il est temps de se réconcilier car nous sommes plus complémentaires qu’adversaires, en effet, nous vouons tous les deux une opposition de classe face aux prétentieux et trop riches lyonnais, nous, paradis marxiste-léniniste sans Marx et sans Lénine. Des terres du paternalisme industriel, de Japy à Peugeot et Michelin sans oublier ManuFrance, nous nous ressemblons tellement. Sportivement aussi nous avons des destins similaires, certes les Verts ont su à l’inverse du FCSM s’imposer longuement en tête du championnat de France mais Sochaux n’était jamais loin et les affrontements n’étaient pas ridicules. De plus, comme nous l’avons évoqué, nous avons tous les deux connu une descente en D2 et une reconstruction lente et difficile. Alors l’un fait des voitures furtives (Anin n’a pas été trouvé depuis maintenant plusieurs semaines), l’autre des pneus lisses et glissants (Bernard Caïazzo et Roland Romeyer), nous sommes donc fait pour nous entendre, aimons-nous bordel de cul !

 

La composition sochalienne :

Le match qui était à notre portée :

Pour le résumé du match nous allons être rapides. Une première mi-temps intéressante de la part des J&B, une défense retrouvée, des joueurs qui en voulaient, bref une véritable équipe de football. Notre seul point faible, étant d’avoir un gardien qui a des réflexes d’huîtres. Et la suite allait nous donner raison. La deuxième mi-temps fut intéressante de la part de nos protégés, les Stéphanois se cassant les dents sur notre défense. Malheureusement, ce qui devait arriver arriva. Eh oui, après avoir eu une moule incroyable, notre « jeune et talentueux » gardien Pierrick Cros se troua à la 76ème minute, Kurt Zouma plaçant une tête suite à un corner tiré par Nicoletta. De tout cœur Pierrick, merci…

Pour le reste du match, nous laissons le soin à Roland Gromerdier de faire le résumé du match, son objectivité dépassant la frontière et devenant légendaire. Nous ne sommes pas feignants, juste quelque peu syndicalistes marxistes léninistes sur les bords…

 

Le défi Géant Vert© :

Jean-Claude et Bernard n’osent imaginer les titres d’articles si un jour Hulk signe à Saint-Etienne, d’ailleurs, ils ont envie de faire du clic et du commentaire alors n’hésitez pas à trouver un titre à l’hypothétique signature d’Hulk chez les verts et partagez-les en commentaires…

 

Les 11 revenants :

– Cros 2/5 puis 0/5 : C’est un peu comme avoir envie d’une faute morale précipitée et de n’avoir que le fameux préservatif vieux et trop petit dans son portefeuille, on sait qu’on n’a pas le choix, alors on l’enfile et on prie pour que ça ne craque pas et qu’on puisse tenir jusqu’au bout avec car se laver le gland au Jack Daniel’s n’est jamais une fin heureuse. Cros est ainsi, le gardien aligné car il en faut bien un pendant la blessure de Richert, on sentait déjà contre Bastia une certaine fébrilité, une peur de sortir, mais l’on pensait que c’était sûrement dû au fait que c’était sa première apparition de la saison. En fait non, il a un vrai problème quand il s’agit de décoller de sa ligne de but, il a deux coups de chance, mais la troisième fois fut fatale avec une sortie totalement loupée qui permet aux Verts de marquer dans un but désert.

– Sauget 3/5 : Il a fait le boulot et même un peu plus, on l’a senti à l’aise sur ce côté droit, a priori aucun problème de capote trop serrée pour lui. Nous sommes agréablement surpris par ce joueur depuis quelques matchs car après un début de saison indigne d’une équipe de CFA, il se rattrape de belle manière. Par contre, sans vouloir négliger la performance de David, où est Corchia ? Nous avons deux hypothèses : soit il a senti un problème avant le coup d’envoi et il a préféré rester sur le banc pour éviter de se blesser et là c’est légitime, soit Sauget lui a été préféré et là pour nous, il y a une couille de gnou fermentée dans le pâté. Corchia a été le meilleur défenseur de Sochaux depuis le début de la saison, toujours régulier et bon comme l’atteste sa présence régulière dans le XI Mondial de la semaine. S’en priver n’est pas la meilleure idée qu’un entraineur d’une équipe relégable peut avoir, d’ailleurs, ce n’est pas la seule concernant ce match, nous y reviendrons plus tard.

– Bréchet 3/5 : Le Cap’tain tourne au diesel. Toujours un peu lent au démarrage, approximatif, il lui a fallu environ 20 minutes pour atteindre son rythme de croisière et après, ça ronronne tranquillement, ça fait le boulot, ça rassure. Bref le boulot est fait.

– Perquis 3/5 : Plus de 40 matchs que notre charnière-type n’a pas été alignée, la voilà de retour, Bréchet et donc Perquis ont enfin joué ensemble. On sent que cela fait longtemps qu’ils ne s’étaient pas retrouvés, comme une émotion d’adolescent pré-pubère devant son premier film de Clara Morgane téléchargé illégalement. Il va falloir quelques matches pour que les automatismes reviennent à condition qu’aucun des deux ne se blesse… En tout cas, pour la première fois depuis trop longtemps, une certaine sérénité s’est dégagée de la défense sochalienne.

– Mikari 3/5 : Plus que sa prestation, c’est sa forme physique qui nous ravie. Il a tenu tout le match sans donner l’impression d’être à la rue, on le sent mieux, plus présent, il commence à revenir. Son but contre Bastia malgré la défaite l’a peut-être boosté mais on attend les prochains matchs pour voir si cette forme retrouvée est passagère ou non.

– Carlao 5/5 (5/5 au Challenge du Boucher souriant) : Il a toujours le sourire et il a raison, il a fait un match plein. Bazdarevic a déclaré vouloir des tacles et bien il ne peut qu’être heureux de la prestation de Carlao. Enfin de retour après un enchainement de blessures, il a apporté durant ce match et on l’espère durant les prochains aussi une stabilité au milieu de terrain qui permet à l’équipe de ne pas reculer, et en prime, il permet à Nogueira de s’exprimer (voir ci-dessous). Remplacé à la 85ème par Gurler.

– Nogueira 5/5 : Vincent Nogueira est milieu de terrain central. Et c’est pourtant la première fois qu’on le voit évoluer à son vrai poste et cela grâce à Carlao. En abattant (dans tous les sens du terme) un boulot monstre en tant que milieu défensif, il a déchargé Vincent d’une partie du travail défensif dans laquelle il est relativement oubliable pour se consacrer à faire des relances, orienter le jeu vers l’avant et il faut bien le dire, il a été précieux. Nous sommes toujours prêts à râler quand un joueur est mauvais, mais nous n’avons aucun problème à reconnaitre quand ce joueur se reprend et c’est le cas de Vincent, il a effectué de bonnes percées, un bon boulot. Remplacé à la 88ème par Peybernes.

– Butin 3/5 : La plus belle et plus dangereuse frappe du match est de lui alors qu’il évoluait à nouveau au poste de milieu gauche. Une bonne activité avec plus de réussite que les précédents matchs, ça fait plaisir, maintenant il suffit de le mettre en attaque, et normalement on devrait pouvoir marquer.

– Boudebouz 3/5 : On a dû certainement le sodomiser avec une gode-michet à vérin hydraulique accompagné de verre pilé pendant qu’on le forçait à regarder ses derniers matches tout en lui hurlant de faire des passes pour que Ryad se mette enfin à jouer collectif. Nous espérons au moins que cette prise de conscience ne sera pas passagère.

– Martin 3/5 : Ayant Carlao en milieu défensif qui fait le boulot, Nogueira qui apporte du soutien, Marvin s’est senti moins seul et a pu nous montrer une partie de ses capacités, ses passes sont toujours aussi belles mais c’est encore mieux quand un vrai attaquant est au bout.

– Privat 0/5 (0/5 au Challenge « Forrest Gump ») : Courir : Se déplacer rapidement, avec impétuosité, par un mouvement alternatif des jambes ou des pattes, n’ayant pendant un court instant aucun appui au sol à l’inverse de Privat. Ce joueur a certes enchainé les buts à Clermont lors de son prêt la saison dernière, mais il n’a clairement pas le niveau pour la Ligue 1. Trop lent, n’ayant pas un bon sens du placement et surtout un manque de réactivité puisque même plein axe, il n’ose pas frapper en première intention, ce joueur fera surement le bonheur d’un club de Ligue 2… alors soyons prudent et gardons le au cas où… Remplacé à la 77ème par Bakambu.

 

Les figurants :

– Bakambu NN : A juste eu le temps de nous montrer qu’à l’instar de Privat, il n’a pas vraiment le niveau de la Liguainorangealjazeera. Sa vision du jeu est même parfois étrange puisqu’il a décidé en tant que seul attaquant de pointe de redescendre chercher le ballon… il faudra nous expliquer comment on peut marquer si notre seul attaquant joue trop bas…

– Gurler NN : N’a pas eu le temps de faire grand-chose, mais au moins maintenant, on connait son visage et on voit la profondeur du banc sochalien. Nietzsche a écrit : « Quand tu regardes l’abîme, l’abîme regarde aussi en toi »…

– Peybernes NN : Comme son coéquipier Serdar, il n’a pas eu le temps de montrer grand-chose si ce n’est une Peybernes© (synonyme possible : une Zubar).

 

Le fabuleux destin de Mecha Bazdarevic :

– Bazdarevic 2/5 : Au moins, les joueurs montraient de l’envie sur le terrain, et ça fait plaisir à voir pour changer. Une performance relativement constante des joueurs qui ne se sont jamais démobilisés et qui ont tenté après l’ouverture du score des Verts. Alors soyons gentil et attribuons lui une partie du mérite pour cette re-motivation collective. Néanmoins, c’est un peu la remorque qui cache le Bosniaque dans un camion puisque Mecha nous a gratifié d’un coaching surprenant (Bernard Lionsot : J’aurais dit « pas terrible »), enfin disons qu’en plus d’être surprenant, ce n’est pas terrible. Nous avions écrit qu’on voulait des remplacements qui ne soient pas que du poste pour poste, mais là… Remplacer les deux milieux défensifs qui étaient les meilleurs joueurs du match par Gurler et Peybernes, Mecha a sorti les cojones de Di Mecouille pour une telle connerie. Nous espérons tout de même que lors du prochain match, le FCSM sera récompensé de ses efforts.

 

Etienne, Etienne, Etienne, oh tiens le bien :

– Elle est belle, elle est longue et parfois dure, elle aime qu’on l’aime et la commente, c’est la Forez Académie.
– Ruffier, c’est nous ou bien t’es un peu con ?

 

L’instant poésie de Bernard Lionsot :

– L’arbitre (Turpin zinzin/5) : Ah… arbitre, métier fort passionnant, qui permet à Casto de faire du chiffre les soirs de match, mais qui contribue au trou de la Sécu. Pourquoi lynchons-nous ce pauvre homme, qui malgré tout prend des risques pour éviter aux joueurs d’en venir aux mains ? Tout simplement parce que ce personnage, au regard pervers et à la démarche douteuse est un bon défouloir, un punching-ball humain en somme. La faute aussi à des prestations proches du néant, du vide intersidérale. Nous ne savons pas si c’est à cause du ballon rose de la liguain où bien une surdose de farine marocaine, notre cher ****** d’arbitre a fait preuve de grand professionnalisme sur le terrain. En effet, carton injustifié pour Martin qui défendait son compère Nogueira contre l’infâme gitan basque Ruffier, sans oublier les fautes non sifflées en fin de match, comme un symbole d’homme qui nous la met bien profond, et sans vaseline en plus. Enfin, nous ne parlerons pas de sa chevauchée fantastique, où nous avons pu contempler la beauté du geste dans sa manière de courir. Ah… arbitre, un si beau métier…

 

Bonus post-académique :

Ceci ne vise pas du tout Modibo Maïga et Kévin Anin…

 

Jean-Claude Persil & Bernard Lionsot.

3 thoughts on “La Lionceaux Académie note Saint Etienne-Sochaux (1-0)

  1. Et ben c’est encore du beau boulot les gars. J’ai aussi trouvé que Sauget avait pas trop mal joué, ce qui est plutôt surprenant sachant que ce mec a emmené une des pires défenses de l’histoire des Verts lors de son passage (11 défaites en 13 matches joués quand même). Par contre, j’ai pas trouvé Martin et Boudebouz au niveau, mais comme vous j’ai beaucoup aimé Nogueira et Butin.

    Sinon, pas trop compris pourquoi Ruffier s’est énervé. J’ai beau chercher, je vois pas… Quant à juger son niveau intellectuel, je vous suggère de regarder sa prestation au CFC il y a quelques semaines pour comprendre.

    La bise verte.

  2. Excellente acad’ les mec !
    J’ai aussi trouvé bon les latéraux et les milieux défensifs, mais l’attaque est vraiment molassone, vivement une recrue dans ce secteur, il nous faut un tueur, pas un escargot comme Privat.

  3. cf mon commentaire sur le onze anal de la semain dernière :

    « Pour Cros, vous étiez bien content l’année dernière quand il remplaçait Teddy Bear et vous sortez voila les parades !
    Il est surtout trop fo-folle et se paye des sorties à la walégain »

    Parfaite illustration ici. Impressionnant sur sa ligne, perdu lorsqu’il faut sortir.

    Sur le but, le n°9 (Privat ?) ramasse les paquerettes lui aussi …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.