La Meringue Académie note FC Séville-Real Madrid (2-6)

L’homme mystérieux va bientôt vous révéler son identité.

Résumé des épisodes précédents :

Chers lecteurs (je mets un « s », sait on jamais ?), vous m’avez manqué. Et je sais bien votre déception, vous qui attendiez tremblant votre académie Meringue après le match de l’Ajax. Or, rien. Puis vint le très attendu clasico, à peine remis de votre déception précédente vous étiez alors au bord de la crise de nerf, le doigt crispé sur votre souris, vous ne dormiez plus, vous ne mangiez plus. Et toujours rien. A force de crier votre désespoir et de cracher votre haine du déficient homme mystérieux vous avez fini par perdre votre femme, votre job, votre appartement, votre dignité. Nonobstant, vous continuiez de croire en votre héros (moi… ben si, un peu. Non ?) et après avoir pris en otage une famille de banlieue, vous restiez scotché devant leur ordinateur en attente du résumé du match de coupe du Roi parce que quand même là ça suffit. Rien, rien, le chef d’œuvre attendu n’est pas là. Alors forcément certains d’entre vous choisiront d’en finir et comment ne pas  les comprendre, tandis que les plus fort mentalement se contenteront d’un shot d’héroïne, poussés par l’espoir d’un hypothétique compte rendu du match face à Séville. Brave lecteur fidèle, tu as fait le bon choix car me voilà de retour, tu peux aller soigner ton addiction.

Une petite explication quand même avant de commencer : la meringue académie est encore en chantier vous l’aurez compris. Or l’homme mystérieux disposait d’un compère en la personne de Robert Carlos, qui réclamait sa part d’académie depuis un moment. Selon le plan prévu par la belle institution d’horsjeu, un partage fut effectué dans les règles. Robert devait donc prendre le relais pour l’Ajax, ce qu’il refusa, puisqu’il était plutôt tenté par le clasico (allez savoir pourquoi). Du coup, pas d’Ajax, car l’homme mystérieux était trop occupé à boire pour venir jouer les pompiers de service, je m’en excuse. Sauf que, l’académie du clasico, je suis comme vous, je l’attend encore. Quant à Robert, pas de nouvelle. Enfin pour le match face à Ponfermachin, j’étais tout simplement trop déprimé par le précédent, mea culpa encore une fois.

Bon, faisons table rase du passé, les choses vont changer, ça va chier. Hop ! Avant-match.

 

Avant-match :

Tiens en fait non, je vais faire un avant-avant-match, histoire de dire un petit mot du clasico quand même.

 

Avant-avant-match :

Je n’ai jamais fait partie de ses commentateurs idiots, faux prophètes modernes, qui annonçaient la victoire inéluctable du Real sur son plus bel ennemi sous prétexte que ça y est, Madrid démonte tout et que l’heure du Mou est venue tout ça. Alors oui on met des branlées à tous le monde, et après ? En face ils font quoi, ils cueillent des champignons tous les week-end ? Bien sur le Barça était favoris, ils ont toujours Messi et ils jouent toujours le meilleur football du monde. Alors attention, j’y croyais bien sur, mais bon, raté.

N’empêche, il y a un an, le Mou, pour prouver aux supporters que le Madrid de l’époque n’avait pas le niveau, présente face au Barça une équipe joueuse et offensive. Boum, manita ! Du coup, il peut gentiment mettre en place une équipe spéciale Barça pour les confrontations suivantes, moins jolie, certes, mais plus efficace, et même gagnante en finale de Copa.

Un an plus tard, le Real présente à nouveau une équipe « classique », avec quatre joueurs offensifs. Et même si on perd le match, on est très loin de la claque de l’année précédente. Le match aurait même pu être très diffèrent si Ronaldo n’avait pas craqué son slip deux fois. Rappel : le Barça marque son premier but sur un contre avec double exploit de Messi et Sanchez, alors même que Madrid domine. Le deuxième but est un coup de chance phénoménal. Finalement, seul le troisième est estampillé Barça. Attention, je ne dit pas que la victoire n’est pas méritée, simplement je constate que le fossé entre les deux clubs s’est très largement resserré.

Je dois dire quand même que Guardiola a le mérite de continuer à faire progresser son équipe alors qu’on pourrait penser qu’elle est à bloc, on l’a vu dans la bataille tactique. Sauf que la marge de progression des Catalans est quand même beaucoup plus faible aujourd’hui que celle des Castillans. Rendez vous au prochain match donc, sinon je vais jamais m’arrêter.

 

Avant-match :

Après la victoire en coupe du roi, Florentino a organisé une jolie cérémonie pour récompenser les plus anciens socios du club. Juste après la défaite du clasico donc, comme par hasard. Le message était clair, on oublie tout et on repart, d’autant qu’une victoire nous remet à trois points devant les nains, non mais.

Vu que Ponfetruc, ça compte pas vraiment, le vrai test post-trauma s’appelle Séville, une des rares équipes un peu correcte de la Liga avec les deux gros. Un vrai test donc, pas une formalité. Les Andalous présentent un bilan défensif impressionnant (2éme meilleure défense de liga) et squattent la cinquième place du championnat. A l’actif des Sevillans, une non-défaite face à Barcelone au Camp Nou (0-0), ce qui reste une performance unique cette saison, en attendant le retour du clasico tout du moins.

 

Les hommes, les vrais :

Parlons vite, parlons bien. Coentrao est blessé. Arbeloa retrouve le coté droit, la dernière fois qu’on l’a vu, il se faisait équarrir par un roux à Valence. RAS pour le reste de la défense. Khedira est sur le banc, c’est Lass’ qui tient la chandelle de Xabi. Des surprises en attaque : Ronaldo est indéboulonnable mais Callejon prend le couloir droit et Di Maria joue 10 en lieu et place d’Özil. Benzema est seul en pointe, comme dans tous les grands matches.

Séville doit se passer de Peroti mais peut compter sur Navas et ses yeux revolver. Pas de Kanouté ni d’Armenteros sur le pré, mais Negredo en pointe.

 

Le match en 2D :

Au fait, c’est la deuxième titularisation de Callejon en Liga, chouette non ? Non.

Le FC Séville presse haut et gène bien les Blancs mais la première mèche est quand même pour le Real avec une frappe à coté.

5′ : Panique dans la surface d’Iker. Pepe et Ramos prennent l’ancien de la maison Negredo en sandwich mais il ne se démonte pas et prend deux fois le dessus sur les défenseurs avant que Ramos ne dégage en catastrophe. Negredo, c’est pas un jambon ( je suis à fond là).

8′ : Super une-deux entre Benz’ et Di Maria, la frappe du Français dans la surface est repoussée du pied par Varas, Di Maria reprend trop mollement pour inquiéter le gardien qui s’offre un double arrêt.

Di Maria en 10, c’est bien aussi. Özil a vraiment du souci à se faire.

9′ : Le Real accélère et Di Maria a de l’espace au centre. Il met un extérieur absolument parfait entre les deux défenseurs centraux pour trouver Ronaldo en profondeur dans la surface. Le Portugais n’a plus qu’à ouvrir son pied pour battre Varas. But de CR7 donc, avec une semaine de retard.

11′ : Les Sevillans sont énervés. Navas seul à droite centre pour Negredo qui passe à travers (ou qui laisse intelligemment passer le ballon selon le camp dans lequel on se trouve) et Manu se retrouve seul à 2 mètres des cages. Il reprend du plat du pied et marque. Enfin ça c’est ce qui se serait passé si Casillas n’était pas le meilleur gardien du monde. Il reprend du plat du pied mais Iker sort un arrêt incroyable du bout des doigts et repousse le ballon sur son poteau. C’est grand ! Dans une réalité parallèle ou San Iker n’existe pas, Manu fête son but égalisateur en mimant le vol du pingouin (réalité parallèle j’ai dit).

16′ : Trochowski à 30 mètres met une grosse frappe rasante de l’extérieur du pied (il a pas joué en Allemagne lui ?) qui prend le chemin du but mais Iker est toujours là.

Séville passe systématiquement par la droite avec Navas, qui enchaîne les centres. Tête de Fazio au-dessus sur corner. Rakitic prend un jaune, soit pour une faute sur un Madrilène, soit parce qu’il a un maillot floqué « IVAN ». Pepe invente la défense du cul sur Manu, il prend un jaune. Apparemment c’est pas homologué.

30′: La faute de l’incompris Pepe (l’innovation fait toujours peur au début) offre un bon coup franc aux gens du sud. Les filous tentent une combinaison à l’issue de laquelle l’Emir Spahic se retrouve seul devant Casillas mais il succombe à ses instincts de défenseur et dégage le ballon hors de la surface avec un geste improbable qui laisse tous le monde dubitatif. Finalement le ballon revient sur Negredo qui contrôle superbement et centre pour Manu hors-jeu qui rate son plat du pied.

36′ : Di Maria, encore, envoie un ballon que n’aurait pas renié Xabi au-dessus de la défense pour trouver Callejon dans la surface. Le jeunot passe devant Varas et se contente d’effleurer la balle qui continue sa course jusqu’au filet Sévillan. But pour Callejon, Bueno ! On a beau dire on a beau faire, ça fait 2-0.

40′ : Il est à 30 mètres plein centre, pas attaqué, Benzema vient de lui glisser le ballon, il frappe en pleine lucarne avec puissance et précision. Doublé pour CR7. Magnifique. 3-0

43′ : Pepe met un peu la main dans la tête de Negredo. Deuxième jaune. Salut l’artiste ! Callejon sort pour Albiol. Dommage pour Bueno qu’on aurait bien aimé voir un peu plus. Dommage pour Di Maria, énorme en 10 et qu’on aurait bien aimé voir plus longtemps à ce poste. 4-4-1 avec Angel à droite donc.

 

Mi-temps.

Kanouté est rentré, Séville en supériorité ne va rien lâcher.

Accélération de Cristiano, Spahic utilise tout son corps pour faire barrage. Jaune.

53′ : Centre de Navas mais Casillas jaillit bien.

54′ : Centre de Navas. Demie volée à ras de terre de Rakitic mais nouvel arrêt superbe de Casillas.

Ça chauffe pour les Meringues, le combo « centre de Navas, démerde toi Iker » est en train de devenir un classique.

65′ : Long ballon de contre attaque. Benz’ en 10 décale Di Maria en une touche à gauche. L’Argentin part à la limite du hors-jeu battre Varas d’un petit extérieur impeccable. 4-0 contre le cours du jeu.

Khedira remplace Di Maria.

68′ : But de Navas. Bien décalé à droite il marque petit filet opposé. Ramos arrive trop tard pour contrer et Casillas ne peut rien. On parlera de Marcelo tout à l’heure pour les notes. 4-1

70′ : Faute énorme de Marcelo sur Navas dans le dos de l’arbitre. Pour une fois qu’il est au contact.

71′ : Karim a le choix entre une passe facile pour Khedira à gauche, et une passe difficile pour Ronaldo à droite. Vous vous souvenez de ces livres dont vous êtes le héros où vos choix changent le cours de l’histoire ? Il y avait toujours un choix à ne jamais faire. Au Real, ce choix s’appelle Khedira. Pas fou, Rim’K tente la passe lobée pour Ronaldo, sans succès.

73′ : Rouge direct pour Manu pour un tacle par derrière sur Arbeloa. Il sort fou de rage. Compte tenu de son match, on se dit qu’il s’en veut à lui même.

75′ : Kanouté contrôle de la poitrine au-dessus de Ramos (vraiment). C’est un peu énervant mais sa frappe enchaînée passe loin du but.

83′ : Contre attaque toujours. Benz’ trouve Ronaldo à droite. 1 contre 1. CR7 attend que le Français prenne l’espace pour lui glisser le ballon. Fazio en retard tacle dans la surface. Penalty indiscutable que transforme Narcisse pour le triplé. 5-1

Altintop pour Benzema. Il est vraiment rigolo ce match.

87′: Super ballon d’Altintop en profondeur dans la surface pour Ronaldo qui a le choix : faire la passe à Khedira seul devant le but ou tenter de marquer tout seul. Pas fou, CR7 choisit de dribbler le gardien qui fait faute. L’arbitre ne siffle pas, il faut dire que Cristiano en fait des tonnes. On peut penser qu’il plonge mais il était quasiment passé et s’il ne tombe pas il marque donc ça paraît peu probable. Bon on s’en fout en même temps.

88′ : Altintop – Ronaldo – Xabi – Altintop – But ! 6-1

90′ : Negredo prend Albiol et Casillas de vitesse et marque pour le fun à moins que ses anciens coéquipiers n’est voulu lui faire plaisir. 6-2

 

Les Notes :

Casillas (5/5) : Deux arrêts de classe international alors que les Andalous levaient déjà les bras. Pour le reste, il a été solide dans les airs où Séville avait du répondant et rassurant pour sa défense. Sur les buts il ne peut pas grand chose. San Iker, le vrai !

Marcelo (1/5) : Je suis presque tenté de lui mettre 0 mais ce serait un peu exagéré surtout compte tenu du résultat. Il a passé tout le match à contempler l’arrière du maillot de Jesus Navas qui s’en allait au loin. Si Jesus a marché sur l’eau (27 centres, 1 buts), c’est bien grâce à lui. Si toutes les attaques Sévillanes partaient de son coté, ce n’est pas pour rien non plus. Alors quand en plus, il n’est pas inspiré en attaque, ça devient carrément énervant. J’ai fait un petit schéma pour expliquer son placement.

Marcelo

Jesus Navas

Sergio Ramos

Ramos compense l’absence systématique de Marcelo.

Le geste qui résume son match : Sur un long ballon qui arrive à l’entrée de la surface, Marcelo qui a Negredo dans son dos tente une remise de la poitrine en l’air dans l’axe pour son gardien. Heureusement, Ramos est sur le coup et couvre la sortie de Casillas en faisant opposition au buteur Sevillan qui n’attendait que cette opportunité pour marquer.

Ramos (3/5) : Solide. Il ne fait pas un grand match mais il faut dire qu’il défend pour deux et c’est pas facile. -1 parce que Kanouté contrôle le ballon de la poitrine au dessus de lui.

Pepe (2/5) : Solide en première période pour bloquer Negredo. -1 pour le rouge idiot qui laisse son équipe à 10.

Arbeloa (3/5) : Meilleur que Marcelo en défense et en attaque. Il profite de plusieurs facteurs avantageux : il n’y a pas de roux à Séville, Manu n’est pas Navas, Manu n’est pas Navas mais en plus il est nul, Séville ne jouait presque jamais de son coté.

Lass’ (3/5) : Une bonne performance au milieu comme d’habitude. Il va plus vite que Khedira mais par contre il n’a pas de jeu aérien. Les Sévillans doivent avoir des espions à Madrid car ils semblaient au courant du point faible de Lass, sa taille. Du coup tous les dégagements arrivaient sur lui. +0,5 parce qu’il a tenté un grand pont et deux frappes de loin. Tenté seulement.

Alonso (4/5) : Toujours aussi classe et efficace. Une passe décisive en bonus pour Altintop.

Ronaldo (5/5) : Triplé pour CR7 avec une semaine de retard. Il était dans tous les coups, il a fait des appels, des passes, des déviations. C’est bien. Et puis cette frappe limpide à 30 mètres en lucarne se passe de commentaire. Un seul mauvais choix lorsqu’il dribble dans la surface avant de s’écrouler mais on ne lui en veut pas trop. Il a quand même une semaine de retard bordel de m…

Di Maria (5/5) : Ça devient redondant. Si en plus il déchire en 10. Sur le premier but, sa passe déc’ est un pure bijou de précision et de vista. Sur le deuxième but, ça passe déc’ va directement dans les cages. Sur le quatrième, ben c’est lui qui marque. Après ça il est sortit pour laisser un peu d’espace à Séville. RIP Özil.

Callejon (3/5) : Il marque un but de la boucle de son lacet mais c’est déjà pas mal. Sorti après le rouge de Pepe (43′).

Benzema (4/5) : Très bon en première mi-temps avec une passe déc’ pour Ronaldo mine de rien. Il a surtout été excellent en seconde période dans un rôle de quasi-meneur de jeu pour lancer les flèches CR7 et Di Maria. Sa passe déc’ pour Angel est sublime. Il provoque un penalty avant de sortir. Impec’. -0,5 parce qu’il marque pas. Non mais.

 

Les remplaçants :

Albiol (3/5) : Une mi-temps correcte mais il laisse passer Negredo à la fin du match, sûrement parce qu’il s’en foutait un peu à ce moment là.

Khedira (non noté) : C’est Khedira.

Altintop (non noté) : Il rentre à 5 minutes de la fin, il marque et aurait put faire une passe déc’ si Ronaldo n’avait pas craqué son slip. Il mérite donc une mention spéciale. On pourrait bien le revoir rapidement.

 

Les choses rentrent dans l’ordre. Le Real a trois points d’avance sur le Barça, c’est tout se qui compte. Le prochain match, c’est le retour de coupe du roi face à ponferrrachose, une formalité. Ça fera peut être l’objet d’une acad’, ou pas. Sinon, bonnes fêtes à tous.

Analement votre.

 

L’homme mystérieux.

L’homme vous offre les images.

7 thoughts on “La Meringue Académie note FC Séville-Real Madrid (2-6)

  1. Un retour sur le Clasico plutôt sensé, donc un supporter du RM lucide, ça fait plaisir à voir.

    Je n’ajouterai qu’une chose, certes le RM peut progresser, mais Khedira ne deviendra pas Xavi et Ozil ne sera pas Iniesta au match retour. Barcelone décidera de qui sera son successeur le jour où ils n’auront plus la même envie de gagner. Ca n’empeche pas que le RM est une grande équipe, mais sur un match le Barça est au-dessus et ses possibilités tactiques sont infinies. Guardiola a démontré qu’il était au-dessus du Mou.

  2. je suis à 1000% d’accord sur Marcelo. c’est un joueur qui n’a pas sa place au RM; tous les grands ont été perdus à cause de lui sur ses pbs de marquage, de placement , de couverture ect…( rapellez vous PATO de l’AC Milan , Afellay du Barca, ect…)le comble , c’est qu’1 entraineur comme MOU le garde tjrs titulaire alors qu’il a un arrière latéral de métier comme COENTRAO) pour moi il y a du louche.

  3. Parce que Coen(c’est marrant ça fait couenne, doit avoir des origines de chez nous…)-trao est nul ? et que le Barca a bien gagné des matchs avec Maxwell, parce que dans la tête des gens (récent les gens hein), l’arrière gauche du real c’est qui ? Roberto Carlos et niveau défensif on peut pas dire qu’il était LA référence..

    Bon je vais appeler Lizamoiaubayern pour savoir qui le Real devrait prendre à ce poste..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.