La Merlus académie note Arles-Avignon-Lorient (3-3)

Tristan Bourrepif vous présente la Merlus académie.

Après deux matchs nuls et vierges face à Valenciennes et contre Nancy (plus celui face à Lille et tristement perdu aux tirs au but), les Lorientais se rendaient en Avignon avec l’occasion de pouvoir rendre leur bilan à l’extérieur un peu plus présentable, de prendre au moins provisoirement la sixième place au classement, et de quasiment assurer le maintien. Mais comme je l’ai dit, Lorient est d’une fébrilité incroyable dès qu’ils quittent l’enceinte du Moustoir, et perdre contre une équipe mal classée alors qu’il y a l’opportunité de faire une bonne opération n’a rien d’exceptionnel avec la team de Christian Gourcuff (cf. la défaite face au Nancy bourricot à Picot du début de saison, où l’année dernière à Boulogne alors que 5-0 à l’aller).

Un match nul est donc a priori la bonne cote avant le début du match pour les parieurs, mais les craintes du supporter lorientais se concrétisent dès la sixième minute de jeu avec l’ouverture du score de Camel Meriem.

Les merlus sont-ils donc destinés à être la deuxième équipe à chuter face à Arles-Avignon ? Et bien non. Face à une équipe qui a encaissé cinq buts la semaine dernière à Lyon, la machine morbihannaise ne tarde pas à se mettre en place. Les mouvements, le jeu à une touche de balle, les contres lorientais déroutent les Arlésiens, qui sous la pluie battante voient Amalfitano égaliser sur une action partie d’une récupération de Mvuemba, et relayée par Gameiro et Diarra, cela à la dix-neuvième minute.

Le reste de la première mi-temps est équilibré, mais les plus grosses occasions sont à mettre à l’actif des Provençaux, qui n’arrivent en revanche pas à faire mouche. Alors les joueurs tangos décident de mettre un coup de poignard à leur adversaire juste avant la pause, lorsqu’une action initiée par Monnet-Paquet arrive jusqu’à Diarra qui bat Planté. Et au retour des vestiaires, les Lorientais semblent inarrêtables, font le siège du but sudiste pendant dix minutes, le temps pour Gameiro de marquer son seizième but de la saison. Et ça c’est bieng.

On se prend même à rêver de mettre une bonne déculotté aux derniers de la classe, moi et les quelques supporters bretons ayant fait le déplacement, avec un nouveau triplé de Gameiro qui passerait devant Moussa Sow au classement et tout et tout !… Que nenni. Encore une situation chaude de chaque côté, puis Faruk Hadzibegic nous fait ce qui semble être un coup de bluff : trois changements d’un coup à l’heure de jeu. C’est le début de la fin pour les Merlus qui se relâchent et se font surprendre cinq minutes plus tard sur un corner de Meriem et la réduction du score d’un des nouveaux entrants, Kermorgant (traître à sa région sur le coup, parce que bon la rivalité Vannes-Lorient n’est pas la plus réputée).

Le match étant assez ouvert, un autre but lorientais n’aurait rien eu d’incongru, mais malgré la possession du ballon en notre faveur, Planté n’est que peu inquiété et fait bien son job le reste du temps. Arles profite alors du déchet et de l’apathie de son adversaire pour obtenir encore quelques situations, des corners notamment. Mais c’est finalement dans le jeu qu’ils font craquer les morbihannais à la suite d’une perte de balle d’Amalfitano, Kermorgant la joue tango et lance Cabella, autre entrant de la soixantième qui trompe Audard à la quatre-vingtième. Les dix dernières minutes sont difficiles pour les Lorientais qui manquent de perdre la partie, résistants aux assauts menés par Meriem.

Le match nul est logique sur l’ensemble de la partie, mais les Merlus nous ont fait miroiter
l’espoir d’être en haut du classement (du championnat de la sixième place), en mettant d’abord de côté leurs difficultés à l’extérieur, avant de les retrouver de plein fouet en encaissant trois buts d’une équipe qui n’en avait marqué que treize jusque là.

Au classement, c’est donc le recul à la neuvième place, après la victoire de Saint-Etienne, à égalité avec Bordeaux et toujours avec une différence de but insipide. Il va falloir continuer le super parcours à domicile.

Audard(2/5) : Aurait mérité 3 pour ses sauvetages, mais sa mauvaise sortie sur le deuxième but relance les Arlésiens.

Baca (3/5) : Il a du mérite. Pas coupable sur les buts et quelques bonnes montées agrémentées de combinaison avec Monnet-Paquet qui justifient sa note. La routine du samedi.

Ecuele-Manga (2/5) : Aurait mérité 3 pour son boulot correct, mais une défense centrale c’est deux personnes et une défense centrale qui prend trois buts ne peut obtenir la moyenne.

Bourillon (1/5) : Il n’a que ce qu’il mérite. Il lâche Kermorgant au marquage sur la réduction du score (et n’est pas foutu de contrer le ballon), et couvre Cabella sur l’égalisation.

Morel (2/5) : Aurait mérité 3 pour ses nombreux ballons récupérés et son jeu propre, mais
son manque d’agressivité permet à Meriem de marquer le premier but.

Romao (2/5) : Comme toujours, pas transcendant et pas capable de contenir les assauts
sudistes à son poste de prédilection. Autant de ballons perdus que repris.

M’vuemba (2/5) : Il a relancé proprement la plupart du temps, mais a quand même perdu plus de ballons qu’il n’en a récupéré. Pas assez à l’aise, pas assez patron quand l’équipe en avait besoin.

Monnet-Paquet (4/5) : Toujours des problèmes de finition, mais match encourageant. Du mouvement, des courses, des combinaisons et deux passes décisives, donc 4. Remplacé une minute avant l’égalisation par Coquelin, qui devait densifier le milieu de terrain…

Amalfitano (3/5) : Il s’est amusé avec les défenseurs, a marqué, a laissé intelligemment à Diarra sur le deuxième but. Mais a voulu trop en faire. Trop de ballons perdus, notamment en fin de match alors que les provençaux poussaient.

Diarra (4/5) : Lorsque Diarra marque, cela veut dire qu’il y a eu au moins une belle action dans le match. Cela n’a pas dérogé à la règle hier, avec en plus une déviation ingénieuse sur le premier but pour obtenir un 4. Le reste du temps, du Diarra entre fulgurances et moins fulgurant.

Gameiro (3/5) : Il a épuisé la défense acéiste mais n’a marqué qu’un seul but. Il n’est plus
qu’à une unité de son record de l’année dernière. Mais il aurait déjà dû le dépasser s’il était plus « killer ».

12 thoughts on “La Merlus académie note Arles-Avignon-Lorient (3-3)

  1. Bienvenue!! Té ça me fait bien plaisir une nouvelle académie bien de chez nous (je parle de l’hexagone)

  2. Bonheur et jubilation que cette académie existe enfin!
    J’hésitais presque à me proposer pour la faire alors que je suis vraiment néophyte en fooballogie.

    On ne note jamais les entraîneurs? (même si je ne suis guère fan du principe même de la notation des joueurs). Christian Gourcuff a surpris en ne procédant pas à des changements offensifs (c’est une remarque, pas un reproche -il est irréprochable, comme chacun sait (-;).

    J’ai partagé l’article sur le forum du fcl…
    http://www.fclweb.fr/forum/viewtopic.php?pid=236770#p236770
    J’espère que j’avais le droit…

  3. Oui La Fanette, je pense que tu avait le droit de faire cela, mais à condition que ca ne ramène pas de gens louches sur ce merveilleux site.

  4. @Fanette: le droit? Mieux que ça, si tu continues, tu auras même le droit aux avances sexuelles de ce bel homme qu’est l’éditeur.

  5. Vive l’académie Lorientaise !

    Bien dommage de lacher des points comme ça à l’extérieur. Cela peut; peut-être s’expliquer par la différence de jeu notamment en défense entre un synthétique et une pelouse normale…

    La 6ème place était accessible

  6. Chouette, une nouvelle acad’
    En revanche, je m’offusque du « bieng » qui n’appartient absolument pas au patoi local.

  7. Le « bieng » a été utilisé pour mieux vous faire ressentir l’ambiance provençale du match (bon OK, la pluie…)
    Matthias Autret va très bien depuis que Gilles Sunu est là pour faire des parties de DS avec lui jusqu’à la 85eme minute.
    Gourcuff ne touchant que très peu à son équipe type (Baca qui a pris la place de Sosa au début de la saison. Titularisation soit de Kitambala en pointe, soit de Romao en milieu défensif, avec repositionnement selon le cas d’Amalfitano), il faut cravacher à l’entraînement la semaine pour obtenir du temps de jeu le week-end. Et encore, CG n’a par exemple fait qu’un seul remplacement ce week-end.

  8. Ah comme quoi c’est pratique un contrat pro, t’es carrément mieux payer pour jouer à la console…

  9. Dans le cas d’Autret, Lorient n’a fait qu’exploiter les failles du système. Au niveau personnel, s’il préfère se lancer dans un club structuré et bien installé en ligue 1, je ne vois pas ce qu’on peut lui reprocher. C’est sûrement vexant et décevant pour les supporters brestois mais bon…Après c’est surtout une réaction d’orgueil.
    Pour expliquer son temps de jeu, il était blessé au début de la saison, il est revenu et il fait des entrées intéressantes. Il jouera certainement plus l’année prochaine… De toute façon je ne pense pas qu’il jouerait beaucoup plus à Brest..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.