La Merlus académie note Lorient-Marseille (2-2)

Tristan a quelques regrets.

Lolo s’est assis par terre. Il n’ya pas de chaises sur le palier Liguain. Le confort, ce n’est pas à cet étage qu’il faut le chercher. Pour le trouver il faut avoir accès au Club’rope. Là haut, il y a des gros fauteuils et même des canap’ pour les mieux lotis. Lolo a donc son dos bien calé contre le mur, le regard fixé sur sa psp (cf la fin de la précédente académie). Tout juste lève-t-il la tête pour regarder le duel entre Sainté et Neuneu qui tournera à l’avantage du second (et qui par cette performance est assuré de remonter au Club’rope au retour de l’ascenseur). Plus loin, Momo bloque Lenlen dans l’ascenseur, mais Momo, pas très malin sur le coup se retrouve lui aussi à l’intérieur de la cabine, et pas grand monde n’a envie de le voir en sortir.

Une fois ces évènements passés, Lolo est impassible. Il a décidé de laisser Kitambala et Sunu à leur maison virtuelle notamment, tandis que des blessures l’obligent à bricoler un côté droit Koné-Coquelin (préféré à KMP et Jouffre, il est vrai), tous deux pas à leur poste de prédilection. Cette partie en réseau contre Ohème est cruciale pour sa confiance. Peut-être est-il même un peu trop tendu au début de la partie, et le pressing qu’effectue l’équipe d’Ohème se révèle alors efficace. Lolo n’arrive pas à poser son jeu, et perd beaucoup de ballons trop rapidement. Après de petits avertissements, la sanction arrive et Ohème marque par le biais de Rémy dès la quinzième minute. Lolo peut être en colère contre lui-même. Il est agacé et continue à subir la pression adverse. En gros il n’appuie jamais au bon moment sur le bouton croix, et n’a même pas pu encore titiller du « carré ». Puis à la demi-heure de jeu, Lolo émerge, réussit enfin des enchaînements. Il pousse avant la mi-temps, sans réussite.

Qu’à cela ne tienne, il égalise dès le retour des vestiaires, sur corner. Lolo est désormais en pleine confiance et produit enfin un jeu agréable, fluide. Les rôles sont inversés. Il se crée des occasions et maîtrise assez bien l’équipe d’Ohème. « Le match peut basculer d’un côté comme de l’autre » qu’ils disent en commentaires. Et bien, il semble basculer du côté de Lolo qui, sur un énième centre d’Amalfitano, trouve enfin Gameiro dans une position idéale. Lolo croit tenir sa victoire, et le plein de confiance pour retourner à l’assaut du Club’rope. Mais sur un moment de déconcentration, Ohème égalise par Gignac, Lolo peut s’en vouloir du timing de son « triangle » pour la sortie de Caponne. C’est Ohème qui domine finalement le temps additionnel sans parvenir à décrocher la victoire. Cette égalisation est un coup au moral de Lolo qui devra vraiment finir fort s’il veut accéder au Club’rope.

Frustré, il se relève à la recherche d’un défouloir. Nini est en train d’essayer de s’éloigner de l’ascenseur, apeuré (non sans avoir toutefois le sourire aux lèvres quant à la situation de Momo. Lolo le prend à parti. C’est sa dernière chance de montrer qu’il a les tripes d’accéder au Club’rope. Mais à quelque pas de là, Soso a désormais son destin en main pour choper la dernière place.

 

Les notes :

Caponne (1/5) : Le reste de son match, très correct, est totalement effacé par le fait qu’il ne bouche pas son angle au premier poteau sur les deux buts marseillais. Chose qui est pourtant, je crois, basique dans le métier de gardien et qui évite de perdre deux points.

Koné (3/5) : Il fait un latéral laborieux, besogneux, téméraire et volontaire. Ca se recoupe, et c’est aussi paradoxal. Il a du coup fait des erreurs, qui heureusement pour lui n’ont pas eu de conséquences. Mais ses montées et son but de la tête (là où BEM et Bourillon galèrent depuis le début de la saison) ainsi que ses interventions propres le promettent à un bel avenir.

Bourillon (2/5) : Il a souffert, comme toute l’équipe, puis a été remplacé à la mi-temps. Etait-il à nouveau diminué physiquement, était-ce un choix tactique ou une punition ? N’ayant pas entendu de réponse précise, je laisse le bénéfice du doute.

Ecuele-Manga (2/5): Canal + nous a appris qu’il gagnait 75% de ses duels. Ce soir, ça a encore dû être le cas, si ce n’est plus, mais sur les deux qu’il a perdus, les marseillais ont marqué. Puis c’est même pas lui qui marque le but salvateur de la tête.

Morel (3/5) : Un bon match du capitaine, mais rien d’exceptionnel à signaler.

Romao (1/5) : Presque inexistant face aux vagues marseillaises en première mi-temps, son repositionnement en défense centrale nous a rappelés à des heures troubles de la défense lorientaise. Une grosse perte de balle, aux fraises sur le but de Gignac, il a été en difficulté dès que les marseillais approchaient.

M’Vuemba (2/5) : Lui aussi était largué en première mi-temps. Puis, il s’est repris en seconde période et aurait même pu inscrire le but du 3-1 sur un coup-franc qui frôle la barre.

Coquelin (2/5) : De retour sur le côté en première période il a confirmé qu’il n’était pas un ailier. Il s’est un peu plus épanoui dans l’axe en seconde, sans réussir à être décisif.

Diarra (3/5) : Dès qu’il a accéléré, il a causé des problèmes à la défense marseillaise. Il est sorti bien fatigué, mais pas personnellement récompensé.

Amalfitano (4/5) : Il a toujours des tentatives individuelles énervantes, mais quand il s’applique pour trouver un partenaire, c’est un délice. Deux passes décisives, dont une pour son quota de Gameiro. Ceux qui n’ont vu de Lorient que les deux matchs en prime-time n’en sont que plus éblouis.

Gameiro (3/5) : A nouveau face à des grands, costauds, puissants, des blacks quoi, Gameiro a de galéré. Mais comme il n’abandonne jamais, il a su persévérer encore pour revenir à hauteur de Moussa Sow dans sa lutte personnelle. Et ouais, va vraiment falloir raquer 10 millions les gars.

 

Les remplacements :

Bourillon par Jouffre (45e et 4/5) : Ce changement a réorganisé toute l’équipe, pour le meilleur. C’est par son côté droit, très faible en première mi-temps, que sont arrivés les deux buts lorientais.

Diarra par Autret (84e et NN)

Résumé vidéo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.