La Marinette enquille presque (voir les épisodes précédents) pour vous la 3e rencontre des Bleues en moins d’une semaine avec cette dernière rencontre de poule du Tournoi de Chypre où nos p’tites poules rencontraient les lionnes d’outre-manche. La Marinette, ayant peu dormi sur cette période, va néanmoins utiliser le peu d’énergie qu’il lui reste pour vous narrer ce match, au demeurant un peu chiant.

Il paraît en effet que les Bleues ont atteint un certain niveau de maîtrise (?), et alors que tout laissait à penser que rencontrer nos pires ennemies historiquement héréditaires serait un moment épique, il n’en fut rien, ou presque. Rassurez-vous la Marinette a tout de même trouvé de quoi se marrer au milieu de ce marasme.

Déjà, soyons clairs, on se demande bien ce que foutent toutes ces jeunes filles en short à Chypre, puisque nous avons à faire à des stades v-i-d-e-s. Les Chypriotes n’ont vraiment pas l’air enthousiasmés plus que ça par l’événement. Mais (car il y a un « mais »), la Marinette tient à remercier les 25 représentants du kop lyonnais (arrivés en avance pour la prochaine rencontre de leurs représentants masculins qui joueront en C1 mardi) qui, d’une, connaissent leurs représentantes féminines, et de deux, ont donné de la voix pour réchauffer l’ambiance (moins de 5°C sur le pré) de temps en temps. Merci donc les gars.

 

La presque analyse

Le décor posé, pourquoi donc que ce match était-il supposi… heu… soporifique, me demanderez-vous ?

Le principal facteur tient dans le fait que les Anglaises ont vraiment vraiment (croyez-moi sur parole) été décevantes. En gros, elles ont été incapables en 90 minutes de trouver un quelconque intervalle pour franchir le milieu de terrain français (bien en place, donc) et qu’inexorablement elles finissaient, après avoir fait tourner (pour cumuler du temps de possession de balle sur les stats de match sans doute) le ballon entre quatre défenseuses abandonnées, par opter pour un balançage de ballon par-dessus nos représentantes. Et là, c’est le drame, à la retombée, systématiquement, une Française.

Bonne nouvelle pour les Bleues, moins bonne pour le spectacle.

 

On a tout de même pu se rassasier de contacts rugueux rigolos, genre « souvenez-vous que ça fait des siècles que nos peuples se vouent une haine tenace » après qu’Elise Bussaglia ait ouvert les hostilités en hachant menu un tibia de rosbeef (52e) et qu’une colleague ne réplique peu après en la dégageant à 15 mètres d’un coup d’épaule (57e). Et là, c’est, avouons-le, sérieusement parti en ‘cahouète. Entre Bompastor qui dégaine le coup de poing rageur après avoir subi un attentat par-derrière (60e) et la petite Laure Boulleau, ce petit ange, qui profite d’un passage rapproché pour coller une gifle à la n°10 anglaise (92e) , on s’est quand même un peu marrés !

 

Les buts (oui, passons de suite à l’essentiel)

0-1, Necib, 12e. Gaëtane Thiney décale Camille Abily sur la gauche qui centre. Une anglaise (notez au passage que je ne connais pas grand chose à la mode lingerie 2011-2012 outre-manchote, mais je n’ai pu m’empêcher de me demander pourquoi leur soutifs leur donnaient une silhouette de bossues…) dévie. Bref, Louisa Necib à la réception reprend de volée du droit pleine puissance et marque.

0-2, Benny Hill, csc, 51e : Vous vous en serez astucieusement doutés, Benny Hill n’était pas vraiment sur le terrain. Mais son homologue féminine, oui. Miss Bardsley s’est donc auto petit pontée sur une tête de Marie-Laure Délie bien servie par Camille Abily. Officiellement, on appelle ça une « faute main », j’appelle ça « se prendre la honte ». Pour éviter qu’elle ne commette l’irréparable sur le terrain, sa sélectionneuse, Hope Powell, qui prône l’espoir comme philosophie générale, a préféré la faire sortir (remplacée par Tilford, 73e, ce qui n’a pas changé grand chose…).

0-3, Thiney, 80e : Sur un centre d’Elodie Thomis, une jeune défenseuse adverse qui passait par là s’est dit « et si je déviais mollement de la tête dans l’axe ? ». Manque de pot, Gaëtane qui trainait dans le coin enchaîne une frappe en pivot puissante. But.

Et tels 20 supporters lyonnais survoltés par un froid glacial dans un stade vide : « et 1, et 2 et 3-0! »

Voilà, voilà… Passons auuuuuuux….

…Notes !

 

Nos combattantes :

Sarah Bouhaddi (remplacée par Laëtitia Philippe, 87e) : 4/5. Il paraît (c’est Alex qui le dit) qu’elle avait une gêne à la cuisse. Ceci pourrait expliquer que plusieurs de ses dégagements au pied eurent pu se transformer en passes décisives anglaises… Sinon on ne peut pas dire qu’elle n’ait pas été engagée dans la lutte : fracture du nez pendant une phase fighting (34e) et coup d’épaule la propulsant dans ses filets, annulant pour faute le seul demi-but anglais (86e).

 

Défense

Ophélie Meilleuroux : 4/5. Sur ce match elle mérite son brassard. Autoritaire et lucide, elle a à merveille géré la défense tricolore. +1 en alignement.

Wendie Renard : 4/5. Pas grand chose à faire, mais toujours propre dans ses intervention. La reine du tacle glissé a failli ne pas se relever d’une mauvaise réception sur le dos (87e), mais tel Rocky Balboa dans ses pires moments, alors que l’inquiétude était à son paroxysme, elle se relevait sous les vivas des 15 spectateurs présents !

Corine Franco : 3/5. Sachant que son nom n’apparaît pas une seule fois dans mes notes, ni en bien, ni en mal, on va dire qu’elle a livré un match correct.

Sonia Bompastor : 4/5. Excellent apport offensif, tant en montées/centres qu’en collages de beignes à l’adversaire. Marinette likes this.

 

Milieux récupératrices

Elise Bussaglia : 4/5. Sa vision du jeu a été évidente sur ce match : de très bons choix et orientations d’attaque. C’est bieng.

Camille Abily : 4/5. Beaucoup de pressing et des centres impeccables. Le milieu de terrain infranchissable aujourd’hui lui doit beaucoup.

 

Milieux offensives

Gaëtane Thiney : 4/5 (Remplacée à la 81e par Laure Boulleau, cf plus haut). Un petit coup de moins bien depuis quelques temps pour Tatane. Mais son but preuve d’une belle sponténaité et d’une détermination sans faille laisse espérer que cette baisse de forme technique ne sera que passagère…

Louisa Necib : 5/5. Très en forme, sa maîtrise technique a clairement haussé le niveau de jeu des Bleues en phases offensives. Et pis, avec son but en première mi-temps, on a eu le plaisir de l’avoir en interview à la pause, prouvant au passage que la comparaison avec Franck Ribery n’allait pas jusque là.

Eugénie Le Sommer (remplacée par Camille Catala à la 86e) : 4/5. Elle est toujours dans les bons coups. Son dynamisme et sa fraîcheur n’ont pour seule limite que sa qualité de finition. Encore un petit palier à franchir et elle sera topissime !

 

Attaquante

Marie-Laure Delie (remplacée par Elodie Thomis, 78e) : 3/5. Mouais. +1 pour son but gag.

(La Marinette peut paraître un peu dure, mais bon, deux frappes, voire deux balles touchées en un match, ça fait pas beaucoup non plus…)

 

Allez, zou ! la Marinette va maintenant tenter de dormir quelques heures pour vous retrouver pour la fiiiiiiiiinale mardi, 16h30, face aux Canadiennes !! Allez les Meufs !!!

 

La bise.

Marinette Picon-Bière,

Always there

 

A l’heure où la Marinette va faire un gros dodo, pas encore d’images du match… Je vous mets les liens en commentaire dès que possible…

13 thoughts on “La Meufs Académie note Angleterre – France 0-3

  1. Comment on dit « on leur a mise bien profond » en fille ? (en pas vulgaire quoi) :-D

  2. Louisa est dégueulasse (physiquement) mais quelle joueuse !

    Je viens de voir la sois disante claque de Laure.B & y a rien du tout … elle prend même un jaune on se demande pourquoi alors que le contact est involontaire !

    Bref de toute façon Laure est overall ! futur très très forte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.