La première fois. Je me souviens encore quand il y a peu mon petit frère de 16 ans me disait « Tu verras, la première fois t’as un peu la boule au ventre, finalement tu crois bien faire, mais en fait non tu finis sur la cuisse ». Ayant médité ces bonnes paroles, je me disais que ce week end de janvier était le théâtre de deux premières fois : le déplacement du Dijon Football Côte d’Or du côté de Lyon et ma première académie sur Horsjeu.net. Que d’émotions me direz vous, pour moi comme pour les joueurs dijonnais, attendant un raz de marée comme ne l’attend pas un vacancier anglais à Phuket qui à la limite espère davantage un viol tarifé. Mais je divague et passé les balbutiements de mon streaming, je me laisse écouter la voie sensuelle de Jacques Crevoisier qui tente d’étaler sa science en expliquant que Kakuta était très prometteur quand il était jeune. C’est vrai qu’à 20 ans on est plus jeune, je suis donc vieux.

 

Pour cette opposition on retrouve donc Super Baptiste Reynet dans les cages. Dans ce qui ressemble vaguement à une défense, de gauche à droite Zié Diabaté, Samuel Souprayen, Zakaria Diallo (aka  « le Ciani du pauvre ») et Abdoulaye Bamba.

Devant eux la paire Younousse Sankharé et Bennard Kumordzi chargée de ratisser et de balancer comme des bœufs devant eux.

Un peu plus haut Benjamin Magic Corgnet va tenter de faire quelque chose mais on en n’est pas sûr, avec à ses côtés Thomas Guerbert et Eric Bauthéac.

Pour finir le tableau Brice Jovial et ses 10 kilos en trop va essayer de peser sur la défense new look des lyonnais.

 

Le match (en gros hein) :

1′ : Ballon en profondeur lyonnais, Diallo tape une chandelle.

2′ : Ballon en profondeur lyonnais, Diallo tape une chandelle.

Je lance alors à mon obsédé de frère que Diallo me fait penser aux joueurs des premiers jeux de foot sur console.

8′ : Grenier décale Bastos sur l’aile droite. Le Brésilien prend son temps, profitant d’un marquage sympathique de Diabaté, pour se mettre sur son pied gauche et centrer direction le second poteau ou Briand prend le meilleur sur Bamba pour la mettre au fond. Alors, bon Reynet n’y peut rien, mais bordel Diallo il ne saute pas. Il attend comme une buse entre deux lyonnais pour ne pas sauter.

9′ : Guerbert passe dans la surface à Corgnet qui élimine Réveillère, mais le vicieux défenseur lyonnais le crochète. Mister Varela prend son sifflet et siffle pénalty. Je prie pour que Bauthéac prenne la balle, mais Dieu n’entend pas mes appels et Jovial s’en saisit. Il s’élance et frappe sur l’extérieur du poteau.

25′ : Bastos court comme un dératé côté droit, il voit la course de Lisandro à gauche et lui transmet d’un subtil extérieur du pied. Lisandro contrôle, crochète Bamba et tente un petit lob sur Reynet, mais celui-ci l’enlève d’une belle claquette.

27′ : Grenier s’amuse comme un petit fou sur le côté gauche et met Guerbert à la cave (bonus Kiplé), puisse il passe dans la surface à Briand qui centre vers Gomis qui catapulte la tête au fond des filets, but invalidé pour hors-jeu. L’arbitre avait raison mort aux cons.

Après il ne se passe plus rien, mis à part des plans serrés sur le visage tout énervé de Patrice Carteron qui chauffait sa voix pour les vestiaires. Le bilan est simple, hormis le pénalty, on a pas frappé une seule fois vers Lloris. Pire la Ligue de P des Oiseaux projette d’attaquer Zakaria Diallo pour meurtre de pigeons. Merci la LPO.

46′ : Bauthéac botte un coup franc des 40 mètres. Lloris comme Crevoisier pense à un ballon dans les 16 mètres, mais non notre Bauthéac est vile et tente un lob qu’il rate de peu, Lloris détournant en corner.

54′ : Marseille en a rêvé Dijon le fait, Gael Kakuta foule pour la première fois les terrains de la L1. J’annonce qu’à la fin de l’année Didier Drogba signe chez nous.

61‘ : Kumordzi gratte un ballon dans les pieds de Fofana, Sankharé récupère la gonfle et tente de trouver Jovial dans la surface. Celui est à la lutte avec Gonalons, qui finit par prendre le dessus et permet à Umtiti de prendre le ballon pour dégager… sauf que Jovial lui touche le bout du pied d’appui, qu’Umtiti tombe et Sankharé qui passait par là en profite pour frapper comme une brute à deux mètres de Lloris. BUUUUUUUUUUUUUUUUUUT. Didier Feco court partout dans son studio de 19m².

Les Lyonnais, Rémi Garde en tête, réagiront plutôt mal au but. Bon il est vrai qu’à vitesse réelle on a l’impression que Brice de Dijon fait un croc en jambe à Umtiti lyonnais, mais en regardant au ralenti on s’aperçoit qu’Umtiti amorce le mouvement de chute avant d’être touché. Bref y a but.

62′ : Diabaté tape un ballon en cloche (il apprend le mouvement avec Diallo), Umtiti rate sa tête et ce lutin de Guerbert se retrouve à tenter une demie volée des 20 mètres plein axe. Là, Didier Feco ne sent plus son coeur battre, mais ça touche le poteau et ça sort.

Là je suis épaté par mes Dijonnais qui vont de l’avant, font preuve de maladresse bien entendu, mais cherchent à jouer. On est bien en place mais c’est avant le drame…

82‘ : Réveillère impressionné par la passe en cloche de Diabaté tente la même chose. Il trouve la tête de Gonalons, qui remise en arrière pour Gomis. Celui-ci entouré de trois dijonnais, jongle puis crochète et se remet dans le sens du but. Les trois dijonnais ont disparu, ne reste plus face à la panthère que le sourire de Reynet qui ressemble au sourire candide d’un enfant dans une cave icaunaise. Frappe de mule de Gomis et 2/1.

Bon dans le même temps je découvrais avec un rire démoniaque que Daniel Niculae assassinait Auxerre, donc ça n’allait pas trop mal.

J’ai même pensé un court instant que sur un malentendu on pourrait égaliser. Mais en fait non, Lyon était trop fort, trop expérimenté tout du moins en attaque pour nous laisser la moindre chance de revenir.

91′ : Splendide but lyonnais. Rien à dire, une action d’école. Sur la ligne médiane Lacazette passe à Réveillère qui s’infiltre puis sert Bastos. Celui déborde sur le côté droit de la surface dijonnaise puis centre fort à ras de terre pour Gomis qui pivote et sert Lacazette à deux mètres de la ligne et qui ne se fait pas prier pour violer Reynet.

 

 

Les notes, impartiales, mais pas trop :

Reynet 3/5 : Sur sa ligne il est très fort. Malheureusement depuis qu’il s’est pris un but d’Alou Diarra sur coup franc, ben il ose plus sortir. Malgré tout il nous a sauvé à plusieurs reprises il mérite donc son 3.

Bamba 2/5 : Encore trop tendre pour évoluer face à un gros. Bastos et Grenier se sont amusés face à lui.

Diallo 1/5 : Carteron fait des découvertes, des fois il aurait mieux fait de rester chez lui. Diallo ce n’est pas un défenseur et peut être même pas un footballeur.

Souprayen 2/5 : un point de plus que son compère, parce qu’évoluer à côté de Diallo ça doit te pourrir le mental. Pis Samuel on sait ce qu’il vaut, du moins on sait là où il vaut quelque chose c’est-à-dire latéral gauche. Patrice si tu viens à me lire, cela veut dire qu’il faut un défenseur axial.

Diabaté 2/5 : il a commencé timide et au final a eu énormément de mal avec Bastos, Briand et Lacazette voir même Réveillère D’ailleurs deux buts viennent de son côté.

Sankharé 3/5 : il la joue vieux briscard sur le but dijonnais. Il récupère des ballons de temps en temps. Un pote parisien m’avait dit « Tu verras, tu récupères le futur Patrick Vieira ! », bon force est de constater que l’on récupère plutôt un Alou Diarra.

Kumordzi 3/5 : Bennard fait du bien au milieu, il coupe les transmissions et relance proprement. Une vraie pieuvre.

Guerbert 2/5 : il défend moins que Bauthéac, mais semble plus intéressant offensivement parlant. Il aurait pu choper une meilleure note si son tir avait fait mouche au lieu de frapper le poteau. Remplacé à la 89ème par Baradji.

Corgnet 2/5 : Mis à part l’action du pénalty il fût invisible. Les lyonnais avaient bien compris qu’il fallait le presser directement pour éviter qu’il ne se lance dans ses rushs. Remplacé à la 54ème par Kakuta que l’on n’a pas trop vu, à part au moment de son entrée en jeu. Un évènement apparemment, puisque même la LFP l’a mis dans son résumé du match.

Bauthéac 3/5 : il s’est battu pendant tout le match comme d’hab. Il a autant défendu qu’attaquer comme d’hab. Malgré cela il est capable de taper un sprint de fou furieux à la 85ème comme d’hab.

Jovial 1/5 : il n’a pas existé. Il rate un pénalty dans la foulée de l’ouverture du score lyonnaise. Mais pourquoi a-t-il tiré ? Pourquoi alors que Bauthéac n’en a pas raté un cette saison ? Quand on pense au sang froid de Ribas dans cet exercice…… Remplacé par Thil à la 89ème qui n’a pas eu le temps de faire grand-chose.

Après coup, oui la première fois des Dijonnais à Gerland fût douloureuse, mais elle a malgré tout permis de prendre des renseignements importants quant à la suite des opérations. On attribue donc les encouragements du jury à la bande de Carteron avec malgré tout un avertissement à la défense.

 

Didier Feco.

3 thoughts on “La Mout’hard Académie revient et note Lyon-DFCO (3-1)

  1. Bienvenue ex-puceau ! Bonne acad, ça manque encore un peu d’analisme et de folie à mon goût, mais je ne peux qu’être content du retour de la moutarde.

    Diallo-Souprayen au centre, c’est quand même franchement dégueu, ils étaient où Chaher et Abdou ?

  2. Ne sois pas si négatif à propos de Younousse, à mon sens il s’agit bien du futur Vieira.
    D’ailleurs il est déjà au niveau de Vieira… du moins celui de Manchester City.

  3. @Charlie : Merci, je vais essayer de m’améliorer au fur et à mesure.
    Zarour paye ses boulettes, pour te dire ça va faire 1 mois et demi qu’il est absent pour « maux de ventre »…
    Meité quand à lui était blessé à la clavicule. Souprayen est acceptable dans l’axe s’il y a un bon joueur à côté de lui.

    @Gégé : j’ai hésite à mettre ça je dois l’avouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.