La Paillade académie note Montpellier-Marseille (1-2)

Marcelin fait penser à Schivardi.

La saison chaude revient et Marcelin en a profité pour se pointer en marcel (c’est son père qui l’a inventé d’ailleurs) et en short au ras du cul au stade de la Mosson pour voir jouer les petits.

Les Provençales c’est comme les juifs ou les libanais : une putain de diaspora. Putain y avait des suceurs partout autour de Marcelin dans la tribune, ça lui foutait la gerbe tout ce bleu criard et tous ces gonzes, criards eux aussi.

La butte, remplie de Mallarmé et de Rimbaud qui s’ignorent, accueillait tout ce beau monde au doux son du « marseillais enculés », ce qui n’était pas du goût des suceurs qui hurlaient en retour des insanités que seuls un bon vieux marin du Vieux Port peut décrypter.

Pour le reste, un match cadenassé et chiant à en vider sa flasque cul-sec en bouffant les légendaires chouchous vendus dans les travées du stade du Clapas. Jusqu’au but pailladin. Et là, tout s’est emballé comme le cœur de Marcelin devant un verre de Salvetat. Une égalisation rapide, presque chirurgicale de l’oème et voilà le match qui démarre, pas trop tôt, Marcelin commençait à regretter son fauteuil et les cris de mégère sous prozac d’Olivier Rouyer. Et puis sont venues les deux minutes fatales où, non contents de concéder un pénau, on prend un rouge. Mais il s’avère qu’encore une fois, Lannoy ait fait démonstration de tout son talent arbitral qui en fait le meilleur homme en noir de France, c’est vrai quoi, il est bon ! D’ailleurs, on vient à l’instant de me signaler que cette année, Piocelle et Dhorasso tiennent la corde pour le ballon d’or…

Une fois de plus, on va nous traiter de mauvais perdants et de paranos, mais Marcelin s’en tape ! Il lève son verre aux trois hommes en vert qui ont permis au moins à Marseille de se rapprocher des consanguins !

Et puis, rendez-vous au Stade de France les petits !

Les notes :

Jourdren (3/5) : il avait débuté solide, faisant fi dou sol qui lui chatoyer la barbichette de ses rayons. Mais, chose nouvelle, ses sorties devinrent hasardeuses. Et puis, même s’il n’y peut rien le bougre, il en a pris deux hein !

Bocaly (3/5) : Garry vs Gigi. Ca semblait gagné d’avance et ça l’était jusqu’au but de Gigi. Se faire battre à la course par un obèse, y a de quoi se mettre minable après au bar, allez va ! Marcelin t’accompagne Garry (avé l’assent english) !

Yangambiwa (4/5) : Encore une fois le seul qui surnage, solide, dégageant une assurance à toute épreuve (serait-il à la Maif ?) et parfait dans les relances. Mais dès la sortie d’El-Kaoutari, il a peu à peu disparu pour finalement se rendre devant la connerie de son binôme.

El-Kaoutari (1/5) : Sacrée soirée pour Abdel. Il avait bien débuté pourtant. Il se chiffone avec Rémy dans la surface, concède un pénau et après trouve le moyen d’aller se rechiffoner avec le même (encore une histoire de gonzesse je vous le dis) alors qu’il a déjà une biscotte. Et voilà, un défenseur de moins pour Paris ! Abruti !

Jeunechamp (3/5) : bon, il a fait ce qu’il a pu le Cyril. Faut dire qu’il a vu arriver la cavalerie et que personne n’est venu l’aider. Toutefois une projection vers l’avant qui a fait du bien par moments.

Marveaux (3/5) : Heureusement qu’il a fait une passe décisive le con, sinon c’était zéro pointé avec ses frappes de cagole et ses dribbles de grabataire enrhumé.(remplacé par Dernis)

Pitau (2/5) : On a dit à Marcelin de pas hésiter à descendre en dessous de la moyenne. Ben voilà, c’est Romain qui trinque, avec Marcelin bien sûr ! (replacé par Stambouli)

Belhanda (4/5) : Dès qu’il touche une balle c’est soit pour accélérer le jeu, soit pour prendre les intervalles, soit pour délivrer des bijoux de passes. Il aurait pu avoir 5, mais il a presque disparu de la circulation avec la rentrée d’Estrada.

Utaka (2/5) : Marcelin ne peut que noter à moitié, vu qu’il sort à la mi-temps. C’est pas une prestation de titulaire ça, dix minutes de feu puis plus rien, ça s’appelle un joker ! Demande à Gigi, il a étudié le sujet ces dernières semaines avec Didier.(remplacé par Estrada)

Giroud (5/5) : Marcelin note aussi proportionnellement aux performances des coéquipiers. C’était à gagner tous ses duels, à être incisif comme il faut, malgré son éternelle solitude qui devrait faire tilter René parce que là, ça relève de l’abandon et va falloir appeler la SPA.

Camara (gros cul/5) : Marcelin ne dira rien, se reporter aux acad précédentes, il en a marre de se répéter.

Les remplaçants :

Estrada : en méforme totale, faudra manger plus de chili pour la finale, afin de péter le feu.

Dernis : il rentre, ça bouge un peu plus voilà tout.

Stambouli : ça fait très plat de supions, ce nom.

L’arbitre :

Un pénalty de complaisance alors que Rémy pousse en premier, des sanctions à la cueillette des olives et des gestes parfois incompréhensibles. La tenue camouflage-pelouse n’est peut-être pas adaptée, il faudrait plus une tenue marron, vu le niveau…

Bonus :

Le boulanger Gignac nous a fait sa plus belle baguette de la saison. Et merde, pourquoi à la Mosson ?

Dialogue par foule interposée à la sortie du stade :

Une voix – on vous a niqué pardi !

Une autre voix – Ici, c’est la Paillade, pas la poissonnerie !

Marcelin vous laisse deviner quelle voix l’a fait le plus rire.

Le bisou vigneron,

Marcelin

11 thoughts on “La Paillade académie note Montpellier-Marseille (1-2)

  1. Bravo Marcelin, tu fais un bien meilleur binôme qu’El-Kaoutari…Samedi on se barre avec la coupe sous le bras et on n’en parle plus.

  2. Loulou, la coupe on la rempli avec un pinard que je garde dans la cave depuis 1990, on va se murger la ganache avec tiens!

  3. Sur le penalty Remy essaye surtout de refuser les avances de la maroquinerie. Et de toute façon s’il ne lui fait pas un calin il marque derrière.
    Montpellier, c’est vraiment l’équipe qu’en général on aime bien mais que l’on déteste une fois rencontré. Qu’est ce que ça se la raconte!!!!!
    Sinon « Elle, au cas où t’a ri » a magnifiquement illustré cette capacité a faire les costauds en distribuant des coups vicieux pour mieux s’étaler à la première claque d’ado venue comme un vulgaire (ou Pedretti selon le dialecte local).

  4. Pfff, putain de sardines.
    Faut encore qu’ils fassent les cocus qu’ils jouent contre nous.
    Mais au stade de France, ça sentira pas l’poisson !

  5. Bon, je suis partagé. Mes deux clubs préférés face à face, je sais jamais quoi penser.
    Content pour l’OM, espérant que ça leur permette de bientôt passer devant Lille.
    Mais j’espère que la coupe ira à Montpellier.

  6. Camara (Camara/5) : ses frappes sont tellement grotesques qu’il en rigole lui même (si, si, authentique, je vous jure). Il amuse tellement la galerie qu’on en oublierait son gros cul

    Utaka (Camara+1/5) : en voie de camaraisation (cf. dernier article de Marcelin). C’est que ça à l’air contagieux cte machin là.

    El Kaoutari (MHSC sans Spahic/5) : 2 crises de nerfs et puis s’en va. Heureusement, la première fois, c’était 50 centimètres derrière la ligne. Sa place est réservée à côté de Rémy pour samedi. C’est ça ou tu rien du tout et si t’es pas content vous allez au coin!

  7. On vous aide pour le titre et vous nous laissez la coupe, c’est ça le deal ?
    Donc si j’ai bien compris, samedi, vous mangez des sardines.
    Tant mieux pour vous, moi mes crocos, y z’arrive même pas à bouffer des fourmis, z’ont juste eu droit de boire un tango à Laval…

    Putain, si je dois supporter un nouveau séjour en National, j’aime autant pas que vous gagnez quoi que ce soit, merde..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.