Avant Match :

La rumeur court, le grand et puissant leader du monde connu arriverait en Cité du Ponant avec pour objectif de tout écraser sur son passage, on décrit son armée comme puissante, invincible,  sure d’elle, composée de monstres venus des contrées les plus reculées de l’univers malgré quelques échecs récents dans ses tentatives d’embrigadement.

S’avance donc devant nous dans cette belle journée qui s’annonce froide et intense, une saucisse réunionnaise, un vendeur de café arrivé après avoir vécu longtemps dans l’ombre d’un être revenu d’entre les morts, une brute uruguayenne, et un shemale brésilien, guidée par un général placide (aucun lien fils unique). Il paraît même que son richissime chef, digne descendant du roi Midas sera là pour voir ses troupes en action loin de ses terres dans sa conquête du monde.

Organisée en sapin de noël malgré la perte lors d’une précédente bataille de son grand échalas de la pampa, elle s’avance, implacable sur les terres encore inviolées du Finistère. Une poignée d’autochtones semblent décidés à s’opposer à son hégémonie, conditionnés depuis leur plus tendre enfance, renforcée récemment par un guerrier suisso-guadeloupéen, peuple connu pour sa combativité et sa réactivité sur le champs de bataille, ils n’abdiqueront pas, l’ennemi pour connaître mieux les mœurs locales a récemment accueilli dans ses rang le terrible Ronan le Crom.

S’opposer à cette armada, pourquoi ? D’aucuns s’étonnent, s’insurgent, prétextant un blasphème, de la folie.
De la Folie ? Non ! ICI C’EST BREST !

 

 

 

 

 

 

 

A droite un sapin de noël, à gauche un cactus, Arnaque, Football et Botanique bientôt sur vos écrans.

Le Match :
Dès le coup d’envoi, Paris part à l’assaut, pendant 5minutes, les Brestois trop attentistes ne font que renvoyer le ballon, coincés dans leur camp face aux assaillants venus la bave aux lèvres.

Le combat vient à peine de commencer, et d’une passe d’un grand tout mou qui ne paye pas de mine le déséquilibre est créé dans la phalange locale, un relais inspiré du plus petit d’entre nos ennemis et voici que le naso-écarté de l’armée quatari se retrouve face au vaillant Elana venu rapidement à sa rencontre, l’envie du gardien bien suppléer par sa paire défensive Baysse-Martial repousse le danger temporairement.

Dans l’action, personne n’a vu que le sage de l’armée finistèrienne est resté sur le côté, touché au même titre que le brésilien d’en face, la bataille reprend donc à 10 contre 10, un gros paquet se forme et c’est les visiteurs qui sortent vainqueurs de l’affrontement, le choc est violent et c’est d’un tout petit coup bien placé que vient l’ouverture, la guerre comme la sodomie c’est aussi une question de finesse.

Zebina l’ancien finit par sortir, définitivement blessé, c’est un coup dur, la bataille est très mal engagée, et il est à se demander si à ce rythme, le film ne va pas tourner court métrage façon boucherie.

Les rangs se reforment, un revenant est appelé sur le champs de bataille, il prendra le flanc droit, tandis que le vaillant chevelu passera en dernier rempart contre l’oppression et la fin du monde libre devant le magicien ganté.

Enfin les locaux montrent le bout de leur nez, et tentent de mettre à mal leurs adversaires, mais ce ne sont que des petits cailloux lancés sur les colosses en bleu et rouge qui repartent de l’avant, un javelot arrive à la 17e minute par le flanc droit de la défense, il est l’œuvre du nabot Gameiro bien lancé par Nichon mais le magicien des cages est vigilant et repousse la menace, l’armée est blessée, désorganisée, mais les soldats toujours debout.

On assiste alors à des échanges sans conviction, les méchants attendant tranquillement l’armée blanche pour lui asséner quelques coups d’épée, mais c’est le bien qui se retrouve à l’attaque, exploitant la faiblesse d’un Sissoko diminué après avoir pris un coup de glaive d’un comparse, le maître artificier Grougi envoie le virevoltant Alphonse buter contre le dernier rempart adverse.

Les visiteurs semblent déstabilisés  un des leurs blessés reste au milieu de la bataille, et ils perdent beaucoup d’énergie à retarder sa mort, chacun attaque dans son coin et l’armée blanche n’est plus mise en difficulté et prend confiance, des flèches de Poyet et Grougi trop faibles et mal ciblées  manquent de blesser l’adversaire.

Bientôt 40minutes que les deux armées s’affrontent, Ben Basat s’enfonce dans les lignes adverses et est rattrapé par Bisevac qui rate le ballon, mais pas le pied du Brestois, tout semble favorable à cette armada, y compris le petit bonhomme en vert au milieu du terrain, pour cette attitude peu glorieuse, les locaux aurait du recevoir une réparation, la guerre c’est comme la sodomie, parfois ça fait mal au cul.
Un ballon récupéré par l’élégant Licka, finit par arriver sur Alphonse, qui n’enchaîne pas assez vite et bute de nouveau sur Sirigu le grand.

Mais cela a le don de réveiller la grande armée conquérante et d’une superbe inspiration Bodmer sème la peur et la terreur dans le camp des blancs.

C’est la pause, cette bataille à Francis le Blé se déroule entre gentlemen, le temps de se rassasier et de repartir au combat. Les Brestois s’encouragent et se restaurent
Brestois ! Mangez vos victuailles avec appétit… Car ce soir, nous dînons en enfer.
Oui la guerre c’est comme la sodomie, parfois certains en font un peu trop.

C’est reparti sur le pré, le sang devrait couler, des échanges de flèches de part et d’autres, mais les deux magiciens aux mains couvertes sont vigilants.

On atteint déjà la 57e minutes, et d’une pierre lancée avec précision au dessus du soldat Ferradj, Bodmer manque d’achever la bête blessée, il semble pourtant que le petit Gameiro était bien placé.
Nene se retrouve quelques instant plus tard au sol, blessé, mort ? Non, une feinte de ce petit malin, l’armée quatarie est vraiment pleine de ressources mais la bataille continue.
73e minute, l’artificier Grougi lance le vaillant Baysse dans la mêlée, ce dernier manque de précision au moment de planter son poignard dans le corps de son adversaire, mais comme à chaque offensive l’adversaire répond de façon cinglante, et d’un superbe coup de talon, Bodmer trouve Nene dans la surface mais son coup d’estoc est paré par Elana qui excelle dans le duel. Nene oubliera ensuite Gameiro et donnera son arme à Elana. Quel mec sympa ce Nene.

Le combat approche de la fin et par manque de force du côté des blancs et d’altruisme du côté des bleus se termine sur la victoire des visiteurs. Le monde libre est foutu, la tyrannie s’étendra bientôt sur tout le monde connu.

 

Les Remarques :

Rendez leur leurs abos ! (mais foutez en quelques uns en tôle)
« Et Jean Philippe est une Salope » [si un parisien passant par ici peut expliquer.]
Je dois une pinte à Petit-Louis Fernandel, allez le conspuer il n’a pas vu le match
Pourquoi à chaque fois qu’un arbitre commence bien son match, il se sent obligé de merder de façon consternante ensuite ?
Pour le mercato, on a recruté Alphonse et un chat noir. Meow.
Merci Pour Tout Nolan, d’accord, mais pourquoi à la mi-temps et pas au début du match ?c’est pas très sympa et motivant pour ceux qui se démènent depuis 45minutes.

 


Pour la 100e d’Alex Dupont sur le banc, le Stade lui a offert un tout nouveau Strip Teaseur.

Les Joueurs :

Elana 4/5 : Perdu comme toute l’armée brestoise sur le coup fatal parisien, il a ensuite été impérial, il commence l’année sur des bases énormes. Quand c’est que tu la signes ta prolongation Bernard ?

Gentiletti 1/5 :  Le plus à la ramasse derrière, mais il manque de rythme et ce n’était pas le combat le plus facile à négocier, ne prend les armes que trop irrégulièrement pour pouvoir être efficace, doit éviter de se faire prendre à revers et s’appliquer dans son travail avec les autres soldats.

Martial 3/5 : Parti sur les bases d’un bon gros 0, le jeune soldat a vite repris le dessus et s’est adapté au profil d’un ennemi qu’il ne voit pas souvent avec Kev’ Gam’. A dû en prime s’occuper plusieurs fois de couvrir Gentiletti.

Zebina NN : Aiiiiiie, j’ai mal à mon dos, quand on emmène les vieux à la guerre, il faut s’attendre à ce genre de chose, a eu le mérite de ne pas forcer, reviens vite on aura besoin de toi.

Ferradj (Zebina 8e) 3/5 : Le retour du meilleur soldat du début d’année 2011, il a su apporter rapidement son envie et sa fougue sur le terrain, lobé sur l’occasion de Bodmer, il n’en sera pas moins indispensable pour la fin de saison, si sa blessure n’est pas trop grave.

Bigné (Ferradj 61e) 3/5 : Coucou le revoilà, il sort de sa retraite pour dépanner,  défensivement propre à un poste qui n’est pas le sien, il a eu beaucoup plus de mal quand il s’est agit de donner des munitions à ses copains dans la surface.

Baysse 4 et des patates/5 : Do you listen to me ? I’m a Fucking Center Back. On recrute quand des latéraux pour le faire jouer au poste qui est le sien et où il est monstrueux ? Quelques relances foireuses à son actif cependant.

Ewolo 3/5 : Bon, agressif dans le bon sens du terme, le Pasteur avait sorti la parure de combat ce soir, plus frère Tuck que Cadfael, dommage que Robin n’était pas là, j’ai toujours aimé Marianne

Licka 2/5 : Quelques bonnes séquences offensives, mais trop de déficience dans l’organisation de la bataille et la récupération des munitions.

Grougi 1/5 : Mais fous les toi dans le cul tes corners à la rémoise !

Poyet 2 et un peu plus/5 : A su trouver le décalage quelques fois mais surtout un gros travail défensif, aurait donné sa vie à la guerre pour le stade.

Ben Basat 2/5 : Pas une superbe bataille de la part de BennyB, trop personnel, il aurait pu bénéficier d’un pénalty, la guerre c’est comme la sodomie, c’est avant tout une histoire d’équipe.

Alphonse 3/5 : Encourageant pour une première, mais il n’est clairement pas l’avant-centre que l’on recherche, ne serait-ce que par son physique, du mouvement, de la vitesse et une envie de collectif, à revoir évidemment, sur le côté droit peut-être.


Gameiro y met pourtant du sien dans ses appels

Le Coach et les Remplaçants :
Le coaching a bien entendu été dicté entièrement par les blessures et la forme des joueurs, pas grand chose à redire de ce côté là.

Lesoimier (Alphonse 72e) NN: Faire entrer un archer tout nu au milieu de chevaliers en armure, forcément ça marche pas trop.
Ferradj et Bigné sont notés plus haut.

Les Adversaires :

A la place de Gameiro j’irais mettre des coups de boules à mes partenaires, Nene est un super technicien mais lâche ta balle garçon, Lugano est plus que limité, Bodmer quand il n’est pas mis sous pression est quand même un super joueur.
Ils vont devoir apprendre à tuer un match, sur les 10 premières minutes Brest n’a pas vu le jour, ils auraient du continuer de pousser et en mettre un deuxième rapidement sous peine de se faire rejoindre, en LDC ça ne pardonnera pas.

Les Images en vidéo:

12 thoughts on “La Penn Ar Bed Académie note Brest-PSG (0-1)

  1. 1 match et 1 pinte gagnée, j’appelle ça une bonne soirée!
    Quant à Jean-Philippe, il s’agit de M.D’Hallivillée, directeur du département supporters du club.
    De rien.

  2. le pb avec Gameiro, c’est qu’à force de lui filer des caviars qu’il bouffe avec du ketchup, bah tu lui en files plus. Qu’il se démerde !

    PLF, t’as vu notre Pirlo à nous ? Toi même tu sais, wesh, wesh gros : Bordmer tu déchires TOUT !!!

  3. @alfano romeo : « c’est d’un tout petit coup bien placé que vient l’ouverture, la guerre comme la sodomie c’est aussi une question de finesse. »

    Comme un symbole de heu …je ne pas.

    Sinon Paris vaincra ; & Bodmer, quel – presque mais pas encore tout à fait mais en tout cas sur ce match owi quand même – bel homme, il faudrait revoir face à une opposition plus consistante. Parce que, bon. Brest quoi.

    & Chantôme fait plaisir. Si.

  4. « Grougi 1/5 : Mais fous les toi dans le cul tes corners à la rémoise ! »
    Un message à faire passer partout autour de vous (et surtout en France !)

  5. Je penses vraiment que la faiblesse de notre milieu a permis à Bodmer de s’exprimer, avec Culma il aurait déjà beaucoup plus souffert. Dommage pour nous mais tant mieux pour le spectacle..

  6. @jaune hochet: match non vu, mais une académie prévue pour mercredi
    @hugog: y’a probablement un peu de ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.