Avant d’introduire cette académie (ce n’est pas sale), breaking news : je quitte la Picardie. Quand ? Je ne sais pas encore exactement mais bientôt. Vers où ? Toulouse, sa Place Saint-Pierre, sa Cale Sèche, son Canal, ses putes. Qu’est-ce que t’en as à branler ? Rien. Fin de l’introduction (ce n’est toujours pas sale, sauf si ça te fait plaisir), place à l’académie, la vraie.

Après un match nul (à tous les sens du terme) à Marseille, Bordeaux accueillait Sochaux avec encore les traces rouges sur les fesses de la branlée reçue l’an dernier. Heureusement cette année Gillot est sur notre banc avec Ciani, ce qui me donne deux raisons d’espérer avant le match. Que dire sur Sochaux ?

Dans une région verte et chatoyante se niche une petite cité où il fait bon vivre. Non je déconne, Sochaux c’est moche et rempli d’alcooliques. En plus c’est même pas une vraie ville, juste une banlieue de Montbéliard. Mais grâce à Peugeot, tout le monde sait à peu près où est Sochaux (en France en tout cas). La ville tu t’en branles, je sais, mais le club ? Premier club professionnel de l’histoire du Football Français (encore une fois, merci à Peugeot), le FCSM a participé au premier championnat professionnel de l’histoire et est aujourd’hui le club de L1 comptant le plus de saisons dans l’élite. C’est aussi un club formateur qui sait sortir régulièrement des joueurs de qualité (Bats, Genghini (le père), Rust, Sauzée, Perisic (si si, celui de Dortmund), Ménez (avant le désastre capillaire), Mathieu (le roux), Martin ou encore Erding (oui j’ai osé)). Ils savent aussi refourguer leurs grands tarés (El-Hadji Diouf, Mickaël Madar ou encore Stéphane Paille) ce qui est admirable.

A l’heure actuelle, le coach est Mécha Bazdarevic, partout où il passe, le club trépasse (Istres et Grenoble). Espérons pour les Sochaliens que ça ne se reproduise pas. Pour ce match, le coach devait se passer de plusieurs joueurs, absents pour diverses raisons : Marvin Martin (élongation), Rafaël Dias, Sloan Privat (genou), Carlão (ischio-jambiers), Mouyokolo et Perquis (la méga chiasse). On retrouve donc un ex-Bordelais dans les buts (Richert), un latéral droit qui a préféré poursuivre sa progression en L1 plutôt qu’aller faire banquette ailleurs (Corchia), un latéral gauche formé au club mais qui a du attendre d’avoir 30 ans pour enfin s’y imposer (Sauget) et un duo axial composé d’un ancien (Bréchet) et d’un jeune qui monte (Peybernes). Comment ? Deux défenseurs qui savent relancer et aucun qui fait 1,90m ? Pablo Correa en a fait un AVC.

Au milieu du terrain on a un duo Anin – Noguiera. Le premier n’a pas de cerveau malgré un talent indéniable alors que le second n’a pas de chance (plusieurs graves blessures dès le début de sa carrière). Sur le côté droit on retrouve Boudebouz, formé au club lui aussi, qui est resté au club cet été malgré des offres en provenance d’un peu partout. Une sorte d’anti El-Arabi en quelque sorte. A gauche on a Sébastien Roudet, qui a décidé courageusement de quitter le RC Lens qui venait de descendre.

En pointe, il y a du lourd, du Ballon de Plomb en puissance, avec Modibo Maïga, le mec qui est allé au clash pour partir du Mans, qui est allé au clash pour partir de Sochaux, qui vient à l’entraînement quand il a envie et qui se fait recaler à la visite médicale à Newcastle. Un putain d’énergumène. A ses côtés, pour le subir, on a Edouard Butin, le mec qui prouve qu’on peut être pro avec un prénom pas facile sans forcément faire la carrière de Jean-Eudes Maurice.

Pour les affronter, Francis Gillot ne peut pas compter sur Keita, Savic, Poko et Chalmé, mais ça, à la limite, c’est pas grave, aucun d’entre eux ne peut prétendre à une place dans le onze type à l’heure actuelle. Le drame c’est l’absence de Landry N’Guémo, l’homme de la première partie de saison à Bordeaux. Autant te dire qu’en apprenant la nouvelle je me suis fais un Long Island du tonnerre (tu multiplies les doses d’alcool par 3, sans ajouter d’adjuvant) et j’ai pris peur.

Fébrilement, je guette la composition du Francis en me disant que le seul joueur capable de prendre le poste de Landry sur un match est Greg Sertic (en même temps t’aurais mis qui ? Sané ? Traoré ? Soyons sérieux). Francis nous change légèrement la compo mais ne touche pas à la défense parce qu’il faut pas déconner, on fera jouer Ciani quand on sera maintenus. Et encore. Dans le but on retrouve un Cédric Carrasso serein depuis que Ciani est sur le banc, on le voit même sourire. A droite, Lamine Sané est présent à ce poste qu’il commence à maitriser alors qu’à gauche on retrouve Trémoulinas lui qui dit être concentré sur le club (c’est ça et moi je suis un des Bee Gees). Dans l’axe on a Henrique, annoncé de retour au Brésil (au grand soulagement des attaquants de L1) même si Gillot annonce vouloir le garder, avec à ses côtés Marc Planus, qui parfait sa condition physique pour le marathon de Noël (marathon de repas hein, pas celui où il faut courir). Pour remplacer N’Guémo on a donc Sertic qui a l’occasion de se montrer un peu plus que 5 minutes en fin de match avec Plasil à côté de lui pour faire le jeu et éventuellement aider à la récup’. Sur les côtés, Saivet et Maurice-Belay sont reconduits alors qu’en pointe, Gouffran garde sa place alors que Diabaté remplace Bellion pourtant auteur de bonnes prestations. Por qué Francis ? Por qué ? Si tu comptais mettre un grand devant pour prendre les ballons de la tête face à une défense pas très grande, mets-en au moins un qui saute. Enfin, on a la compo suivante :

Pour le match je m’installe tranquillement devant un streaming en arabe. Le peu que j’ai compris, ils disaient moins de conneries qu’Orange Sport, appelant une fois Gillot « François » et confondant une fois Saivet et Diabaté. Ceci mis à part, je m’installe devant le match, un coca à la main, Madame m’interdisant de boire cette semaine, tout ça parce que je devais aller voir le médecin du travail lundi et qu’il fallait que mes urines soient claires comme une Tourtel. Monde de merde.
Le match commence par une constatation : la pelouse est grasse comme Planus après les fêtes. Mais cela ne semble pas gêner Gouffran qui, d’entrée de jeu, obtient un bon corner (CJP©) tiré par Plasil. Richert s’envole et repousse le ballon. Le match commence bien, mais le coca c’est dégueulasse tout seul.

Henrique semble être gêné par cette pelouse qui ne favorise pas son physique et loupe sa relance. Heureusement, Sané revient bien. Anin, lui, n’est pas gêné par la pelouse et commet sa première faute du match en chargeant Gouffran.
A la 5ème, Boudebouz commet une faute sur Trémoulinas côté gauche. Sertic se charge du coup-franc et envoie la balle sur la tête de Sané qui loupe le cadre. A la 8ème, Sochaux décide enfin de se montrer, enfin ils essaient. A 35 mètres du but, Sauget décoche une frappe du droit qui termine dans le Virage.

Première frayeur et esquisse de beau jeu côté Sochalien à la 11ème : sur un contre, Boudebouz change de côté vers Roudet qui remet en première intention vers Butin qui est seul dans la surface. Malheureusement pour Edouard, il est hors-jeu. Heureusement pour le médecin du travail qui aurait eu à analyser un Calva pur s’il y avait eu but.

Nouvelle frayeur à la 14ème : Anin branche son cerveau et lance Butin dans la profondeur. Planus, bien placé, couvre l’attaquant doubiste. Ce dernier se présente seul face à Carrasso sorti à son encontre, il ouvre son pied mais Cédric nous sort une manchette de grande qualité. On passe pas loin de la correctionnelle comme dirait CJP (version Larqué : Danger ! Danger ! Danger !). Sur l’action suivante, Sané monte et centre. Richert sort n’importe comment et se troue mais Diabaté, qui a moins de détente que Planus, ne peut la reprendre. Dans la continuité, Sertic envoie une bonne frappe des 25 mètres qui passe juste à côté.

A la 19ème, on voit enfin Saivet. Côté droit, il profite du marquage « à la Trémoulinas » (à 5 mètres) pour envoyer un bon centre en direction de Diabaté. Le géant place une bonne tête mais Richert s’interpose facilement. Dans la minute qui suit c’est Sertic qui tente une nouvelle fois sa chance mais sa frappe est contrée et termine tranquillement sa course dans les bras du gardien.

22ème : Sur un dégagement à l’arrache, Sané est plus prompt que Maïga pour récupérer la balle. Il avance, profite de l’hommage de Kévin Anin à Alou Diarra (je tente de t’arrêter du regard), passe à Gouffran qui n’est pas collé de près, lequel lui remet en pleine course dans la surface. Lamine contrôle et allume Richert. La balle passe entre les chambres du gardien sochalien et finit au fond des filets. Bordeaux mène 1-0 et ce but ressemble furieusement à un entraînement de district : conduite de balle sur 30 mètres, relais avec un pivot et frappe. Les joueurs sochaliens faisant office de plots sur l’action. Bordeaux mène, Sané a marqué, je suis sobre. Il se passe des trucs paranormaux.

Les Bordelais continuent sur ce rythme face à des Sochaliens qui jouent à 10, Maïga étant d’une inutilité flagrante sur le terrain. Il ne fait aucun effort pour ses coéquipiers et a une attitude déplorable. Un sacré con.

A la 26ème, succession de centres forts devant le but par l’intermédiaire de Diabaté puis Saivet avant que Maurice-Belay ne lève la tête et remette en retrait vers Trémoulinas, lequel écrase sa frappe qui termine dans les gants de Teddy Richert.
Une succession de fautes plus tard on est à la 34ème. Au coin de la surface, Trémoulinas fait faute sur Boudebouz. Le coup-franc est idéalement placé pour un centre, mais en grand joueur collectif il tente sa chance directement. Sa frappe termine entre les poteaux, au-dessus.

La fin de première période est bordelaise avec successivement un débordement de Trémoulinas (lancé de la poitrine par Maurice-B) qui finit sa course dans Corchia et un débordement, toujours côté gauche, de Maurice-Bailey’s qui centre en retrait vers Diabaté (putain mais qu’est-ce qu’il fout là ?) qui décoche une lourde frappe des 20 mètres que Richert repousse du poing.

Mi-temps, Bordeaux mène, Sochaux est à 10 (biscotte Maïga le génie), je suis serein et exceptionnellement sobre. J’évite l’interview où Sané maltraite la langue française, incendie Madame du regard pour ma sobriété et attrape un paquet de pistaches pour la seconde période.

Le match reprend et ce sont les Sochaliens qui se procurent le premier ersatz d’occasion à la 49ème. A 35 mètres, Boudebouz tente sa chance du gauche. La frappe termine dans la tribune. Boudebouz n’étant pas du genre à lâcher prise, il retente sa chance, d’un peu plus près. Sa frappe termine dans la fosse située entre la tribune et le terrain. Ça se rapproche (j’essaye de me faire peur un peu), Carrasso en tremble. A moins que ce soit le froid.
Conscient que la course au Ballon de Plomb se joue sur des détails, Maïga tente de gagner des points en raffutant Planus qui passait par là.

53ème : Premier changement bordelais : Saivet sort, remplacé par Jussie. Faut qu’on recrute.

62ème : Oui, il s’est rien passé en 10 minutes, le paquet de pistache en a souffert. Il est mort. Remplacement à Sochaux : Butin, pourtant pas mauvais, sort, remplacé par Bakambu.

64ème : Toujours rien et j’ai plus de pistaches. Sortie de Diabaté sous les sifflets (mérités) et entrée de Modeste.

On n’y est plus, plusieurs joueurs sont cramés. Heureusement les Sochaliens ne se montrent pas dangereux, au mieux ils font briller Carrasso qui se réchauffe tranquillement.

Ah, enfin du mouvement côté bordelais (il serait temps, on est quand même à la 73ème). Gouffran décale Maurice-Belay côté gauche lequel centre fort à ras de terre. Modeste se jette pour couper la trajectoire mais est contré.

Premier jaune du match à la 74ème, Bréchet ceinture Modeste qui lui avait mis la misère. Les deux équipes sont cramées, la défense bordelaise campe sur ses 20 mètres « à la Nancy » alors que les deux équipes sont coupées en 2. Pendant ce temps-là, Boudebouz sort au profit de Camara, mais c’est tellement insignifiant que les commentateurs arabes ne s’en aperçoivent pas tout de suite.

Je m’emmerde sérieusement en cette seconde période, les entrées du côté bordelais sont inutiles, la sobriété c’est long. La seule bonne chose ? J’entends le banc bordelais qui encourage Anthony Modeste à coup de « Allez Antho ! Allez Antho, replace-toi ! ». Seule action qui me sort de ma torpeur : un centre sochalien sur lequel Carrasso sort et cartonne Planus, bien poussé dans le dos par Maïga. Si ça avait été Ciani à la place de Planus, Cédric serait certainement sorti le genou en avant.

85ème : Gouffran sort, Ben Khalfallah rentre sous les sifflets. Putain c’est long.

90+3 : Fin du match, enfin. Je suis complètement déshydraté, Madame me jette un verre de Leffe au visage pour me ranimer mais m’interdit de me lécher les lèvres. Quelle cruauté.

Enfin, Bordeaux a gagné, c’est le principal, les 3 points comme dirait Mathieu Chalmé. On sent que les jambes sont lourdes chez les joueurs et que la trêve va arriver à point nommé pour certains. Plus que Rennes à jouer mercredi pour le « soporifico » et c’est les vacances (pour moi aussi). Place à l’analyse.

 

Les gars :

Carrasso (4/5) : Vainqueur de son un-contre-un avec Butin, Cédric a dégoûté les attaquants doubistes qui n’ont plus osé l’approcher par la suite. Rassurant dans les airs, il semble avoir retrouvé la joie de jouer.

Sané (4/5) : Sa danse ridicule après son but et son interview à la mi-temps lui coutent un point. Sinon on a encore vu un très bon Lamine, solide défensivement, efficace offensivement. On peut dire qu’on lui doit les 3 points.

Trémoulinas (3/5) : Il monte 272 fois par match, centre 143 fois, tire 4 fois et se prend un contre le reste du temps. Heureusement pour lui, ni Boudebouz, ni Roudet n’ont su en profiter.

Henrique (3/5) : A fait le taff même si son physique le dessert sur une pelouse aussi grasse.

Planus (3/5) : Un match tout en anticipation : les passes, les têtes, les centres, la prime de match. Patron.

Sertic (3/5) : Dans un rôle qui n’est pas forcément le sien, Greg s’en est très bien sorti. Cramé à la 50ème, il s’est contenté de récupérer et relancer simplement le ballon. Parfois trop facile balle au pied, il a perdu quelques ballons qui auraient pu être dangereux si Sochaux avait joué à 11.

Plasil (2/5) : Plus fatigué qu’une meneuse de revue en fin de carrière. Vivement la trêve.

Saivet (1/5) : Bien moins percutant, bien moins présent, sorti bien plus tôt, Henri n’y était pas. Du mal à enchainer les matches ? Une petite blessure ? Remplacé par Jussie à la 53ème.

Maurice-Belay (3/5) : Il a obligé Corchia à défendre quasiment tout le match, signe de son activité offensive. Bon pour l’efficacité… on reviendra en 2012.

Gouffran (4/5) : Il prend +1 pour sa passe décisive pour Sané. Toujours la même envie débordante du gars prêt à en mettre partout dès qu’il le peut. Remplacé par Ben Khalfallah à la 85ème.

Diabaté (1/5) : Mal placé (le mec fait 2 mètres 12 de haut et reste aux 20 mètres sur les centres), inefficace (aucune occasion), inutile (Peybernes en rigole encore de son duel avec Cheick). Vas apprendre ce que c’est d’être avant-centre. Ou signe à Blackburn pour 10M€. Remplacé par Modeste à la 64ème.

 

Les entrants :

Modeste (non noté) : A passé plus de temps à râler qu’à jouer au football. Une attitude détestable, surtout quand ton coach t’encourage. Doit se plaire sur le banc pour faire aussi peu d’efforts.

Jussie (non noté) : Une entrée aussi décisive qu’un pet dans une baignoire.

Ben Khalfallah (non noté) : Une entrée aussi intéressante qu’une chanson de Vicent Delerm.

 

Les remarques à la con :

  • 10 points sur 12 sans Ciani. Et il ose se plaindre.
  • 0 but encaissé en 4 matchs. Sans Ciani.
  • Passer de la 18ème à la 9ème place en 4 matches. Sans Ciani.
  • Sinon, tu veux vraiment rester ?
  • Rennes mercredi, ce match risque de faire plus effet qu’un Valium.
  • Votez Maïga au Ballon de Plomb. Ou Diarra. Ou Maazou. Putain y’a du niveau cette année.
  • Vous ne passerez pas Noël seuls, je vous prépare un cadeau.

 

Bonus « stat qui tue »

Diabaté, le mec qui perd plus de ballons qu’il n’en touche.

 

Bonus « Dieu Indien »

Voici ce qu’a vu Edouard Butin en arrivant face à Carrasso.

 

Message à caractère informatif :

Vous aimez Horsjeu.net et la Scapulaire Académie et nous vous aimons aussi. Si vous voulez que cet amour réciproque continue, abonnez-vous pour nous soutenir, ou faites un don. Et si vous n’avez pas d’argent, vous pouvez cliquer sur les pubs rapidement mais aussi en bas de page sur l’insigne +1, pour un meilleur référencement du site. L’éditeur est beau et rusé.

Ils soutiennent l’activité du Claude : Girondins33Webgirondins , Chez les GirondinsGirondins AnalyseSupporters Virage Sud Centre HautGirondins4ever et La Légende des GirondinsMade in GirondinsGirondins de Bordeaux.net. Pour les suivre, vous avez aussi leur page facebook, tout comme celle du Claude himself sans oublier celle de Horsjeu.net, de la Scapulaire Académie ainsi que les profils de certains de vos académiciens préférés mais surtout de l’Editeur, ce si bel Homme, si beau et si intelligent (et je ne parle pas de son potentiel attractif mesdames). Le Claude est aussi sur Twitter pour des leçons sur l’alcoolisme, la vie, le nord, un peu tout.

Si vous ne deviez être fan que d’une seule page sur facebook (en dehors de celle de la Scapulaire Académie), ce serait celle-ci: Supporters des Girondins partout en France . La bise anale à ceux qui animent cette excellente page.

Claude rêve parfois de vous la nuit, c’est pour ça qu’il vous file des images.

22 thoughts on “La Scapulaire Académie note Bordeaux-Sochaux (1-0)

  1. Salut Claudio ! Je te donne rendez-vous chez Tonton alors et on trinquera aux transferts de Ciani, FBK, Jussié et Diabaté.

    Sinon académie au top of course.

     » Bordeaux mène, Sané a marqué, je suis sobre. Il se passe des trucs paranormaux. »

  2. Je lis les trois premières lignes et qu’est-ce que j’apprends? Putain Claude, tu viens à Toulouse????!!!
    Trop bien, je connais le patron du Bièratorium!!!
    Et Madame sera ravie de voir enfin une équipe correcte joueur au rugby… ;o)

    Bon je lis la suite de ton nacade.

  3. Content pour toi Claude et tu te rapproches de nos girondins !!
    Je suis sûr que tu trouveras la même source d’inspiration dans la ville rose qu’en Picardie…

    quant à ton acad’, comme d’hab, un beau reflet du match : un Sané qui n’arréte pas de progresser, un Sertic surprenant à ce poste, un gros Cheikh qui sert à rien.
    D’accord avec toi sur le fait qu’il a rien compris au role d’avant centre : p’tain c’est pas à lui d’aller sur les cotés, surtout qu’après, avec sa vitesse de course…le temps qu’il arrive dans la surface…..
    bref, je le transférerai bien au Mercato. Et pi Modeste, ah bah lui, il fait plaisir quand il rentre hein !!
    vivement un nouveau devant…pourquoi pas essayer Sala ??

    Sur ce, Bonnes fetes de Noel !!
    j’attend ton cadeau avec impatience……

  4. Coach Courbis a beaucoup ri à la lecture des stats de Diabaté en fin d’académie et il vous en remercie !
    ‘zavez vraiment un oeil partout mon bon Claude

  5. toujours aussi bon à lire tes notes Claude. tu ferais un super commentateur!! pas mal les images à la fin!! continu comme ça tu déchire!!

  6. Claude, mon bon Claude. Pourquoi cette déchéance ? Pourquoi remonter la Garonne pour aller dans cette ville où on ne nous aime pas ?

  7. @Michel Panini: personne n’est parfait.

    @Jean: Je quitte la Picardie pour cette ville parce que c’est ce qui me rapproche le plus de Bordeaux. Il est quasi-impossible d’avoir un poste à Bordeaux, même en couchant, et dieu sait que j’ai envie (de coucher)

  8. Ben moi, j’habite à Toulouse et y’a des bordelais que j’aime bien. Genre, euh…. bon faut que je réfléchisse mais je suis sûre qu’il y en a des gentils.

    Je précise, c’est pour de rire…. on sait jamais, si y’a des lecteurs de lequipe.fr, je préfère préciser.

  9. Salut Claude.
    Tout simplement excellent !!!
    Passe de bonnes fêtes… en attendant un gros mercato (?)

  10. dis donc l’claudio, t’as pas pompé tes vannes dans Santantonio par hasard ? (pas le Lillois, l’autre !)

  11. J’ai beaucoup lu les San-A dans ma jeunesse, il se peut que j’y trouve de l’inspiration.

  12. c’est presque du plagiat l’ami ! enfin bon, comme tout le monde n’a pas notre culture, ça passe tout seul ! en plus, t’as un p’tit air de Béru ! c top !

  13. Dommage que tu n’aies pas eu un streaming avec les commentateurs français. Tu as donc raté a la 58eme Jussiê qui est confondu avec Henrique ce qui lui fait réussir un une-deux et puis perdre le ballon aussitôt que le commentateur se rattrape et le nomme Jussiê.
    Ne pas être bon lui vient peut être de son nom alors.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.