La Scapulaire académie note Olympiakos -Bordeaux

0

Jean-Claude Beize à fond à fond à fond

Jean-Claude Beize, notre nouveau partenaire particulier, note les prestations de ses Girondins préférés…

Les Bordelais ont réussi à obtenir un excellent résultat pour ces 1/8 èmes de finale de Ligue des Champions en allant s’imposer au milieu de la « furia » grecque. L’équipe athénienne n’avait cependant pas la robustesse spartiate nécessaire pour résister à la puissante armée girondine. Bordeaux a en effet rencontré une équipe bien faible. Voici les notes des protagonistes de la rencontre:

Carrasso (7): Le portier Girondins a pu tranquillement observer ses partenaires évoluer en première mi-temps. On ne l’a pas vu . A la mi-temps, prévenu par Laurent Blanc des possibles velléités adverses, il s’est recoiffé en mode « Super Saien » pour ressembler à son idole Sangoku. Il a alors repoussé les quelques tirs de l’Olympiakos, s’est montré rassurant dans ses sorties aériennes, et a brillé dans le match des étoiles. Il a montré que Bordeaux pouvait compter sur un bon gardien lors des rencontres à enjeu.

Chalmé (3): Il s’est encore contenté des taches défensives. Mais il pêche vraiment par manque de physique. Toutes les offensives grecques qui sont arrivées à proximité de Carasso sont passés par son côté. Son apport offensif à été inexistant, mais ca ne nous change pas de ses dernières prestations. Mathieu est le maillon faible bordelais en ce moment.

Ciani (5): Pendant une heure de jeu on a retrouvé LE Michael Ciani . Irréprochable défensivement, il a permis aux Girondins de ne concéder aucune occasion dangereuse pendant une mi-temps et demi. Il s’est également montré décisif sur un coup franc étiqueté « Girondins de Bordeaux »: coup franc de Gourcuff décalé sur la gauche fort devant le but et petite déviation de la tête pour prendre le gardien à contre-pied. Il s’est cependant retrouvé dans le dur durant les 30 dernières minutes et a permis à l’Olympiakos d’espérer un retour.

Planus (7): Intraitable sur le coté gauche de la défense centrale, il n’a jamais semblé en difficulté et s’est montré décisif sur les contres. Quand il est à ce niveau le SBKS (Scapularian Best Kept Secret) est indispensable . La rumeur de ses légendaires tacles glissés a-t-elle fuitée au sein des joueurs athéniens? Toujours est-il que peu ont osé se confronter à Léonidas.

Trémoulinas(7): Quel panache! Aussi irréprochable défensivement que généreux offensivement, P’tti benoit était en pleine forme et n’a pas hésité à le montrer. Seul bémol, la blessure de Jean-Louis Gasset qui aurait attraper un torticolis à force de suivre ses aller-retour sur le coté gauche. Roland Garros approche Jean-Louis, faut muscler ton jeu.

Sané (5): Notre « sentinelle devant la défense » a fait le boulot, imposant sa puissance et ses longues cannes au milieu du terrain. Il a cependant fait très peur dans la relance et a failli couter un but sur une erreur de jeunesse. On peut lui pardonner, c’est sa première saison professionnelle. Et il est plus à l’aise en défense centrale.

Fernando (7): Epanouit dans son rôle de relayeur, Fernando a réalisé un match plein, offrant de bonnes possibilités en phase offensives, tout en récupérant un bon nombre de ballons. Physiquement au top, il a écœuré le milieu adverse et termine le match en multipliant les montées de 40 mètres. Impressionnant !

Plasil (7): Le staff bordelais a tout fait pour qu’il puisse jouer ce match. Il a été énorme dans les jeux en triangle dans le petit périmètre. Il a perdu très peu de ballons et même si son jeu long n’a pas été à la hauteur, il est devenu indispensable dans la construction. Un excellent match du Macaulay Culkin tchèque. A été remplacé par Gouffran… La différence pique les yeux.

Wendel (3): San Gerardo a réalisé un mauvais match. C’est tellement rare en ce moment qu’il faut le souligner. On peut également dire que Gourcuff lui vole un demi-but avec un coup franc aux abords de la surface qui, vu la précision diabolique de son pied gauche en ce moment, avait de bonnes chances de tuer le match. A son discrédit : tout le reste, il a commis beaucoup de fautes, n’a pas cadré un tir. Une soirée à oublier, dans les étoiles du ciel hellénique.

Gourcuff (6): Il confirme son retour en forme et signet une prestation convaincante. Yoann n’est toujours pas à son meilleur niveau mais il recommence à devenir décisif. De plus, lorsqu’ il a recommencé à trop en faire, il s’est vite reconcentré et a fini le match dans un registre besogneux. Il aurait pu être plus intelligent en contre, mais en contrepartie, il a perdu peu de ballons.  Il a retrouvé son physique, il ne lui manque plus que la vista.

Chamack (5): Même lorsqu’il n’est pas décisif offensivement, il est difficile de mal noter l’Homme du Milieu. Tel un François Bayrou sous hormone de croissance, il croit en sa destinée. Comme son mentor, il n’est pas toujours brillant et il prend toujours un nombre incalculable de coups. Mais il est prêt à vendre son corps pour aider ses partenaires. Et contrairement au Palois Présidentiable, il est indispensable.

Remplacants:

Gouffran (2): Difficile pour lui de se mettre en évidence mais il a essayé… Il a échoué. Bordeaux doit sérieusement penser au futur de ce joueur. Difficile de croire qu’il a été l’idole d’un stade. On nous aurait donc menti?

Jussié (non noté): Invisible. Il est vrai que Gouffran attire toute la lumière…

Si comme Jean-Claude Beize avec Bordeaux, Warren Tupett avec Arsenal, le Mad Professor avec l’OM, Torben Pfannkuch avec l’OL et Ricardi Guidolino avec Monte-Carlo, tu soutiens un club, manques d’objectivité et de patience, écris nous à editeur@horsjeu.net pour faire des essais et créer ton académie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.