Invaincu depuis quatre journées, vierge (pas comme les victimes d’Emile Louis) de but depuis trois matchs, Ajaccio se refait peu à peu une santé. Et ce n’est pas ce match contre Auxerre qui va nous faire dire le contraire. Les ajacciens sont plus disciplinés, plus attentifs défensivement, plus précis dans leurs transmissions, et tout cela se retranscrit dans les résultats. Condamné par tout le monde il y a encore un mois, l’A.C.A fait de nouveau peur. Sochaux, Brest, Nancy, Dijon, Caen et Nice peuvent trembler et devront cravacher jusqu’à la fin de la saison.

L’A.C.A, habitué aux mauvais débuts de match, est entré directement dans la partie en exerçant un bon pressing, mais sur une erreur d’inattention et de marquage, Oliech a crucifié Ochoa de près.  C’est à partir de ce moment que l’arbitre commença son show. Alors qu’il avait déjà distribué deux cartons jaunes en seize minutes, il décide d’expulser l’ex espoir du football français Anthony Le Tallec pour un tacle certes appuyé mais pas dangereux. Le début de la fin. Alors à 11 contre 10, les ajacciens poussent et assiègent le but de Sorin. C’est ainsi que Eduardo et Diawara marqueront deux buts en l’espace de six minutes, à la 27ème et 33ème. Survoltés par les « français, français on t’encule » et les « arbitre enculé », les joueurs se donnent à fond dans les duels et sont illogiquement sanctionnés par Mr Rainville, arbitre préféré de Fabien Lemoine. Ainsi Bouhours est exclu pour un deuxième jaune et Maire est directement renvoyé au vestiaire pour un petit tacle par derrière. Rainville fait la police, il n’y aura donc plus que 19 joueurs sur la pelouse en deuxième mi-temps.

Puis, en deuxième période :

La deuxième mi-temps s’apparente à une véritable attaque-défense, les ajacciens sortant de leur camp à de maigres reprises. Mais, solides et solidaires les joueurs de l’Ours n’ont pas abdiqué, défendant leur but corps et âmes. Les auxerrois, en terrible manque d’inspiration offensive n’ont jamais su vraiment inquiéter Ochoa. Cavalli et ses coéquipiers ont bien joué le coup, faisant des fautes pour ainsi casser le rythme des icaunais. Le match se terminera avec la bagatelle de 38 fautes,  cinq cartons jaunes et trois rouges. Pour s’en sortir, l’A.C.A s’est encore basé sur ses principales forces, l’engagement et la solidarité. Le club est désormais totalement relancé malgré qu’il soit toujours dernier. En effet, l’A.C.A a le même nombre de points que Sochaux et Nice et ne compte que quatre points de retard sur la douzième place. Les prochaines semaines seront décisives, à voir si Ajaccio confirme ou s’écroule de nouveau. Espérons que ce soit la première hypothèse.

A noter que le match est commenté par Baptiste Vendroux. Fils, petit-fils de Jacques Vendroux ? Interpol s’est saisi de l’affaire. Le rapport fait état de très mauvais commentaires, il a en effet enchaîné les préjugés, les confusions de joueurs, les fautes de prononciation. Le pire commentateur qu’il m’a été donné d’entendre.

 

Annutazioni :

Ochoa 3/5 : El portero cabelludo ha conocido una partida muy tranquila, bien protegido por su defensia. Ce moment hispanique est gracieusement offert aux nombreux lecteurs mexicains de Horsjeu.net. Le mexicain, gardien qui a effectué le plus de parades depuis le début de saison ( plus de 80 ) n’a rien eu de croustillant à se mettre sous la dent. Ses prises de balles sont sécurisées et sécurisantes. Il est plus sûr de lui qu’un flic qui arrête un gamin de 12 ans avec une barrette.

Bouhours NN: L’arbitre fait compensation en l’expulsant pour un deuxième jaune. Ses deux cartons ne sont pas justifiés. Deux jaunes, doses journalières des brigadiers anti-criminalité de Marseille.

Maire NN : « Vous avez le droit de garder le silence. Tout ce que vous direz pourra et sera utilisé contre vous devant la court. Vous avez le droit à un avocat pour vous représenter pendant l’interrogatoire. Si vous ne pouvez pas vous en payer un, il vous en sera commis un d’office. » Expulsé pour un tacle dangereux, il a voulu se venger de Baptiste Vendroux qui l’a appelé Yohann Poulard tout le match.

Medjani 4/5 : Qu’il fait du bien ! L’algérien a défendu très haut en première mi-temps, s’autorisant même une montée et une frappe à la Rami©. Patron de la défense, il a joué très bas en deuxième mi-temps, faisant descendre son bloc défensif. C’est lui qui dirige, dégage du pied, de la tête et qui encourage ses coéquipiers. Il devient de plus en plus indispensable. Ses interventions font mal, et quand il est question de dégager le ballon et de faire souffler ses collègues, il ne fait pas dans le détail.

Diawara 4/5 : Il a la maigreur d’un somalien, c’est peut être pour cela qu’il est mort de faim sur le terrain. Encore buteur, pour la quatrième fois de la saison, il a été irréprochable. Jamais dépassé en première mi-temps, son passage dans l’axe de la défense à la mi-temps ne l’a pas déstabilisé. Il est incontestablement l’homme en forme du moment.

Pierazzi 3/5 : Simple et efficace. Tout le contraire de la Justice française. Il a parfaitement résolu les problèmes du milieu. Plus Roger Hanin que Kévin Anin.

Mostefa 4/5: Son meilleur match depuis le début de saison. Toujours omniprésent dans les airs, il a contribué au premier but en forçant Hengbart à dégager sur Eduardo. Il a joué un rôle prépondérant en amplifiant sa douleur et sa blessure, obligeant Mr Rainville à sortir le rouge pour Le Tallec. Ses quelques habituels ballons dangereux perdus au milieu de terrain seront largement compensé par son grand nombre de ballons récupérés. Il finit le match éreinté, signe de son engagement de tous les instants. Remplacé par N’Diaye.

Cavalli 4/5: Maître ès coups de pieds arrêtés, le petit Cavalli nous a régalé en distillant des ballons extraordinaires. Toujours précis, il écarte mieux le jeu qu’une pute bulgare n’écarte les jambes devant un billet de 50€. Le premier but vient d’une de ses transversales. Le second but vient de son corner, corner qu’il avait lui même obtenu. A noter son coup franc incroyable à la 31ème qui termina sur le poteau. Après s’être illustré offensivement, il fut énorme défensivement en seconde période. Taclant tout ce qui bouge, on l’a vu dans un registre plutôt inédit. De toute façon, lorsqu’il s’agit de se mettre au service de son équipe, Cavalli est toujours là. Remplacé sous les applaudissements par Lippini.

Tibéri 3/5 : Que ce soit devant ou derrière, il a la classe. Plus Horacio Caine que Navarro.

André 4/5 : Passé arrière droit en deuxième mi-temps, il a littéralement dégoûté celui qui avait traité Sammaritano de ‘bâtard de nain’, j’ai nommé Omar Kossoko. Le jeune ajaccien inverse donc le cours de l’histoire. Omar m’a tuer se dira maintenant Benjamin m’a tuer. Quel bel homme. Tenace, acharné, il n’a laissé que très peu d’espace à ses vis-à-vis. Un joueur comme on en fait plus. Comme Julie Lescaut, il me fout le barreau.

Eduardo 4/5 : Mobile, plein d’envie et buteur. On ne pouvait rien lui demander de plus pour sa première. Eduardo > Brandao > Anderson > Fred > Ilan > Severino Lucas > Elber > Vampeta > Fernandao > Deivid > Christian > Edson de Faria > Pato.

 

I rimpiazzanti :

Lasne, 67ème NN : Lasne au galop.

N’Diaye, 85ème NN : Le retour de l’enfant prodige.

Lippini, 85ème NN : A peine trente secondes sur le terrain, qu’il était déjà en train de tacler. Il colle tellement bien avec le comportement du Perfettu sur un terrain que c’est décidé, le Perfettu va acheter son maillot.

 

Merci à Guy Moux de m’avoir filer les images du match. Promis je ne chambrerai plus tes protégés.

Merci aux joueurs pour leur combativité et pour les émotions qu’ils font passer.

L’A.C.A se déplace samedi à Bourg-Peronnas en Coupe de France. La victoire est plus qu’envisageable. Et puis même si la Coupe de France n’est pas un objectif, il est toujours bon de ne pas couper une si belle série d’invincibilité.

Bonus Gentil :

 

Bonus Chanson con :

 

Le Perfettu termine, non pas en chanson, mais en dicton :

« Trè pignatte inde u fucone, hè una festa, trè donne inda una casa, hè una timpesta. » / « Trois marmittes sur le feu, c’est une fête, trois femmes dans une maison, c’est une tempête. »

«  Aio…Aio…Andemi tutt’o stadiu . A mé…A té. Ché un matchu disputatu a d’a juca A.C.A. Ma l’arbitru qualli sera ?

Gridemi e via l’A.C.A »
Basgi anale,

Perfettu Erignacci.

3 thoughts on “L’Aiacciu Académie note AC Ajaccio-Auxerre (2-1)

  1. « galvanisés par les français, français on t’encule »
    J’attends avec impatience les réactions le jour ou on entendra dans les stades français un somptueux « corses on t’encule…. » d’ailleurs ça sonne bien comme expression je trouve

  2. « Mr Rainville, arbitre préféré de Fabien Lemoine. »

    ==> oh putain ! J’ai honte mais j’ai ri… Pardon Fabien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.