Le principe du Onze Anal Ligue 1 est simple : aidé d’un boulier-compteur, le stagiaire arithmétique était chargé par les gros membres de faire le décompte de toutes les apparitions en ‘Onze Anal’ de chacun des quelques 167 nominés durant cette année et de ne retenir que les meilleurs des meilleurs des meilleurs des meilleurs dans l’analité. Evidemment, vous l’aurez compris, ce sont aussi bien les contre-performances que la mauvaise foi de nos académiciens qui composent ce Onze Mondial Ligue 1, mais il faut bien l’admettre, cette sélection des académiciens d’horsjeu.net est garantie 100% anal. Tout de suite, le Onze Anal Ligue 1:

Le coach anal vous propose donc un superbe 3-5-2. Réalisant en effet que la France ne savait pas vraiment former de grands joueurs de couloir, il a décidé de résoudre ce problème en surbouchant l’axe et en confiant chaque côté à un guerrier solitaire.

Edel 2 : L’évidence même à ce poste, malgré une concurrence rude. Mais Apoula nous avait prévenus : « il a faim de bouffer tout le monde » (souvenez-vous). Sauf peut-être les ballons, ou alors un peu maladroit, Ambroise les laisse aller au fond des filets comme une vieille trace de ketchup qui coule d’un 280 et atterrit sur une chemise blanche. Dommage que malheureusement, cette titularisation dans le onze sonne un peu comme un titre posthume, puisqu’Apoula a trouvé preneur en Israël après qu’Antoine lui a demandé de fermer sa gueule, de venir un peu ici pour voir, puis de lui indiquer la porte de sortie (mais pas pour une question de niveau aux dires de l’intéressé, juste une conséquence de ces problèmes judiciairo-identitaires).

Le truc en moins : Ni des kilos, ni des papiers en tous cas. Ni l’honnêteté non plus puisqu’il avait déclaré : « je ne suis pas doué, je vis du travail ». Il lui manque du travail donc. Et beaucoup.

S. Diawara 4: Une bonne défense doit avoir son meneur, et ça tombe bien car Diawara n’hésite pas à conduire sans permis et même qu’il pense qu’il avait le droit. Comme un symbole, le coach anal lui confie le côté droit de la défense pour mieux arrêter Messi ou Ronaldo qui jouent souvent à droite aussi. Oui, le coach anal est un tout petit peu con. Malencontreusement, Souley qui porte bien son nom risque d’être plus souvent aperçu dans les vestiaires après un rouge, à l’infirmerie ou au carré VIP de la plus grosse boite du coin que sur le terrain. Sauf pour éventuellement marcher sur le poumon de Nenê.

Le truc en moins : Pas de la bouteille, ça c’est sûr. Peut-être des heures de sommeil.

Cris 4 : Une bonne défense doit avoir son meneur, le coach anal le sait parfaitement et a du coup décidé d’en mettre deux.. Dans le rôle du libéro expérimenté, la diva chauve de Gerland fait figure de recrue idéale. Plus prompt à sécher ses partenaires fautifs après le match, ou concurrents à l’entraînement, qu’à réellement empêcher les attaquants d’adverse d’aller marquer, et impliqué dans des rapports très conflictuels avec son coach qu’il aurait qualifié moyennement amicalement de « nul » ; il est celui qui n’a pas le brassard mais se prendra pour le capitaine quand même.

Le truc en moins : Des cheveux, ça c’est évident. Et des syllabes à son nom aussi. Ce serait bien qu’il en gagne quelques unes pour éviter ce genre de choses.

Diakhaté 4 : Pour être sûr que Cris pique une Cris en poussant des Cris, rien ne vaut un bon vieux Pape. Car une bonne défense doit avoir aussi son élément dur comme le roc ou comme Van Bommoul, capable de faire une faute inutile à 45m de son but pour récolter un carton jaune qui l’handicapera le reste de la rencontre, ou de faire péter les plombs à n’importe quel joueur, y compris son propre gardien. Pape est de cette race de défenseurs : celle qui sait offrir deux pénalties à l’adversaire dans le même match et symboliser à la perfection la déchéance du recrutement lyonnais.

Le truc en moins : la relance. Sauf sur l’échelle du Zubar. Et l’estime d’El-Hadji Diouf aussi, qui l’a traité de jaloux quelques semaines seulement après avoir affirmé que « la jalousie était une maladie de femmes ». Peut-être un sexe donc.

Démont 4 : Dernier ballon de plomb en date, ne sachant ni vraiment défendre ni vraiment attaquer au point qu’on ne sait toujours pas quel est son réel poste, Yohann est le vieux meuble idéal qui reste dans l’entrée pour y laisser les clés. Joueur-symbole du RC Lens habitué aux podiums (celui de la Ligue 2, et celui de ceux qui vont en ligue 2), l’ambassadeur des voiturettes du club s’est aussi distingué pour son esprit bagarreur, surtout contre les coéquipiers et les portes qui lui passent sous la main ou sous le poing. Mais comme ça il pourra jouer avec un plâtre. Comme Sakho. Et inspirer les fantasmes de tous les jeunes du NPDC.

Le truc en moins : Le talent, ça ne fait aucun doute. Sauf pour concurrencer Cris au challenge du capitaine dans sa tête.

Alou Diarra 6- cap : Plus que titulaire indiscutable, le voilà notre magnifique capitaine qui sait magnifiquement transmettre son esprit de guerrier concerné à ses coéquipiers. Homme de devoir (mais au singulier, parce qu’il ne faut pas trop lui en demander), et de cœurs (au pluriel, comme Fiorèse) ; Alou est l’homme qui reste 100% girondin même si sa tête est à Paris et son avenir à Marseille. Plus lucide sur l’engagement de ses coéquipiers que sur le sien, il saura remplir aussi avec implication son rôle d’intermédiaire auprès de l’arbitre. Peut-être un peu trop d’ailleurs. Sa première titularisation en match officiel sous ses nouvelles couleurs aura en tous cas emballé le Mad.

Le truc en moins : Honnêtement, il ne lui manque pas grand chose. Enfin, c’est lui qui nous l’a dit. Peut-être un tour d’honneur sous les applaudissements à Bordeaux. Il avait pourtant essayé.

Aly Cissokho 4 : Arrivé à Lyon plutôt qu’au Milan à cause d’une histoire de dentition, Aly aura régalé toute l’année sur son côté gauche entre centres en 6m, csc, coups de sang et expulsions. Ça c’était sur le terrain. Et bien toute l’année, car Aly a su enfin prouver qu’il pouvait être régulier. Mais en dehors, Aly nous aura aussi gratifié d’un sens de la répartie hors du commun, et d’une embrouille inoubliable avec Alain Vernon du service des sports de France télévision ( sans craindre au passage ses fameux contacts d’interpol, ce qui prouve qu’Aly est un homme courageux). Sélectionné en Norvège, Aly aura eu le plaisir de revoir les deux « caids immatures » être tour à tour rappelés alors que lui n’arrivait même plus à concurrencer un Clichy au niveau déclinant.

Le truc en moins : Un truc dans les dents. On n’a jamais trop compris, mais ça avait l’air important pour Milan.

Gourcuff 5 : Le service est drôlement embêté avec lui. Tout le monde en a parlé toute l’année alors qu’il n’y avait pas grand chose à en dire tellement le 5e futur Zidane est devenu transparent sur le terrain. Sauf à son arrivée à Lyon, mais ce n’était pas de sa faute ce show à l’américaine censé le présenter aux supportix de l’OL. Et ce n’est pas de sa faute non plus si on lui prête des histoires de tensions avec le reste de l’équipe de France. Et ce n’est pas de sa faute non plus si on parle de lui, et ça l’embête drôlement de devoir répondre à toutes ces interviews. Puis ce serait chouette qu’on arrête de l’embêter avec ces rumeurs et son papa. La star anale qu’il fallait incontestablement à cette équipe.

Le truc en moins : L’esprit de révolte. Sauf contre David Astorga. Mais  c’est pas ça qui a fait de lui un Maradona non plus.

Dalmat 5 : Comme pour sa défense, le coach anal est convaincu qu’il vaut mieux deux faux meneurs qu’un seul vrai. Stéphane est celui qui se prêtait idéalement à ce rôle. Sur le terrain, on l’aura vu dribbler deux trois joueurs avant de perdre la balle, comme à son habitude. On l’aura aussi vu sur l’autoroute poussant en état d’ivresse sa voiture tombée en panne sèche. Critiqué assez unanimement par la presse et les supporters, il aura encore accusé sa réputation d’être la principale fautive, son coach préférant à l’époque parler de « forces obscures ». A l’époque oui, parce que 8 mois après, dont un de vacances, un de reprise, et quatre de défaites, il a fini par se décider à le sortir de sa composition d’équipe, et même du banc de touche.

Le truc en moins : Un peu d’essence dans la voiture. Ou d’huile dans le moteur.

Montano 4 : Ou comment remplacer Jimmy Briand, Moussa Sow, Asamoah Gyan et Ismael Bangoura avec un seul joueur ? Ceci est une question que ni Victor-Hugo, ni ses dirigeants n’auront réussi à résoudre durant l’année. Résumant donc à lui tout seul le manque de talent offensif de l’équipe rennaise (puisqu’il était justement tout seul durant la première partie de la saison), aux dernières nouvelles, il se serait fait piquer sa place par un ailier (Boukari) avant la recrue tant espérée depuis plus d’un an par les supporters rennais. À force de frappes mal cadrées et de contrôles  bien ratées, ça devait finir par lui arriver. C’est pourtant connu qu’un joueur de René Girard vise mieux le tibia de l’adversaire que son but.

Le truc en moins : Environ 3 buts pour qu’on estime sa première saison de correcte. Il en aura marqué 9 quand même. Soit autant que Guillaume Hoarau, l’international français. Et on sait qu’il a eu beaucoup moins d’occasions

Gignac 4 : Il fallait un grand attaquant à Didier Deschamps, à défaut, José a préféré un gros et a payé Dédé Gignac presque une fortune, ce qui aura coûté (du moins officiellement) la tête de Jean-Claude Dussier. Rien que sur la base de ce transfert, sa place dans le onze anal semblait promise, et Dédé a montré en ajoutant aucune palette à son bagage selon le théorème de Yoann Mollo, qu’il la méritait amplement. Défiant à la fois ses propres supporters, que les lois de la gravité en tentant de lober Van Der Saar et la tribune derrière, il s’est aussi montré capricieux envers son entraîneur en lui signifiant qu’il ne voulait jouer que côté gauche. C’est pourtant, fort de ses prestations axiales cette saison, que le coach anal comptait en faire le pilier de son attaque.

Le truc en moins : Pas des kilos non plus. Ni un manque de confiance en lui ou envers ses coéquipiers.

Les remplaçants de l’anal

Jourdren 2, gardien : quelques cagades, un gros naufrage collectif (Lens), la plume acérée de Loulou, et voilà Geoffrey doublure de sa majesté Apoula dans le onze anal. Une bien belle promotion pour cet ancien pensionnaire de l’INF Clairefontaine, qui n’aura même pas la consolation d’avoir joué une finale de coupe de la ligue, René Girard ayant préféré recourir au turn-over.

Le truc en moins : Une paire de bras supplémentaire en ferait peut-être un très bon gardien. À essayer.

Douchez 2, gardien : sa place de 3e gardien dans le onze anal donnera sûrement envie à Roazh Takouer de manger son chapeau rond, tant la saison du « Giant Douche » fut convaincante. Mais outre qu’il aura donc raté quelques matches, quelques sorties et pas mal de déclarations, le gardien rennais aura probablement raté aussi son choix de carrière en partant dans le PSG de Robin Leproux un mois avant sa mort et sa transformation en Qatari SG où il est promis à un poste de doublure de Sirigu. Surtout qu’il a trouvé le moyen de se blesser pour convaincre même Kombouaré qu’il n’était pas le gardien de la situation.

Le truc en moins : Du bol apparemment

Fernando 4 , milieu et défenseur central : Vu son nombre de sélections dans l’analité, Fernando a largement de quoi aller titiller les titulaires, et si le système anal ne lui permet pas d’exprimer les qualités qu’il avait montrées lors du dernier grand cru bordelais, il est évident que ses fréquentes titularisations cette saison en défense centrale plaident pour une option défensive encore plus anale aux yeux du coach. Une récompense également posthume pour le le Brésilien, refourgué cet été en Arabie Saoudite. Au moins, lui aura trouvé preneur contrairement à ses ex-collègues compatriotes.

Le truc en moins : Une raison de se lever le matin depuis qu’il est champion de France.

Akalé 4, couloir gauche : Une récompense qui sonne comme une évidence pour l’ancien ailier virevoltant, et qui aura multiplié les prêts ratés depuis son transfert à Lens. Longtemps indésirable en Artois, il aura fini par presque s’imposer dans cette équipe à la rage de vaincre. Ce qui explique aussi sa relégation. L’Ivoirien a de surcroît le mérite d’avoir presque ruiné son club grâce au contrat que lui a gentiment obtenu Guy Roux. Un choix doublement anal.

Le truc en moins : Pas des euros vu son salaire. Du temps de jeu peut-être, mais ce n’est pas sûr qu’il sache l’utiliser correctement.

Valbuena 4, super joker offensif : Enigme pour la physique moderne, Valbuena l’est aussi pour le service onze qui en aura fait le joueur le plus sélectionné tous onze mélangés après Zanetti. L’effet slip sans doute.

Le truc en moins : Une Lamborghini depuis qu’il l’a plantée. Mais c’était un joli cadeau de noël pour le reste de l’humanité.

Lisandro 4, avant-centre : Là aussi, cela peut paraître étrange puisque l’ami barbu de Thierry Roland dispose du deuxième ratio buts par matches de L1. Cela nous permet au passage de rappeler que le onze anal se base sur l’expérience et le nombre de sélections anales, et non sur le potentiel d’analité de chaque joueur. Lisandro paye ainsi ses caprices, ses coups de colère, et cette tendance à n’en avoir pas grand chose à foutre de ce qui se passait autour de lui. Pour le coach anal, il présente deux options : attaquant forcément, mais aussi libéro de l’attaque selon les conseils de Pierre Salviac, docteur es-anal.

Le truc en moins : Un coach qui lui laisse faire ce qu’il veut. Ce sera peut-être le cas avec Rémi Garde. À voir.

Eduardo 4 , avant-centre : Et le RC Lens place un 3e poulain dans ce onze de rêve made in Ligue 1 grâce à son Brésilien vedette, auteur de 4 réalisations, soit un des pires ratios pour un attaquant de Ligue 1. Mais même pas le pire de son équipe, puisque Eduardo a pu compter sur la concurrence de l’inévitable Toifilou Maoulida. On saluera tout de même l’utilité de ce joueur, qui n’est ni un fin dribbleur, ni un redoutable buteur.

Le truc en moins : Des coéquipiers de talent peut-être. Il faudrait voir si Eduardo peut servir de bon passeur. Mais il faudrait déjà qu’il ait envie de donner le ballon.

 

56 thoughts on “Le Onze Anal de la Ligue 1 de l’année

  1. Pas mal du tout cette équipe, Monatno est hors-jeu, Gourcuff est éteint, Edel vient de rater sa sortie suite à une mésentente avec Cris, Cissokho est parti chez le dentiste, Démont s’occupe de sa petite Angèle, Diawara recupere les lambeaux de sang restés collés à ses crampons, Gignac termine de confire dans son gras. Dalmat cuve pendant que Diarra essaye de convaincre Diakhaté qu’il est vraiment capitaine des bleus, mais Pape n’est guere coutumier de l’humour d’Alou… Vivement ce week-end !

  2. un onze anal sans planus c’est concept.
    sinon, gignac a un erding dans chaque cuisseau, j’en aurais donc mis au moins un sur la feuille de match.

  3. Mouais, le responsable du onze anal ne regarde que les grands clubs. Hormis l’inégalable Demont, il y a que des cadors et puis sus à l’acharnement contre Montano !

  4. Il n’empeche que gignac il y a 2 ans c’était le meilleur en ligue 1 et cette année il va faire mal !!

  5. Edel restera dans l’Histoire du foot.

    C’est comme ça, il y a des tonnes de joueurs qui resteront anonymes et dont personne ne se souviendra dans quelque années.

    Mais Apoula est une star, c’est une vedette inoubliable.

  6. C’est clair c’est pas de sa faute à Montano, il a passé sa saison à chercher le rein de Lemoine (aïe)

  7. eeeeeeeet merdeeeeee! Putain de bouton TAB;
    Bref je reprends : 6 sites relatifs à l’OM en tant que « partenaires » et seulement 3 joueurs dans le onze anal (sans compter Diarra qui n’y était pas encore) moi je dis chapeau.

  8. pourquoi le nom de Edel est en noir? Le service est raciste?
    pourquoi celui de Gourcuff est transparent? bon, ok, là c’est limpide, c’est parce qu’on l’a pas vu de la saison…

  9. scarette il va marquer des buts comme en 2009 maintenant ses douleurs vont mieu et il s’est fait operer il est pret

  10. Et même pas un joueur du pont d’Arlavignon?
    Entre les pedz de grecs, Planté, Pavon-Mejia, Meriem…
    M’enfin à ce compte là on met toute l’équipe

  11. Et je constate qu’une fois de plus Arlavignon a été oublié. C’est vraiment pas leur saison.

    Sinon je sais pas pour ceux qui lisent tous les commentaires mais je l’avais prédis que Valbuena figurerait dans les deux onzes. J’en suis très fier.

  12. Je crois que Gignac a realisé sa seule bonne saison en 2008/2009, à part cette année là, c’est dramatique
    2006 2007 9 buts
    2007 2008 2 buts
    2008 2009 24
    2009 2010 8 buts
    2010 2011 8 buts

  13. @Scarette

    Merci.

    Ce balourd est juste une imposture que l’imposteur Domenech avait tenté d’agiter comme étant la caricature du joueur exemplaire qui se donne à fond, qui à envie et bla bla bla.

    Il a déclaré dernièrement qu’il n’aimait pas jouer en pointe…

  14. Et sinon je rajouterais Christophe Landrin.
    D’une pour l’ensemble de son improbable carrière et de deux parce qu’il était hier soir dans ma salle de muscu avec un short coupe moustache d’arlavignon totalement collector.

    Christophe, si tu nous lis, lâche un peu le développé-couché.

  15. Il y a 5 joueurs dont le nom commence par un D au niveau défensif. Je ne sais pas ce que ça veut dire mais on doit sûrement pouvoir en conclure quelque chose.

  16. Autant je trouvais le onze anal plutôt bien parti, autant je suis complètement atterrée d’affligeance que mes bras m’en sont tombé de la carafe, de voir Lisandro dans cette sélection! Le service Horsjeu perd toute sa crédibilité pourtant déjà inexistante et je m’en vais de ce pas résilier mon abonnement à 2 euros par mois qui de toute façon s’est finit en juin.

    Putain, ce gars c’est le football pur!! On en a déjà pas beaucoup des comme ça en France mais en plus, vous osez le prendre pour une star qui fait des caprices? Le gars voulait juste jouer au ballon, chose qui était interdite lors des entrainements du Glaude. Etonnamment, au bout de 2 ans, il a commencé à gueuler.

  17. je pense qu’on en a oublier un assez important c’est samy traoré il est spécialiste du banc et quid de zoumana camara ???
    le service serait il pro parisien ???

  18. Comme nos collègues du service onzmondial, on n’y peut pas grand chose. On rappelle que le critère primaire est le nombre de sélections dans le onze anal de la semaine. Et que les sélections s’obtiennent surtout grâce au travail des académiciens.

    Donc oui, Montano et Lisandro sont meilleurs que Kaba Diawara. Mais ils auront passé un premier semestre 2011 plus anal. C’est tout ce que nous avons à dire.

  19. Taiwo est dans le onze de la prestigieuse et respectable UNFP il peut pas être dans le onze anal. Et en plus c’était le meilleur chanteur de L1.

  20. Ah oui, puis Petit Louis si Edel est noir, c’est parce qu’il est le gardien de but. Comme sur tous les onzes anaux et mondiaux faits depuis le début. Soyez tout de même plus attentif qu’Apoula Edel dans son but.

  21. La titularisation de mon poulain Steph’ fait particulièrement plaisir. Au rythme auquel il est parti, il va retrouver une nomination au ballon de plomb.
    Bravo aussi à Victor que je n’imaginais pourtant pas favori devant Eduardo ou Toifilou.

    Douchez par contre… Je me souviens même pas d’un deuxième match où je lui avais collé une mauvaise note. Y’avait eu Sochaux, mais sinon ?

    J’espère que dans quelques mois Larsen Touré et Abdul Camanal auront obtenus leur première sélection. Ils le méritent.

    Je suis surpris d’ailleurs que Souleymane Camanal y ait échappé. Je l’aurais bien vu remplaçant-joker.

  22. Et Gourcuff?? Il est éteint ? Il a fait une saison en demi teinte ? Il n a pas réussi a illuminer le jeu lyonnais ? Ou est ce un fantome ?

  23. Je trouve quand même étonnant de ne voir ni Sangrantalent et Souley Gros Cul Camara alias l’empereur du négatif. Deux annalités absolument incontournables !

  24. Alou Diarra dans PES c’est le seul joueur de Ligue 1 où quand t’appuies L1 + triangle, le mec fait un clin d’oeuil à l’arbitre !

    Van Bommel , ça le fait automatiquement !

    Encore quelques échauffourées et Konami fera le nécessaire .

  25. J’aimerais l’entraineur et le président de cette équipe de rêve… Merci.
    Claude Puel et Jean-Claude Dacier ?

  26. Lyon 3ème, 4 joueurs dans le onze anal, pas de Brandao… L’antilyonnisme est très élevé dans le monde merveilleux des médias…

  27. Tout à fait Florian, c’est un complot. Les média sont tous au service du comité contre la rosette.

  28. Même la droite s’y met, le dernier apéro saucisson vin rouge s’est fait à la saucisse sèche d’Ardèche et au Costières de Nîmes. C’est dire si Lyon est boudé.

  29. Fichtre, j’en ai mal au cul de voir une équipe comme ça et certains commentaires.

    Sinon, j’ai une petite suggestion pour les académiciens… J’savais pas trop où en parler alors je le met là… On ne pourrait pas mettre des notes au coach sur les matchs ? Genre cohérence des choix tactiques, déclarations, insultes à l’arbitre ou à l’inverse bonne foi permettraient d’avoir un Coach Mondial et un Coach Anal !

  30. Non mais Gros Cul a eu des notes négatives toutes l’année ! C’est physiquement impossible d’être absent du Onzanal Liguain !
    A moins que son niveau soit tellement anal qu’il fallait l’écarter par respect pour les auters joueurs, je vois pas…

  31. Certains académiciens le font iPee.
    Pas tous cependant, franchement a quoi ça sert quand c’est Casanova ton entraineur et qu’il aligne pour la 5eme fois consécutive Sanzattaquant ?

  32. Apoula the king !
    Erding aurait sans doute pu obtenir sa place tant il a pesé sur les défenses adverses et conclut les centaines de faces a faces qu’il a eu tout au long de la saison, mais surtout il a gardé la confiance de AK toute la saison et ça c’est beau !

  33. Une défense centrale Cris – Diakhaté, il faut pas aimer beaucoup le football pour tenter un truc pareil. Heureusement que c’est de la fiction, cette équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.