Parce que nous aussi on veut faire dans le commercial et mettre nos plumes en avant, nous créons pour vous, un face à face unique en son genre, le onze contre onze.

C’est très simple, afin de tirer vers le haut nos académiciens et les footballeurs notés (ils se ruent sur les notes d’horsjeu.net afin de connaitre leur réel niveau ; les connivences avec L’Equipe font que leurs notes ne valent plus rien, et ils le savent), les gros membres choisissent chaque semaine les meilleurs et les pires performances avec les meilleurs et les pires commentaires de nos académiciens.

Le coach ne se fait pas trop chier avec sa droite et sa gauche et il a bien raison. De la même manière ; il demande à sa défense de jouer très haut, et il a bien raison. Ses joueurs sont bien trop forts, ses adversaires bien trop cons.


Carrasso – Bordeaux (5/5) : Bordeaux gagne 3-1 et pourtant l’homme du match est le gardien. Il sort plusieurs parades de très haut niveau (son niveau actuel) et permet aux Girondins d’arriver à la mi-temps sans prendre de but. Il ne peut rien sur le missile sol-sol de Ferradj et puis de toute façon il le laisse passer exprès pour lui faire plaisir, lui qui n’avait jamais marqué en L1.

Anita – Ajax (4/5) : Latéral gauche/droit, ailier, ce dimanche Anita a remplacé convenablement Enoh en milieu défensif, dans le respect de la tradition d’avoir un petit noir musclé en 6 depuis Davids. Galasek ? Comment ça Galasek ? Bien sûr qu’il est noir Galasek. Le petit bonhomme clôt le match sur un petit but. Paraît que Jean-Claude Dussier pense à lui pour remplacer Taiwo.

Carragher – Liverpool (5/5) : Dans la Reds Academy où les bouchers sont rois, Carragher ne pouvait avoir autre note qu’un 5. Un attentat venu d’ailleurs, une rivière de larmes pour Nani et toute la Canebière qui a sauté de joie. Par la même occasion, Patrice Evra a pris une leçon de brassard par Stevie, vu que Carra n’a récolté qu’un jaune. T’as vraiment un problème avec le brassard Patrice…

ABIDAL – Barcelone (5/5) : The Guardian aurait pu titrer « Who’s Van Persie? » ou bien encore « Where is Robin? ». On the field ? No Robin is in the wood. Pourtant quel beau bluff de Wenger à la base! J’ai même cru que Walcott allait entrer à la mi-temps. Presque aussi beau qu’avec Nasri au match aller, sauf que cette fois-ci le Hollandais volant avait bien les pieds sur terre, ce qui l’a aidé à rentrer aux vestiaires plus vite que prévu. Il saura désormais que quand Abidal rôde dans une défense, il vaut mieux s ‘en éloigner au risque de se faire étrangler par une grosse paluche bien effrayante. Quant à sa qualité de relance… allez arrêtons les louanges.

Zanetti -Inter (5/5 ) : Si le football était un pied, Javier serait ce pied, tout le reste du corps, les chaussures, et l’empreinte sur Sunset Boulevard !

MAVUBA – Lille (4/5) : Excellent Rio qui continue de surfer sur la vague du leadership. Leader administratif, brassard oblige, il s’est encore montré à l’aise techniquement et lucide défensivement. Rio, Bravo

Nasri -Arsenal (4/5) : Un gros match du Minot, qui a encore donné du fil à retordre à Alves. Physiquement impressionnant, il était très difficile de le déposséder du ballon. Il obtient avec intelligence le corner qui amène le CSC de Busquets, avant de le tirer avec finesse. J’aurais souhaité qu’il enfonce la tête de ce bossu d’Alves directement dans son torse.

Ozil – Real Madrid (5/5): Chef d’orchestre, maître d’oeuvre, meneur de jeu. Un véritable maestro. Un premier but qu’il crée à lui tout seul, le second où il donne un caviar à Karim. Une prestation de MVP. Il s’est même permis de s’amuser avec le gardien à la fin en lui mettant deux crochets mais en se faisant contrer au 3e. Quel régal de le voir jouer.

R. Augusto – Leverkusen (4.5/5) : Je lui aurais volontiers mis un 5/5 mais bon, au vu de la physionomie du match en sa globalité, il mérite de toute façon son 4.5. Á marqué, à passé, à dribblé, à fait son brésilien quoi.. Sa nomination en équipe du Brésil est tout à fait méritée dans il fait des gestes sublimes. Le seul aussi qui a été aussi présent en 2ème mi-temps. J’en re-veux souvent des matchs comme ça de sa part..

MESSI – Barcelone (5/5) : Messi est grand, Messi est beau, Messi est ballon d’or. Ces derniers temps le génie argentin se contentait de marquer des buts quitte à ne jamais courir. Rien que pour son premier but il méritait la note maximale. Les concepteurs de Fifa et PES vont avoir un nouveau geste à inventer pour leur prochain opus. Messi invente, Messi régale, Messi est décisif.

Suarez -Liverpool (5/5) : A une fois de plus montré qu’il était bourré de talent et d’envie de réussir. Après avoir passé la défense entière sur son premier but, il se paie le scalp d’Edwin aux mains de coton, et enfin il réalise l’humiliation totale d’Evra et Brown avec son enchainement « petit pont-grand pont ». Le problème c’est qu’à force, ça va donner des méga-compils Youtube de dribbles Ronaldhino vs Suarez vs Messi, des pseudos Facebook « Cristiano Suarez », « Leo Suarezmessi »et le pire de tout :

« – Il a quand meme quelque chose ce Louissouarèze, hein Arsène ?
– Oui
– Il serait vraiment bien dans une équipe qui joue du beau football comme Arsenal ou le Barça.
– Oui
– Vous imaginez une triplette Villa-Messi-Suarez ?
– … »

Les remplaçants :

Diabaté – Bordeaux (non noté) : Il marque un but moche mais un but qui a permis à tous les supporters bordelais de desserrer les fesses.

Almunia – Arsenal (5/5) : La pire flippe de ma vie quand il est rentré. Et pourtant, hormis un dégagement dans le dos d’un de ses défenseurs, il a sorti un très gros match, gagnant duel sur duel. Fabuleusement improbable.

PAF – Lille (5/5) : Lui par contre, entre et marque. Comme à Eindhoven, il jaillit tel Margotton sur le but d’Eden Hazard. Rien à dire.

L’actu Mondiale de la semaine qui fait du bien :

– Deux nouveaux académiciens sont arrivés pour noter respectivement Lille et Leverkusen. Bienvenue à Jacky Sindoux et à Carsten Ramenelo.

–  Dans le domaine de la picole, découvrez le whisky-chocolat chaud  de Claude Pèze (5/5) : Recette écossaise à déguster dans une chope de bière. Réchauffe le cœur et l’esprit lors des longs après-midi d’hiver. Le meilleur se boit à la taverne du château d’Edimbourg.

– Loulou de son côté, sait aussi être romantique (« L’Italienne qui fait tourner la tête de Loulou en ce moment (Zanetti/5) : L’acad’ lui est dédiée… »), même si ça ne marche pas…(« Les techniques de drague de Loulou (Camara/5) : Roooo ça va hein ! »)

Un peu d’anal pour bien finir la semaine ? C’est par là...

8 thoughts on “Le Onze Mondial de la semaine

  1. @ Saint Dirk Kuyt:

    Euh, dans ton cul?

    Désolé, mais vous le cherchez un peu là, les gars…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.