Olympiakos – Manchester United (2-0) : La Raide et Vile Academy colle des baffes.

Une académie d’amour.

avantmatch

 

On va vous niquer FDP.
Signé : Zeus.

Ah ouais. Alors c’est comme ça ? Le moral est haut dans l’Olympe. Aussi haut que… Ben que l’Olympe tiens. Attends non, c’est nul, ça fait deux fois Olympe. Trois fois. Oh. Bon. Hum. Alors c’est comme ça ? Le moral de l’Olympe est au beau fixe comme le soleil qui brille sur le sommet de ce mont légendaire qui…

Non.

Alors comme ça les vieux barbus en toges se la pètent ? Ils ont un club qui pour une fois tiens la route et se croient tout permis ? L’exploit est possible qu’ils disent. En témoigne cette missive que m’a envoyée la divinité EDF. Enfin EDG. Si le service public existe encore là bas… Si l’électricité existe encore là-bas…

Enfin bref, les mecs incapables de centraliser le pouvoir divin pensent, parce qu’ils dominent leur championnat en mosaïque, et parce que les Red Devils ne sont pas flamboyants cette saison, qu’ils ont la moindre chance contre nous ?

Non mais depuis quand ? De quel droit ?

Certes les statistiques parlent pour l’Olympiakos : Le club entraîné par Michel n’a jamais battu United. Jamais un club grec n’a d’ailleurs fait vaciller nos Rouges Diables. Connaissant la propension de Moyes à mettre un terme à toutes nos séries d’invincibilité historiques, il paraîtrait logique que ce soir, on s’offre une première.

Mais si Manchester n’est pas vraiment prophète en son pays, l’Europe reste notre dernière terre d’invincibilité et l’on entend bien la garder inviolée. David et Wayne se sont évertués à le répéter avant ce match : on veut aller au bout. Alors tout de suite ça va mieux, nous voilà rassurés. J’ironise ? Mais pas du tout. Quand Rooney veut quelque chose, il l’obtient : dernier exemple en date, sa prolongation assortie d’une coquette augmentation faisant de lui le joueur le mieux payé de la planète. Répondez à ça, biatchs.

Qu’ils aient fait trembler le PSG ou voltiger Benfica n’a aucune espèce d’importance, non. Ce soir, on vient, on gagne, on se saoule avec Dyonisos et Tonton Hadès et on s’en va.

 

 

composition

 

Jusqu’en Grèce on le chantera David, jusqu’en Grèce : Free Shinji ! Non mais sérieusement, Young et Valencia sur les ailes ? Ferdinand et Vidic en défense centrale. Y a pas à dire on vit dangereusement. Trop.

olympiakosmu

Subs : Lindegaard / Büttner / Giggs / Fellaini / Kagawa / Welbeck / Hernandez

 

livedirect

 

1′ : Dès son premier ballon, Vidic se laisse presser par Olaitan, remet n’importe comme derrière et contraint De Gea au dégagement en catastrophe. On est là !

3′ : Et Evra qui prend un jaune pour une main. Craquez les fumis, on démarre en trombe.

6′ : Et sous la pression, Manchester s’offre une session passe à 10 dans ses 30 derniers mètres. Popolopololo lo Popolopololo lo !!!

09′ : Et Smalling qui ne tient pas sur ses cannes, tombe en contrôlant le ballon, offrant à Dominguez un raid de 70 mètres, stoppé de justesse par Vidic (sur un tacle de monstre, nostalgie). Et tu chantes chantes chantes ce refrain qui te plaît…

10′ : On a centré ! Mais ils sont où ? Mais ils on où les rouge et blanc ?

12′ : Si on recule quand ils avancent, comment veux-tu comment veux-tu ?

13′ : Qu’est-ce qu’on est bien quand on joue sans milieu de terrain, la défense est larguée, prête à balancer !

15′ : Comment ça si je continue je vais devoir payer des droits à la SACEM ? Non mais vous savez qui je suis monsieur ?

17′ : Et sur un corner que l’Olympiacos (parce qu’on peut l’écrire avec un « c » aussi pour se la raconter) peine à dégager, où tu te dis que peut-être que… C’est Cleverley qui tente sa chance de volée excentré. Attention à toi la Crête. Je parle de l’ile, pas de coupe de cheveux. Quoique.

19′ : Centre au second poteau de corner de Valencia. Sortie de but.

28′ : Perez s’amuse de Smalling et enchaîne une frappe des 16 mètres qui frôle le poteau de De Gea. Ça y’est on commence enfin à montrer aux grecs comment faire.

30′ : « L’arbitre voit des simulations partout parce qu’il est italien et arbitre en Serie A« . Pas mal les clichés sur Bein Sports.

36′ : Holebas tente sa chance à 30 mètres à ras de terre. Faudrait voir à pas trop se foutre de notre gueule non plus…

37′ : D’accord, Delvin N’Dinga s’offre des roulettes dans notre camp. Mais sinon, ça va.

38′ : Et le but de Dominguez. L’Argentin, tapi au milieu du tas de défenseur mancunien dans la surface est là pour dévier juste ce qu’il faut une frappe lointaine de Maniatis. 1-0. La grande classe. La grosse chatte.

43′ : Un corner à la rémoise. On ne se couvre jamais assez de ridicule. Non.

Mi-temps : Hello ! Is it football you’re looking for ? Oui arrêtez monsieur de la SACEM c’est bon je vais payer. Voyez avec mon assistant Wayne au fond des douves (comme un symbole de notre niveau). Voila, c’est ça, adieu.

54′ : Sinon, ça va vous ?

55′ : Bon. A 20 mètres, Joel Campbell enchaîne un petit pont sur Carrick et une frappe parfaitement enroulée. De Gea est trop court. 2-0. Et Arsène Wenger qui danse dans son salon.

60′ : Welbeck remplace Valencia. Kagawa rentre pour Cleverley. Une heure trop tard.

64′ : Waaaaah une tête de Welbeck à côté.

67′ : Et Olaitan qui est à deux doigts du troisième. Au milieu de trois mancuniens il parvient à placer une minasse qui frôle la lucarne de United.

80′ : Waaaaah un centre de Young qui force Roberto à boxer le ballon.

82 : van Persie enfin en bonne situation dans la surface, mais sa frappe part au-dessus. On ne peut pas marquer sur un centre de Smalling, soyons sérieux.

90+1′ : Tiens, un frisson, Kagawa crée un décalage

 

diables

 

Inspiré par l’Editeur, ce bel homme.

De Gea (2/5) : degea

Evra (2/5) : evra

 

Vidic (1/5) : vidic

 

Ferdinand (0/5) : ferdinand

 

Smalling (2/5) : smalling

 

Cleverley (0/5) : cleverley

 

Carrick (1/5) : carrick

 

Young (0/5) : young

 

Valencia (0/5) : valencia

 

Rooney (2/5) : rooney

 

van Persie (1/5) : rvp

 

Les suppôts de Satan :

Parce qu’ils sont rentrés dans une situation désespérée, que Welbeck a montré de l’envie et que Kagawa a réalisé plus de passe intéressantes en 30 minutes que l’ensemble de ses coéquipiers en 90, je range la machine à baffe.

 

bonus

 

Merci au talent de Thomas Lyson qui m’offre ces deux toiles exutoires, que je vous incite à réutiliser en cas de pépin.

keskispass

 

whiwkycoca

Et puis bien sûr, l’instant musique : http://youtu.be/Xn9CIg5yZgc

 

Inferanal Kisses,

Luke Seafer

Si tu veux que Horsjeu.net survive, que tes académiciens préférés puissent être fournis régulièrement en jeunes vierges et en litres de Bloody Mary jusqu’à plus soif, par l’Editeur, ce bel homme, alors tu peux faire un geste en versant une maigre contribution financière mensuelle (Satan te le rendra) ou même un don unique qui n’engage à rien.Clique ici

Sinon, Luke Seafer est aussi sur Facebook  et il veut des amis, plein, parce qu’il était toujours tout seul dans la cour de récré et personne ne venait lui parler. Peut-être à cause de la chauve-souris sur son épaule, de ses briques de sang pour le goûter… On ne sait pas trop. Mais viens lui faire coucou, ça lui fera plaisir. Et si tu veux faire encore plus, tu peux aussi devenir fan de la Raide et Vile Academy. Quant à Wayne Boulet, il craque carrément son slip et te file son identité secrète. Comme ça. Tu peux aussi lui faire coucou. 

Et tiens, Luke est aussi sur Twitter  et il trouve que c’est une invention de Satan un truc aussi addictif, donc n’hésite pas à lui faire coucou. Wayne Boulet  s’y est mis aussi.

 

17 thoughts on “Olympiakos – Manchester United (2-0) : La Raide et Vile Academy colle des baffes.

  1. OK, la compo maison m’a achevé. C’est fou comme deux mots simples, en l’occurrence « Un con », peuvent faire mouche.

  2. C’est la première fois que je passe sur ce site je trouve ça pas mal. Continuez comme ça, un jour vous passerez peut être à la télé.

  3. Il y a maintenant plus de flammes à un concert de Rammstein que chez les Raides et viles.

  4. Je compatis avec Robin, comment veux-tu faire avec dix autres joueurs de ton équipe sur le terrain?

  5. Le plus mauvais match de United que j’ai vu dans ma vie, mais aussi probablement la meilleure académie que j’ai lue. Peut-etre bien que ça valait le coup alors un match de merde pareil

  6. Zéro pour Ferdinand !? C’est encore trop haut …
    Ce qui m’a le plus choqué de ce match c’est bien la manière dont il essaye de contrer la frappe de Campbell

  7. Je crois que cette année résonne pour le Bayern 1999

    Alors *Free Shinji* et pour le match retour sors leur ton Zizi

    ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.