Rhinit Michuls analyse Pays Bas-Danemark

Rhinit et son matériel haute-fidélité vous propose de lire le match entre les lignes

« Pas de bon compte-rendu sans bon match » comme dit un adage des académiciens. Après la démonstration allemande, les Pays-Bas étaient attendus dans un registre similaire. Celui du mouvement, du spectacle, des buts, du beau football tout simplement…ce ne fut pas le cas. A un point que ce billet ne faillit jamais voir le jour tant j’ai eu de la peine à voir cette rencontre, ajoutée à celle d’assister à une prestation néerlandaise en deçà des attentes. Mais comme on a juré craché et échangé notre sang avec l’éditeur, je tiens ma parole.

Les conditions de jeu à Johannesburg étaient excellentes, les miennes furent exécrables. Je capte mal la 3 (et la 6), et une violente averse n’arrangea pas la qualité de réception. Pire, à 13h27, en pleine acrobatie avec mon antenne d’appoint, une amie moldave débarque dans le salon, et s’installe à mes côtés pour regarder le match sans me demander mon avis l’insolente ! Stressé, énervé par la mauvaise qualité tv, entre les vuvuzuelas, Gravelaine/Lévêque et une Moldave bavarde comme pas possible, mes nerfs sont à l’épreuve. J’ai le son mais pas l’image.

Je vois à peu près la rencontre et devine Bendtner, sur un centre de Rommedahl, se procurer la première occasion à la 27e. Une tête qu’il joue « pour lui personnellement » (Gravelaine). Les Danois défendent bien apparemment, les bataves semblent peu inspirés et Van der Vaart comme prévu ne tient pas l’aile gauche et empiète sur la zone de Sneijder. Le côté gauche est délaissé, l’axe encombré, le bloc défensif danois est bien organisé et une des meilleures paires de centraux du tournoi Kjaer/Agger rend Van Persie difficilement joignable. J’aperçois Van Der Wiel dynamiser la partie par deux percussions, et la présence de Kuyt offre sporadiquement sur le flanc droit la variété qui fait défaut au jeu hollandais.

Van Persie dégomme la caméra derrière le but à la 41e, la mi-temps est sifflée, difficile de mettre une note aux joueurs, après une première période décevante, décevante, décevante etc. etc.

Gravelaine qui, à Roland Garros, classait les Pays-Bas parmi ses favoris, est déçu, on aura compris, et se décharge sur Manu Petit qui « s’est peut-être trompé » sur cette équipe. Les explications de cette piètre performance sont toutes trouvées pour notre doublette :

– Nous avons vu des décevants Oranjes mécaniques amers pas trop pressés aux égos surdimensionnés Fabien !

– Oui mais si vous disez tout maintenant, on fait comment pour la 2e période Xavier ?

Gravelaine répète sa déception et embarque le docile Lévêque sur le dangereux terrain de l’acharnement, non pas sur un joueur à la Jean-Mimi way, mais sur l’équipe entière.

Pour appuyer son mentor, Levêque renchérit : ils « souffrent de la maladie du melon ! », oui « des Oranjes qui ont le melon » acquiesce Gravelaine, sans oublier  « l’autosuffisance »  qui les pénalise, tout comme l’absence de Robben qui « pendant les matchs amicaux, […] a fait la différence » (Levêque). Lui qui n’a joué que 45 minutes face à la Hongrie, bien vu.

La Moldave lassée par ce pauvre spectacle se barre à la mi-temps, la pluie cesse, l’espoir et le calme reviennent. Marwijk va recadrer ce petit monde pendant la causerie et tout va s’arranger. Après tout, il est « invaincu depuis qu’il est sélectionneur » affirme Lévêque, qui comme moi préfère occulter la défaite face à l’Australie 2-1 en septembre 2008.

Mon confort s’améliore, comme le match, et par enchantement le duo S.Poulsen/Agger offre le premier but dès la reprise (1-0, 46e). Soulagement, même si Van Persie rate un face à face avec Sorensen par « autosuffisance » à la 52e.

Après un week-end de vuvuzuelas, les premiers dégâts cérébraux apparaissent chez Gravelaine/Lévêque qui s’enfoncent au fur et à mesure du match dans ce délire de « melons ». Les néerlandais et leur « égo surdimensionné » qui « jouent avec un miroir » sont des formules rabâchées en alternance avec « des hollandais décevants » qui devront montrer plus que ça pour gagner la Coupe du monde qu’ils n’ont jamais gagné etc. etc.

A la 67e, un bouffeur de craie, Elia, remplace un bouffeur de hérissons, Van der Vaart. Le jeu s’écarte, les Danois baissent physiquement, les espaces se créent, les Néerlandais, plus séduisants, se procurent davantage d’occasions (Van Bommel tout en finesse 74e, Sneijder sur la barre 82e).

Elia confirme quelques minutes plus tard sa bonne rentrée, Kuyt suit et reprend la frappe du Hambourgeois sur le poteau pour plier le match. 2-0, le Danemark n’a plus les moyens de revenir. Affelay remplace Van Persie à la 77e, deuxième changement mais « dernier changement » pour Lévêque toujours aussi attentif.

Gravelaine, entre temps, refait plus qu’approximativement l’Histoire. Celle des Vikings danois repêchés et arrivés sans préparation à l’Euro 84 et finalistes! La courte hésitation de Gravelaine laisse espérer une lueur de lucidité et un rectificatif imminent, mais il semble davantage attendre une bouée de son collègue. Lévêque, pas contrariant pour un sou, reste silencieux, prolongeant de quelques secondes cet instant surréaliste avant de rebondir sur le jeu comme si de rien n’était.

S.Poulsen sauve le 3-0 peu avant le coup de sifflet final de Mr Lannoy, Gravelaine livre une dernière fois son sentiment de déception et rend l’antenne.

La mise en route « laborieuse » (l’Equipe) se solde par une victoire 2-0…il y a pire comme début. Prochaine rencontre, Robben va revenir apporter sa classe et reléguer a priori Van der Vaart sur le banc (avec des chances qu’il foute le bordel). Et les Oranjes vont monter en puissance pour assurer, logiquement, leur qualification face au Japon ce samedi.

Il vaut mieux démarrer en douceur et finir en trombe que l’inverse (et penser à réparer son antenne).

Rhinit Michuls

9 thoughts on “Rhinit Michuls analyse Pays Bas-Danemark

  1. « Nous avons vu des décevants Oranjes mécaniques amers pas trop pressés aux égos surdimensionnés Fabien ! »
    dis toi qu’ils les avaient preparés dans l’avion celles là…
    et tu n’as pas eu  » des Oranjes en manquent de jus »,  » la Hollande frôle la correctionnelle et passe à l’Orange »..

    Il reste des matches, tu les auras…

    (au fait, ne te plains pas, ton équipe gagne, elle…)

  2. « Gravelaine, entre temps, refait plus qu’approximativement l’Histoire. Celle des Vikings danois repêchés et arrivés sans préparation à l’Euro 84 et finalistes »

    Ils ont dit aussi que le mondial 98 était le meilleur classement des 2 équipes.
    Exit 74 et 78.

  3. J’ai pas trouve les Néerlandais si décevants que ca.
    J’aurai bien aime que la France fasse le même début de coupe du monde.
    Les Danois étaient assez solides. Ils ont fini premiers de leur groupe de qualif devant le Portugal et la Suède. Leur défense était d’un autre niveau que l’Australie et leur alignement catastrophique.
    Les 2 premiers matches de préparations pour les Neerlandais ont été excellents parce que sur le cote gauche c’était pas Van der Vaart qui jouait. (a part contre La Hongrie mais ca compte pas vraiment) Hier il a foutu la merde.
    J’espère voir Elia titulaire au prochain match voire Affelay. Même si c’est aussi un milieu axial, il respecte les consignes lui.

  4. Les Danois qu’on rappelle dare-dare alors qu’ils étaient en vacances et qui finissent par gagner l’Euro suédois en jouant juste pour le plaisir, normal que les égos aient du mal à s’en souvenir. Ils avaient tellement bossé avant les autres…

  5. Je ne me plains pas mon cher Moké, je suis content du résultat, un peu déçu de la manière mais surtout frustré de n’avoir pu profiter de ce match.

    Merci Jah, je ne l’avais pas relevé celle là. Le duo en a encore sorti des bonnes pendant N-Zélande Slovaquie.

    Pour le prochain match, Elia titulaire et Robben à droite, ça serait vraiment bon, mais j’ai toujours une préférence pour Robben à gauche et Kuijt à droite.

  6. Pareil que toi Rhinit. Ca m’emmerde quand même que ça joue moyennement même quand ça gagne. Tant qu’à faire, dans l’absolu mieux vaut être un gagnant moche qu’un perdant magnifique, mais quitte à être viré en 1/2 autant faire rêver avant.

    Bien sûr ce n’est que le premier match et rien ne dit que ça s’arrêtera en demies, mais au moins quand c’est beau une fois éliminé on peut toujours se remettre les matches après coup. Un peu comme quand je me repasse l’épopée de la RTC en 2004.

  7. déçu par les danois, joueurs d’une sélection qu’on attendait plus présente physiquement, quitte à placer quelques taquets sur les fragiles néerlandais.
    Il me semble que la trop grande présence d’attaquants ai quelque peu gêné les projets tactiques des Oranjes.
    Problèmes d’ego Rhinit ?

    – Huntelaar ou Babbel n’auraient pas un grand-père français par hasard ? –

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.