Wolfsburg-Lille (1-1) : La LOSC Académie livre ses notes

L’Avant-Match

Le LOSC est de retour en Ligua Europa. Tremble l’europe du foot. On se déplaçait donc en Allemagne pour affronter Wolfburg. En regardant l’émission de Darren Tulett avant le match j’avais l’impression que Lille s’en allait affronter le dernier vainqueur de la Champions League avec un statut de club bulgare. Limite les analystes prédisaient que si on se prenait pas une claque c’était déjà bien. Le retour du complot des médias contre le pauvre petit club du sympatoche René Girard. En fait, on est le FC Trincamp de l’Europe, avec une grande partie de notre équipe blessée et Nolan Roux dans le rôle du Francois Perrin de service. Malheureusement, Loic Rémy joue pas pour nous, il aurait fait un bon Berthier.

Sinon pour l’adversaire, soyons honnête, le VFL Wolfsburg c’est rien de plus que le FC Sochaux Montbéliard d’outre-Rhin. Le seul truc qui change c’est que les supporters se saoulent à la bière plutôt qu’au vin chaud avant de retourner travailler à l’usine. A titre d’exemple, Kevin De Bruyne n’est rien de plus qu’un Camel Meriem albinos. Symbole de la filiation, Ivan Perisic, ancien joueur de Sochaux, a apparemment signé un pacte de non agression contre les autres clubs français. On n’a pas besoin de ça pourtant. Notre gardien s’appelle Vincent Enyeama.

La Composition

Pas mal de manquants de l’appel pour cette rencontre. Notamment au niveau des milieux créateurs. Mais bon, c’est pas comme si on en utilisait depuis deux ans. Donc Mavuba (super content que t’ai retrouvé tes voitures Rio, je me suis fait un sang d’encre !), Delaplace et Lopes sont pas là. Ah oui, et Marvin Martin aussi. Problème à la voute plantaire paraît-il. Les médecins du LOSC ne se donnent même plus la peine de trouver des raisons crédibles pour justifier ses absences. Putain Marvin, on dirait le petit gros au collège à qui la mère faisait des mots d’excuses bidon pour sécher le sport et pas être la tête de turc dans le vestiaire. « Ouais non les mecs, je vais pas pouvoir venir en piscine, j’ai une allergie momentanée au chlore. Quoi ? Non, rien à voir avec le fait que Pape et Idrissa s’amusent à cacher mes vêtements et foutre des photos de moi à poil sur Facebook ».

Pour en revenir à la compo, c’est du basique avec pas mal de joueurs à vocations défensives. Enyeama dans les buts avec un quator Béria-Kjaer-Basa-Souaré habituel devant lui. Et en sentinelle David Rozenhal, ce qui est la vraie mauvaise idée de Girard. Parce que la Roz’ fait le taf en Ligue 1 quand il s’agit de battre Guingamp mais face à des joueurs offensifs aussi rapides que ceux de Wolfburg il se recule en 3ème défenseur pour pallier sa lenteur et leur laisse le champ libre dans l’axe à 25/30 mètres. Voilà, c’est mon point tactique après mon point Menès en début de paragraphe. Et pour finir, devant c’est Seb’ et Ryan pour épauler ce DIABLE de Divock Origi (calembour par rapport au surnom des belges et le fait que lui même soit de cette nationalité).

La rencontre

Est ce que c’est encore la peine de résumer les premières périodes des Dogues ? Bon, en bref, Enyeama a fait une parade tranquilou en sautant à peine au quart d’heure de jeu. Ensuite, Pape Souaré qui était vraiment mauvais sur ce match (genre encore plus que d’habitude) et qui se faisait démonter par Girard, a fait semblant de se blesser pour aller pleurer un bon coup au vestiaire. Mais pour avoir l’air du mec qui a quand même tout essayé il s’est remis à gambader normalement et il a même lâché une frappe de loin pépère. Dans le même temps Joshua Guilavogui s’était retrouvé tout seul face à Enyeama mais l’avait joué petite bite en remisant en retrait pour Simon Kjaer. Le danois qui se permettait ensuite dans le prolongement de l’action de sortir son regard « c’est pas sérieux les mecs, c’est moi qui fait tout dans l’équipe » du plus bel effet.

En deuxième mi-temps, c’est là que Vinz’ vient foutre la haine aux attaquants allemands. « L’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage » chuchotera t-il à un Ivica Olic tout tremblotant, incapable de le battre, même sur un duel à bout portant. Le croate est finalement remplacé par cette grande folle blonde de Nicklas Bentdner à l’heure de jeu. Un suppo et Olic. Côté lillois, Divock Origi est le seul à se montrer dangereux avec une frappe bien arrêtée par Benaglio. Et finalement, au plus fort de l’occupation allemande, c’est lui qui transforme le penalty obtenu par Corchia pour une main/coude dans la surface. Et viens pas jouer avec mes couilles en parlant de « Hold-Up », moi je vois juste un match qui s’est déroulé exactement comme René l’avait prévu. Enfin, jusqu’à ce que Kevin De Bruyne lâche cette patate de forain à quelques minutes de la fin. Impossible à arrêter pour Enyeama. Vinz’ ne court pas plus vite que les balles.

Fin du match. Bilan : on est tenu en échec par une équipe allemande quelque peu chanceuse et qui a joué à fond le coup dans son rôle de challenger. Un peu con de se prendre ce but par un mec qui doit sans doute encore passer ses vacances dans un camping du Cap d’Agde avec ses parents. Mais il était beau donc on lui passe.

Voilà, moi je vais être honnête, je la sens bien cette Europa Ligue. Je nous vois déjà battre la Juventus en 16ème sur un but contre son camp de Lichsteiner. Puis ensuite, bien entendu, nous faire éliminer par un obscur club ukrainien au tour suivant.

Les notes :

Enyeama (5/5) : Aussi rapide sur sa ligne que Richard Gasquet pour se les enfiler.

Béria (2) : Un peu à la ramasse le Franck.

Kjaer (3) : Le seul défenseur qui a surnagé. Enfin jusqu’à l’heure de jeu.

Basa (2) : Ca me coute de dire ça sachant que je suis sa groupie mais c’était pas du bon Marko jeudi soir.

Souaré (1) : Il m’a bien fait marrer. Mais faudra arrêter la mascarade à un moment donné, on peut pas se permettre d’avoir personne dans le couloir gauche à chaque match.

Rozenhal (1) : Il s’est bien battu mais c’était un peu peine perdue.

Balmont (1) : Il gambade plus comme avant Flolent.

Gueye (2) : Quelques ballons grattés comme d’hab.

Corchia (2) : La hype de son replacement en ailier est enfin finie.

Mendes (1) : Le Yoann Gourcuff capverdien, sorti blessé à la mi-temps.

Origi (4) : Si on avait su avant qu’il tirait aussi bien les pénos on aurait pas gardé aussi longtemps Salomon Kalou.

Entré en jeu :

Sidibé (3) : Toujours à l’arrache mais quelques interventions pas mal. Décidément meilleur à gauche.

Roux (1) : Nolan veut toujours trop bien faire, comme le démontre son raté juste avant le but de Wolfsburg, un attaquant normal aurait simplement allumé le goal à bout portant. Mais non, lui a tenté le contre pied dans la lucarne opposée. On l’aime quand même ce looser magnifique. N’oublions pas que le plus beau des hold-up, c’est lui qui l’a fait. Un soir de décembre 2013.

Rodelin (2) : Beau dégagement de la tête sur le dernier corner de la partie. Je crois que c’était son premier ballon touché de la saison.

Kaiser Keita (Sur Facebook)

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

3 commentaires

  1. Si Mendes c’est le Gourcuff capverdien, alors Martin c’est le Abou Diaby blanc

  2. Avec le recul,
     » je la sens bien cette Europa League « ….

    dur dur amis lillois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.