FC Nantes – Toulouse FC (2-1): La Viola Académie y croit encore

Après le match nul nîmois hier soir, le TFC entame le mois de décembre à la dernière place du championnat… Le mois du réveil ? On l’espère. Et ça commence donc ce dimanche, à l’extérieur, contre des Nantais pas au mieux (un point en cinq matchs) mais toujours dans la première moitié du tableau. À trois points du premier non-relégable, nos Violets ne sont pas encore lâchés. Concentration et motivation sont donc les maîtres mots du jour, pour un sixième match d’affilé contre un membre du top dix… On veut des points!


Onze hommes en violet

Quelques surprises dans le XI concocté par notre cher Antoine. On passe vite sur la ligne arrière, du classique-logique: Moreira suspendu (et pas prêt de rejouer…) donc Amian récupère son couloir droit. Rogel et Isimat-Mirin sont toujours les seuls centraux de plus de vingt ans en capacité de jouer. Et Sylla…

C’est au milieu où Kombouaré innove: Boisgard, l’un des rares en vue contre l’OM, conserve sa place. À voir si c’est dans l’axe comme la semaine dernière ou dans un couloir car Dossevi va lui s’assoir sur le banc. Repos ou choix tactique? On ne sait pas. L’ancien Valenciennois semble parfois émoussé en fin de match mais reste tout de même une valeur sûre de notre XI ces derniers mois. Vainqueur, de retour de suspension, ne retrouve pas sa place. Antoine lui préfère le jeune Manu Koné. Là aussi, un choix qui nous laisse perplexe: à l’extérieur et avec un milieu pas forcément des plus solides, l’expérience et l’abattage de l’ancien Nantais n’aurait pas été un plus? Bon… 

Plus que les joueurs, c’est le système qui intrigue: 4-4-2 avec Boisgard à droite? Lui qui jouait plus dans l’axe ces derniers temps. Ou 4-3-3 à l’extérieur… Brrrrgh, on s’est revu à la Mosson, on a eu des frissons d’angoisse… Pitié non, ou alors avec plus de mouvements les gars. Dernière option: 4-2-3-1 avec Boisgard en 10, Gradel et Saïd sur les côtés et Koukou en pointe. Pourquoi pas, on n’a pas essayé encore. À noter la sixième titularisation de la saison pour Wesley Saïd. De retour d’une nouvelle blessure, il est temps de lancer ta saison champion!

En tout cas, quelque soit le schéma et les joueurs choisis, on s’arrache les gars. L’heure est (presque) grave.


Petit pensée pour un ancien chouchou du Stadium, qui garde maintenant les cages nantaises: allez Alban, fais nous une fleur!


Le mâche

Au vu du placement de Boisgard, ça a plus l’air d’être un 4-3-3. Ce qui permet à Sangaré de faire un bon début de match en numéro six.

Sur les vingts premières c’est simple, le Téfécé est dominé et Nantes commencent à enchaîner les actions chaudes. Dixième minute et premier petit cafouillage d’échauffement qui est vite suivi d’un vrai cafouillage, dans les règles de l’art. 

Sur un centre, Reynet repousse une balle dans les pieds adverses, les Nantais croient ouvrir le score SAUF QUE SUPER SYLLA INTERVIENT !!! Sauvetage sur la ligne du genou droit, son pied fort, pour sauver la patrie. Ca sent le grand soir pour notre leader technique.

Du coup, il décide qu’il en a fait assez défensivement pour le match et va se placer sur l’aile. Ce qui implique bien évidemment une nouvelle occasion de Nantes sur notre flanc gauche. L’intervention rocambolesque d’Isimat-Mirin sera récompensé par l’arbitre d’un 7 en note artistique et d’une faute en notre faveur. C’est bon Nico, il a sifflé, tu peux te relever.

Bon là on s’en sort bien, on a laissé passer l’orage, c’est la vingt-troisième minute de jeu, il est l’heure de prendre le match en main de manière virile. Mais pas correcte… Koné pose une petite semelle hommage à Moreira et se prend son deuxième jaune. Et ba voilà ça s’éclaire, on joue en 4-4-1 comme la semaine dernière! On a plus d’automatismes ainsi.

On approche de la demi heure de jeu sereinement donc, à dix et Koulouris nous offre notre première frappe du match. Il va falloir faire mieux que ça. Kombouaré décide de mettre en place un bloc bas, avec Rogel et Sylla installé sur les sièges de la tribune Loire fermé cet aprem, surement leur meilleur positionnement. On a une pensée ému pour ce pauvre Koulouris qui, après être sorti à la quarantième contre l’OM, va passer le match à courir dans le vide… Courage Efthy.

Nantes continue de pousser avec plusieurs occasions. Une belle inspiration dans le dos d’Amian débouche sur une frappe au-dessus, puis une combinaison sur corner est contrée par Rogel. Allez les gars, on est des guerriers on tient le 0-0 jusqu’à la mi-temps!

En plus les automatismes se créent en défense, l’alchimie est là entre Rogel et Sylla. Petit enchainement renvoi dans les pieds adverses-main dans la surface: penalty pour Nantes. C’est encore plus beau qu’un jeu en triangle. Contre-pied et 1-0. Le Téfécé rentre au vestiaire avec un gros mal au crâne… 


“Y a pas à dire, on est nul mais au moins il se passe des choses dans nos matchs”. Voilà, ça résume plutôt bien notre première période. Les compos de Kombouaré, c’est un peu comme un mauvais film d’horreur: on comprend vite qui ne va pas finir le match et on est rarement surpris. 


On a failli rater le début de la seconde période, trop absorbé par une partie de billard, sur Bein2… C’est marrant, le mec s’appelle Trump et joue un chinois. S’il faut, c’est comme ça qu’ils se mettent d’accord pour sur les contrats internationaux! On revient sur notre match juste à temps pour voir Pallois transpercer toute notre équipe balle au pied… Le billard donc. 

Suite à cette belle montée, Nantes obtient un bon coup-franc aux vingts mètres. Girotto lâche une lourde pleine axe, renvoyé de même par Reynet, vraiment pas serein ce soir… 

Ca commence à faire longtemps que l’on n’a pas passé la ligne médiane et juste avant l’heure de jeu, Bamba mystifie Amian sur son côté gauche puis sert Blas aux six mètres. Très en forme, l’ancien Guingampais fusille Reynet. Goal Line, la balle est largement rentré, 2-0 et encore quarante minutes à jouer… Est-on vraiment obligé de s’infliger ça? Depuis le retour des vestiaires, les Toulousains sont en apnée… La causerie n’a pas eu l’effet escompté, le match semble déjà plié. 

Captain Gradel tente quand même de sauver l’honneur sur coup-franc, la barre sauve un Lafont pas très rassurant lui aussi. Sylla est au rebond, sa frappe est repoussée. Ca part en hourra football, ça nous rappelle les belles heures de l’an passé. Gradel harangue la foule, ses coéquipiers et l’univers tout entier… Pourtant personne ne bouge. En face, ça joue en rigolant. Pallois traverse à nouveau nos lignes, il a vraiment mal pris sa non sélection au challenge mi-temps. Dans la continuité, Sangaré stoppe proprement une attaque nantaise mais personne n’est au soutien, Simon récupère, fait danser la défense violette mais ne finit pas. Une action à l’image de notre seconde période: statique, assis sur notre surface et sans aucune réaction. C’est open bar, vivement la fin…

Quitte à être sur le terrain, autant essayer de jouer un peu. Quelque soit le score. Saïd et Gradel semblent être partants. Sur un bon centre, le premier cherche le second dans la surface nantaise. Lafont est aux fraises, Gradel récupère, déborde Blas et obtient un bon coup-franc à l’angle de la surface. Il s’en charge et envoie une belle frappe sur la barre des locaux. Dis donc, on ne s’attendait plus à ça! Dossevi s’essaye même de loin à la retombée. Sursaut?

Pas vraiment… Ou passager. Louza puis Simon laissent Rogel et Amian sur place et mettent Reynet à contribution. On entre dans le temps additionnel, est-ce vraiment nécessaire? Simon continue son festival à droite, Amian a trouvé la solution pour ne plus se faire humilier: ne plus défendre. Il laisse donc le jeune Nigérian dans un fauteuil pour servir Koulibaly aux six mètres. Rogel en retard, 3-0. MAIS, VAR, hors jeu, ON EST ENCORE DANS LE MATCH! 

Bizarrement, l’action qui suit est un contre nantais à 4 contre 2, alors que l’on n’a pas attaqué. Ou sont nos joueurs? Heureusement qu’en face, on se fait des politesses, ce qui permet à Boisgard revenir sauver la maison. Enfin ce qu’il en reste. Mais on apprécie le geste Quentin!

Quatre-vingt treizième minutes ressenties trois cents vingt-neuvième… PENO POUR NOUS QU’ON EST TROP FORT! Sur une action perrave (on regardait plus vraiment en fait…), la balle traîne dans la surface nantaise et Abeid cisaille Sangaré. On prend, ça fait longtemps qu’on n’a plus marqué. Surtout ici. Leya-Iseka s’en charge, d’une frappe bien molle, dans l’axe. 2-1. Pénalty sans saveur suivi d’un coup de sifflet final. Mon dieu…


L’important, ce n’est pas que les 3 points

Après Moreira, encore un choix bien senti d’Antoine avec la titularisation de Koné à la place de Vainqueur. Pourquoi se passer de l’un de nos meilleurs joueurs depuis le début de saison? Surement un problème physique. Payé très cher, encore.

Autre choix louche, le 4-3-3. Pourquoi? On a bien vu à Montpellier et avec Casa, ça ne marche pas. Trop complexe, trop tactique… Simple, on joue le maintien. 

Donc résumons depuis son arrivée: le miracle lillois, des deux défaites rageantes dans le money time, des compo à la con à l’extérieur et des rouges prématurés…. Aujourd’hui, on a eu la totale: non le rouge n’est pas une erreur d’arbitrage, non le penalty n’est pas contestable. Il va falloir sérieusement se remettre en question Antoine. Certes, on a des coups du sort mais l’effet Kombouaré semble s’étioler: le contenu n’y est plus.

Durant la semaine, on reçoit un Monaco relancé, avec notre cher Wissam en pointe. Il nous faut absolument des points mais ça n’est pas vraiment un match pour nous… C’est ensuite que tout se joue: de décembre à février, on va à Strasbourg, on reçoit Reims, on va à Nice, on reçoit Brest, on va à Amiens et on reçoit Strasbourg. Certes, il y a un déplacement à Lyon au milieu de tout cela, mais c’est six “finales” comme on dit. Il nous faut un carton plein pour rester en vie. Kombouaré n’a pas eu un calendrier facile jusque là, c’est maintenant qu’il faut le faire Antoine!


On tranche, on juge, on condamne… Avec amour et neutralité

Baptiste Reynet 2/5: Petit spécifique relance pleine axe sur les premières frappes nantaises… Fébrile mais pas fautif, on ne peut pas vraiment l’accabler… 

Kelvin Amian 1/5: Baladé sur le second but, il a essayé… Au moins, il n’a pas pris de rouge.

Nicolas Isimat-Mirin 2/5: Pas d’erreur grossière, et c’est déjà une perf pour un membre de cette défense…

Agustin Rogel 1/5: On n’aime pas les procès d’intention, mais bon on s’y attendait un peu. A noter tout de même, de beaux automatismes avec Sylla.

Issiaga Sylla 5/5: ET DE 5! Le 5ème but offert de la saison pour Issiag’. Le second d’affilé, on parle beaucoup de la régularité de Lewandowski devant de le but mais là aussi, y a perf.

Manu Koné 1/5: L’avantage c’est que ça a pas duré longtemps pour lui et qu’il a pu profiter d’un max d’eau chaude sous la douche. Plus sérieusement, c’est quoi ces tacles d’assassin? Il a trop pris à coeur nos remarques sur sa nonchalance…

Ibra Sangaré 2/5: pas une catastrophe, il avait bien débuté mais c’est toujours compliqué de briller et faire jouer son équipe à dix contre onze.

Quentin Boisgard 2/5: Il n’a rien lâché de tout le match, on ne peut pas lui enlever. Il prend ses marques et commence à s’imposer.

Wesley Saïd 1/5: Match trèèèèès compliqué pour lui. Match de reprise dirons nous… Remplacé par Matthieu Dossevi (64e minute), qui s’est arraché sur le peu de ballons qu’il a eu.

Maxalin Gradel 2/5: Un beau coup franc. Voila voila… Remplacé par Vivi Makengo (80e minute), ah oui?

Efthymios Koulouris 1/5: Mission impossible pour Koulouris ce soir. Mais à la différence de Tom Cruise, pas de matos donc pas de miracle. Remplacé par Aaron Leya Iseka (74e minute), qui a transformé le péno. C’est bieng.

Antoine le martyr 2/5: Cé la fote de larbitre, gro vilin.


Allez on file et on ne se retrouve pas ce mercredi, à 19h, au Stadium, car c’est pas des heures putain!!

LaGaronneEstViola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.