La Lens Académie vous en sert 3 d’un coup.

- Lens -
« C’est niqué pour cette année, une fois de plus. »
« Putain, on va monter, je le sens bien »
« Allez bien vous faire enculer bande de chèvres »

Voilà comment en 3 semaines, et en 3 phrases donc, on peut résumer l’état d’esprit des derniers mecs et nanas, encore suffisamment naïfs et sans doute amateurs de douleur physique et morale de forte intensité, qui croient en le RC Lens. Si je n’ai pas fini de m’interroger sur la raison qui me pousse à m’infliger ça après tant d’années, je ne cesse de m’autosubjuguer sur la quasi linéarité des réactions qui s’expriment quand on parle du Racing.

– On sait tous qu’on sera déçu
– On sait tous que ça nous fera mal d’y avoir cru.
– Et comme le lycéen sympa-romantique-intelligent-drôle-mais moche, amoureux de la belle Léa, conne comme une brique mais trop bonne, 100 fois on verra le premier Sullivan venu, se pointer avec une guitare/un blouson de marque/une cigarette sans filtre /une mobylette ou quoi que ce soit qui impressionne les connasses, et repartir avec Léa au bras pour la ramener chez elle.

Et comme chacun sait : qui ramène, ramone.

Bien évidemment, comme ce lycéen, on se dira que c’est injuste, qu’il ne la mérite pas car il ne l’aime pas lui, il ne la comprend pas, alors que moi, je l’aime vraiment et je pourrais la rendre heureuse. D’ailleurs, une fois larguée, Léa viendra se faire consoler auprès de ce gentil lycéen, se confier à lui et lui faire espérer qu’il y a moy qu’un jour, il puisse voir dégouliner sur son visage autre chose que des larmes de chagrin d’amour. (pour plus de détails, se référer aux académies de Porto ou de Guingamp). Mais en fait non.

Acte 1. Valenciennes

Le résumé est

Je n’ai personnellement pas pu assister à ce sensationnel derby face à ces connards de Valenciennes, ce grâce au talent de la cellule expertise de SFR. Parti fleur au fusil me ressourcer sur la Côté d’Azur avant qu’elle ne devienne comme chaque été infréquentable, j’ai pu regoûter à la vie sans réseaux bien aidé par la fine fleur des techniciens réseaux, que je salue par ailleurs. Toutefois, le retour sur terre fut violent.

Sur la même semaine, vous avez eu Notre Dame incendiée, Tottenham en 1/2 de LdC et tous les complots qui ont tourné autour. Lancé poignée dans l’angle sur l’autoroute de l’improbabilité, on était quand même bien parti pour exploser un record, et pourquoi pas : Assister à une victoire du Racing. Mais en fait non.

Il faut dire que Valenciennes, c’est super solide défensivement…

Béziers
Je dirai même, extrêmement solide.

Quoi qu’il en fut (rien apparemment), nous nous résignions à laisser passer une nouvelle équipe de merde devant nous. Et pire, assistions à la naissance d’une nouvelle possibilité humiliante : rater les playoffs.

Acte 2. Grenoble

Toutefois, par un astucieux concours de circonstances, une victoire à Grenoble pouvait nous faire repasser 4e. Ce qui, après 3 mois de rien-branlage n’est, vous l’avez noté, vraiment pas cher payé et assez symptomatique du niveau de la L2

Ce match dans les Alpes se jouant un samedi, le contingent S&O put s’en donner à coeur joie, pour ô miracle, assister à une victoire. Que dis-je, une éclatante victoire.

Superbe tifo lensois, célébrant le 500e corner joué à 2 complètement foiré.

Dans un match ma foi bien pauvre, les braves Gomis et Doucouré ont ainsi permis au Racing de l’emporter et de préparer comme il se doit la désillusion suivante. En effet, si on peut se satisfaire de ce nouveau match sans prendre de but, on reste particulièrement dubitatifs sur l’animation offensive et le niveau de notre équipe. Quoi qu’il en soit : on est 4e, y’a plus qu’à battre Lorient, et on est en PO.

Acte 3. Lorient

Concurrent direct à la course aux playoffs, Brest et Metz étant désormais hors d’atteinte, nous voici donc devant ce que les z’experts appellent communément « un match à 6 points ». Si quand tu le gagnes, tu ne prends que 3 points (normal, c’est pas la fête non plus), quand tu le paumes, t’as vite l’air d’un con.

Et devinez ce qu’on a fait?

https://twitter.com/CBourpiff/status/1120786969108336642
Air sortie du DC, trou béant dans son dos, latéral obligé de dézoner, milieux aux fraises et personne qui ne suit l’avant-centre : du bel ouvrage.

3 minutes de jeu : premier centre lorientais, reprise aux 6m, 0-1, un café, l’addition. Le pire dans tout ça, c’est que Bollaert sait, dès la 3e minute du match, qu’on ne reviendra pas. On aurait pu jouer 3 heures, on n’aurait pas marqué pour autant. Qu’on soit nul offensivement, j’ai envie de dire : oui, mais c’est pas un scoop. Mais qu’on soit à ce point friable mentalement et faible techniquement, ça frôle l’entendement.

On est, de loin, le premier budget de L2, mais on n’arrive à aligner que des mecs qui se chient dessus au premier couac. Pire, les mecs ne savent juste pas jouer au foot. Rater des passes, c’est pas grave. Mais systématiquement faire le mauvais choix, rater le contrôle qui déséquilibre l’adversaire ou aller chercher le mauvais coéquipier, c’est très fort. Et attention, en face y’avait tranquillement rien. Lorient, c’est nul à chier. Les mecs en ont pris 3 vs Troyes à la maison il y a 5 jours et ne développent rien. Oui mais Lorient ne méritait pas de perdre contre nous.

Pourtant Lorient, c’est clairement…

Et maintenant?

La routine.
On sait qu’on ne montera pas, d’ailleurs on ne mérite pas de monter. La seule incertitude qui demeure reste la manière dont on va finalement se vautrer.

Lamentablement, en n’étant même pas dans Top 5? Violemment, en se faisant torpiller 4-0 en PO? Amèrement, sur un vieux 0-1 à la 94e de la 38e journée après avoir gagné les 3 matches d’avant?

Réponse sous peu.

L’école lensoise des coups-francs directs, toujours au summum.

@R_Direktor

R_Direktor, dit Luissette

Chômeur, pédophile, consanguin, mais aussi alcoolique et drogué. Il n’est exclu que j’ai, un soir d’ivresse, fait des cochonneries avec ta maman et ta sœur. Ou les miennes, je ne sais plus. Un seul credo : « Ma main dans la gueule, ma bite sur ton front »

Un commentaire

  1. L’équipe a fait peau neuve cette année aussi, je sens que l’année prochaine sera la bonne. Et on se retrouvera en Ligue 1 pour un match  »comme au bon vieux temps ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.