Pourquoi tant de violence ?

Vous devriez avoir honte de vous en prendre à plus petit, Monsieur Wepwyh.

Bonne nouvelle ou pas, les simulations sont de retour. Et oui, déjà. Après le superbe hors-catégorie de Wisgerohf. Le service vous offre aujourd’hui cette Slaven Bilic d’Adriano, le joueur du Shaktar, qui pourrait presque se confondre avec un malaise vagal de Bafé Gomis.

En bonus, le service vidéo vous propose ce pénalty ravanellien obtenu par le Cercle Bruges à Gand, en particulier Kristof D’Haene. Ce geste peut aussi se confondre avec une accélération de Mathieu Bodmer.

7 thoughts on “Pourquoi tant de violence ?

  1. Ce qui est affligeant, ce sont les conséquences.

    Le belge prend un rouge et impossible qu’il soit réhabiliter pour le prochain match : l’arbitre est tout puissant et ses décisions sont incontestables.

    Pffff…

  2. Putain le penalty c’est le genre de mec je crois que je lui marcherais sur la cheville histoire que le penalty et l’expulsion soient bien justifiées… Puis je jetterai mon maillot par terre et je m’en irais en Moonwalk pour être bien sur de faire chier l’arbitre. Enfin un truc comme ça.

    (oui, je me fais chier au bureau).

  3. Le brugeois est un vrai artiste, simulation d’entorse du genou, expulsion du joueurs, penalty, le super combo quoi !

    Les commentaires de la vidéo « He could play for Barcelona » 13 personnes likes this

  4. J’adoooore l’auto-croc en jambe.

    un artiste ce type la !! Au challenge Ravioli, il dépasse le mètre de la discipline.

    On tient le remplaçant de Busquets, youhouuuuuuu on va pouvoir faire péter une durite à l’homme qui disait : PORQUÉÉÉÉÉ !!!

  5. De mauvais foi que vous êtes. Pour un oeil averti (communsymbole de cyril rool) il est absolument flagrant que le joueur en maillot de football orange recoit un coup d’une force non négligeable sur le bord anterieur de la clavicule droite, dès lors, sous la puissance du choc, l’os va venir écraser le plexus brachiale du pauvre joueur sans doute binationale créant un arret brutal des afférences sensitives du membres supérieur droit, douleur atroce et pouvant entrainer une mort par agonie de plusieurs heures bien connu des randonneurs du troisième age sous le nom de syndrome du « Havresac ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.