Notre Footballologue analyse Real-Lyon

Notre Footballologue adore analyse le jeu de Kaka

Perez le florentin, prince ibère du BTP et « méduseur » public, pensait certainement bâtir renaissance sur le beau par le mythe. Mais si la bulle immobilière espagnole permit l’exceptionnelle croissance du début du siècle, elle n’en était pas moins un cache misère, parois de pvc dissimulant une croissance « moisie » de – 3,1% pour l’année 2009, un taux de chômage s’infiltrant allègrement au-delà des 18% et, prix de l’illusion décennale, un endettement des ménages à hauteur de 130%. « Son » Real Madrid s’inscrit dans cette politique d’illusion toc-toc, tandis que Puela la médusante, mythique gorgone du radeau de Iaulaos, a préféré investir dans la pierre de rosette. Histoire d’un « méduseur » médusé…

La casa bianca des Galactiques 2 de « Fiorentino Perez » (Larqué) reste d’une architecture incertaine. Le socle se veut Gropius, mais la meringue est poreuse, malgré son 4+1 (Arbeloa-Albiol-Garay-Sergio Ramos + Diarra en « sentinelle ») certes plus solide qu’avec Marcelo à gauche. L’absence de l’ « ailier défensif » brésilien ouvre les couloirs madrilènes, Sergio Ramos s’installant à droite tandis que CR9 « s’enfile » (CJP) à gauche. Dans l’axe, la Milky Way composée de CR9, K² et Higuain tourbillonne d’autant plus efficacement que le bloc est haut (les deux centraux et Diarra jouent dans le rond central), tant et si bien qu’à la recette initiale s’ajoute rapidement des bouts de Lyon. 17 secondes et déjà un face à face K²-Lloris à l’avantage du gardien, 4ème minute et déjà 1-0 à l’avantage du Real par Max HeadRoom « admirablement suivi » par Reveillère. Astorga commente les « grandes courses » sur l’hippodrome San Bernabeu, Larqué nip/tuckise « un autre visage » sur le « billard madrilène » et envisage une intervention sur « le talon du pied d’appui trop en arrière » de Toulalan, Lizarazu félicite Sergio Ramos d’avoir suivi ses conseils en jouant « plus sur la largeur. » Quant aux Lyonnais, le policier se prend un petit jaune pour tenir le coup, Lloris sort au profit de son poteau (Higuain, 25ème), une tranche de Jean II entre Ramos et Diarra donne un Mc Koun. Halal, Casher ou OGM, Lisandro, Boumsong et Pjanic tiennent concile, tandis que Delgado joue arrière latéral devant Sergio Ramos (billet d’absence signé des parents pour Cissokho ?) et que l’arbitre, sous le choc, ne peut que siffler hors-jeu en apercevant Toulalan ailier droit (31ème.) Le concile semblant porter ses fruits, Pjanic décale Govou pour un centre à destination de Makoun, définitivement à terre (34ème), mais les longs ballons à destination de Lisandro ne compensent pas les pertes de balles luxembourgo-rhodanienne après trois passes.

Certes, Licha va et « reva » (CJP), entre Era, se « reta » sans doute si l’on suit la pataphysique oulifootisticienne du rejeton de Groening, mais il n’en reste pas moins que la bianca échoue sur l’airain de la rosette, même « anesthésiée » (Liza.) La « carrière en sinusoïde » de Guti (CJP), la « confiance en lui insupportable…même s’il assure à chaque fois » (Liza) du « kolossal problem » (Astorga) CR 3000 n’y suffisent pas, et ce n’est pas K², orphelin du touché et du coup de reins qui firent sa renommé dans les productions gérontophiles milanaises, qui peut y faire quelque chose. Barcelone en avait mis 4 aux gones l’an passé, Madrid 1 seul cette année, et à la mi temps, Lyon n’est pas éliminé : « voila bien le seul point positif de cette 1 ère mi temps ! » (CJP)

Mi Temps : « Garay fait la maille », « Raul de Madrid »,…

Il semblerait que CJP prépare ses interventions avec le Barbery

« Anesthésié » n’est pas pétrifié, et la gorgone le sait mieux que quiconque. Alerté de la polémique par Eusèbe de Césarée, Puela change de mythologie et sort Makoun pour un colin Källström, tandis que Boumsong se retire au profit de Gonalons. Ce Real de couloir exige une nouvelle organisation et Lyon farfouille dans le bordel tactique expérimenté en L1 depuis août. Phase défensive : deux lignes de 4 avec Gonalons intercalé et Lisandro au pressing. Les ailiers deviennent milieux pour mieux rabattre l’adversaire sur le latéral ou Gonalons, tandis qu’une éventuelle passe déclenche le jaillissement de Cris ou Toulalan. Phase offensive : Pjanic joue second attaquant aux côtés de Lisandro, Govou et Delgado se tiennent en retrait et servent d’appui pour les latéraux (Cissokho, 49ème) voire Källström (51ème, combinaison avec Delgado, le Suédois sert Govou qui vendange aux 9 mètres.) Gonalons ratisse (ou faute sur K² ou CR9) tandis que Toulalan mais surtout Cris jaillissent (57ème, le policier devance Higuain et oblige K² à la faute « tactique » pour éviter la relance.) Certes, une contre attaque de 70 mètres emmenée par CR9 aboutit à un tir de K², mais le Brésilien ne cadre pas (54ème), tandis que Higuain « mange la feuille de match » ou « bouffe la chic », selon que vous soyez Larqué ou Lizarazu (58ème), et se prend votre coude dans la tronche si vous êtes Cris. Quoiqu’il en soit, Santiago Bernabeu siffle son au-delà, alors qu’Astorga, Larqué, CJP, redoutant que le Brésilien ne finisse le match lorsque Ramos préfère sortir Granero (61ème, entrée de Van der Vaart), décident d’ouvrir les vannes à Kaka :

« C’est toujours dur de faire sortir Kaka » Astorga

« Par où il est passé ? » Larqué

« Cela s’ouvre à l’heure de jeu. » CJP

Non loin de là, Casillas cafouille une « juninho » pourtant envoyé du Luxembourg, le Real Madrid doute, CR9 percute, et une formule Ca-CR9-K²-CR9-VdV-H manque de transformer le plomb en or (72ème.) S’inspirant des travaux de l’équipe espagnole, les chercheurs lyonnais expérimentent un D-K-D-L-P et remporte le Nobel de Chimie : 1-1, égalisation par Pjanic à la 74ème. Il faut deux buts à Madrid, les ramasseurs de balle s’activent, Raul confronte son expérience à la Tropa de Elite, mais Lloris « va au tampon » (CJP), et le PH reste neutre, Lisandro et Delgado se refusant à rendre la solution plus acide (89 et 91ème.) 21 entraîneurs en 20 ans, 250 millions d’euros de recrutement, un quart de siècle pour Diarra, soit 1/5 de Calment, et une meringue « aux pieds d’argile »… 20 ans pour un exploit en coupe d’Europe, 6 matchs sans défaite face au Real Madrid, un Lacombe rappelant son Bilderman au pied…et CJP en 5 lettres : BRAVO.

7 thoughts on “Notre Footballologue analyse Real-Lyon

  1. De belles trouvailles ! Et je suis toujours sidéré par les inventions linguistiques de CJP, l’homme dont l’enthousiasme est inversement proportionnel à celui de Wenger.

  2. 25ème minute de Real Lyon, Higuain efface Lloris, mais tire sur le poteau.
    Je n’ai pas vu plus de mentions de cette actions, mais pour moi, et ça a été mentionné par le commentateur belge de BeTV aussi, Higuain aurait pu faire basculer le match sur cette action. Avec un tout petit peu de vice, au lieu de faire l’effort de sauter au dessus du gardien, il continue sa course et se laisse faucher. Lloris paraissait un peu en retard, a clairement les deux pieds décollés, et est en position de dernier défenseur. Même si la faute n’aurait pas été méchante, n’importe quel arbitre la siffle, et est presque obligé de donner un rouge, pour la célèbre annihilation d’occasion claire de but en position de dernier défenseur. On se serait retrouvés à 1-0 pour le Real, à 11 contre 10 lyonnais, au coeur d’une première mi temps que le Real a largement dominée.
    Je voulais souligner cet incident, parce qu’on n’hésite jamais à taper sur un joueur qui simule, on a parfois tendance à féliciter un joueur qui « en rajoute un peu » pour son expérience, mais on souligne trop rarement à mon goût les actions d’un joueur qui poursuit son action en essayant simplement de jouer au foot. Et comme dans cette équipe du Real, il y a d’après moi d’autres joueurs qui se seraient probablement laissés tomber, il me semble opportun de dire que Gonzalo, c’est un sacré joueur, mais en plus il a l’air d’être bien cablé. Ah, et Karim, je suis pas ton père, mais ça me ferait plaisir que tu traines avec lui plutot qu’avec Christiano. Je sais, tout le monde aime Christiano, mais Gonzalo tu l’invites à la maison quand tu veux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.