Les affaires reprennent. Dans le sillon du PSG, je retrouve la forme. Chotat est de retour !
La grosse Martine est rentrée de vacances. Elle a passé 3 semaines avec son mari. Elle est revenue frustrée sexuellement et s’est immédiatement jetée sur son petit Chotat. Je passe tous les après-midi chez elle. Martine a le droit à son hot-trique quotidien. Elle a son Zlatan perso. J’ai les poches qui débordent de cash. Un Zlatan perso c’est pas gratos.

Je vais me faire un plaisir pour le match du PSG face à Lyon. Yves m’attend dans son lupanar, l’Exotica. C’est un Lyonnais qui a atterri sur la côte d’Azur il y a de nombreuses années. Son adresse est devenue fameuse. On y trouve de tout.

J’arrive 30 minutes avant le début du match. Je frappe à la porte. Une hôtesse, déguisée en chaton, m’ouvre.

« Yves vous attend. Il est impatient. »

Je traverse le hall d’entrée décoré en l’honneur de l’OL. Sur la droite, un poster géant de Bafé Gomis. Au centre, une statue d’Alain Caveglia. Cette œuvre est celle d’un artiste local, Marcello. Il a représenté Alain nu dans un pur style Hellénique. Marcello lui a façonné un pénis surdimensionné à l’image de son nez… équilibre parfait entre ces deux extrémités… c’est beau l’art.
Alain le porte bien… cet immense zobe. Tout lui va… « Alain le magnifique » comme l’appelle Yves.

Yves m’accueille à bras ouverts.

« Viens là mon Chotat ! J’ai préparé un coin tranquille pour mater le match. Tu iras voir mes filles plus tard. »

Nous nous asseyons sur un énorme pouf jaune face à un écran de TV. Une hôtesse, celle-ci habillée en coccinelle, apporte nos black russians ainsi que quelques sandwichs au concombre.

Le match commence. Les Lyonnais jouent bien en ce début de match et se procurent la première grosse occasion.
Sur une longue transversale d’un type que je n’avais jamais vu, Lisandro reprend le ballon du gauche et touche le poteau. Yves bondit devant la TV. Je ne bouge pas, enfoncé dans le pouf, en train de mastiquer mon sandwich au concombre.

« Ouuuhh… mon petit barbu des pampas… Je t’aime ! »

Yves sonne une cloche. Une jouvencelle nue, un tatouage d’Alain Caveglia en guise de toison pubienne, accourt en sautillant.

« Ma petite hirondelle, apporte un magnum de champagne et du whisky. Tu seras un ange. L’OL vient de toucher le poteau. Je sens que la soirée va être poisseuse. »

Les Parisiens semblent sereins. La défense est solide. Sakho est en stage de formation. Il observe Silva, prend des notes. Studieux le jeune Mamadou.
Par contre Ibra s’ennuie un peu. Alors il essaie de proposer du spectacle. Lovren, curieusement, se retrouve sous la chaussure du Z. Ce dernier en profite pour nettoyer ses crampons. Heureusement qu’il y a toujours deux bon yougos pour chauffer les esprits. C’est pas avec Malbranque ou Ganalons qu’on va avoir de la baston. Yves a apprécié.

« Des testostérones. De la sueur. Du sang ! ça me plaît. »

Yves sonne, à nouveau, la cloche. Un grand noir bodybuildé, le corps huilé, s’approche doucement. Il a un fouet dans la main gauche.

« Monsieur Yves. Vos fesses ! »

Yves offre ses fesses épilées au grand noir. Deux coups de fouets secs suffisent.

« Ohhhhhh… merci ! Un peu de violence ! C’est bon ! »

Suite aux coups de fouet, le PSG part en contre. Motta le ratisseur, Motta le relanceur, Motta le superbe lance le grand Zlatan qui, excentré sur l’aile, lève la tête et centre. Blaisouille est à la réception. Blaisouille marque. 1-0. On peut rentrer aux vestiaires.

Yves me laisse quelques instants. Il part vérifier si ses nombreux clients passent une bonne soirée. Je bois quelques Gin Tonics.

Les joueurs reviennent sur le terrain. Les Carlo’s boys sont plus agressifs. Le pressing est plus haut. Les lyonnaises font moins les coquines. Yves revient avec des mojitos.

« Tiens mon bel Albert. Les clients s’amusent comme des fous. Comment se passe le match ? »

« Les Parisiens s’amusent avec les Lyonnaises. Ils les font un peu courir. »

Vercoutre se distingue face à Pastore puis regarde un missile de Jallet frôler son poteau droit. La défense Parisienne est toujours impériale.

« J’aime pas le PSG, mais ce Thiago Silva me plaît. Il est beau. Un peu de crayon noir pour allonger ses sourcils et il serait parfait. Regarde le ! Majestueux. Serein. Toujours un temps d’avance. Il motive parfaitement ses troupes. Une vraie mère maquerelle. »

Lavezzi, à son tour, n’est pas loin de marquer son but. Yves est dépité.

« Remi Garde est appliqué, sérieux. C’est un bon entraineur mais ce n’est pas un sensuel. Lyon a beau avoir enchainé les victoires dans les années 2000, tout le monde s’en fout. A part les Lyonnais comme moi. Si Jean-Michou venait à l’Exotica, je lui donnerais une petite leçon. C’est certainement un bon entrepreneur, un bon gestionnaire. Mais il ne sait pas être aimé, être désiré. Les punchlines sur la playstation c’est bien pour faire marrer les petits puceaux. Je lui apprendrais à injecter cette étincelle érotique qui a toujours manqué à son club. Mais heureusement Gomis est là… Oh ! Bafé, il me fait rêver ! Ce cul bombé. Ces longues et lourdes tresses. Ce regard rieur. Il me rappelle mon ancienne vie. Mes business trips quand j’étais chez Elf. J’en ai vu des bordels… certains magnifiques. L’Exotica rentrerait dans une nouvelle dimension avec un Bafé. Malheureusement je peux pas m’aligner sur le salaire que lui offre Jean-Michou. »

Le public Parisien est content. Se permet quelques « Olé ». Y’a de l’ambiance au Parc.

L’arbitre siffle la fin du match. Les PSG reprend la tête du championnat.
Yves éteint la Télé et m’attrape par l’épaule.

« La soirée n’est pas terminée pour toi. J’ai une petite Tony Rock’n roll Vairelles pour toi. Tu comprendras seulement son surnom si tu l’as fait jouir. »
« Oh ! Oh ! Tu défies Chotat, l’homme aux mille orgasmes ! »

Une main, surgissant du néant, m’entraîne dans les abîmes de l’Exotica. A nous deux Tony ! Le grand Kennedy t’attend de pied ferme !

2 thoughts on “PSG-OL (1-0), le débrief de Chotat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.