Liverpool – Everton (1-1), la Reds Academy fièvre ses notes

2

Papa c’est quoi un derby ?

 PREAMBOULE – DES TIRS ET DES BUTS

Avant de vous parler du derby de la Mersey, je devais vous faire un article sur le match de coupe de la ligue entre les Reds et les glandeurs de Championship de Middlesborough. Hélas, j’étais souffrant. Alors bon, j’ai décidé d’attendre un peu que la fièvre retombe, mais ce fut long, genre aussi que d’attendre qu’un penalty de Sergio Ramos retombe sur terre. Parce que bon, écrire une academy bourré, drogué (c’est mal), pas réveillé, en regardant un streaming pourri ou même sans avoir vu le match, oui, je l’ai fait. Mais fiévreux non ! Jamais ! J’appelle ça le respect des lecteurs. Désolé d’être exigeant.

Bon alors, qu’est-ce qu’il s’est passé pendant ce match ? Ben d’abord il faut rappeler que la coupe de la ligue on s’en fout un peu beaucoup, au moins jusqu’en demi-finale. C’est surtout l’occasion de faire tourner en serrant les miches bien fort et en espérant que ça suffise face à des troufions surmotivés à l’idée de faire tomber un gros.

Alors rayon nouveauté, et surtout pour faire face aux nombreux blessés au milieu (Can, Coutinho et Allen), Brendou nous sort les jeunes Rossiter (titulaire) et Williams (serein, sur le banc). Un seul et unique prénom pour les deux newbies : Jordan.

Bonne pioche pour Brendou puisque Rossiter, à peine plus de 17 ans, ouvre la marque dans les 10 premières minutes. Il devient le 2ème plus jeune buteur de l’histoire du club, derrière Michael Owen qui avait marqué à 12 ans et 763 jours. Ou quelque chose comme ça.

Après, oui bon ce ne fut pas terrible. Borough égalise par Reach puis Liverpool reprend l’avantage dans les prolongations par Suso, déterré pour l’occasion. C’est alors que Liverpool décide de mal gérer sa fin de match. FAUDRAIT PAS QUE CA DEVIENNE UNE MAUVAISE HABITUDE HEIN ! Sterling perd bêtement le ballon et lance le contre de Borough. Bamford n’en demande pas tant pour s’enfoncer dans la surface. Kolo, qui est plutôt du genre à mourir les armes à la main plutôt que de se replier, le fauche salement dans la surface. Bamford transforme lui-même le pénalty qui sera le premier d’une interminable série.

Car oui, c’est bien aux tirs-au-but que le match s’est décidé. Purée 14 à 13, presque tout le monde a marqué, y compris les gardiens qui nous ont offert une belle série de air-plongeons. Un million de mercis à Adomah d’avoir mis fin à cet interminable calvaire en tirant à côté.

Capturetab

 

 223ème Merseyside Derby

Pour le derby, je vais mieux, merci. Je me suis soigné au whisky sec, ma gorge a compris qu’elle ne devait pas me faire chier. Un peu comme mes gosses qui ont pour consigne de ne pas me casser les couilles pendant le match.

– Papa, c’est quoi une couille ?

Bon, je reste calme. Confortablement installé sur mon canapé, j’apprends que Mamadou refuse de s’asseoir en tribune et boude tout seul dans son coin. Un peu comme ma gamine qui recherche en vain la définition de coucougnette.

– Papa, c’est quoi une coucougnette ?

Brendou aligne donc la paire Lovren-Skrtel en défense centrale. Exit Gerrard seul devant la défense, il est accompagné par Henderson en soutien de Lallana. Sturridge blessé, Balotelli sera le leader d’attaque soutenu par Sterling et Markovic.

compo-neverton

Après une 1ère mi-temps crispée et crispante, Liverpool ouvre la marque sur un coup-franc direct de Gerrard. 1-0. C’était largement mérité.  Liverpool qui aurait du largement l’emporter, en dominant le match et en se créant les meilleures occasions, notamment cette frappe de Balotelli à bout portant qui s’écrase sur la barre. Pourtant, il a ENCORE fallu que l’on craque dans les arrêts de jeu. Cette fois pas grand chose à reprocher aux gars tant la frappe de Jagielka est aussi superbe qu’improbable.

Un but qui fait mal au fion. Il fait passer cette rencontre de « bon match » à « match moyen ». Alors que Liverpool a bien mieux joué que lors de ses 2 cuisantes défaites contre Villa et West Ham. Porté par un Lallana qui est enfin prêt physiquement, les Reds peinent à retrouver la confiance mais ils n’ont plus qu’à affiner les automatismes devant pour à nouveau faire trembler les filets.

– Papa, c’est quoi un  fion ?

 

crucifie

Crucifié, l’ange ne s’est pas envolé

THE LOCAL HEROES

Mignolet 2/5 Dans l’oeil du cyclone. Il ne sort pas les ballons en lucarne. Tocard.

Manquillo 3/5 Un poil rôti par les matchs tous les 3 jours. Il commence à mieux prendre son couloir, mais ses centres n’ont pas trouvé Balotelli. A affiner, comme un bon fromage.

Skrtel 3/5 Plutôt serein derrière, il a joué crânement sa chance dans la surface adverse. Son ouverture extérieur du gauche pour Moreno a failli me faire crever de rire.

Lovren 3/5 Ah, ça commence à prendre forme. Lui aussi dans l’oeil du cyclone depuis quelques rencontres, il a répondu aux critiques avec ce bon match, son meilleur sous le maillot des Reds.

Moreno 3/5 Il a toujours autant de watts dans les jambes. Il a manqué de précision mais purée, on a enfin un vrai latéral gauche.

Gerrard 5/5 a repoussé la date de son jubilé. Son 10ème but lors d’un merseyside derby.

Henderson 4/5 Un gros, gros volume de jeu. Je récupère devant, je cours porter le danger devant. Le mec est injouable.

Lallana 3/5 Dans tous les bons coups. Sur les côtés ou dans l’axe, il était toujours Lalla où les défenseurs ne l’attendaient pas. Le créateur, c’est lui.

Markovic 2/5 Oups. Pas prêt à relever le défi de l’intensité de la Premier League, alors encore moins lors d’un derby. Il force trop sur sa vitesse, oubliant sa technique. Enfin, le mec semble trop fort pour l’enterrer trop vite. Remplacé par Coutinho qui commence à nous faire oublier ses précédents matchs de merde.

Sterling 3/5 « Le meilleur coup de rein de la ville de Liverpool ». On ne sait pas qui a dit ça, mais Hibbert confirme.

Balotelli 3/5 Il se force à être présent dans la surface (c’est les consignes) mais il préfère décrocher (c’est le naturel). Ça serait bien de marquer un peu plus, mais je pense que ça va venir. Remplacé par Lambert, toujours vivant.

 

Voici les Highlights du Match.  You’ll never walk alone.

 JustWide

 

Vous pouvez suivre la Reds Academy sur Facebook, ainsi que ses membres sur les réseaux sociauxJustWideRobbie Flower, Gérard Mouillé, le ptit nouveau Steve Macadam

2 thoughts on “Liverpool – Everton (1-1), la Reds Academy fièvre ses notes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.