Manchester-Tottenham (0-3) : La Raide et Vile Academy livre ses notes.

Salut à tous !

Le championnat anglais a commencé sur les chapeaux de roues pour nos gagneuses*, il s’agirait donc de ne pas commencer à perdre de temps. Pensez donc : en deux matchs, nous sommes passés d’un Mourinho tellement vénère par l’incapacité de son directeur à recruter des joueurs moyens (Maguire et Aldeweireld, surtout) qu’il s’apprêtait à renverser la table de la Premier League en posant sur son front son chibre durci par la rage, à un lamentable pantin traité plus bas que terre, tout prêt à être servi une pomme dans la bouche et une saucisse dans le cul à l’appétit féroce de Zinédine Zidane, ce dernier ayant eu l’excellente idée de nous servir une énième fois la soupe dans les médias. Tout ça est un peu confus mais sachez que dans la grande histoire de Manchester United, il subsiste une constante qui devrait nous rassurer pour ce soir : le bordel ambiant au sein du club est toujours occulté avec bonheur par la visite d’un club de Londres à Old Trafford à seule fin de se faire écrabouiller.


LES GUYS.

Alors en fait, figurez-vous que Matic jouait bien 6 et que c’est Ander Herrera qui occupait sa place en défense centrale. Mais bon, on ne va pas se taper tout le boulot pour corriger les bêtises du Mou non plus, hein.


LE MATCH.

La première mi-temps est presque totalement à l’avantage de nos entraîneuses, ce qui n’est pas récompensé par le moindre but, car faut pas déconner tout de même. Un frisson parcourt l’assemblée lorsque Lukaku se retrouve derrière Loris, mais le Belge manque le cadre dans un angle fermé. Les mondialistes semblent bel et bien cramés des deux côtés, ce qui n’est pas forcément bénéfique pour la qualité du spectacle. Au moins voit-on MU prendre l’initiative du jeu et dominer largement les Spurs, ce qui n’est jamais désagréable.

Mais quelle grandissime surprise en deuxième mi-temps lorsque peu après l’ouverture du score de Kane sur corner (0-1, 50e), l’équipe entière s’effondre dans un marasme purement indécent, offrant ses largesses indignes à un légendaire usurpateur : Lucas Moura, éternel espoir déchu surcoté de toutes parts, lui-même que le PSG était venu souffler au nez et à la barbe du vénérable Sœur Alex pour en faire le nouveau Ronaldinho ; le chauve prématuré qui s’offre un doublé après avoir fait danser Jones puis Smalling (0-2, 52e puis 0-3, 84e) tandis que nos demi-mondaines offrent une sorte de bouillabaisse mystique de football ! Et la victime expiatoire annoncée pour remettre de l’ordre dans ce merdier se transforme ainsi en bourreau sanguinaire pour secouer encore plus le chaos susmentionné. Lucas Moura. Lucas Moura. LUCAS MOURA BON SANG RETENEZ MOI HAHAHA JE DEVIENS FOUUUUUUUU.


LES NOTES.

De Gea 3/5
Trois pour trois buts encaissés ? Ben oui mais s’il n’avait pas encore une fois été abandonné par sa défense, il aurait eu plus. Parce que sans lui c’est six, qu’on en prenait.

Valencia 2/5
Il a bouffé les Spurs dans l’intensité sur son côté droit, à tel point que Pogba s’est temporairement caché derrière lui pour couvrir gentiment son couloir. Après, sa précision légendaire au centre a fait le boulot pour que l’on ne marque surtout pas.

Jones 1/5
Tout allait pas trop mal voir même bien, et puis il a fallu qu’il lâche une fois le marquage sur Kane, puis qu’il laisse partir Lucas une fois dans la surface, et puis bon…deux buts, voilà. Z’êtes contents ceux qui disent qu’il est nul ? Il a effectivement été nul.

Smalling 1/5
On voulait voir le Chris rédempteur, on a vu le Chris qui tendait la joue gauche aux sémites à Lucas Moura. LUCAS MOURA PUTAIN.

Shaw 3/5
Meilleur homme sur le terrain. Mais vu la déroute, il sera sur le banc le week-end prochain, Young jouera un match correct et on sera parti pour trois mois avec lui, le jeune Luke reprendra du poids, se blessera (ou l’inverse) et manquera une nouvelle saison. Le plus infernal en ce moment chez les Devils, c’est le cycle dans lequel il est coincé.

Matic 1/5
Si c’est pour nous renvoyer celui de la Coupe du Monde, la Serbie pouvait le garder.

Herrera 3/5
Nouveau poste : défenseur. Et pourquoi pas. Ici on a aimé même si ça n’a servi à rien.

Fred 2/5
Techniquement au point et très offensif, son match a parfaitement illustré la performance d’ensemble : bon en première mi-temps, nul à se râper le pénis à la julienne en seconde.

Pogba 2/5
Mauvaise volonté, fait la gueule, veut partir à Barcelone, a un agent assimilable à un gros tas de pelure de chien mort, pas décisif, etc. Lâchez vous, il est hors de forme, ça ne durera pas.

Lingard 2/5
Niveau technique à la hauteur de sa colorisation capillaire. Faudra retrouver de la lucidité rapidement.

Lukaku 1/5
Belge.

SUBS

Dans la mesure où Fellaini est entré avec l’espoir qu’il inverse la tendance, nous ne nous épancherons pas plus en commentaires de peur de devenir réellement désobligeants.

Bobby Carlton.

*il semblerait qu’une équipe féminine ait émergé en ce début de saison à Manchester. Si nous saluons le plus respectueusement l’avènement du beau sexe dans notre football, nous rassurons nos lecteurs quant au maintien de la phallocratie au sein de notre académie. Pimpin’ ain’t easy.

 

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.