Suisse – Japon (2-0) : l’Évadé fiscanale et la Nati capitalisent.

Quoi de plus logique de jouer ce dernier match de préparation à Lugano en hommage à Diego ?

Adieu toi, ça faisait une paie ! Oui, je sais, en France une paie ça paraît long, surtout pour un chômeur, mais ici c’est pas tant. On se retrouve après s’être enfilé une paëlla assez fade mais qui se digère facilement, tout le contraire de nos plats goûtu qui nous pèsent sur l’estomac si t’as le malheur d’oublier la gnôle après. En vrai on sait pas trop, en général on n’oublie pas la gnôle, mais c’est ce que nous disent les touristes. En parlant de touristes, la Nati accueille un car de Japonais qui a dû se perdre en cherchant Milan. Parce que oui, Lugano c’est la partie inutile italienne de la Suisse. La méprise est compréhensible, on parle italien pareil et si on peut les dépouiller d’une victoire, on le fera avec le sourire pareil. Reste à voir ce que nous a concocté Petkovic.


  • La Nati :

11 titulaire Nati Suisse - Japon

 

La défense est reconduite, il faut travailler les automatismes alors comptez sur nous pour vous régler ça comme une horloge. A peine le gardien change-t-il, on remplace notre numéro 1 par notre numéro 1 bis. Au milieu, la pépite Xhaka est de retour (cette métaphore aurifère montre à quel point nous tenons à lui). Devant, Embolo doit saisir la chance qui lui est donnée de rester en Suisse titulaire. Freuler c’est pour la touche patriote et Gavranovic, c’est pour voir si on a vraiment du banc. Shaqiri c’est parce qu’il est plus large que haut, on n’arrive pas à le sortir de la compo.


  • Le match :

Je veux pas faire des gôgnes, mais c’était assez poussif tout de même. Pour donner une idée, on marque deux buts sur nos deux tirs cadrés et y’a un pénalty (inexistant) dans le lot. La Nati peut aussi se satisfaire d’avoir gardée sa cage aussi inviolée que notre territoire lors des deux guerres mondiales, mais vu la faiblesse de l’opposition ce n’est quand même pas un exploit. Je veux dire, c’est comme la votation de ce w.e. sur la réforme de la création monétaire : le « non » au changement est aussi peu surprenant que cette victoire sans éclat contre les Japonais. Alors quoi ?

Alors on a pu constater que l’homogénéité des 23 est proportionnellement inverse à celle des idiomes officiels suisses, que notre défense est solide, que nos latéraux seront les clés offensives de l’équipe – bien plus que nos avants-centres en tout cas – et que la Nati termine ses matchs de préparation sans blessé, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. J’en profite pour dire que c’est bien fait pour ces animaux préhistoriques partouzeurs de droite de Polonais : c’est de la merde, mélanger comme ça tennis et ballon… C’est mieux de faire les choses dans l’ordre (coucou Roger, on t’aime).

Tout ça pour dire que la Suisse sera en 8e, reste à savoir si ça sera contre nos maîtres cousins germains ou les envahisseurs mexicains.


  • Les notes :

Bürki (4/5) :
Avoir deux gardiens de ce niveau, quel luxe ! Et ça, même quand on y est habitué, c’est toujours agréable.

Rodriguez (4/5) :
Après son but contre l’Espagne, il réitère. Futur meilleur buteur de la coupe du monde.

Akanji (3/5) (45 min) :
Il est sorti à la mi-temps pour ne pas trop le fatiguer avant le Brésil et tester Elvedi.

Schär (3/5) :
90 minutes sans se blesser donc à ce rythme, il pourra jouer les 120 minutes de la finale dans un mois.

Lichtsteiner (100/5) :
Et de 100 sélections qui font une légende. Y’en aura un peu plus, je vous les mettrai quand même.

Xhaka (3/5) :
La drogue transite par notre confédération pour être redistribuée aux voisins alentours comme les ballons avec Granit.

Behrami (3/5) :
Aussi régulier que le triple A de la Suisse par Moody’s.

Embolo (3/5) :
Ah ça, ils sont agiles ces gens là (les jeunes ailiers vifs).

Freuler (2/5) :
Trop neutre, même pour un Helvète.

Shaqiri (4/5) :
Un match en mode Big Shaq.

Gavranovic (3/5) :
Du mouvement et des opportunités pour quelques belles actions. Bon, c’est pas Wall Street non plus, hein.

Les remplaçants :

Elvedi (45 min) 3/5 :
Une mi-temps correcte. Contre le Japon.

Zuber (NN) :
Une fois Zuber, une fois tu gagnes.

Dzemaili (NN) :
J’ai comme un doute.

Seferovic (NN) :
A marqué, ce qui devrait assurer sa place contre le Brésil. Eh oui.

Moubandje (NN) :
A trouvé le temps de faire une passe décisive. Pour Seferovic en plus.

Drmic (NN) :
Parce qu’après tout, si on peut faire six changements, pourquoi s’en priver ?


Allez, Hopp Suisse et à r’voyure.

Sepp Déblatère et Zip

Evadé en Confédération Hélvétique pour fuir l'oppression fiscanale de mon pays d'origine, je me suis établi dans la campagne genevoise où je gère mon patrimoine sous couvert d'une association sportive dédiée au football. J'y ai rencontré Zip dessinateur engagé connu notamment pour des affiches au profit de l'UDC et le Partei National-Orientierter Schweiz qui l'ont rendu célèbre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.