ASSE – EA Guingamp (1-0) : la Forez Académie change ses habitudes

Cette fois, c’est en 1e mi-temps qu’il fallait regarder les Verts. La 2e mi-temps c’était un spécifique gardien pour Ruffier.

Le match résumé en 1 phrase : « J’ai des bleus aux fesses »

J’ai tellement claqué des miches en 2e mi-temps que j’avais décidé d’utiliser ce mouvement incontrôlé de la partie basse de mon corps pour battre des oeufs et me faire une omelette. Je vous ai glissé la photo un peu plus bas, un plat ma foi d’assez belle facture.

 

La compo :

Sur la lancée de la 2e mi-temps à Anderlecht, Galtier nous sort son 3-4-3 avec le retour de Perrin en défense centrale, la titularisation de M’Bengue à gauche (pourtant, le Téléthon c’était la semaine passée) et la paire Veretout-Pajot au milieu de terrain. Devant, Hamouma retrouve une place de titulaire suite à sa très bonne entrée contre les Belges, et Beric est toujours trop juste pour postuler devant, donc on reste avec le héros de jeudi.

 

Le mâche :

Pour une fois, les Verts ont très bien démarré leur mâche. Le 3-4-3 favorise les combinaisons sur les côtés, notamment à droite avec Malcuit et Tannane qui régalent dans de petits espaces. Intéressant de voir comment Tannane a volontairement laissé son couloir pour les courses de Malcuit, proposant systématiquement un point d’appui beaucoup plus axial. Pourtant, la 1e occasion est un coup-franc de Tannane qui laisse Johnsson de marbre, mais ça file au-dessus (7e). Côté guingampais, Jimmy Brianculédelyonnaisdemerde reprend un centre en retrait au point de penalty, à côté (9e). Deuxième frayeur avec Deaux lancé en profondeur mais qui vient buter sur Ruffier, 1er arrêt d’une longue série (15e). Les Verts font quand même bonne impression et confirment : Tannane lance Malcuit d’une petite aile de pigeon côté droit. Grand pont sur Sorbon, coup d’œil pour voir Hamouma complétement démarqué en retrait et caviar pour l’ailier stéphanois qui contrôle de la semelle et ajuste Johnsson du plat du pied (1-0, 24e). Les Verts sont bien dans le mâche et sont à 2 doigts de faire le break : sur une récupération dans sa moitié de terrain, Hamouma réalise un grand pont et remonte la balle plein axe. Appel de Veretout sur sa droite, il est servi et sa frappe croisée ne trouve que le poteau de Johnsson (30e). Dans la foulée, Brianculédelyonnaisdemerde essaiera bien de marquer, mais son pied aussi ouvert que son cul lors de son départ de Lyon ne lui permet pas de tromper Ruffier (34e).

En 2e mi-temps, les Verts vont en chier. Contrecoup du mâche de jeudi ou réveil guingampais ? Sans doute un peu des 2. Ça démarre fort avec Diallo qui fracasse la barre sur une tête plongeante (48e). Le milieu stéphanois fait passer le même Diallo pour Iniesta et sa frappe enroulée lèche la lucarne gauche de Ruffier (50e). 2 minutes plus tard, Deaux servi par Marçal sollicite les gants du gardien stéphanois, mais trop faible pour l’inquiéter vraiment (52e). Sainté ne s’en sort pas, et Marçal réalise un amorti de la poitrine à l’entrée de la surface, avant d’enchaîner avec une reprise du gauche. C’est légèrement dévié par Perrin, mais surtout claqué par la Ruff’ (62e). Le plus fou : débordement de Marçal, qui a bien mis la foire au côté droit stéphanois en 2e période, et centre en retrait vers Salibur qui bourrine à bout portant. Ruffier est sur la trajectoire et repousse presque sans broncher (77e). Salibur enverra encore quelques frappes tueuses de pigeon, mais ça sera tout : les Verts remportent la partie après avoir souffert comme jamais pendant 45 minutes.

Que retenir de ce mâche ? Une mi-temps seulement. La rencontre a été poussive, les Verts se sont fait extrêmement peur mais ils réalisent une très bonne opération. Dans la jeu, on a vu de beaux enchaînements, essentiellement du côté droit, avec la bonne entente entre Malcuit et Tannane. Hamouma a fait énormément de bien aussi, et s’il avait mieux négocié une balle vers Malcuit en fin de première mi-temps, les Verts auraient pu passer un mâche plus tranquille. Derrière, Ruffier a été stratosphérique, mais la défense a beaucoup trop souffert. On voit bien que dans ce système, si le milieu n’arrive pas à endiguer les vagues, et avec des latéraux très haut, la défense centrale est très vite exposée. Connaissant Galtier, on peut être sûr qu’on va revoir ce système dès mercredi face à Nancy et sans doute samedi face à Lorient. A voir si on tient quelque chose, sachant que la relative réussite offensive de ce système a reposé quand même sur l’hyperactivité de Malcuit. Sorti sur blessure, on ne sait pas s’il sera apte pour les prochaines rencontres, et la perspective d’évoluer avec KTC et M’Bengue sur les ailes me plonge dans la dépression.

Et encore, j’ai dû m’arrêter parce que j’avais plus d’œufs.

 

Le résumé du mâche : 

 

Les notes :

Ruffier (imbattable, 5/5) : de loin, de près, du gauche, du droit, il a tout arrêté. Sauf cette tête de Diallo qui sera stoppée par la barre. Encore une fois, sur les 3 points que les Verts ramènent, y’en a 2 qu’il est allé chercher tout seul.

Malcuit (dynamiteur, 4/5) : gros match de Kevin qui délivre une superbe passe décisive après un grand pont. Il a maltraité Sorbon et Marçal tout le match, et aucun des deux ne sera arrivé à l’arrêter. Sans cesse en mouvement, il a été le principal danger et pratiquement toutes les attaques sont passées de son côté. Sorti sur blessure, c’est sans doute la seule mauvaise nouvelle de la journée.

==> remplacé à la 81e par Polomat (non noté), qui s’est plus fait remarquer par sa coupe de cheveux que par son jeu.

Théophile-Catherine (pas convaincu, 2/5) : alors oui, il doit souvent défendre tout seul, Malcuit étant la plupart du temps aspiré devant. Après, la plupart des attaques sont venues de son côté, et s’il a réussi quelques retours défensifs, il a souvent été mis au supplice par la vitesse de Salibur ou Marçal.

Perrin (repos coupeur de jambes, 3/5) : il a bien dirigé sa défense dans l’ensemble même si sa glissade en 1e mi-temps aurait pu nous coûter cher (occasion de Brianculédelyonnaisdemerde à la 34e). Un petit match, où on s’aperçoit encore une fois que Perrin est meilleur quand il enchaîne les mâches, et qu’il a plus de mal à reprendre lorsqu’il est mis au repos (comme face à Anderlecht notamment).

Pogba (je ne le reconnais plus, 3/5) : il est tout simplement rassurant, on avait plus l’habitude avec lui. Défensivement très sûr, il s’est même permis quelques débordements, chose que n’a jamais su faire M’Bengue. Franchement, c’est une bonne surprise.

M’Bengue (quelle arnaque…, 0/5) : techniquement très limité, il explose aussi au moindre contact. Maillon faible de l’équipe, il est incapable d’apporter ne serait-ce qu’un point d’appui pour ressortir les ballons. La fausse bonne idée du joueur en fin de contrat.

Pajot (moyen, 3/5) : il a fait une bonne 1e mi-temps, n’hésitant jamais à aller au combat. Après, il a plongé comme toute l’équipe, n’arrivant jamais à remettre le pied sur le ballon pour empêcher les attaques guingampaises.

Veretout (moyen plus, 3/5) : comme Pajot, il a fait une bonne 1e mi-temps qu’il aurait pu embellir avec un but. Et comme Pajot, il a disparu après la pause, se faisant rouler dessus par Diallo notamment.

Hamouma (l’éternel retour, 4/5) : il nous fait encore espérer des jours meilleurs… jusqu’à sa prochaine blessure. Mais quand il est en pleine forme, il reste l’un des meilleurs joueurs de cet effectif.

==> remplacé à la 75e par Monnet-Paquet (non noté), qui a essayé mais qui a eu des problèmes.

Søderlund (il a changé, 3/5) : alors certes, il n’a pas planté de doublé comme jeudi, mais quelque chose a changé : on le voit aller au pressing. Alors que je le trouvais souvent peu concerné par cet aspect, Søderlund a décidé d’aller au charbon et de gratter les ballons lui-même. A noter que c’est son appel qui embarque la défense et laisse le champ libre à Hamouma sur le 1er but.  Sur la bonne voie.

==> remplacé à la 70e par Beric (non noté), le retour qui fait plaisir. Encore un peu juste physiquement, on va y aller mollo pour pas le péter trop vite.

Tannane (apaisé, 3/5) : il avait donné le ton avec ce coup-franc qui passe de peu au-dessus. Très remuant, il a pris pas mal de coup mais ne s’est jamais énervé. Il semble mieux dans sa tête et ça se ressent dans le jeu, comme il l’a prouvé avec cette belle remise pour Malcuit sur le but.

 

Les adversaires : ils méritaient de repartir au moins avec le nul. Sauf qu’ils sont tombés sur un os appelé Ruffier. Et ce match aurait pu tourner n’importe comment si Diallo (le non-joueur de foot par excellence) avait mis sa tête plongeante. Après, rien que pour avoir filé du boulot à Jimmy Brianculédelyonnaisdemerde, j’ai juste envie de dire bien fait pour eux.

  

La question minitel : la question est encore étonnée par Ruffier.

On a Ruffier, on a Stéphane Ruffier ! Gardien de but et policier ! Encore une fois, la Ruff’ nous sauve les miches, auteur d’une performance énorme. Quelle action remarquable vous retenez ?

Evidemment, c’est Ruffier qui arrive en tête de la question cette semaine. Un match de titan, il a écœuré à lui tout seul les 11 Guingampais qui sont venus se fracasser sur ses gants. Mâche après mâche, il confirme qu’il est un très grand gardien. Et j’ai de plus en plus peur qu’un club anglais pose 20 M€ pour l’arracher à Sainté. Derrière, ça se tient dans un mouchoir de poche : les optimistes devancent M’Bengue et Malcuit. A propos de ce bon Cheikh, je pense que je n’avais pas vu un joueur aussi mauvais depuis Ibrahima Sissoko. Complètement à la ramasse techniquement, c’est clairement le flop du recrutement estival. Et il a été signé jusqu’en 2019…

 

Roland Gromerdier

 

L’avis d’en face, je ne sais pas si on en aura un. Gwen Tagrenmer nous délaisse un peu en ce moment. Et en plus, comme il déteste Ruffier, il doit avoir encore un peu mal au fion. 

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.