Anderlecht-Manchester United (1-1) : La Raide et Vile Academy livre ses notes de coupe d’Europe.

Salut à tous !

Ce jeudi 13 avril, nos douces entraîneuses se lançaient corps et âmes vers la Belgique afin de perpétuer leur conquête de l’Europe d’en bas. Sur leur route, elles tombaient cette fois sur de sympathiques autochtones portant les couleurs (mauves) du Royal Sporting Club d’Anderlecht. On jouait les quarts de finale d’Europa League, et nos gagneuses se présentaient dans leurs plus beaux habits de soirée au Constant Vanden Stock (pourraient pas l’appeler Dentifrice qui Brille Arena, comme tout le monde ?).


LES DIABLESSES.

Retour à une équipe-type-top, à un Herrera et un De Gea près. Formation classique, mais la question demeure : reverra-t-on un jour ce fabuleux 4-3-3 avec Carrick en pointe basse ?


LE MATCH.

Nos demi-mondaines ont fait preuve d’une maîtrise technique et d’un esprit de conquête fort réjouissants. Bien au-dessus de leurs adversaires, et pas du tout impressionnées par le terrible contexte belge, les diablesses rouges ont attaqué en masse, de manière ordonnée, rigoureuse, avec application et entrain. Du côté de la défense, on a fait preuve d’une belle application aussi, en comptant sur le fait que notre milieu allait rapidement étouffer la construction des offensives adverses.

Seulement voilà. Ce Manchester-là a un réel problème de finition, et ce n’est pas seulement à cause de gardiens qui fabriquent des miracles face à Zlatan, ou de ces saligauds de poteaux qui se dressent sur notre route (17è). Même sur l’ouverture du score, il faut que Mkhitaryan suive bien le ballon, car la reprise de Rashford est trop sur le gardien pour pouvoir entrer directement (0-1, 36è). Bon, on aimerait vous y voir, aussi.

Et ce Manchester qui connaît de profonds défauts de finition, reste friable derrière, car il suffit d’une pointe de déconcentration, d’une course défensive pas effectuée, d’un petit retard à l’allumage pour que l’adversaire trouve le contre qui va bien, et marque d’une tête assassine sur un centre parfait (Dendoncker 1-1, 86è).

On peut donc repartir de Belgique avec la sensation d’un immense gâchis, puisque non content de saloper un excellent résultat, notre adversaire se félicite de son côté d’avoir égalisé sur son seul tir cadré du match. Cela ne nous empêche pas d’être confiants pour le match retour, mais on ne devrait pas nous y voir lâcher des colombes ou chanter à la gloire de cette équipe qui nous semble toujours empêtrée dans ses défauts.


LES NOTES.

Romero 3/5 Pas emmerdé du match, et pris en défaut sur la seule action vraiment dangereuse des Mauves. Il a beau ne pas y pouvoir grand chose, c’est le genre de statistique qui casse les pieds et le reste.

Valencia 4/5 Dans les faubourgs de Bruxelles, on a cru que le selon du tuning anderlechtien avait été avancé cette année, mais non : c’était juste notre Antonio qui remontait son couloir.

Bailly 4/5 Toujours aussi impressionnant. L’image de gros bourrin qu’il donnait en début de saison a été parfaitement effacée par sa pugnacité au marquage. Ses dégagements acrobatiques sont autant de bonbons distribués aux amateurs de beaux gestes défensifs.

Rojo 3/5 Moins spectaculaire que son acolyte, il a néanmoins été très efficace, et un peu plus soigneux à la relance que d’habitude (qui a encore dit « facile avec Carrick » ?).

Darmian 3/5 Visiblement, il avait les crocs. Le violent turn-over du Mou sur le côté gauche de la défense ne semble pas avoir entamé sa combativité, et on l’a même vu monter et adresser quelques centres, dont un bien dangereux qui aurait d’ailleurs du finir en but.

Carrick 4/5 Dans ce genre d’ambiance européenne, quand le niveau s’élève sensiblement, que la maîtrise est importante et que l’intelligence doit supplanter l’improvisation, il répond toujours présent.

Pogba 3/5 Oui, on peut le dire, Pogba a produit un bon match. Pas seulement parce qu’il est à l’origine du but de Mkhitaryan, ou est tellement fort balle au pied qu’il semble quasiment impossible à tout être humain normalement constitué de lui prendre le ballon, mais aussi et surtout parce qu’il a réduit Tielemans à un rôle de spectateur de manière prodigieuse.

Mkhitaryan 3/5 Malgré son but, on ne l’a pas senti très en jambe. Mourinho a tardé à le sortir, alors qu’il ne mettait plus un pied devant l’autre depuis la 60è. Remplacé par Fosu Mensah.

Lingard 3/5 Rarement impliqué dans son placement, et toujours à chercher la solution individuelle dans l’axe comme un petit fifou, mais que sa vitesse et son entrain font du bien. Remplacé par Martial.

Rashford 4/5 Sa vitesse prodigieuse laisse des traînées de flippe derrière lui : c’est celle des défenseurs qui le voient débarouler balle au pied et enchaîner les passements de jambe, se font déborder et tentent ensuite désespérément de le rattraper. Plutôt bien impliqué dans le replacement défensif, et ça on aime, presque autant que le Mou. Remplacé par Fellaini.

Ibrahimovic 3/5 Très disponible, il n’a pas rechigné à jouer assez bas pour aller chercher les ballons, se sachant bien entouré. S’il n’avait pas cette qualité de finition, il ferait un excellent 10 à l’ancienne.

SUBS.

Martial NN Son envie de bien faire est manifeste, mais autant être honnête : encore une fois, il a à peu près tout raté.

Fellaini NN Dites donc, monsieur, pourquoi stoppez vous votre course pour laisser partir ce jeune Belge vers le but ? Hein ? Vous n’entrez pas seulement pour donner des coups et remonter des ballons, monsieur.

Fosu Mensah NN A réussi l’exploit de prendre un carton en 2 minutes de jeu, et ne doit à la seule indulgence de l’arbitre que celui-ci n’ait pas été rouge. L’avenir du club, straight outta Carrington.

Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

3 commentaires

  1. Où est donc L’ Infernal Wayne Rooney ? Lui qui fabrique des miracles fût-ce à Z.latan™. En cour Martial ? ce qui vous oblige à jouer avec vos 2 crevettes et la grande Cigogne en attaqye.

    Vous êtes l’avenir Mr Carlton.
    Straith très bien.D

    • L’infernal Wayne est en convalescence, mais il ne devrait pas tarder à faire son retour. On se demande bien si c’est une bonne nouvelle, en revanche. On espère. Vous espérez avec nous, JPR ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.