ASSE – DFCO (3-0) : la Forez Académie passera de bonnes fêtes

Le dernier mâche à domicile avait vu les Verts coller un petit 3-0 à Nantes. Le même tarif a été appliqué à Dijon.

Le match résumé en 1 phrase : « 2018, l’année du Gasset »

Dans le calendrier stéphanois, l’année 2017 avait été bien pourrie. Le tandem des GG (pas les Grandes Gueules non, Galtier-Garcia) nous avait plongé au 42e sous-sol, Sablé ayant juste hérité d’une situation beaucoup trop compliquée à gérer pour un débutant. Et puis Jean-Louis a repris les rênes, épaulé par son fidèle Ghislain. Et depuis, les Verts ont retrouvé de l’allant, du talent et le sourire. Alors comme il fallait que cette année soit réussie jusqu’au bout, les Verts ont collé une petite gifle à des Dijonnais bien tendres, et déposent au pied du sapin 30 points, une 5e place et quelques espoirs pour la suite.


La compo :

Retours de suspensions pour Cabella et Khazri, ça va faire du bien à l’attaque. Du coup, Jean-Louis reprend les bonnes vieilles habitudes et cale son 4-2-3-1 des familles. Polomat toujours titulaire à gauche, Saliba toujours aligné arrière droit. On notera la présence sur la feuille de mâche de 8 joueurs formés au club dont 3 titulaires. C’est un peu par la force des choses (défense décimée par les blessures), mais Gasset avait aussi dit qu’il voulait un groupe restreint pour pouvoir intégrer les jeunes au fur et à mesure. On y est, donc.


Le mâche :

Les Verts ont attaqué le mâche par le bon bout, avec deux grosses occasions d’entrée (12e, 13e), avant d’en concéder une belle dans la foulée (14e). Puis Diony a croqué (16e). Puis Khazri a marqué, mais il était hors-jeu (25e). Puis Monnet-Paquet a lui aussi planté, mais Khazri était encore hors-jeu sur la 1e frappe, mais en fait non parce que le VAR a pour une fois intercédé entre faveur (1-0, 42e). Sur ce but, il faut saluer la balle parfaite de M’Vila et la déviation tout en toucher de Khazri pour forcer Allain à une parade difficile que KMP viendra convertir en but juste derrière. On est bien, on est à la mi-temps et les Verts dominent et mènent au score.

La seconde période validera la première, avec Sainté qui veut enfoncer le clou dès l’entame. Cabella frôle la lucarne sur une belle remise de Diony en talonnade (46e). Selnæs ne marquera pas encore ce soir (frappe de loin, 54e), mais Khazri, oui. Sur un énième bonbon de M’Vila en profondeur, KMP contrôle et pousse un peu loin sa balle : il laisse le soin à Khazri d’envoyer une sacoche à l’entrée de la surface pour assommer Allain (64e, 2-0). Polomat, en confiance, envoie une lourde qu’Allain détourne (70e), mais le gardien ne pourra rien face à Beric dans sa zone de confort : seul, pas loin des 6 m. Sur un très bon coup-franc de Selnæs, le Slovène convertit l’offrande d’un coup de tête bien placé (82e, 3-0). La messe est dite, et Balmont pourra pleurer toute la merde qui sort de son petit corps de gnome à dents de vampire, il va repartir avec le cul rouge comme le maillot qu’il portait ce soir.

Cette victoire est évidemment une très bonne chose. Au niveau comptable puisque les Verts atteignent les 30 points, et se retrouvent 5e à seulement 2 points de la 3e place. Au niveau de la confiance parce que finir l’année sur une bonne note permet de partir en vacances sereins, ce qui n’avait pas trop été le cas la saison passée. Enfin, au niveau du public, parce que les Verts restent encore invaincus à la maison, et signent leur 7e victoire (sur 8 au total) en 9 mâches disputés à la maison (2e équipe derrière l’intouchable PSG). Khazri est en tout cas une formidable raison d’être heureux de voir les Verts jouer cette saison, et si j’avais émis des doutes sur les montants investis sur ce joueur à l’intersaison, je suis très content de m’être vautré : si la Direction avait investi la majorité de son enveloppe transfert aussi intelligemment que sur Wahbi, alors on serait sans doute déjà champions d’Europe. Gros coup de chapeau à Gasset et l’ensemble de son staff pour avoir remis sur pied un club moribond : l’appétit vient en mangeant, maintenant on va vouloir commencer à entendre parler d’Europe en fin de saison. Bonnes Fêtes aux Verts, et à vous aussi, lecteurs de la Forez : on se retrouve en 2019, avec peut-être un bilan à mi-saison.


Les Green Angels restent les rois de la punchline.

Le résumé du mâche :


Les notes :

Ruffier (la bulle de Noël, 3/5) :

Une clean sheet pour bien finir l’année et partir en vacances l’esprit tranquille. Il n’a eu qu’une sortie à faire dans les pieds de Jeannot, mais il l’a fait. La cuvée 2018 a connu des hauts et des bas, mais je sens que la cuvée 2019 n’aura pas un goût de banane cette année.


Saliba (engrange, 3/5) :

Mine de rien, c’est déjà son 6e mâche au jeune, dont 4 en tant que titulaire. Certes, il a souvent joué arrière droit, jamais vraiment défenseur central (sauf dans une défense à 3), mais il tient le poste et c’est plutôt cool. Une fâcheuse tendance à vouloir repiquer dans l’axe et donc laisser son couloir vide quand même.


Perrin (couci-couça, 3/5) :

Disons que son sauvetage en 1e mi-temps est énorme, sa perte de balle en 2e qui amène le combo faute + carton jaune pour Kolo + coup-franc à 20 m pour Dijon beaucoup moins. Il semble quand même mieux dans ses pompes qu’avant sa blessure, sans doute rassuré par son compère de charnière.


Kolodziejczak (installé, 3/5) :

C’est à ce poste qu’il doit jouer, vraiment. On le sent beaucoup plus à l’aise et confiant que quand il est collé à son aile gauche. Si Sainté a réussi à maintenir le cap malgré les blessures, il y est pour beaucoup.


Polomat (doucemeuent, b’let, 2/5) :

Il prend un jaune logique, il aurait pu en manger un autre peu de temps après. Polo s’engage beaucoup dans les duels, parfois trop et ça lui a déjà joué des tours (y compris avec ses propres coéquipiers). En attendant, il est fidèle au poste.

==> remplacé à la 73e par Nordin (non noté), et changement de système dans la foulée avec un 3-4-1-2, Arnaud dans le rôle du milieu gauche. Peu en vue, mais on sent qu’il a envie. Faut juste arriver à concrétiser maintenant.


Selnæs (petit canaillou, 4/5) :

Le carton jaune qu’il prend se justifiait déjà rien que parce qu’il a emplâtré cette merde de Balmont. Quand en plus tu comprends qu’il sera suspendu pour la Coupe de France, tu te dis qu’Ole est un sacré filou. Pour le reste, 5e passe décisive de la saison, il semble enfin prendre la place qu’il lui était promise depuis son arrivée : celle du meneur reculé.


M’Vila (masterclass, 4/5) :

Si un jour, quelqu’un a la bonne idée de monter un résumé vidéo sur la performance de M’Vila samedi, je serai le premier à en faire la pub. Une qualité de transversale hallucinante, avec quasiment aucun déchet. Il finit l’année en boulet de canon, on espère juste que les Fêtes vont pas trop le lester au niveau des hanches.


Cabella (en jambes, 3/5) :

Il a pris énormément de coups, il a aussi bien orienté le jeu, aurait pu marquer à 2 reprises, et donner aussi 1 passe décisive. Avec un boulot de repli pas vilain du tout. Rémy avait faim de ballons, mais il n’a pas cherché à trop en faire. Bon mâche.


Monnet-Paquet (et bien, oui, 4/5) :

Oui, n’ayons pas peur des mots : KMP a fait un bon mâche. Je l’ai trouvé très bon dans ses prises de balles, et son but plein d’opportunisme vient récompenser une partie très complète. Il a parfaitement joué son rôle de milieu offensif, tout en épaulant le jeune Saliba quand celui-ci avait trop tendance à revenir dans l’axe.


Khazri (ça Khazrigole, 4/5) :

Il marque un but refusé logiquement, se trouve dans le coup du 1er but, marque le 2e et se contente de fêter le 3e. Wahbi est la meilleure recrue offensive stéphanoise depuis au moins 6 ans, et l’avènement d’Aubame. Il était fait pour porter ce maillot, et je me régale à le voir jouer.

==> remplacé à la 84e par Diousse (non noté), trop peu pour être vu, mais de l’envie dans ses prises de balle.


Diony (Toro piscine, 2/5) :

Samedi soir, Loïs avait plus l’air de la vachette d’Intervilles que du gros bestiau qui va encorner le torero. Une occase croquée sur une offrande de Cabella, on retiendra quand même sa belle talonnade en pleine course pour le même Cabella. Il se bat quand même plus que la saison passée, mais ça reste trop juste sur la durée d’une saison.

==> remplacé à la 67e par Beric (non noté), qui marque une nouvelle fois après être entré en jeu. Une joie modérée pour celui qui va sûrement nous quitter en fin de saison, et peut-être même dès janvier si un club veut racheter ses 6 derniers mois de contrat. J’aime beaucoup l’homme, mais le buteur est sans doute un peu trop tendre : s’il faut attendre de tomber face à des défenses aussi friables que Nantes ou Dijon pour le voir marquer, c’est sans doute là aussi trop juste pour viser plus haut.


La question minitel :

Une victoire somme toute logique, mais qui aurait pu même être plus sévère. La bûche, ce sont les Dijonnais qui l’ont pris dans la tronche. Mais on en retient quoi de ce mâche ?


La vague M’Vila emporte tout sur son passage, ses transversales destructrices annoncent de biens beaux jours à Sainté. Quel jouôr ! On se foutait de la gueule d’Antonetti quand il parlait des passes « Ligue des Champions » de Yann : une fois encore, il avait raison à son sujet. Au coude à coude, KMP et Balmont. L’un parce qu’il nous a livré l’un de ses meilleurs mâches de l’année, complet des 2 côtés du terrain. Du coup, il est attaquant ou défenseur ? La chanson de la Divette n’a toujours pas tranché. De l’autre, ce gnome de Balmont, 1m45 de haine et d’agressivité pour un joueur déjà cramé depuis trop longtemps. Encore un qui va finir à l’Impact de Montreal avec la maison de retraite lyonnaise. On pense aussi à Mme Amalfitano qui n’a pas dû être à la fête samedi soir avec son mari : défaite 3-0 et 2 ballons reçus dans les noix, la libido a porté un brassard noir cette nuit-là.


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !


Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.


N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).


Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.


Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.


Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Un commentaire

  1. Très belle dédicace au gnome Balmont, la pleureuse devant l’Eternel ! ALV ! et à l’année prochaine Roland ! à ta santé mon b’let !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.