ASSE – FCG Bordeaux (2-2) : la Forez Académie fait avec

4 points sur 15 possibles à domicile. Au moins, le problème de la fin de saison à enjeux est réglé.

Le match résumé en 1 phrase : « Cette fois, c’est fini »

Voilà, la boulangère de l’Etrat va enfin pouvoir lâcher Galette à propos de la Coupe d’Europe : avec ce mâche nul, les Verts viennent sans doute de dire adieu à une qualification européenne, même si mathématiquement, ça reste possible. Les 2 prochains mâches contre Paris puis Monaco pourraient par contre avoir une incidence sur le titre. Non, je déconne, on va prendre 2 toutounes avant d’aller envoyer Nancy en Ligue 2 parce que Pablo Correa ne mérite que ça (ceci est un appeau à Marcel Picon pour voir s’il lit mes académies).

 

La compo :

Maïga, malgré sa performance plus que moyenne contre Guingamp, est de nouveau titularisé au poste d’arrière gauche. Polomat et Lacroix, je crois que Galtier vous fait passer un message. En fait, c’est la même équipe que samedi dernier, sauf que Monnet-Paquet prend la place de Corgnet à l’aile gauche. Rien de particulier à signaler, à part peut-être que le coach semble enfin avoir compris que Saivet était une arnaque. Le problème c’est qu’il a démarré 90% des mâches jusque là, ça fait un peu long pour la prise de conscience.

 

Le mâche :

Alors, c’est bien simple, on va oublier les 30 premières minutes. Entre les passes ratées, les centres trop mous, les frappes qui tuent les pigeons, on a passé plus de temps à râler qu’à applaudir. Le seul frisson qu’on a eu c’est quand Perrin s’est tenu le bras après un choc avec Laborde et qu’il est sorti du terrain (3e). Le même Laborde qui posera une grosse semelle sur Perrin pour essayer de finir le travail, mais le cap’tain est solide (12e). Ounas met la foire à Maïga, on sent qu’il va passer une sale soirée. Pourtant, ce sont les Verts qui ont la 1e grosse occasion avec Hamouma sur un centre très fort de Maïga qu’il aura parfaitement contrôlé grâce à la glu posée sur sa chaussure. Bon, sur la frappe qui suit par contre, on est plus proche de La Chèvre que d’American Sniper. Bon, et l’arbitre dans tout ça ? Il va bien, merci pour lui. Maïga réussit son seul geste de la mi-temps en taclant proprement Lewczuk dans la surface. Mais le Polonais, en plus de voler le travail des plombiers français, est truqueur, et se laissant tomber comme une merde, il abuse par la même occasion ce bon M. Schneider qui siffle penalty. Ounas transforme en prenant Ruffier à contre-pied (0-1, 42e). On a même pas eu le temps de finir d’insulter l’arbitre que Sainté revient dans le mâche : touche de Maïga côté gauche pour Monnet-Paquet qui trouve Hamouma à l’entrée de la surface. Sans contrôle, il dévie la balle d’une subtile talonnade pour Beric qui fusille Carasso de près (1-1, 44e). C’est bon ça !

La 2e mi-temps démarre mal pour les Verts. Maïga a visiblement laissé son marquage au vestiaire et du coup Ounas est dans un fauteuil pour centrer. Plasil dévie du dos avec une chatte aussi énorme que celle de Deschamps, et Laborde tranquille au 2e poteau n’a plus qu’à pousser la balle dans le but, sans opposition ou presque (1-2, 48e). Sainté décide alors de s’énerver. 1e banderille avec Monnet-Paquet servi en retrait par Malcuit dont la frappe puissante est claquée par Carasso sur sa barre (50e). Puis Beric sollicitera Carasso sur une frappe que le gardien sort du pied (54e). Des nouvelles de M. Schneider ? Ben visiblement, il n’avait pas enlevé les peaux de saucisson qu’il avait devant les yeux puisque Pallois a pu ratisser la moitié de la surface de réparation dans laquelle Monnet-Paquet avait l’outrecuidance de se trouver. Fauché comme un académicien d’Hors-Jeu à la fin du mois, Schneider ne bronche pas et Pallois avec sa gueule de Voldemort peut s’en aller tranquillement (60e). Sainté ne baisse pas les bras, et sur un corner de Veretout remisé par Théophile-Catherine, Pajot surgit et reprend de volée. Carasso détourne sur Sabaly posté au poteau, qui dégage. Mais la balle était bien rentrée, validée par la goal line technology (2-2, 65e). Les Verts pousseront pour marquer (Hamouma 76e, Beric 79e et 90e+3), s’exposeront aussi aux contres bordelais (Kamano 80e), mais plus rien ne sera marqué. Seul fait marquant : l’expulsion de Voldemort pour un tacle de débile dans les arrêts de jeu. La dernière fois que j’ai vu un truc aussi con, c’est un mec qui se foutait un pétard-fusée dans le cul pour impressionner ses potes.

Sainté peut avoir des regrets sur ce mâche. S’ils n’ont pas convaincu en 1e mi-temps, ils se sont bien réveillés ensuite, et auraient dû obtenir un penalty évident. Maintenant, on va juste se dire que ça n’aurait pas changé grand chose : les sardines sont 5 points devant (au soir du mâche), et il sera difficile de les rattraper avec le calendrier qui nous attend. Donc voilà, c’est fini pour l’Europe : après 4 saisons à jouer l’Europa League, les Verts regarderont les mâches du jeudi avec les joueurs de Raon-l’Etape la saison prochaine. Galtier qui va quitter le club (même s’il ne l’a pas encore confirmé de vive voix), et c’est une page de l’histoire de l’ASSE qui se tourne. On va voir comment va être abordé ce virage, mais j’en ai les fesses qui font bravo. Bref, il reste encore 3 mâches, c’est long une fin de saison sans intérêt.

Dans la tête de Nicolas Pallois.

 

Le résumé du mâche :


Les buts ASSE 2-2 Bordeaux (05/05/2017) – Le… par skizofreno

 

Les notes : 

Ruffier (ben…, 3/5) : ben écoutez, je vais pas dire grand chose sur lui parce que je ne me rappelle pas trop de son mâche. Il en a pris 2, il a arrêté au moins 1. Du coup, c’est la moyenne.

Malcuit (temps partiel, 3/5) : il a mis 45 minutes à sortir de la sieste qu’il faisait sur son côté droit. Contento va faire des cauchemars dans lequel il se fait bouffer par un mouton blond.

Théophile-Catherine (M.I.A., 2/5) : il a disparu sur le 2e but, sans doute aspiré par le vent que ses relances trainent derrière elles avant d’aller s’écraser en tribunes.

Perrin (la cible, 3/5) : Laborde a bien essayé de nous casser Loïc car il a vite compris que sa tâche serait plus simple sans lui pour marquer. Peine perdue, le Stéphanois est solide, heureusement pour nous.

Maïga (erreur de casting, 1/5) : Galtier s’entête à le faire jouer à ce poste alors qu’il y est aussi à l’aise que Nicolas Pallois dans une bibliothèque. Faut arrêter avec ça maintenant coach, il ne reste que 3 mâches.

Selnæs (plaque statique, 2/5) : il a touché beaucoup de ballons mais il en a aussi beaucoup perdu. Impression mitigée donc, comme quand on fait un barbecue sous la pluie.

Veretout (il en fout de partout, 2/5) je sais pas ce qu’il avait, mais chaque ballon qui lui passait dans les pieds finissait partout sauf là où il voulait l’envoyer. Un peu comme essayer de viser le trou de la cuvette des chiottes quand ta pisse part en double jet.

==> remplacé à la 85e par Saivet (non noté), pour qu’il puisse serrer la main de ses ex-partenaires avant de rentrer en Angleterre.

Pajot (un peu tard, 3/5) : le mec s’est découvert une nouvelle passion, marquer des buts. Ce qui est con, c’est que ça arrive quand ça ne sert plus à grand chose. Bon par contre, 56% de passes réussies, même en cécifoot on fait mieux.

Hamouma (leçon tardive, 3/5) : c’est marrant, mais quand il joue en 1e intention sans tenter de forcer le passage avec des dribbles ou des touches de balle inutiles, ben ça le fait. A 30 ans, est-ce qu’il aurait enfin compris le sens du mot « efficacité » ?

Beric (ça change tout, 3/5) : Robison a trouvé son Vendredi. Un but d’attaquant, impliqué directement ou indirectement sur plusieurs occasions, quand son physique suit, Beric est tout de suite plus dangereux. Allez, on y croit.

Monnet-Paquet (back to the past, 2/5) : le retour du KMP fantomatique des saisons précédentes. Aucun impact, aucune occasion, même en permutant avec Hamouma. Non rien de rien, je le regrette bien.

==> remplacé à la 78e par Nordin (non noté) qui aura croisé la route du génie Pallois sans trop de gravité heureusement.

 

Les adversaires : bon, Bordeaux fait une bonne saison mais quand je vois ce qu’ils ont proposé ce vendredi, ça me fait vraiment marrer d’entendre les critiques sur les Verts. Vivement qu’ils jouent aussi le jeudi pour mesurer la faiblesse abyssale de leur défense, et un milieu plus que vieillissant (sans déconner, Plasil et Toulalan…). Devant par contre, Laborde est plutôt intéressant même si Malcom a été transparent. Ounas lui a pas trop été emmerdé par Maïga.

 

La question minitel : la question reste de marbre.

Alors que je m’attendais à une purge, on a vu finalement un mâche vivant, et les Verts ont marqué 2 fois. Quel exploit ! Mais quelle autre performance peut-on retenir ?

 

Très large victoire de la LFP, qui écrase ce vote. Faut dire que les mecs nous font des campagnes de pub à base de « respectez tout le monde », mais visiblement ça ne concerne que les vivants. Belle image que de voir ces tribunes solidaires de la tragédie qui s’est jouée il y a maintenant 25 ans. 2e place pour le nouveau chouchou de la Forez : Pallois, et son cerveau de moule. Tout le monde se fout de la gueule de CRS de Ruffier, mais faudrait aussi se pencher sur celle Pallois qui a bien la tronche du mec qui aurait loupé les concours. Juste derrière, Hamouma qui a mis 20 ans à comprendre que le foot pouvait aussi se jouer sans tricoter comme un joueur de city stade, ou aller tout droit comme dans PES. Dernière place pour Maïga, le joueur reconverti arrière gauche faute de concurrence crédible. Après Tabanou, Galtier tente de nouveau le coup, sauf qu’il n’aura sans doute pas le temps d’insister avec cette solution.

 

Roland Gromerdier

 

L’avis d’en face, c’est la Scapulaire Académie et Kiki Musampala qui vous le livrera peut-être.  A voir s’il a décuvé de son week-end de 3 jours.

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

8 commentaires

      • Vous souffrez un grand trouble de la persécution, Gromerdier. Est-ce parce que Denis Balbir est supporter de votre club, ou parce que ce dernier n’a plus rien gagné depuis votre naissance (ou presque) ?

        • Combien déjà au derby contre Metz justement ? Balbir en a parlé ? Je n’ai pas suivi, désolé, je demande…

          Sinon, quand sa légende vivante des medias se prénomme Olivier Rouyer, je crois qu’on est pas autorisé à se moquer sur ce sujet là.

          Je ne crois pas en Pablo Correa.

  1. « une chatte aussi énorme que celle de Deschamps »)
    Le dernier qui eut employé cette formule était le sus-sergent Krarimes Brenzema®, dans sa vidéo Prériscop avec l’âmiral Matt Valbuhénni. La suite ? Tombés, comme des Dominos.

    Moi aussi, je vise la Coupe du Monde 2018. Faisons attention aux gaffes les copaing. <3

  2. @rorog Alors du coup c’est quoi son nom, si son prénom c’est Olivier-Rouyer ?

    Et le foot c’est pas gagner des derbies et s’écrouler ensuite face à des nazebroques pour se planquer de l’Europe, hein.

    Vous êtes un petit calomniateur, et je m’en vais vous suspendre à un croc de boucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.