Le Havre – Nantes (0-1): la Canaris Académie souffle un grand coup

0

Petit Toumaï a été récompensé de son investissement dominical.

Salut les P’tits Beurres,

Le match à la mort: finalement, on ne va peut-être pas descendre. Petit Toumaï n’y croyait pas, pour être honnête, à cette victoire cruciale en terre normande. Battre un concurrent direct à la dernière minute d’un match que tu mérites plus ou moins de perdre, c’est à la fois repousser la zone de barrage à une distance plus respirable et taper sur le moral des adversaires en question. Cela faisait longtemps que Petit Toumaï n’avait pas autant vibré devant une victoire nantaise. Il a même bondi de son canapé lors du seul but du match, calmé qu’il a été par Madame Petit Toumaï qui lui a dit que ce serait de sympa de laisser faire sa sieste à mini Petit Toumaï et qu’on venait quand même de se taper un match bien pourri de bas de classement. Ce qui n’était pas faux, il faut bien en convenir.

Les actus chaudes: pas nombreuses depuis la défaite logique de dimanche contre les lyonnais du boucher Lacazette. On se concentre pour le lutte pour le maintien, on s’entraîne et surtout on fait profil bas en attendant les match couperets. Mode commando Kambouaré activé, on passe direct aux choses sérieuses.

Le groupe canari: Tonton reconduit un 4-2-3-1 qui a plutôt fait ses preuves sur les 2 matchs effectués depuis son aller-retour. Parce que c’est la grosse galère et qu’il faut sauver la maison jaune, les tauliers sont de retour. En charnière, Pallois revient pour remplacer un Zézé fébrile et un Cömert nul à chier suspendu. Le fougueux Moutoussamy se voit récompensé par une titularisation et remplace un Douglas Augusto en perte de grinta, Petit Toumaï l’avait annoncé. Le schéma offensif est maintenu avec un Sissoko plutôt à l’aise en position de milieu offensif axial et un Abline en facteur X. Cette dernière phrase est aussi improbable à lire qu’à écrire.

La composition nantaise: 

Lafont,

Amian , Castelletto, Pallois, Duverne

Moutoussamy, Chirivella

Mollet, Sissoko, Abline

 Mohamed

Le match :

Le 0-0 poussif du match aller et le contexte du maintien ont offert ce que l’on craignait : une première période médiocre, rythmée par le déchet technique et plombée par le manque d’initiative des Havrais. La première alerte vient d’Abline dont la balle piquée vient s’échouer à quelques centimètres du but. Ça a le mérite de réveiller les normands avec un slalom d’André Ayew, 45 ans, pas loin d’enterrer les Nantais. C’est le moment que choisit la mascotte Pallois pour sauver la saison nantaise, tout simplement : un sauvetage sur la ligne qui sera suivi par un contre énorme sur le tir de Bayo, à 1 mètre du but vide et à 2 minutes de la fin du match. Ça équivaut carrément à un but ce moment clé de la saison nantaise qu’il ne faudra pas oublier. Dans la foulée, c’est Douglas Augusto qui manque d’un rien l’ouverture du score à la 90e, avant que Kader Bamba, après un double arrachage de joueurs havrais de Sissoko, ne décide de partir tout seul à l’abordage pour aller placer une belle frappe dans le petit filet des buts havrais (0-1, 90e+3). A partir du moment où Bamba marque ce but alors qu’il ne cadre jamais explique autant le soulagement généralisé et la joie extatique des joueurs à la fin de ce match. Qu’est ce qu’elle est importante cette victoire, nom d’un petit canari.

Les notes :

Lafont (2/5) : concentré tout le match, il a failli tout foutre en l’air quand il est sorti aux pâquerettes et a gaiement offert une balle de but aux havrais. C’était à la fois rigolo et très énervant.

Amian (2/5) : discret offensivement, il s’est contenté de bien défendre sur son côté droit. A la mérite de s’être bien intégré dans l’équipe. Ouais, Petit Toumaï est vraiment en difficulté pour situer le niveau du bonhomme.

Castelletto (3/5) : sacrément soulagé quand il a un vrai défenseur de métier à côté de lui pour former la charnière. Un match de costaud, un de plus.

Pallois (5/5) :  a presque assuré la maintien à lui tout seul, avec ce sauvetage de fou. Un short relevé, une bonne lecture du jeu, des dégagements sans prise de risque et un charisme à faire peur aux adversaires. Le FC Nantes ne descendra pas tant que la mascotte sera sur le terrain, c’est un fait.

Duverne (1/5) : C’est dur quand même. Petit Toumaï voit bien qu’il fait ce qu’il peut, le dreadeux droitier qui joue à gauche. Au moins, c’est distrayant de le voir jouer et d’envoyer son ballon n’importe où dans l’herbe, on dirait mini Petit Toumaï qui joue dans le parc.

Chirivella (3/5) : a retrouvé ses tacles agressifs et son orientation du jeu. Décisif sur le but nantais. Sa joie cathartique sur le but a fait vibrer le petit cœur de Petit Toumaï.

Moutouassamy (3/5) : ce qu’on attendait du grand touffu : une grosse intensité physique un peu polluée par des approximations. Doit être titulaire tous les jours pour incarner la révolte nantaise. Remplacé par Douglas Augusto à la  79e, pas loin d’ouvrir le score et auteur d’une bonne entrée, piqué qu’il a été de rester sur le banc au début du match.

Mollet (2/5) : de l’énergie et quelques frappes bien senties mais il s’est montré trop discret, trop neutre sur ce match. Remplacé par Bamba à la  79e, qui a choisi le timing idéal pour marquer son joli but annuel. Petit Toumaï le remercie mais est terriblement frustré quand il voit ce que pourrait apporter ce joueur s’il était régulier.

Sissoko (4/5) : incroyable le niveau retrouvé de la marmule nantaise. Impactant dans les duels, plutôt précis dans ses passes, il s’éclate dans ce rôle de milieu relayeur axial où il peut naviguer entre le  milieu et l’attaque. +1 pour les deux joueurs arrachés sur la récupération précédent le but nantais. Petit Toumaï a kiffé.

Abline (3/5) : en confiance, il s’est procuré les 2 premières grosses occasions nantaises. Petit Toumaï attend maintenant un but contre les Rennais pour répondre aux abrutis rennais qui l’ont défoncé et insulté toute sa famille lors du match aller. Remplacé par Coco à la 90e spectateur privilégié sur le but donc.

Mohamed (1/5) : fantomatique sur le front de l’attaque pendant tout le match. Ça doit être dur de se faire voler la vedette par un gamin de 20 ans qui a une coiffure peroxydée. Remplacé par B.Traoré à la  66e. Encore une fois peu impactant sur son entrée en jeu.

Le course au maintien: 14eme avec 31 points. On repasse devant les havrais et on les met à 3 points. Lorient, qui n’a pas joué ce we, et Metz, qui s’est repositionné, sont à 5 points. En vrai, il faut encore 2 victoires pour être sûr de se maintenir, vu qu’il y a des confrontations directes qui arrivent. Mais Petit Toumaï a souffert jusqu’à la dernière minute du dernier match de la dernière saison donc il reste concentré, solide sur ses appuis et il attend que ça se passe bien sur les derniers matchs à venir.

Le prochain match : réception du voisin rennais en pleine déliquescence samedi prochain à 17h. ça sent la grosse opportunité pour enfin taper le voisin breton. Petit Toumaï va courir un 10 kms juste après le match donc il aura de bonnes vibes pour tracer sa route. Son chemin. Il en profites pour passer le message à son voisin.

 Bonne semaine, les P’tits Beurres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.