Bordeaux – Nantes (0-3) : la Canaris Académie livre ses notes

2

Mais où s’arrêteront-ils ?

Salut les p’tits beurres.

Et de deux ! Après les Rennais et leur tifo magique, ce sont les Bordelais et leur lama bourré qui se sont fait marcher dessus lors du derby face à Nantes, sur le pré comme en tribunes. Au passage, même si elle doit faire rigoler les mecs de Dortmund, la Yellow Army ligérienne est pour l’instant leader en terme d’affluence dans les parcages visiteurs en L1. Big up donc.

Pourtant, ce ne fut pas de tout repos, notamment en première période où les Scapulaires mirent une grosse pression sur le cages de Riou à partir du quart d’heure de jeu. Auparavant, l’entame avait plutôt été nantaise, avec quelques bons ballons notamment à gauche avec Bessat. La suite est connue : une domination bordelaise, quelques errements défensifs canaris et le début du Diabaté’s show à Chaban-Delmas. Les Girondins ne concrétisent pas leurs temps forts, Nantes ressort petit à petit de son camp et ouvre le score juste avant la pause. Un coup de bambou dans le cul des pandas bordelais, qui ne referont jamais vraiment surface en seconde mi-temps. Au contraire, les Nantais vont assommer leurs adversaires grâce à deux buts coup sur coup : un coup de pied arrêté en compagnie des fantômes des défenseurs girondins, puis un mouvement d’école où Mariano, Henrique, Orban et Planus vont tour à tour être enrhumés par les déplacements nantais. A 0-3, le match est plié, Gillot coule avec le navire en sortant ses deux meilleurs techniciens et en faisant rentrer « Casper » Jussié, entérinant la quatrième victoire de Nantes à Bordeaux depuis 1982.

« Ton lama au mercato ? J’en parle à Gillot, mais du moment qu’il bouffe moins que Carasso… »

 

La compo et les buts :

Alhadhur, remis de sa blessure à la cuisse, reprend son poste à gauche de la défense, tandis que Bedoya pallie à l’absence de Gakpé sur l’aile droite. Annoncé titulaire, le Togolais a du quitter ses partenaires pour assister à la naissance de son fils : la Canaris Académie essayera de se procurer la vidéo de l’accouchement, mais ne promet rien.

terrain

41ème : Touche près du poteau de corner pour Cissokho, Bedoya contrôle et centre acrobatiquement pour le ninja-kick raté de Djordjevic. Le ballon parvient à Bessat, qui profite de l’air-marquage de Mariano pour ajuster Carasso. 0-1.

61ème : Long coup-franc de Bessat dans la boîte, le ballon traverse la surface bordelaise, et est touché par Djordjevic puis Vizcarrondo. Finalement, au deuxième poteau, Djilobodji écarte son dernier adversaire (non pas un Bordelais mais Deaux) du bras et tacle le ballon dans les filets. 0-2.

64ème : Après une séquence de circulation de balle à la limite de l’humiliation pour les Bordelais (avec par exemple un amour d’amorti de Bedoya sur une transversale de Deaux), le ballon revient à gauche pour Alhadhur. Le latéral sollicite Bessat qui dévie dans la course de Deaux, celui-ci alertant dans la foulée Veretout, qui faisait les poches à Henrique. Veretout centre du gauche au deuxième poteau pour la demi-volée de Bedoya, repoussée dans les pieds de Djordjevic par « Nounours » Carasso. 0-3.

 

Les gars de chez nous :

Riou (5/5) : Captain Invincible ! Sauvé tour à tour par son talent, sa maîtrise, son poteau, son défenseur et Diabaté. Invincible qu’on vous dit.

Cissokho (3/5) : Moins en vue offensivement qu’à l’ordinaire, il a en revanche cadenassé son couloir et a jeté la clé.

Djilobodji (4/5) :  Une grosse boulette rattrapé par le but du break, et voilà une jolie note pour Papy, par ailleurs très solide.

Vizcarrondo (4/5)Le retour d’El Patron de Lanus ! Catogan au vent et les baloches sur la gueule à Henri Saivet, il a fait son match en marchant. Tranquille quoi.

Alhadhur (3/5) : De retour de blessure, il n’a pas mis longtemps à faire oublier la prestation anale de Veigneau à Montpellier, malgré une relance manquée en seconde période. Remplacé par Veigneau (76ème), qui est allé au charbon dans un match rendu facile.

Deaux (4/5) : Il a retrouvé ses jambes et ses courses tranchantes vers l’avant, déclenchant notamment le dernier but jaune et vert.

Touré (3/5) : Un peu en-dedans, mais on commence à en avoir l’habitude étant donné son rôle très défensif. Son travail de compensation derrière ses défenseurs est d’ailleurs à saluer.

Veretout (3/5) : Son volume de courses est toujours aussi précieux, même s’il n’a pas eu beaucoup d’occasions de briller offensivement, à l’image de l’équipe. Remplacé par Pancrate (81ème), nul à chier.

Bedoya (3/5) : L’ectoplasme de la Mosson a pris de l’épaisseur à Bordeaux. Intelligent balle au pied et présent sur deux des trois buts, il ne lui manque pas grand chose pour passer au niveau supérieur.

Bessat (4/5) : Un but, une passe décisive et le cul de Mariano à plusieurs reprises, Vince a mis plusieurs fois dans le mille dimanche dernier. Remplacé par Bangoura (81ème), revenu d’entre les morts.

Djordjevic (4/5) : Un match plein, un but, un pressing de tout les instants et un jeu d’attaquant pivot au poil : Cheikh Diabaté devrait se procurer le DVD de la rencontre du Serbe, ça pourrait l’aider.

 

Les mecs d’en face (Diabaté/5) : Quel joueur. Un mauvais mélange omnisport entre les mensurations de Kevin Garnett et le regard bovin de Mathieu Bastereaud, inapte au football donc. Non seulement il a tout raté face au but, mais son apport dans le jeu est absolument dégueulasse : contrôles à 3m, jamais trouvé par ses coéquipiers, dribbles de myopathe en phase terminale,…etc. Dire qu’il a failli venir chez nous…

 

Raynald commence à prendre goût à la quatrième place, voici les images du match.

Câlins beurrés

Raynald Dunoeud

2 thoughts on “Bordeaux – Nantes (0-3) : la Canaris Académie livre ses notes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.