Crotone Calcio, le favori de la Calcio pour faire l’ascenseur cette saison.

Ciao ragazz’ !

Comme disait Cioran : ‘’quand on me parle d’élite, je sais que je suis en présence d’un crétin.’’ Le Crotone Calcio, après une saison de bien belle facture en Serie B qui l’aura vu terminer second derrière le Benevento de Pippo Inzaghi, va donc s’offrir 38 tours de manège au royaume des imbéciles dans l’élite (des sales cons) du football italien qu’on appelle Calcio par ici parce qu’on est beaux, pimpants et tout biens coiffés pour ceux qui ont la chance d’avoir encore des cheveux.

Potentiel jeu de mot infiniMENT RÉPÉTITIF, le Crotone Calcio (prononcez crotte au nez comme vous en aviez l’intention quoi, mais au moins j’ai pu l’écrire) s’offre donc un retour dans l’élite pour la saison 20-21, deux saisons après avoir été relégué. Une fois la citation de Cioran qui donne l’impression d’être intelligent placée, et aussi mal amenée soit-elle, j’ai plus qu’à vous faire un petit topo des squali. Puisqu’on est entre nous je vais pas vous mentir, j’ai pas une connaissance approfondie de l’équipe. Cela ne m’a jamais empêché d’écrire sur la Juve depuis bientôt quatre ans ceci-dit, alors c’est parti accrochez-vous bien les copains vous allez en appendre un rayon.

CROTONE, l’ANTI-DISNEY FOOTBALLISTIQUE.

Rien à voir avec celle de Mickey, la genèse du club calabrais ressemble à celle de nombres de clubs de la Botte. Créé au début du XXe siècle, il a changé environ mille fois de dénomination (dont un bien dégueulasse Società Sportiva Fascista Crotona dans l’air du temps) en traversant le siècle dans l’anonymat le plus complet. Quelques faits d’arme notables toutefois : non je déconne. Franchement, rien de bien fou à se mettre sous la dent pour les tifosi rossoblù si ce n’est un mémorable 32-0 contre Palmese en 1994 qui reste à ce jour la plus large victoire de l’histoire du football italien. De là à suspecter une histoire de triche il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas, parce que je suis 1/29038209482e calabrais et que je suis un putain de lâche.


CROTONE, LE CLUB QUI A EU DE GRANDS NOMS…

Diaby, Lopez, Veron, Gentile, Simic… ils sont tous passés à Crotone. Bon niveau prénom – et niveau football – c’était pas l’Amérique hein. C’était même pas l’Armorique. C’était la Calabre profonde, et le calibre de joueur qui va avec. En plus de ces quelques homonymes, il y a tout de même eu des joueurs ‘’notables’’ qui sont passés par la case Crotte.

En vrac :

Federico Bernardeschi : la crotte lui va si bien.

Michele Cremonesi : sorte de Camoranesi de contrefaçon.

Jean-Pierre Cyprien : légende de l’OM avec un blaze de chanteur de variétoche.

Digao : frère adopté de Kaka, parce qu’ils ne peuvent définitivement pas partager le même ADN une fois qu’on les a vus jouer au football ensemble.

Marcus Diniz : Puisqu’on parlait de crotte, de caca et de frère… Diniz la peste.

Alessandro Florenzi : Pas de vanne, juste un beau joueur de football.

Antonio Nocerino : Pour le plaisir de reparler des années pourries de ma Juventus. Mais pas plus.

Julian Palmieri : Meilleur espoir de Serie B lors de sa seule saison en rossoblù ça ne s’invente pas.

Sébastien Piocelle : L’homme qui a été champion de France avec Nantes (il a disputé un match avant de partir en prêt) méritait amplement sa mention ici.

Marcus Rodhen : Jérôme Rothen dans PES.

ET DU COUP CROTONE ÇA DIT QUOI ?

Une attaque de feu : deuxième meilleure du championnat derrière Benevento, Simeon ‘’Simy’’ Nwankwo en capocannoniere avec vingt buts. De bonne augure pour la suite.

Une défense de foin : Quarante pions dans la musette quand-même… Va falloir se réinventer ou recruter ou changer de système. En tout cas faire quelque chose parce qu’en prendre quarante en B en jouant un football offensif ça risque de piquer au cul à l’étage supérieur.

Un mister confirmé malgré sa relative inexpérience : Giovanni Stroppa. Ancien bon joueur de Serie A des années 90, formé au Milan, il n’a jamais entraîné à ce niveau jusqu’à maintenant. Mais il a gagné sa promotion à la sueur de…euh… ben de ses joueurs en fait. Ça n’empêche pas qu’il mérite amplement la chance de se prendre des pilules contre les cadors du championnat et de peut-être foutre bien la merde, qui sait ?

En étant parfaitement objectif, je ne vois pas Crotone s’installer durablement en Serie A. Ça risque de faire l’ascenseur et pas de manière propre. En mode descente d’organe chez une personne âgée.

Vous pourrez suivre toutes les misères de Crotte au nez (allez hop c’est cadeau pour la route) cette saison dans la Calcio académie, fidèle au poste jusqu’à ce que la pandémie nous la refasse à l’envers comme une fieffée salope.

Bacci anali crotonesi.

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même de l'Inter.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.