Evian TG-Rennes (4-2), la Breizhou Académie livre ses notes

Bouh, c’est terrible, on a encore perdu. Et on commence même à avoir très peur que la zone rouge se rapproche. Non, on déconne, plus personne n’en a grand chose à foutre du championnat par chez nous, joueurs compris. Et la zone rouge ne peut faire peur à ceux que gagne la vague rouge.

hiard

Pierrick Hiard a rejoint la vague rouge, c’est écrit sur son visage.


Ar Mat’ch.

On s’en fout un peu franchement. C’était même plus une répétition à ce niveau-là, c’était une BEPC blanc, et on peut déjà affirmer que certains n’obtiendront probablement pas leur diplôme. Surtout en défense, purée, même une défense lorientaise traumatisée parce qu’elle a vu du Nord Pas-de-Calais avant d’entrer dans le stade a l’air moins à la masse.

Les vacances tombent donc à pic pour tous les Rennais, qui ne l’auront pas démérité en assurant le maintien dès le mois de février ou presque malgré une entame pas des plus faciles. Les joueurs ont même gagné le droit de se faire une petite excursion parisienne et un match de clôture devant toute la France avant un éventuel défilé à Rennes, si jamais…

Au pire, ça leur fera une sympathique excursion avant de faire un beau voyage et d’être opérationnel dès juillet ou août pour une nouvelle saison qui s’annonce des plus palpitantes. Ouuuaaaaiiiisssss….

Afin d’aider les joueurs à profiter pleinement de leur séjour à Paris, la Breizhou Académie a profité du fait que Roazh Takouer s’y était installé quelques temps pour livrer quelques conseils et secrets touristiques.

Le 1er arrondissement :
Le premier arrondissement se situe au cœur de la ville. Il est même inévitable pour les touristes entre le Louvres, et une partie de l’île de la Cité (à ne pas confondre avec les cités de Lille, qui n’ont et où il n’y a pas grand chose à voir). Il est également inévitable pour les autochtones qui souhaitent voir un jour ce qui se passe dans les autres quartiers de la ville, et qui passe donc par Châtelet-les Halles, station balnéaire où y’a pas ta mère.

A voir et à faire :
Le Louvres est l’endroit idéal pour une séance de dédicaces de Julien Féret. Mais les autres risquent un peu de s’y emmerder, et il se pourrait même que l’on perde Chris Mavinga côté gauche. L’idéal serait en fait de les permettre de jouer un peu à la baballe dans le jardin des Tuileries. Possibilité de lâcher les femmes des joueurs et Alessandrini au centre commercial des Halles, histoire qu’ils puissent faire un peu de shopping. La célèbre place Vendôme voit exposer les plus célèbres bijoutiers et auraient donc pu passionner Yann M’Vila, mais il est malheureusement parti.

Où manger et boire un coup  ?
Le Maître Kanter présente l’intérêt de servir jusqu’à tôt le matin. Très pratique donc pour une bonne choucroute revigorante d’après-teuf mais de pré-after. Le choix d’happy hour est également vaste dans les environs des Halles. Il faut savoir suivre son instinct.


Mickael Pagis a rejoint la vague rouge en marchant

Le 2e arrondissement :
Le deuxième arrondissement se situe juste au-dessus du 1er, comme dans un immeuble normal. On peut y accéder à pied, donc un peu comme on prend l’escalier, en métro pour l’ascenseur et en bus pour les escalators, parce que c’est quand même un très grand immeuble dont il s’agit.

A voir et à faire :

C’est pas bien passionnant, mais il y a la Bourse dans le coin. Possibilité peut-être d’y laisser le placard où était caché Patrick Le Lay.Sinon, l’arrondissement est aussi connu pour le Sentier, quartier rendu très célèbre par « la Vérité si je mens » et où l’on pourrait peut-être refourguer tous les maillots thirds de l’année dernière. Enfin, il y a la rue Saint-Denis, curiosité inévitable, mais attention de ne pas y laisser traîner dans n’importe quel immeuble les petits Vincent Pajot et Axel N’Gando. Ils ne sont pas encore prêts.

Où manger et boire un coup :
Manger, on ne sait pas trop mais sinon le Truskel a l’avantage de laisser rentrer n’importe qui et d’avoir plein de minettes fraiches pas bien farouches. Yann M’Vila et Chris Mavinga connaissent déjà sûrement les lieux, et l’ambiance un peu cave est sans doute idéale pour le dépucelage de Vincent Pajot.

Le 3e arrondissement :
C’est là que ça se complique parce que le 3e arrondissement n’est pas au dessus, mais à droite du second sur le plan. On commence ainsi la logique de la spirale qui correspond totalement à l’aménagement du territoire parisien et aussi au Stade rennais football club. C’est un arrondissement branchouille, assez agréable en été avec des concerts gratos devant la mairie. Malheureusement, c’est pour célébrer l’été, donc il n’y en aura pas quand les Rennais y seront.

A voir et à faire
Beaubourg est devenu un endroit immanquable, même si l’art contemporain est un truc globalement chiant et prétentieux. C’est sans doute dans cet endroit qu’on a sans doute le plus de chance de trouver une explication au jeu de Sadio Diallo. Il se peut que Beaubourg soit en fait dans le 4e. On ne fait pas vraiment la différence comme ça, ce n’est pas comme quand on sort d’un chef lieu de canton pour entrer dans sa commune par exemple, il n’y a aucun panneau pour vous dire où vous êtes exactement et vous souhaiter la bienvenue, le Parisien étant célèbre pour être malpoli en plus d’être susceptible quand on le compare à une mouche à merde.

Où manger et boire un coup ?
Y’a un bar sur deux étages vachement sympa, où tu peux rentrer avec tes consos et fumer tes clopes à l’étage, mais comme j’étais toujours bourré quand je suis allé, je peux pas te retrouver le nom. Puis, si ça se trouve, c’était dans le 4e aussi en fait.

Le 4e arrondissement :
Ce n’était pas encore assez compliqué, du coup, le 4e arrondissement est en dessous du 3e et donc à droite du premier, formant le carré central de la ville. Il y a du coup l’hôtel de Ville, l’île Saint-Louis, mais l’arrondissement est surtout connu pour le quartier du Marais, qui est appelé ainsi en hommage aux zones obscures et à Jean Cocteau.

A voir et à faire
Un miracle n’étant pas à exclure face aux verts, nous recommanderons aux joueurs de passer à Notre Dame de Paris pour se faire verrer les cierges.

Où manger et boire un coup ?
Un petit tour chez Bertillon, célèbre glacier de l’île Saint-Louis, fera sûrement plaisir à Vincent Pajot, Dimitri Foulquier, Axel N’Gando. Benoît Costil pourrait faire pendant ce temps-là une petite séance d’autographe dans le Marais. Arrondissement également intéressant pour un méga-after spécial pas froid aux yeux, ni au reste.

Le 5e arrondissement
Le 5e arrondissement est juste en-dessous du 4e arrondissement et se situe rive gauche. Il est connu pour sa place de Saint-Michel et le Panthéon mais aussi pour sa Sorbonne, son ENS, son collège de France, ses Arts décos, son Jussieu, et tous ses bâtiments de formation de futurs riches ou de futurs chômeurs. C’est aussi dans ce quartier que se trouve la Mosquée de Paris. Bref, vous l’aurez compris, c’est l’arrondissement de la Culture, des librairies spécialisées et des sandwicheries pour étudiants.

A voir et à faire
Les deux trois joueurs qui ont déjà lu un livre dans l’effectif pourront éventuellement se faire plaisir au milieu des bouquinistes sur les quais de Seine. Ceux qui trouvent que ça manque d’image pourront compléter leur intégrale X-Men, Batman ou les Vengeurs en allant chez Album par exemple, ou dans d’autres librairies de geeks. Il y a même des figurines ceux qui trouvent qu’il y a un peu trop de lettres dans les bulles. La mosquée de Paris peut aussi présenter son intérêt pour ceux qui ont peur que le Dieu des catholiques commence à se faire un peu sourd.

Où manger et boire un coup ?
Les couscous des environs de la mosquée sont régalades. Les kébabs de Saint-Michel sont corrects dans le meilleur des cas. Mieux vaut rester sur l’idée de couscous, hammam et chicha pour digérer avant d’enchaîner sur les happy hours de la Rue Monge. Petite excursion sympa possible au Jardin des Plantes, mais faire attention à ce que John Boye ne mange pas les animaux.

John Boye a gagné un level et rejoint la rage rouge.

Le 6e arrondissement
Le 6e arrondissement est à gauche du 5e, mais pas politiquement, et juste en dessous du premier selon la logique de la spirale infernale. C’est un quartier de vieux riches et de jeunes cons. Saint-Germain des Près, jardin du Luxembourg, Saint Sulpice… Tout sent le vieux jusqu’au nom dans cet arrondissement qui est traversé d’ailleurs par la rue de Rennes.

A voir et à faire :

Il n’y a pas grand chose à y faire mais c’est tout droit en sortant de Montparnasse : il y a la rue de Rennes. C’est mine de rien assez pratique pour préparer le trajet du retour puisqu’il y a une Fnac, un Micromania et un Mac Donald. Le jardin du Luxembourg est assez agréable et donne sur le Sénat, où Alou Diarra devrait pouvoir récupérer un siège sans trop de problèmes.

Où manger et boire un coup.

Sinon, il y a des bars sympas vers Odéon, qui permettront de rencontrer quelques vrais parisiens, ce qui est très rare à Paris, mais qui présente un intérêt très modéré.

 

Le 7e arrondissement !

Le 7e arrondissement est l’extrême nord de la rive gauche et se situe donc sur la carte à gauche du 6e. C’est un arrondissement de résidence de grand bourgeois et de touristes de tous poils venus voir la Tour eiffel, voire les Invalides, voire même le Musée d’Orsay.

A voir et à faire :
Il y a des champs de Mars là-bas, donc ça vaut le coup de comparer pour voir. En haut, il y a la Tour Eiffel, chouette pour les photos. En bas, il y a l’école militaire, où Jean-Mamelle pourrait organiser un concours de bras de fer histoire de se chauffer. Un peu plus loin, il y a les Invalides, où pour la déconne, il faudrait faire une photo de John Mensah et Ilunga. Autre curiosité, au Nord-Est de l’arrondissement se trouve le musée d’Orsay, ancienne gare, devenu le haut lieu de l’impressionnisme, qui n’a rien à voir du tout avec le sionisme. Que les éventuels joueurs antisémites du Stade se rassurent.
Signalons que se trouve également la chapelle de la Médaille miraculeuse, où le passage s’avère indispensable pour ne pas froisser les indiens du cimetière.

Où manger et boire un coup ?
Alors là, vraiment aucune idée. Mais ça doit se trouver en étant pas trop regardant sur le rapport qualité/prix. Attention à ne pas perdre Konradsen dans ce coin, car il serait impossible à retrouver ensuite, faute de pouvoir le distinguer avec les scouts et les intégristes catholiques qui pullulent là-bas.

 

mensah

John Mensah n’a pas encore rejoint la vague rouge.

Le 8e arrondissement :

Le 8e arrondissement est au-dessus du 7e, mais de l’autre côté de la Seine. Il est à l’Ouest du premier, et du deuxième aussi, qu’il ne touche d’ailleurs pas, tellement il est à l’ouest total. Comme son copain le 7e, c’est un arrondissement plein de riches, de ministères, d’ambassades, et de touristes riches.

A voir et à faire !
Sur la place de la Concorde, à l’extrême sud, il y a l’Obélisque de la Concorde, sorte de menhir mal taillé en plus grand. Vincent Pajot et Axel Ngando pourront en plus faire un tour de grande roue. Activité déconseillée pour John Mensah, qui pourrait tomber malade, et Herita Ilunga, qui pourrait glisser. L’avenue des Champs Elysées est sans doute le lieu idéal pour le footing de Pitroipa. Une petite visite à l’Elysée pour signer des autographes au président de la République ne serait pas non plus une mauvaise idée, d’autant qu’il aime plutôt bien le Stade Rennais, contrairement aux autres qui regarderont le match du soir.

Où manger et boire un coup :
Suivre le guide Chris Mavinga, il connaît mieux les lieux que nous. Enfin globalement, c’est vers les Champs que ça se passe. Mais on recommande aux joeurs de profiter au maximum du buffet de l’Elysée, même si c’était mieux avant. Genre, il y a 6 ans.
Le 9e arrondissement
Le 9e arrondissement est à l’est du 8e et au nord du 2e. C’est une espèce de désert hausmannien sans grand intérêt qui sépare l’Opéra Garnier, au sud, et la place Pigalle au Nord.

A voir et à faire

Moins glauque et beaucoup plus touristique que la rue Saint Denis, Pigalle est un quartier bien trop réputé pour être mis de côté lors de cette petite excursion parisienne. Deux activités principales dans ce quartier : les boutiques de musique, qui intéresseront les quelques musiciens, et les bars à champagne, qui intéresseront les amateurs de pute.

Où manger et boire un coup?

Les bars à champagne sont très chers, attention. Mieux vaut passer chez un reubeu, se prendre 2 ou 3 canettes, et aller faire un tour dans un des peep-shows de l’autre côté du Boulevard de Clichy, c’est moins onéreux.

 

Le 10e arrondissement

Le 10e arrondissement est à l’est du 9e, et au dessus du 3 (ainsi que d’un petit bout du 2e, il ne fallait pas que trop simple. C’est un quartier qui est d’abord connu pour ses gares : du Nord et de l’Est, dont les noms transpirent d’autant plus la flemme et le manque d’originalité que toutes les autres gares de Paris ont un nom qui pète un peu plus. A part trouver du poppers à bas prix, et éventuellement vous faire agresser tard dans la nuit, ces coins présentent peu d’intérêt. Plus intéressant est l’Est de l’arrondissement, et les alentours du canal Saint Martin, où il n’y a plus de Don Quichotte, mais plein de moulins à bière.

A voir et à faire :

Une promenade sur le canal Saint-Martin en buvant des bières et en matant les meufs qui passent. C’est le principal intérêt du 10e, et c’est déjà pas mal du tout.

Où manger et boire un coup :
Y’a le quartier turc de Paris vers la rue du Faubourg Saint-Denis. Donc pour un vrai kébab, c’est là qu’il faut aller.Possibilité sûrement d’y criser Yacine Brahimi et de prendre quelques nouvelmes. Sinon sur le canal Saint-Martin, il y a plein de lieux de bobos trop branchouilles dans lesquels on n’a jamais osé entrer, et des lieux un peu plus fréquentable comme Le Cork and Cavan quai de Jemmapes, qui se veut un pub de parisianno-irlandais et d’Eramus, ou le Point Ephémère sur l’autre quai, tout en haut, juste au pied de Stalingrad, qui est lieu pas dégueu pour faire la fête à pas cher. On avait d’autres idées, mais c’est déjà pas mal.

Le11e arrondissement
C’est la logique de la spirale, donc, le 11e se trouve au Sud-Est du 10e, à l’Est toute du 3e, et à l’Est du Nord du 4e. Il forme en fait la rive droite de l’axe Bastille-République, et c’est un mélange entre notables de gauche, jeunes notables de gauche, voire du centre qui se gauchiste, et étrangers qui ont profité de la xénophilie des notables de gauche.
A voir et à faire
La Place de la République aura sûrement une bonne gueule dans moins de 10 ans. La Place de la Bastille est un peu plus sexy, mais faut pas être trop regardant non plus entre l’Opéra-Bastille, les trucs à Neuneu et un port totalement ridicule pour nous, Bretons. Le trajet est facilement faisable à pied, avec un petit détour possible par le Boulevard Voltaire histoire de faire le plein de jeux vidéos.

Où manger et boire ?
Manger c’est triché. Oberkampf pour le reste.
La rue de la Roquette, c ‘est plus ce que c’était, sauf pour se faire embrouiller par des mecs bourrés, des mecs de banlieue qui s’emmerdent, ou des paysans du 77 qui sont de sortie et que la ville rend un peu agressif.
Oberkampf donc.

 

Le 12e arrondissement
Le 12e arrondissement est au sud du 11e et à l’Est du 4e, comme du 5e, parce qu’il est très grand. Il est d’ailleurs relié au dernier par le Pont d’Austerlitz, qui permet de rejoindre la Gare de Lyon quand on est rive gauche, alors que quand on est rive droite, on ne doit pas passer par le pont de Lyon pour rejoindre la Gare d’Austerlitz. Cet arrondissement est sinon surtout connu pour Bercy, dont nous ne connaissons pas la programmation, mais dont nous pouvons dire qu’il s’agit surtout d’une tentative absurde de modernité à Paris, et que ça donne envie de retourner à la campagne au plus vite.

A voir et à faire

Bercy donc à la limite. Sinon, bof. Il y a la rue Montgallet à la limite pour les vrais nerds comme Romain Danzé et tous ceux dont les ordinateurs sont les amis. Il y a également une cinémathèque qui vous permettra de rencontrer des femmes seules et prêtes à tout, mais qui ne savent rien faire.

Où manger et boire un coup ?
Avec l’approche du printemps, il se pourrait aussi qu’il y ait des trucs sympatoches sur les quais de Seine. Y’ a peut-être des trucs bien à Nation, je n’ai pas vraiment eu le courage d’aller aussi loin.

 

Le 13e arrondissement

Les 13e arrondissement est l’extrême orient de la rive gauche, et est donc au sud-ouest du 12, mais de l’autre côté de la seine. Beaucoup de gens croient que cet arrondissement se limite à China Town, mais c’est aussi parce qu’ils n’ont jamais vraiment fait attention à comment s’était foutu exactement. Il y a aussi le quartier de Tolbiac, qui sent bon Nestor Burma, la Bibliothèque François Mitterrand, la Place d’Italie, qui n’a rien à voir avec les Italiens, et les Gobelins, qui n’ont rien à voir avec les Chinois.

A voir et à faire :

Passer à China Town reste quand même une nécessité quand on y est. Mais attention de bien surveiller John Boye, même tenu en laisse.

Où manger et boire un coup ?
Il y a un coin branchouille pas dégueu qui s’appelle la Butte aux Cailles. On y mange bien, et on peut y trouver du bon vin. C’est aussi le principal coin pour boire des coups dans le quartier.

Le 14e arrondissement

Le 14e arrondissement est totalement à l’Ouest du 13e, au sud du 5 dont il touche une petite partie, et du 6e dont il touche une plus grosse partie en tout bien tout honneur. C ‘est même là qu’on arrive avec le train puisque la gare Montparnasse se trouve au cœur de Montparnasse qui est un peu l’âme de cet arrondissement, donc qui est mort depuis pas mal de temps. Son cœur est la place Denfert Rochereau, plus Rochereau que réellement d’enfert. Son zizi est du coup le parc Montsouri qui comme son nom l’indique est un peu ridicule

A voir et à faire :

Il n’y a plus rien à faire dans le 14e depuis que les Bretons ont quitté les lieux. A la limite, on peut emmener Jean de Makoun devant la statue du Lyon de Denfert Rochereau pour voir s’il parvient à réveiller les lieux.
Dernière possibilité notable : le cimetière du Montparnasse, pour entrer en communication avec les guerriers celtes, et faire la pause-clope de Julien Féret une fois la tombe de Serge Gainsbourg trouvée.

Où boire et manger un coup ?
Là par contre les possibilités vont exceptionnellement exister. Gigateuf Wayne prévue  vers Gaité.  Mais attention, ça risque d’être plein de supporters rennais.

 

Le 15e arrondissement

Le 15e arrondissement est à l’Ouest du 14e et au sud du 7e. Il touche le petit bout restant du 6e parce que c’est assez mal foutu quand même. C’est l’arrondissement le plus déprimant de Paris selon 105% des gens interrogés par Jean Tibéri.

A voir et à faire :
La Tour Montparnasse est dans le 15e, ne me demandez pas pourquoi. Il n’y a rien à y faire sauf si on est invité à une soirée, là ça peut péter. Ou sauf si on veut se faire un remake de la Tour Montparnasse infernale.

Où manger et boire un coup ?

Il n’y a qu’un seul lieu qui vaut le coup dans le 15e. Rive gauche même. Oh puis tout Paris, allons-y franco : c’est le bar des Sports, rue des Morillons.

Stéphane Dalmat divague rouge.

 

Le 16e arrondissement

Le 16e arrondissement est l’arrondissement le plus à droite de Paris, comme chacun sait. Il est tellement prétentieux qu’il est le seul des arrondissement de Paris à avoir deux codes postaux, pour bien différencier les anciens riches du Sud, intermédiaire entre le Parisien et le Versaillais, et les nouveaux riches du Nord, plus Neuilly dans l’âme. Mis-à-part ce conflit sous-jacent, il n’y a rien à y faire sans argent, à part agresser des vieilles riches, ou agresser des jeunes riches.

A voir et à faire :
Le Trocadéro à la limite, surtout que la vue donnant sur la Tour Eiffel pète quand même, mais attention aux zombies qui y traînent même s’ils n’y seront que 28 semaines plus tard. Il y a le musée de la Marine aussi où un séminaire « comment ne pas prendre l’eau en cas de tempête » attend Benoît Costil et Jean-Mamelle. Il y a le Parc des Princes tout au Sud, un petit tour s’y impose histoire d’avoir envie de rééditer un exploit dans la saison. Le bois de Boulogne est sans doute le lieu idéal pour le footing de KTC qui sera de toute façon trop concentré pour calculer quoi que ce soit autour de lui. Nous déconseillons en revanche d’envoyer Vincent Pajot y faire le sien.

Où manger et boire un coup ?
Non mais même les kébabs sont chers là-bas, c’est nawak. On ne va pas dans le 16e pour manger ou boire, sauf si on est invité. On y va à la limite pour travailler en sachant qu’on va se faire de beaux pourboires, mais c’est tout.

Le 17e arrondissement

Le 17e arrondissement se situe juste au-dessus du 16e et du 8e. C’est l’arrondissement des Bobos de droite qui ont voté Pannafieu et qui se croient funs parce qu’ils aiment bien jeter un oeil à ce qui se passe en-dessous, mais  n’osent jamais trop regarder ce qui se passe à leur gauche ou au-dessus d’eux.

A voir et à faire:

Ah ben rien du tout non plus. Même les rues qui donnent sur la place Charles de Gaulle sont vides d’intérêt. Il y a à la limite la FNAC des Ternes, la plus connue de toute, où le Père Pinault pourrait demander à ses joueurs de passer. Sinon, on peut toujours jeter un œil aux Batignolles, sorte de village de droitistes installé à côté de la Place de Clichy.

Où manger et boire un verre ?
Y’a des bistros pas dégueus vers les Batignolles justement, à des prix corrects, mais sans plus. Par contre, les épiceries sont chers dans ce coin, genre 2euros la 8.6 quand même.

 

Le 18e arrondissement

Montmartre, Barbès, Stalingrad, la Porte de Cli-cli et les puces, la Porte de la Chapelle et ses travlos toxicos… Le 18e arrondissement est l’un des plus connus de Paris et on a tous une raison d’y aller et d’y retourner même.

A voir et à faire
Tout peut se voir et se faire dans le 18e avec un bon guide.

Où manger et boire un verre ?
Tout se mange et se boit dans le 18e avec un bon guide.

 

Le 19e arrondissement

Moins connu que le 18e, mais presque tout aussi intéressant, puisqu’aux toxicos de Stalingrad, on peut ajouter les babtous qui pique-niquent sur les bords du Canal de l’Ourcq. Et aux gentils bobos des Buttes Chaumont, on peut ajouter l’ambiance plus si si la famille de la Porte de la Vilette.

A voir et à faire :
Très instructive, la cité de la science ne manquera pas d’éveiller l’intérêt des enfants les plus curieux et les plus épanouis, mais aussi des plus grands. En fait de tout l’effectif, sauf de KTC qui préférera faire des pompes à l’entrée, et de Sadio Diallo, pour qui même la science ne peut plus rien faire.

Où manger et boire un verre ?
Stalingrad est devenu un endroit sympatoche pour prendre ses pintes en terrasse. Il faudra chercher dans les ruelles un peu sombre pour trouver la dose de crack qui réveillera Jean-Mamelle de sa torpeur. Il y a sinon un très bon grec au tout début de l’avenue Jean Jaurès. Comme bar sympa, le basse-tringue et le Rosa bonheur.

 

Le 20e arrondissement

Là aussi,  un arrondissement qui bouge et devient de plus en plus « tendance ». Mais on ne vous le présentera pas, parce qu’il y a quand même un match à jouer et donc qu’on ne peut pas tout visiter, puis parce que ça pourrait donner comme ça aux joueurs l’envie d’y retourner d’ici peu.
PS : Je connais aussi d’autres villes en Europe, donc si vous pouviez gagner cette coupe qui pue un peu, ça me permettrait sûrement de faire un 2e mini-guide touristique. Merci d’avance.

 

Les gras du Stade

Costil 2/5 : On ne peut trop lui en tenir rigueur d’avoir concédé 4 buts, vu qu’il ne peut pas grand chose sur le moindre d’entre eux. D’ailleurs, c’est bien pour ça qu’il n’a même pas essayé d’en arrêter un seul.

Foulquier 2/5 : On ne peut trop lui en tenir rigueur d’avoir aussi mal défendu, parce qu’il est encore bien jeune, et qu’il arrive quand même à faire presque deux débordements en 90 minutes.

Boye 3/5 : Impossible de le tenir en rigueur pour quoi que ce soit. Il donne tout ce qu’il a, même ce qu’il prend par la force comme la jambe de son adversaire. En plus, en vrai dingo des surfaces qu’il est, il a su profiter de la sortie de kéké de Laquait pour la coller dans les filets. Ce qui faisait alors 2 partout, et laissait envisager que peut-être que…

Kana-Biyik 1/5 : On ne peut tellement pas lui en tenir rigueur d’avoir marqué contre son camp, qu’il a tiré lui-même la leçon en essayant par la suite de ne toucher aucun ballon. Il a dû trouver le temps un long, mais comme il doit aussi trouver cette saison très longue…

Ilunga 1/5 : Impossible de le tenir en rigueur pour quoi que ce soit sur le 3e but, parce qu’il nous a bien fait rigoler quand même. Antonetti a dit qu’il avait une main à la place du pied gauche. Ça doit expliquer ses difficultés à la course.

 ilunga

La vague rouge a rejoint Hérita Ilunga

 

Pajot 3/5 : Match moyen bof +, où il a repris ses habitudes de carton jaune et de box-to-box volontaire mais brouillon. Totonetti l’a du coup sorti à la mi-temps pour éviter qu’il se mange un rouge et qu’on puisse lui reprocher quoi que ce soit.

Makoun 2/5 : Impossible de lui reprocher quoi que ce soit, c’était un match de reprise pour lui après une semaine de repos bien mérité, histoire qu’il prenne ses marques avant la finale cerise sur le gâteau de samedi prochain. Bon, le gâteau en question est en fait un quatre-quart à moitié réussi, donc on va dire un deux-quart. Un demi, ce sera beaucoup plus simple pour tout le monde.

Pitroipa 2/5 : On aurait pu lui reprocher des trucs si on était vraiment tordu, genre qu’il ratait tout ce qu’il tentait, mais vu que quand ça rate totalement, ça devient une passe décisive, ce serait vraiment pas sympa.

Féret 5/5 : What else ?

Diallo 2/5 : Pourquoi lui reprocher des trucs maintenant alors qu’on se rapproche un peu plus de son premier but ou de sa première passe décisive (normalement… même Abdoul Camara a fini par marquer en ligue 1) ? Et puis, c’est quand même lui qui donne le ballon à Féret avant que celui-ci ne lance Foulquier qui tentera lui-même de lancer Pitroipa, dont le contrôle à 3 m devient passe décisive sur le premier but. C’est peut-être bien sa toute première avant-avant-avant-dernière passe de la saison. C’est sûrement bon signe.

Erding 3/5 : C’est vrai qu’il y a mieux comme attaquant. Mais pas chez nous en ce moment. Donc, on ne peut rien lui reprocher surtout que c’est un gars qui n’en veut.

Les entrées en jeu

Konradsen pour Pajot – 46e 2/5 : Convaincant lors de son entrée en jeu contre Paris, nombreux, dont nous-même, souhaitaient voir le Norvégien avoir plus de temps de jeu. Voilà, c’est fait, merci beaucoup.

Montano pour Pitroipa – 74e 2/5 : Il est de retour. Youpi. Le meilleur buteur en coupe d’Europe de l’histoire du club. Tremble Stéphane Ruffier ! Bon, un peu farceur, les Indiens l’ont fait entrer à 2/2, mais c’est pour mieux nous surprendre samedi. Attention, on vous aura prévenu.

Fantamady pour Erding – 83e Non Noté : Est rentré surtout pour voir le but de Sagbo d’un peu plus près que s’il était resté sur le banc.

 

Les autres apparitions

Sorlin 3/5 : S’est fait déboiter par Pajot, qui a rappelé pour l’occasion que c’était pas tout le temps mieux avant. Assez discret sinon.

Barbosa 2/5 : Lui, c’est sûr qu’il était pas mieux avant. Mention spéciale pour sa frappe missile en reprise de volée. A signaler qu’il a réussi à énerver Julien Féret au point que celui-ci ne s’est pas gêné pour le foutre élégamment à terre au contact suivant. On espère que Cédric a pensé à le remercier, parce que c’est le plus beau joueur qu’il ait approché depuis Jérôme Leroy.

Le but de Bérigaud 5/5 : Tant qu’à se prendre des buts, autant qu’ils soient beaux. Même si le csc de Kana et le travail d’Ilunga sur le 3e but valent le coup d’oeil également.

 

Les non-apparitions

Danzé et KTC 1/5 : Débrouillez-vous quand même pour qu’il y en ait un des deux qui soient prêts après-demain.

Mavinga 2/5 : A réussi à confirmer sans jouer qu’il était titulaire indiscutable à Rennes. Mais ne devrait pas se moquer d’Ilunga parce que si ce dernier court moins vite que lui, il se relève beaucoup plus rapidement.


Cyril Jeunechamp n’a jamais quitté la vague rouge

Roazh Takouer et Nick Thomert

Plus de Stade Rennais, sur sro, sur Rouge-mémoire, sur ce tumblr et sur le forum phare-ouest.net

 

Roazh Takouer

12 commentaires

  1. Diallo sera un putain de grand joueur, arrêtez de lui cracher à la gueule en permanence et laissez lui le temps.

  2. Tres beau guide touristique qui donne presque envie de visiter la capitale… On sent le vecu sur certains quartier… meme si tu es un peu dur avec le 11eme…

  3. On ne crache pas sur Diallo, voyons. Enfin pas en permanence et sûrement pas à cause de ses prestations du moment. A la limite on lui postillonne un peu dessus.

    Mais nul doute que ce sera un très très grand joueur. La preuve, Lorient voulait le recruter. Je pense qu’on devrait même lui proposer un CDI pour pouvoir le vendre très cher quand il explosera (surtout qu’on ne sait pas quand ce sera. Ce sera peut-être après-demain, mais peut-être aussi dans 6 ans).

  4. +1 pour la butte aux Cailles. Y a de l’étudiante littéraire par là-haut, et des bars vraiment sympa. Mais plus bobo que branchouille quand même.

  5. La vache. Tu ferais mieux de bosser au Routard, ça deviendra d’un coup plus instructif.

  6. Non mais on demande à un mec qui arrive de ligue 2 d’être performant au bout de 6 mois. C’est pas une chèvre tactiquement et il est excellent techniquement. Combien de temps a-t-il fallu à Frei pour s’adapter à la ligue 1 ? Combien d’années Feret s’est-il perdu en natianal avant d’avoir sa chance en ligue 1 ? Le cas de Diallo n’a rien à voir avec des cas comme Camara ou d’autres chèvres que l’on a pu connaître. Le problème c’est surtout qu’on a aucun banc de touche, qu’on a eu la chance d’avoir un Alessandrini efficace. On attend beaucoup de joueurs qui ne sont pas près, a qui il faut laisser du temps. On les jugera dans 3 ans.
    Que le public les siffle (j’inclus aussi F. Diarra et Sané) ne me surprend pas y a beaucoup d’abrutis dans les tribunes de la route de lorient mais je m’attendais à mieux de la part de la Breizhou.

  7. Ouais je devrais envoyer une candidature au routard, z’avez raison les mecs.

    Pour en revenir à Diallo, autant je suis d’accord pour dire qu’on est loin de la chèvre abdoul camaresque, autant je pense pas être particulièrement exigeant à l’égard d’un joueur de 22 ans, qui sortait d’une bonne saison de L2 et qui n’a toujours ni marqué, ni fait marquer, ni même organisé une action digne de ce nom. J’exclus pas que ce joueur devienne bon prochainement, et même qu’il marque ce soir, mais j’ai pas non plus envie de défendre quasiment l’indéfendable. Le mec n’a quand même pas progressé depuis qu’il est là, je crois que son meilleur match reste le Rennes-Bastia, 3e journée de championnat. Depuis, franchement, on n’a pas vu grand chose.

    Après, on a juste fait trois ou quatre vannes sur lui, rien de bien méchant. On est pas le genre de cons à siffler un de nos joueurs Route de Lorient, et on n’est pas non plus de ceux qui se focalisons particulièrement sur lui.

  8. Roazh, je pourrai te faire découvrir plein de bars sympa dans le 17e et aussi dans le 9e; Le « sud » de Pigalle est dans le 9e, par exemple. Et il y a Grands Boulevards aussi, si je ne m’abuse.

    Je valide également pour la Butte aux cailles, j’adore cet endroit. Ca sent encore un peu la Commune de Paris.

    Sinon pour le match… On ets sauvés mathématiquement, comme disent les journalistes sportifs ? Parce que 42 pts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.