Des histoires de Phantomtor, contée par die über Alles Akademie

4

Par où t’es rentré ? On t’a pas vu sortir

Un but c’est un but ! peu importe par ou ça rentre (ou pas)

Phantomtor : n.m. Du grec Phantasma, apparition, songe, vision, ou encore une image offerte à un esprit par sa vision.
Il existe 2 types de Phantomtore. Le premier et le plus répandu, le ballon tape la barre, le poteau, ou lors prend simplement la trajectoire du but et est sorti par un défenseur, le gardien ou simplement l’effet… se pose alors l’éternelle question, le ballon a-t-il complètement franchi la ligne ou non ? Des buts incontestables refusés, comme cette mine de Lampard sous la transversale allemande en 2010, ou encore des buts certainement inexistants… la mère de toutes les décisions contéstables : le but de Wembley (finale de la coupe du monde 66)…
Vous pouvez le voir, les Allemands sont souvent impliqués.
Ceci est le récit du 2eme type de Phantomtore, bien plus rares, plus drôles aussi…

 

1er Acte : D’un DFB qui pisse à l’arrêt de la FIFA !
[jwplayer mediaid= »41142″]

An de grâce 1994, le 23 Avril aux alentours de 15h56. Le FC Bayern München, alors leader de la Bundesliga et talonné de près par le FC Kaiserslautern reçoit Nürnberg, 15eme et en plein dans le « Abstiegskampf ». A la 26éme minute donc, le Bayern obtient un corner. Après une prolongation de la tête au premier poteau, Thomas Helmer, en bon défenseur qu’il est, reçoit le cuir entre les jambes. Grâce à un contrôle bien approximatif et un sens du but comparable à celui du Benzema de ces derniers mois, il arrive à faire passer la ligne à ce foutu ballon. 1-0 pour le Bayern ! Logique compte tenu de la physionomie du match. Seul Hic… si le ballon a bien franchi la ligne, il ne se trouvait pas entre les deux poteaux au moment où il l’a fait…. En effet, Helmer, avait réussi l’exploit de faire passer la balle à 30 cm à gauche de la cage d’Andy Köpke (alors qu’il le reçoit à 20 cm du but !).
Le juge de touche sera le seul, ce jour à voir ce ballon franchir la ligne de but et amènera l’arbitre central à le valider.

La partie finira 2-1 pour le Bayern et Nürnberg manquera un penalty en fin de match. L.es dirigeants de Nürnberg affirment qu’à 2-2 pour score final, ils n’auraient pas bougé le petit doigt. Mais avec cette défaite, le club saisit le DFB qui prendra la décision de faire rejouer le match.
Les statuts de la Fifa sont pourtant assez clairs. On ne revient pas sur une décision arbitrale. Le DFB considère que l’arbitre central n’ayant pas pris de décision (c’est l’assistant qui l’a fait) et fait donc rejouer le match malgré les réticences de la Fifa.
Les deux buts de Helmer (ouais, parce que Helmer en fait, il savait aussi marquer des buts totalement valables) et le résultat sont donc annulés, et Nürnberg aura donc une chance d’empêcher le Bayern de devenir champion ainsi que de sauver ses fesses dans la lutte contre la relégation.

Hélas, après une première mi-temps sans buts et ou Nürnberg continuait d’espérer, la deuxième fut sans appel. Scholl, Labbadia et Hamann en collent 5 en une mi-temps et seront sacrés champions 4 jours plus tard. Nürnberg, de son côté descendra en 2. Bundesliga et ne remontera qu’en 1998, puis redescendra, puis remontera, puis redescendra, puis…. Enfin voilà quoi….l’ironie de l’Histoire est que si le penalty du premier match avait été transformé, Nürnberg ne serait pas descendu, le Bayern n’aurait pas été champion, Köpke n’aurait pas changé de club et peut être même que le FCN ne serait jamais devenu l’équipe ascenseur (Fahrstuhlmanschafft) qu’elle est aujourd’hui.

 

2eme acte : Phantomtor ReLoaded

[jwplayer mediaid= »41143″]

18 Octobre 2013 21h55. 9eme journée de Bundesliga. Gonzalo Castro s’apprête à tirer un corner. Au premier poteau, le serial buteur du Bayer Leverkusen, Stefan Kie?ling est à la lutte avec Tobias Strobl. Le ballon lui arrive, il s’étend, reprend de la tête et place le ballon juste à côté de la lucarne du gardien belge Casteels.
Une action comme il y en a des dizaines par match. Stefan Kie?ling ne manque d’ailleurs pas à se prendre la tête, visiblement déçu de cette action manquée… mais …. Une demi seconde plus tard Stefan Reinartz vient le féliciter, encore une demi seconde plus tard, le buteur allemand célèbre lui-même ce but qu’il n’a pas marqué. Décidément il n’y a pas que dans la surface que le joueur est rusé comme un renard. L’arbitre a donc validé le but la faute à un trou dans le filet qui a permis au ballon de rentrer dans la cage.

Saisi d’un doute, l’arbitre va quand même poser la question à Stefan (chose que son collègue aurait bien été inspiré de faire 19 ans plus tôt). Ce dernier affirmera par contre qu’après avoir mis la tête, il n’a pas suivi le ballon du regard et n’a donc pas vu par quelle ouverture celui-ci a pénétré le but. MON ŒIL ! Tu claques 104 buts en 229 matchs dont une grosse partie de la tête et tu vas me dire que tu ne suis pas tes ballons du regard ? A d’autres !
Quoi qu’il en soit, le Bayer gagnera donc ce match 2-1. Avec un penalty (tout aussi imaginaire que le but) loupé du côté de Hoffenheim. Tiens, ça ne vous rappelle rien ? victoire 2-1 avec un but fantôme et un penalty qui aurait pu ramener les deux équipes à égalité ? D’ailleurs, Bayer, si tu rajoutes un N…. ça fait Bayern. Et Hoffenheim si tu enlèves le Hoffe et le heim et que tu mets un ürnberg à la place ça fait Nürnberg. Hasard ? Coïncidence ? Je ne pense pas !

Hoffenheim, sans doute encouragé par l’issue de l’affaire FCB-FCN de 1994 a donc saisi le DFB. (Ben ouais, quand il y a une chance de se prendre 5-0 lors d’un éventuel reMatch, ce n’est pas Hoffenheim qui va s’en priver.
Mais cette fois-ci la donne est un peu différente. Premièrement, le DFB ne veut plus se brouiller avec la FIFA (ben ouais, quand en 2018, après un catastrophique mondial Russe, la Fifa décidera de retirer la coupe du monde 2022 au Qatar, l’Allemagne sera certainement l’une des seules nations à pouvoir monter un tel évènement en si peu de temps) et l’a donc saisie pour donner ses directives dans ce cas.

Si les instances officielles ne donneront leur décision qu’en fin de semaine, voire début de semaine prochaine, je vais vous épargner l’attente en détaillant les raisons pourquoi ce match ne se rejouera pas :
• La Fifa ne discrédite JAMAIS ses arbitres. Quand un arbitre dit qu’il y a but, c’est qu’il y a but, et quand il dit que tel joueur a mis un coup de boule à tel autre, c’est qu’il l’a fait, POINT. Et tant pis si les caméras tv disent le contraire, ce sont alors les images qui mentent. L’arbitre a TOUJOURS raison, et c’est valable pendant le match comme après. Il y a bien sûr de rares exceptions, mais ceci n’est pas le seul argument.
• En 1994, le ballon n’est à aucun moment entré dans le but. Objectivement parlant il n’y a aucun responsable qui pourrait être à l’origine de la (supposée) mauvaise interprétation de l’arbitre. Ce weekend, le ballon finit bien dans les cages. L’arbitre en une demi seconde d’inattention (surement à cause d’un élément extérieur, je vous rappelle que l’arbitre est infaillible selon la Fifa) a pu ne pas voir la trajectoire du ballon (et tant pis BIS s’il était dans l’axe à 10m de l’action). Le ballon est donc dans le but, l’arbitre valide le but, il y a donc but.
• Le ballon est donc entré dans le but par une porte dérobée. Quand bien même ça serait exact (impossible selon le point précèdent). Il faudrait alors savoir qui est responsable… Les arbitres sont censés vérifier le bon état du terrain (dont les filets font partie) mais étant infaillibles, la responsabilité ne saurait incomber à l’arbitre. On joue à Hoffenheim et c’est donc le club lui-même qui est responsable du but qu’il a pris.
• Dernière raison : La dernière fois qu’un match a été rejoué en Bundesliga à cause d’un Phantomtor, le vainqueur initial a confirmé sa victoire et finit champion. Donc, il n’est pas nécessaire de rejouer le match puisque l’on en connait l’issue. ET on ne va quand même pas prendre le risque de voir le Bayer Vizekusen finir champion, faut rester sérieux 5 minutes. Même si l’idée de voir Hoffenheim prendre la direction de la 2. Bundesliga n’est pas pour me déplaire.

3eme acte : Circulez il n’y a rien à voir

La Fifa va donc probablement décider d’un non-lieu d’ici quelques jours. , Stefan Kie?ling conservera ce but qui lui permettra de glaner une 2eme Torjägerkanone de suite ce qui sera quand même insuffisant pour aller à la coupe du monde au Brésil. Leverkusen finira encore une fois 3eme derrière le Bayer et Dortmund (dans l’ordre). Hoffenheim se sauvera grâce à une meilleure différence de but de la relégation (grâce notamment à cette défaite 5-0 que leur évite la Fifa). L’arbitre du match, même s’il n’a pas de reproches à se faire (intouchables, les arbitres, je vous le dis) devrait quand même passer quelques semaines à siffler des matchs de Oberliga… But refusé pour un hors-jeu imaginaire de Volland, Penalty imaginaire sifflé, but imaginaire accordé… on a rarement vu un arbitre irréprochable être aussi reprochable.

Je ne sais pas si ce Phantomtor était le dernier en Bundesliga, peut être que l’aide d’une puce ou de la vidéo permettra bientôt de ne plus avoir ce genre de « faits de match ». En même temps, je me ferais bien chier le jour où ça arrivera, et je n’aurais plus grand-chose à écrire. Alors pour l’amour du jeu, de la passion et de la polémique, vive le football imparfait, avec des arbitres imparfaits, des joueurs imparfaits, des entraineurs et des supporters imparfaits.

Töbias

4 thoughts on “Des histoires de Phantomtor, contée par die über Alles Akademie

  1. Les arbitres étaient tellement habitués à voir Tim Wiese prendre but sur but qu’ils ne regardent même plus par où ça rentre.

    Alors que c’était évident qu’il y avait une couille dans le potage, on ne marque pas un but à un belge comme un simple claquement de doigts.

    Un COMPLOT, je vous dis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.