La PL academy vous présente la sixième journée

Le choc était annoncé énorme entre deux entités fortes du championnat anglais, promettait un duel épique et, chose rare, a tenu tous ses engagements. Non, on ne parle pas de la revanche de la finale de la Champion’s league dont pas mal de monde se foutait déjà à l’époque, ni du North London Derby mais de Leeds vs. West Ham, bien sûr.


Chelsea 0 – 1 Manchester City

L’une des seules affiches du championnat à mettre d’accord vos trois académiciens. Si vous nous demandez laquelle des deux équipes avait nos faveurs ce samedi, nous vous répondrons à l’unisson “l’arbitre”. Face à El Pepito et son projet de jeu déjà maintes fois analysé dans d’autres colonnes (vous vous êtes crus sur Coparena ?), Thomas Truelle avait décidé de bétonner. Résultat, 0,22 xG sur l’ensemble de la rencontre et une impression de néant sur le plan offensif, malgré la présence au coup d’envoi de Kovacic, Jorginho, Werner et Lukaku.

Si les Citizens n’ont pas spécialement brillé non plus, on peut remercier Gabriel Jésus. Double nom biblique et double miracle : un but qui déloge Chelsea de la première place et terrasse Marcos Alonso. Il fallait bien ça pour faire mettre un genou à terre à ce sinistre personnage.


Manchester United 0 – 1 Aston Villa

Encore un drama dans les ultimes minutes pour United mais cette fois le sort ne tourne pas en leur faveur. Pensez donc, sur le premier pénalty qu’un arbitre veut bien leur concéder cette saison, Bruno Fernandes envoie une praline qui doit seulement commencer à retomber dans l’embouchure de la Mersey à l’heure où on écrit ces lignes.

Aston Villa menait 1-0 depuis la 88e minutes quand sur un corner, on a jugé que mettre un joueur devant le gardien était autorisé. Eh, ils ont bossé les coups de pied arrêtés, il fallait bien trouver un moyen de les faire déjouer. C’est Kortney Hause qui marque, le même qui donne le péno en fin de match, sans conséquences.

L’équipe de Dean Smith n’est pas flamboyante mais elle sait jouer au football comme une vraie équipe anglaise qui regarde les gros dans les yeux même chez eux. Ça ne marchera peut-être pas à tous les coups mais pour l’instant ça suffit à accrocher la première partie de tableau. United descend à la 4e place, à un point du leader.


Everton 2 – 0 Norwich

La Premier League est un plat qui se mange en s’insérant du gravier dans l’arrière-train. C’est le nouveau slogan qu’ont choisi les supporters de Norwich City au lendemain de leur sixième défaite en autant de matchs. En face, les Toffees de Rafa Benitez n’étaient pas là pour enfiler des perles.

Largement dominateurs, Everton a d’abord pris les devants sur pénalty, Townsend transformant la sentence obtenue par Allan après une faute de l’ancienne légende de Liverpool : Ozan Kabak. Les coéquipiers de Pierre Lees-Melou n’ont guère eu beaucoup d’occasions de revenir mais ont pu y croire tant qu’Everton n’avait pas asséné le coup fatal. Lequel est intervenu à un quart d’heure du terme, Doucouré profitant d’un ballon côté droit pour ajuster un plat du pied synonyme de victoire.


Leeds 1 – 2 West Ham

Une équipe en panne de résultats depuis le début de la saison (trois nuls et deux défaites avant ce match) accueille des Marteaux en quête de leur efficacité de la saison passée. Elland Road pense pourtant le cycle brisé avec un énième pion de Raphinha au bout de vingt minutes. Las, son coéquipier Junior Firpo égalise pour West Ham à l’heure de jeu, en déviant n’importe comment un centre de Jarrod Bowen. L’occasion rêvée pour Michail Antonio de devenir le héros du jour en marquant à la dernière minute, que l’international jamaïcain ne laisse pas filer, permettant ainsi à son équipe de remonter à la septième place.


Leicester 2 – 2 Burnley

Ça marche pas terrible terrible pour les Foxes en ce début de saison. C’est même le moins qu’on puisse dire. Vardy commence par ne pas marquer dans le bon but puis bon, il égalise sur un ballon en profondeur parce que c’est le genre de trucs que fait Vardy. Ensuite la défense “pieds dans le béton” encaisse un banger de Maxwell Cornet (oui oui, sûrement le but de la journée) avant qu’en dernier recours, Vardy parte une nouvelle fois derrière la défense pour sauver son équipe du naufrage.

Leicester n’a été capable que de battre Norwich cette saison, comme tout le monde. Burnley vaut pourtant à peine mieux sur le papier…Rodgers va devoir vite trouver des solutions pour relancer tout ça.


Watford 1 – 1 Newcastle

A Châteauneuf, on n’est toujours pas en Championship mais on risque d’y finir si ça continue comme ça. Promis à une saison compliquée, les Magpies ont été incapables de venir à bout des Hornets.

Pourtant, ça avait bien commencé : Sean Longstaff, après deux tentatives ratées absolument similaires depuis les 25 mètres suite à des corners, a glissé le cuir au fond sur la troisième situation, identique. Mais Newcastle n’a pas fait le break malgré les nombreuses tentatives de Joelinton ou de Saint-Maximin, lequel a notamment salopé un 1-contre-1. Ce qui devait arriver arriva : à la réception d’un deuxième ballon sur corner, Ismaila Sarr a surgi et égalisé pour Watford à 15 minutes du terme. Les Hornets ont même cru prendre l’avantage mais le but de Joshua King a été refusé par la VAR. Les Magpies peuvent s’en mordre les doigts et même se serrer les roustons à la tenaille devant le raté dans le temps additionnel de Jacob Murphy : assassin !


Brentford 3 – 3 Liverpool

Super ! Un match spectaculaire ! Wow ! La Premier League, quel championnat de malade ! 90 minutes de bonheur en plus comme dirait Guy Stéphan. Ou son jumeau maléfique, je sais plus. Balivernes : un 1-0 bien dégueulasse et 3 points de plus pour les Reds eût été mieux. Mais ne boudons pas, ça aurait pu être 0 point.

Concéder l’ouverture du score, why not. Concéder l’ouverture du score après un coup-franc à 40 mètres et une combinaison moisie, not in my name. Bravo Ethan Pinnock. Bravo aussi à Diogoal Jota dont l’égalisation de la tête quelques minutes plus tard tend à rassurer les Scousers. Liverpool prend ensuite la tête à l’heure de jeu grâce au 100e but en PL de l’inarrêtable Mohamed Salah sur une passe en profondeur de Fabinho. La défense parfaitement fébrile des Reds cède une nouvelle fois et permet à Vitaly Janelt d’égaliser après un centre venu de la droite. Curtis Jones répond en envoyant une lourde sous la barre mais Liverpool craque encore après un centre venu de la droite. Déjà dit ? Oui, bis repetita :

Un magnifique trois-contre-un à gérer pour Trent sur l’égalisation n°1 : il n’y arrivera pas. Un magnifique quatre-contre-un (Van Dijk cache un joueur de Brentford) sur l’égalisation n°2 : ils seront tous éliminés sur le centre, laissant un trois-contre-trois.


Southampton 0 – 1 Wolves

Ce sont deux équipes mal parties dans ce championnat qui se rencontraient à St Mary’s Stadium. Les Saints ayant tenu le nul face à City la semaine passée partaient peut-être avec un petit avantage psychologique. Mais au football, il n’y a pas que le mental qui joue, il y a aussi la volonté divine. Et la volonté divine accorde de temps à autre des points à des équipes comme Wolverhampton, naturellement handicapées par des joueurs comme Nelson Semedo ou Adama Traoré.

Dans un match pas foufou, les Loups ont donc mordillé des Saints un peu amorphes et trouvé la faille par le revenant Raul Jimenez qui n’avait plus marqué depuis 336 jours (un beau but !). Les Wolves prennent un peu d’air et auront l’occasion d’ingurgiter encore plus d’oxygène en recevant Newcastle ; les Saints, eux, sont à une triste 16e place et iront à Chelski…


Arsenal 3 – 1 Spurs

things that didn’t age well

Tout va décidément très vite dans le football. Il y a trois semaines, Gérald Darmanin était le premier flic de France, Arsenal était dernier et l’ancienne bande à Jouzé occupait la tête du championnat. Le fait que seule la première proposition soit encore d’actualité prouve si besoin en était qu’au contraire du n+1 du locataire de la place Beauvau, la PL peut nous réserver des surprises.

Et en matière de surprise, les Gunners en avaient une de taille : cette équipe sait donc jouer au football. Absolument pas préparés à cette éventualité, les hommes de Nuno Espirito Santos ont laissé les Martin Ødegaard, Emile Smith-Rowe et autres Bukayo Saka dérouler. Résultat, trois buts en première mi-temps, dont un signé Pierre-Emerick Aubameyang, à la suite d’un contre magnifique. En face, pas grand-chose à signaler, hormis un but de Heung-Min Son, alors que Granit Xhaka était au sol, et une frappe de Lucas Moura qui oblige Aaron Ramsdale à sortir une raie monumentale dans les arrêts de jeu.

Troisième défaite de suite en encaissant trois buts pour les Spurs, on souhaite évidemment à Nuno de parapher au plus vite son contrat à durée indéterminée.


Crystal Palace 1 – 1 Brighton

Les Eagles ont réalisé un beau match mais n’ont pas été payés. Face à des Seagulls tourneboulés, les hommes de Vieira ont montré de belles dispositions en dépit de leur manque de réussite au moment de conclure leurs actions. Heureusement pour eux, Zaha ne tremble pas au moment d’inscrire le pénalty obtenu (généreusement) par Connor Gallagher.

En face, Brighton n’a pas abdiqué et s’est cramponné à ses principes, quitte à en baver tout le match. Mais il semble qu’une petite étoile veille sur les hommes de Potter cette saison. À la 95e minute, un ballon en profondeur profite à Maupay qui va égaliser et dans la foulée, ne se prive pas de chambrer tout Selhurst Park comme la petite tête de con qu’il est. On t’aime bien quand même, va.

Ah bah tiens, ça tombe bien qu’on note ça : Brighton recevra Arsenal à la prochaine journée. Les Seagulls n’auront peut-être plus l’occasion de prendre la tête du classement, cette fois. Du côté de Palace, toujours une seule victoire à noter mais si ça continue à jouer comme ça, les points ne devraient pas tarder à suivre.


The table : plus qu’une seule équipe à battre, celle qui est en tête. Chers tous, the hunt is open, comme on dit.

Edgar Allan Poeteau

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.